Publié le 25 Octobre 2014

SPICE & WOLF T10, quand un loup peut en cacher un autre...

Nous sommes en pleine période médiévale, et Kraft Lawrence, un jeune marchand plutôt débrouillard a décidé de prendre la route avec sa carriole et son cheval dans l'espoir de faire fortune.

Seulement, la route est semée d'embûches et les rencontres souvent surprenantes. Aussi, quand il retrouve une jeune femme à moitié dévêtue dans sa charrette, il ne sait pas encore qu'elle va transformer sa vie. En fait, de femme elle n'en a que l'apparence et il va apprendre assez rapidement que la jeune fille, du nom de Holo, serait une divinité des moissons n'aspirant qu'à retourner dans ses terres natales du grand nord.

Voilà donc un attelage bien singulier, entre Kraft Lawrence, le pétillant jeune homme et la belle Holo affublée d'oreilles et d'une queue de loup pour arpenter les chemins ! Les deux compères vont rapidement se lier d'amitié et conjuguer leurs forces pour survivre dans une période des plus hostiles.

Sur fond d'économie monétaire médiévale peuplée de marchands plus véreux les uns que les autres, on se prend vite au jeu d’une intrigue mêlant l'histoire au fantastique. Les héros de cette saga attirent rapidement la sympathie et l'on se prend vite à leurs aventures, renouvelées à chaque tome. Entre un Kraft Lawrence qui croit épater la demoiselle avec d'innombrables facéties et une divinité qui aurait déjà vécu plusieurs vies, notamment en loup et à qui on ne la fait pas, l'histoire est savoureuse. Avec ce dixième album, on découvre Holo, plus humaine que jamais et qui réalise que malgré ses nombreuses vies, elle n'a pas toujours la solution à leurs problèmes.

Bien que considéré par les spécialistes de manga comme un seinen, ciblé pour les jeunes adultes masculins, la série Spice & Wolf ravira assurément un public féminin. Les dialogues d'Isuna Haseckura sont enjoués et les dessins de Keito Koume sont plutôt alertes, avec un graphisme foisonnant.

Alors, bonne et longue route en compagnie de nos deux amis, Kraft Lawrence et Holo...

SPICE & WOLF T10 HASEKURA/KOUME Editions OTOTO 180 pages 7.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 23 Octobre 2014

CABU investit l'Hospice Saint Charles pour une exposition sur le swing, du 25 octobre au 23 novembre 2014

Qui ne connaît pas l'ineffable Cabu et son non moins célèbre personnage du grand Duduche ?

Mais Cabu, ce n'est pas que ce personnage dégingandé qui a hanté les pages du journal Pilote dans les années 60, c'est aussi un incroyable caricaturiste qui a fait les beaux jours des revues Hara-Kiri ou encore Charlie Hebdo et plus récemment pour ses caricatures politiques dans le Canard Enchaîné. Aujourd'hui, l'exposition qui lui ait consacré dans le cadre de la 16ème édition du festival Blues sur Seine, s'intéresse à sa passion pour la musique et plus particulièrement le jazz.

À travers cette exposition de plus de 70 panneaux, conçues par Christian Bonnet et produit par la maison du Duke, vous découvrirez une autre facette de l'auteur qui, en 50 ans de dessins et croquis brillants d'humour et de poésie, a célébré toute l'histoire du swing. De Duke Ellington à Ray Charles en passant par Count Basie, Cabu a su, avec justesse, croquer ses idoles au détour de salles mythiques ou de clubs enfumés.

Bulles de Mantes s'est naturellement associée avec Blues s/Seine pour l'organisation d'une séance de dédicaces de l'auteur qui sera présent le 8 novembre 2014 à partir de 18h à l'Hospice Saint Charles pour dédicacer son album CABU SWING aux éditions LES ECHAPPES - CHARLIE HEBDO.

Nous vous attendons nombreux !

Exposition à l'Hospice Saint-Charles de Rosny-sur-Seine [CAMY]
Du 25 octobre au 23 novembre, tous les jours de 14h à 18h

Bernard LAUNOIS

CABU investit l'Hospice Saint Charles pour une exposition sur le swing, du 25 octobre au 23 novembre 2014
CABU investit l'Hospice Saint Charles pour une exposition sur le swing, du 25 octobre au 23 novembre 2014

Voir les commentaires

Publié le 23 Octobre 2014

Frères de terroirs ou l'ode à l'artisanat avec un grand A...

