Publié le 25 Janvier 2015

Angoulême 2015, un festival incontournable et plus international que jamais !

Petits et grands, amateurs et professionnels attendent chaque année avec impatience, la fin du mois de janvier pour cette grand-messe de la bande dessinée.

Il aura fallu les événements dramatiques de ce début année, pour rappeler, bien tristement, que le dessin est et restera notamment le vecteur incontournable de la liberté de penser. Le festival 2015 revêtira donc un caractère tout particulier, car il sera le premier rendez-vous d'importance d'après la décimation du staff du journal Charlie Hebdo.

Compte tenu d'un programme particulièrement dense, il vous est conseillé de compulser avec une attention toute particulière le site officiel http://www.bdangouleme.com/ afin d'optimiser au mieux votre venue en cité Angoumoise.

Près d'une quinzaine d'expositions et plus particulièrement les incontournables telles :

  • Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve, une grande exposition monographique sur l'incontournable mangaka qui aura fait découvrir et aimer à beaucoup d'européens, la bande dessinée japonaise. Cette exposition présentée par les éditions Casterman est assurément la plus conséquente qui été consacré à son immense talent.
  • Calvin & Hobbes, de l'américain Bill Watterson, qui rappelons-le fut élu grand prix en janvier 2014, se voit consacrer une exposition qui reviendra en détails sur sa série qui a fait les beaux jours d'une jeunesse américaine et qui a su traverser les frontières et conquérir un nombreux public européen.
  • Fabien Nury, le scénariste qui touche à tout avec talent, reçoit une belle consécration à Angoulême avec une exposition qui rappellera l'étendue et la diversité de ses talents de narrateur.
  • Mezzo en noir et blues, consacré à l'un des meilleurs albums de la fin d'année 2014 et à la superbe réalisation de Mezzo, avec le concours d'un beau scénario de Jean-Michel Dupont sur la vie débridée et exaltante de Robert Johnson. Rappelons que l'association Bulles de Mantes avait exposé des planches de cet album dès novembre, à l'occasion du festival Blues s/Seine.

Mais c'est aussi :

  • Jack Kirby, une belle exposition consacrée à celui qui est considéré aujourd'hui comme le maître du comics.
  • Les Carnets de Cerise, une exposition consacrée à une belle série enfantine réalisée par Joris Chamblain et Aurélie Neyret.

Cantonner le festival international de la bande dessinée à un catalogue d'expos serait très réducteur. Cette année encore, c'est près d'un millier d'auteurs, venus de toute la planète, rien que pour vous, qui rencontrerons le public, chaque année un peu plus nombreux. De l'Espace Editeurs à l'espace Pavillon des jeunes talents en passant par le Pavillon Chine, pays à l'honneur pour cette édition, les rencontres seront nombreuses et enrichissantes.

N'oublions pas également les nombreuses animations et spectacles disséminés dans la ville.

Une fois encore, et ce pour la quarante-deuxième fois, saluons le travail des organisateurs du festival international de la bande dessinée qui auront mis les bouchées doubles pour que cette édition célèbre, comme il se doit, le 9ème art.

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Divers

Publié le 19 Janvier 2015

Roma T1, en avant pour l'aventure de la ville éternelle.

La ville aux sept collines fascine l'humanité depuis plus de 3 000 ans. Façonnée par des hommes parfois devenus illustres, elle reste le symbole de la ville intemporelle.

Le talentueux et regretté Gilles Chaillet rêvait de mener à bien le projet de réaliser une fresque de cette ville emblématique qui puise ses racines dans la mythologie. Hélas, il en a été décidé autrement, mais bien heureusement la relève est là et bien là !

Avec une trilogie de scénaristes qui compte déjà à son actif bon nombre de célèbres scénarios, le défi est en passe d'être relevé. Sur un concept d'une histoire par album avec le fil conducteur de la prestigieuse capitale italienne, Didier Convard, Eric Adam et Pierre Boisserie nous transportent avec bonheur dans ce premier opus, où l'on va découvrir la genèse de la cité, du cheval de Troie aux jumeaux Romulus et Romus.

Sur fond de la malédiction qui va hanter deux familles ayant eu le malheur d'approcher de trop près la déesse Ker, enfermée dans une statuette, le lecteur va être rapidement immergé dans une histoire des plus démoniaques.

Le rythme est soutenu et les péripéties et catastrophes s'accumulent pour aller jusqu'où.... Le lecteur aura tout le loisir de le découvrir sous les traits du dessinateur Régis Penet qui aura accompli un remarquable travail, à l'image du scénario. Dans un album qui s'apparente particulièrement aux meilleurs péplums que le cinéma ait pu créer, on notera de surcroit un dynamisme de bon aloi, tant au scénario qu'au dessin.

Un cahier orchestré par l'éminent historien Bertrand Lançon apporte la rigueur historique nécessaire à un tel récit et on se délectera à découvrir les superbes gravures sur bois réalisées par un Régis Penet bien en verve.

ROMA T1 La malédiction ADAM/BOISSERIE/CHAILLET/CONVARD/PENET collection Grafica Editions GLENAT 64 pages 14.95€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié le 15 Janvier 2015

Holly Ann T1, où les enquêtes en jupons à La Nouvelle Orléans

Nous sommes à la fin du 19ème siècle où l'on découvre Holly Ann, une jeune fille délurée toujours prête à rendre service, dont la principale activité est d'arpenter à la recherche d'énigmes sa ville, La Nouvelle Orléans, mystérieuse cité métissée.

Voilà qu'un garçonnet a été retrouvé dans le bayou, sauvagement assassiné. La police ne tarde pas à trouver un coupable trop facilement désigné. C'était sans compter sur la perspicacité et la ténacité de l'impertinente Holly Ann qui va enquêter avec maestria.

Avec un scénario enlevé, Kid Toussaint nous embarque dans les tréfonds d'une ville lourde de son passé, entre les rites vaudous, la guerre de sécession à peine terminée, l'esclavage omniprésent et une condition féminine loin d'être au beau fixe.

Le dessin hyperréaliste de Stéphane Servain s'accorde parfaitement au scénario et sait reproduire avec justesse l'ambiance parfois pesante de l'histoire. Une mention particulière est à faire pour les couleurs chatoyantes si caractéristiques de la Louisiane et qui ont ajouté une touche d'exotisme des plus intéressantes.

Cette nouvelle série commence par une belle enquête digne des meilleurs polars et laisse augurer une longue vie.

Holly Ann T1 SERVAIN/TOUSSAINT Editions CASTERMAN 48 pages 13.50€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 13 Janvier 2015

La Banque T3, les générations se suivent et se ressemblent...

Les générations se suivent et se ressemblent ! La rancœur développée par Christian de St-Hubert redouble avec le retour d’Algérie de sa sœur Charlotte, affublée d'Odile et Jacques, ses deux enfants devenus adultes. Lui, Christian le boursicoteur, qui pensait régner sur Paris et faire seul des spéculations dans le sillage du "baron" Haussmann, va devoir compter avec sa "fratrie" haineuse mais également avec les déboires que vont lui causer sa propre descendance.

Sur fond de réhabilitation des quartiers de Paris, les deux scénaristes Pierre BOISSERIE et Philippe GUILLAUME nous entraînent dans une histoire "à tiroirs" pleine de rebondissements où tous les sales coups sont permis. Du Victor agressif à la calculatrice Odile en passant par le craintif Théodore et le lâche Jacques, tout ce petit monde veut arriver à ses fins et ce, à n'importe quel prix !

Si le changement de dessinateur peut sembler déroutant dans les premières cases, cette sensation s'estompe très rapidement et on se familiarise très vite avec le trait vif de Malo Kerfriden, reprenant le récit et ses drôles de personnages comme si on ne les avait jamais quittés.

Ce troisième opus, premier album de la deuxième génération, démarre très fort et on découvre des personnages des plus cyniques, chez qui l'argent est le vecteur de tous les vices. Du rythme, des ambiances parfois glauques, voire dérangeantes, tous les ingrédients d'un récit à la Zola sont là pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Alors, si vous ne vous êtes pas encore plongés dans La Banque, c'est le moment de découvrir cette série incontournable.

La Banque T3 : 1857-1871 GUILLAUME/BOISSERIE/KERFRIDEN Editions DARGAUD 54 pages 13.99 €

Voir les commentaires

Publié le 11 Janvier 2015

Balles perdues...Pas pour tout le monde !

Le premier qui tire a toujours raison ! Voilà une maxime que Roy Nash a bien intégrée depuis sa sortie fortuite de prison alors qu'il en avait pris pour perpétuité. Nous sommes en 1931 en Arizona, en pleine période de la prohibition où le meilleur ami de l'homme, c'est son flingue. Et le roi Al va lui donner l'occasion de s'en servir car s'il sort de taule après seulement cinq ans, c'est pour effectuer un contrat sur trois ripoux qui n'auraient pas respecté les lois du milieu en gardant le magot. Mais pourquoi est-il l'heureux élu ? Il ne va tarder à le comprendre quand il saura qu'un des gangsters recherchés vit avec Léna, son ex qu'il a toujours dans la peau.