Quel point commun peut-il bien y avoir entre l'auteur Jacques Ferrandez, bien connu notamment pour sa série phare "Carnets d'Orient" et Yves Camdeborde, célèbre cuisinier, grand chef de file de la bistronomie et qui a fait partie pendant trois ans du jury Masterchef ? Tout d'abord un goût prononcé pour la bonne chère, mais surtout une recherche de l'authenticité et une passion immodérée pour leur métier : que ce soit dans les récits et dessins de Jacques Ferrandez ou dans les cuisines de cet amoureux du bon produit de terroir. Yves Camdeborde rêvait depuis quelques années de raconter les innombrables rencontres vécues avec ses fournisseurs.

Il aura suffi d'un rendez-vous organisé par un ami commun pour que l'alchimie se concrétise. S'ensuivit un tour de France endiablé pour nos deux compères. Du pêcheur de homards de l'île de Chausey au jeune et passionné viticulteur bio, en passant par Fanny le chien truffier, c'est plus de dix scénettes qui sont réunies dans un premier volume consacré aux saisons hiver et printemps.

Ce livre sent l'authentique, le vécu que l'on aurait bien voulu partager avec les deux hommes. Le dessin de Jacques Ferrandez, rehaussé de superbes aquarelles comme il en a le secret, met en scène remarquablement les récits. On appréciera également les recettes de notre cuisinier qui ponctuent bon nombre des histoires de l’album.

S'il y a une phrase qui résume parfaitement cet opus, c'est bien celle prononcée par Jean-Yves Bordier le maître beurrier-fromager, "mon vrai métier, c'est de faire plaisir !". Voilà de belles tranches de vie, qui sont autant de tranches de bonheurs et qu’il faut consommer sans modération.

FRERES DE TERROIRS T1 CARNETS DE CROQUEURS FERRANDEZ/CAMDEBORDE Editions RUE DE SEVRES 120 pages 22,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 20 Octobre 2014

Magasin général T9, une saga qui mériterait de ne pas avoir de fin !

Neuf albums, huit ans de bonheur à vivre au rythme du village de Notre Dame des lacs, au fin fond du Québec. Les conditions de vie dans la fin des années 20 ne sont pas toujours évidentes, entre les rigueurs de l'hiver obligeant les villageois à vivre en quasi autarcie et la rudesse d'une ruralité pas toujours simple à supporter, mais néanmoins il règne une joie de vivre toujours aussi forte...

Du rire, de l'émotion, le neuvième et dernier album est à l'image des précédents, et il revêt toute son importance car il est le dénouement de près de dix ans vécus avec les personnages. Ainsi on découvrira, pêle-mêle, la mise à l'eau du bateau du vieux Noël et de quelle manière, les tourments de Réjean le jeune curé du village, ou encore l'arrivée de l'électricité à Notre Dame des lacs !

Voilà un succès bien mérité pour cette saga écrite et dessinée à deux mains, et où transpire la jubilation de nos deux auteurs, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, qui ont pris un plaisir fou à la réaliser.

Passée la difficulté de s'acclimater aux échanges ponctués d'expressions québécoises tout aussi truculentes les unes que les autres, on se délecte de dialogues alertes et adaptés par le québécois Jimmy Beaulieu.

On appréciera l'unité de cette série, tant par les dialogues que par les dessins toujours aussi bien léchés. Du crayonné poussé de Régis Loisel au remarquable peaufinage de Jean-Louis Tripp, l'osmose entre les deux artistes n'a pas failli sur toute la saga, ce qui n'était pas une mince affaire ! On rajoutera une belle mise en couleurs de François Lapierre, pour la parfaite réalisation d'une série qui fera date dans le monde du 9ème art !

Seule ombre au tableau, et pas des moindres, c'est qu'on aurait voulu longtemps continuer à suivre l'histoire de Marie et de sa nouvelle progéniture, celle de Serge le cuisinier qui s'est si bien intégré au village, ou voir les premiers villageois acquérir une voiture... On se consolera en relisant la série et en