Trois gars à refroidir, cinq cents mille dollars à récupérer, une jeune fille paumée dont il s'est entiché et qu’il lui faut reconquérir : sera-t-il gourmand au point de vouloir tout réaliser ? Du suspens, de l'action, de l'hémoglobine à revendre, voici le scénario tonitruant que nous propose l'auteur Walter Hill, cinéaste et scénariste américain notamment de Guet-apens de San Peckinpah. Remarquablement adapté et traduit par l'un des meilleurs scénaristes policiers du moment en la personne de Matz, Walter Hill s'essaie pour la première fois, et de manière magistrale, au scénario de bande dessinée. On s'attardera sur le dessin réaliste et les couleurs de Jef, qui ajoute une dimension dramatique à l'histoire.

Développé en plus de 120 pages, le lecteur ne s'ennuiera pas une seule seconde en lisant cet album, vivant au rythme d'un reclus qui n'attendait plus rien de la vie au fond de son cachot et qui d'un seul coup, va se retrouver libre de...devoir faire des choix cornéliens.

Un must, en ce début d'année, à découvrir instamment.

BALLES PERDUES HILL/MATZ/JEF édition RUE DE SEVRES 128 pages 18.00€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 2 Janvier 2015

Robin des bois...plus d'une corde à leurs arcs !

Rares sont les lecteurs qui ne connaissent pas les frasques de Robin des bois et de ses compères. Alors, revisiter l'histoire de Robin des Bois et la rendre intéressant n'était pas une entreprise des plus facile, tant au scénario qu'aux dessins, car la légende semble éculée. C'était sans connaître la ténacité et l'imagination du scénariste Pierre Boisserie qui a su mettre du dynamisme dans ce récit et en faire une série fort agréable à lire, voire captivante. Il s'est associé avec le dessinateur Héloret qui ne manque pas de talent : avec un trait réaliste et vif, rehaussé par des couleurs pastel du plus bel effet de Marie Galopin, Héloret donne envie de se plonger dans l'aventure.

Initialement prévue en trois albums, l'histoire a bien failli s'arrêter au deuxième tome avec la disparition de l'éditeur initial. On appréciera l'initiative des éditions Glénat de sortir le dernier épisode avec les deux premiers en une intégrale qui donne une certaine unité à la série. Pour ceux qui ne se souviendraient plus ou n'auraient pas connu la jeunesse des trois bâtards, Robin Loxley, Petit-Jean et Will Scarlett, le scénariste Pierre Boisserie donne un coup de jeune au mythe en tonifiant l’intrigue. La jeunesse des trois amis, telle qu’il nous la présente, n'a pas été rose et on comprend mieux leur attitude vengeresse face aux injustices auxquelles ils ont été confrontés.

De l'action, cette série n'en manque pas et la fin s'avère des plus heureuses. On regrettera assurément que la série n'ait pas été prolongée d'un ou deux albums, ne serait-ce que pour poursuivre les péripéties de nos trois jeunes compères et de les voir vieillir.

ROBIN DES BOIS BOISSERIE/HELORET Editions GLENAT Intégrale 152 pages 39.00€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 21 Décembre 2014

Les gardiens du Louvre, entre rêve et réalité...

Un jeune dessinateur japonais, de retour d'une tournée européenne, décide de faire une halte sur Paris pour visiter les musées avant son retour au pays. Une mauvaise grippe va malheureusement contrer ses projets en le terrassant au lit de sa chambre d'hôtel. Isolé, malade dans un pays qu'il ne connait pas, l'auteur va éprouver un grand moment de solitude. Malgré tout, il profitera d'un léger rétablissement pour se précipiter au musée du Louvre. Il va découvrir alors un musée hors du commun, qui recèle des trésors de diverses époques tout aussi passionnantes les unes que les autres et qu'il va associer à des moments de sa vie. Les stigmates de sa maladie sont encore bien présents et le cortège d'étourdissements qui l'accompagnent vont le plonger dans une sorte de mirage à la découverte des gardiens du Louvre.

La sortie d'un nouvel album de Jirô Taniguchi est toujours un évènement et Les gardiens du Louvre n'y fait pas exception !

Entre rêve et réalité, le personnage ne sait plus trop où il en est, et son cheminement dans les allées du musée vont l'amener à faire la connaissance de figures bien singulières et dont l'histoire est souvent méconnue. L'auteur complet Jirô Taniguchi a su, au travers d'une banale visite au musée, nous transporter dans son univers onirique et associer un pan de la vie du jeune dessinateur à l'Histoire avec un grand H. On ne s'attardera pas sur le superbe dessin du mangaka le plus européen qui aura permis à beaucoup de lecteurs, au travers d'œuvres comme Le journal de mon père ou encore Quartier lointain, de découvrir ce neuvième art nippon et d'en apprécier toutes les qualités.

Les éditions Futuropolis n'en finissent pas, pour le plus grand plaisir des lecteurs, de faire découvrir, au travers d'auteurs tout aussi talentueux les uns que les autres, des facettes parfois méconnues de l'un des plus beaux musées du monde. Souhaitons que Les gardiens du Louvre remporte le succès qui lui revient et fasse que cette coédition avec Louvre éditions perdure.

LES GARDIENS DU LOUVRE TANIGUCHI Editions FUTUROPOLIS 136 pages 20,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 4 Décembre 2014

MOI RENE TARDI PRISONNIER DE GUERRE..T2, le prolongement de l'enfer !

Sur fond de paysage, tantôt de désolation avec des villes traversées qui ont subi les bombardements, tantôt des bourgades fourmillantes de maisons à colombages encore épargnées, Jacques Tardi va narrer, comme une litanie, la longue errance de son père pour rejoindre la France, mais également les horreurs de la guerre à la manière d'une voix "off".

Tout est fort en émotions dans cet album, et le parti pris de ne pas dessiner les atrocités assénées dans les bulles relève peut-être de la pudeur mais n'apporterait sûrement rien de plus à ce texte. Après un premier album narrant les conditions déplorables de prisonnier de guerre au Stalag II B, cet opus raconte le retour en France, en colonne et entourés de soldats allemands qui ne connaissent que les coups de gueule et les coups tout court pour les faire avancer, de ces prisonniers déguenillés, affamés et fatigués par une route sans fin.

Le dialogue instauré entre René le prisonnier de guerre et son fils Jacques Tardi constitue un des éléments forts de la narration. Jacques, matérialisé par un petit garçon apparaît tantôt espiègle, par ses questions et ses remarques pertinentes sur les faits et gestes de son père et de ses congénères, tantôt révolté par leurs agissements difficiles à qualifier et sur lesquels il apparait compliqué d’émettre un jugement.

Voici une belle leçon d'histoire, avec la touche d'impertinence de son auteur, qui tour à tour fera sourire le lecteur mais le plongera aussi dans un abime de perplexité sur un chemin de croix dont beaucoup ne verront pas le bout !

Un cahier d'une douzaine de pages, agrémentées de photos d'époque et d'une carte détaillée des contrées traversées, vient parfaire le récit de leur longue pérégrination et ainsi nous aider à mieux appréhender le chemin parcouru dans des conditions extrêmes. Incontournable, ne serait-ce que pour perpétuer le devoir de mémoires.

MOI RENE TARDI PRISONNIER DE GUERRE AU STALAG IIB, T2 Mon retour en France TARDI Editions CASTERMAN 192 pages 25.00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié le 24 Novembre 2014

Philippe Guillaume et Julien Maffre en rencontre diner dédicaces à la Corniche de Rolleboise le 12 décembre 2014

L’association Bulles de Mantes, en partenariat avec Le Domaine de la Corniche, a l'honneur de recevoir pour sa troisième rencontre de l'année 2014 et sa seizième depuis le lancement de ce concept novateur en 2010, le co-scénariste Philippe Guillaume et le dessinateur Julien Maffre pour La Banque, la série à succès de ces derniers mois.

Nous ne présentons plus Philippe Guillaume, aux talents multiples dont celui de co-scénariste avec Pierre Boisserie qui, après le succès fort mérité, de la série Dantès, remettent le couvert avec ce premier cycle de La Banque (cf. coups de cœur) Après le tombeau d'Alexandre, beau succès de librairie, le jeune et talentueux dessinateur Julien Maffre a remarquablement dessiné les deux premiers tomes de La Banque qu'il prendra plaisir à dédicacer aux adhérents qui auront réservé leur soirée en notre compagnie.

L'association Bulles de Mantes est ravie de recevoir, pour notre plus grand plaisir, ces deux auteurs dans le cadre prestigieux du Domaine de la Corniche.

Tout commence par une séance de dédicaces de l’auteur invité, suivi d’un cocktail et d’un dîner/débat que nous partageons avec lui, dans ce superbe endroit.

Chaque adhérent inscrit à la rencontre peut se faire accompagner d’une personne de son choix, qui participera au dîner, mais n’aura pas droit à dédicace.

Les dédicaces commenceront à 16h00, le cocktail sera servi autour de 20 h, le dîner étant prévu après.

Le tarif d'inscription pour le repas-dédicace est fixé à 53,99 €, comprenant le repas et l'album qui vous sera dédicacé (40,00 € pour le repas et 13,99 € pour l'album La Banque, au choix T1 ou T2) ainsi qu'une carte souvenir numérotée et signée, agrémentée d'un dessin inédit.

Le tarif d’inscription au repas seul pour les accompagnants est fixé à 45,00 € (sans album ni dédicace mais avec une carte souvenir).

Le nombre de dédicaces étant limité à 20 (1 par adhérent), il faut impérativement s’inscrire préalablement à la rencontre en envoyant un courriel à bullesdemantes@free.fr pour la pré-réservation.
Les inscriptions sont acceptées dans l’ordre d’arrivée des courriels pendant la période d’inscription avec la date butoir du 2 décembre, et dans la limite des places disponibles (*règlement à demander à bullesdemantes@free.fr). Dépêchez-vous donc !

Les règlements seront à envoyer au siège de l’association Bulles de Mantes (81, rue Saint Bonaventure Mantes la Jolie - 78200, après que vous ayez reçu une réponse par courriel confirmant votre demande.

Pour ceux qui désireraient réserver une chambre à l’occasion de cette manifestation, le Domaine de la Corniche vous proposera uniquement ce vendredi soir un tarif spécial « bulles ».

Alors, pour ceux qui découvrent le concept, ces rencontres sont des moments privilégiés réservés aux seuls membres de l’association (c'est donc le moment ou jamais d'adhérer à l'association : adhésion annuelle 2014 de 15 €), dans le cadre prestigieux du « Domaine de La Corniche » de Rolleboise au restaurant « Le panoramique », partenaire historique du festival Bulles de Mantes.

Domaine de la Corniche, restaurant Le Panoramique, 5, route de la Corniche 78270 ROLLEBOISE : 2 toques dans le guide gastronomique Gault et Millau et sélection table distinguée d'Alain Ducasse en 2010.

http://www.domainedelacorniche.com


Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 23 Novembre 2014

Remise du premier prix de la BD aux couleurs du blues le 21 novembre 2014 pour l'album " Lomax, collecteurs de folk songs" de Frantz Duchazeau

Les associations Bulles de Mantes et Blues sur Seine ont eu le plaisir, le vendredi 21 novembre 2014, de remettre le premier Prix de la BD aux couleurs du blues qui récompense le meilleur album de bande dessinée de l'année faisant référence aux thématiques du blues.

A l'entracte d'une belle prestation du duo Struggle dans le cadre d'une soirée Lomax et ce, dans une ambiance chaleureuse et festive, l'éditeur François Le Bescond des éditions Dargaud a reçu le prix pour l'album "Lomax, collecteurs de folk songs" de Frantz Duchazeau.

Ce prix de la BD aux couleurs du blues récompense un album qui soit à même de remplir les critères officiels de sélection qui sont : "album de bande dessinée publié en français et consacré à l’univers du blues ou des musiques qui lui sont proches" (thématiques blues, jazz, gospel, negro spiritual, rock ‘n roll), "que ce soient des sujets musicaux, sociétaux ou historiques".

Les six "nominés" ont donc été retenus soit parce qu'ils évoquaient directement le monde du blues ou du jazz, soit parce qu'ils abordaient le contexte économique et social de l'Amérique de la grande époque du blues.

- Airborne 44, tome 5 S'il faut survivre de Jarbinet, éditions Casterman

- Blacksad, tome 5 Amarillo de Dias Canalès et Guarnido, éditions Dargaud,

- Lomax, collecteurs de folk song de Duchazeau, éditions Dargaud,

- Nina Simone de Hioki, éditions BDMusic,

-O'Boys, intégrale de Thirault, Colman et Cuzor, éditions Dargaud,

- le Train des Orphelins, tome 4 Joey de Charlot et Fourquemin, éditions Bamboo/Grand Angle.

Un jury composé de 14 personnes issues des associations Blues sur Seine et Bulles de Mantes, des professionnels et sponsors des deux associations, des représentants de la bibliothèque départementale des Yvelines, de la CAMY et de l’Education Nationale ont finalement choisi l'album "Lomax, collecteurs de folk songs" de Frantz Duchazeau, après des débats animés et instructifs.

Blues sur Seine et Bulles de Mantes se félicitent de l'impact qu'à pu susciter le prix et œuvrent à pérenniser cette promotion du blues et de la bande dessinée.

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires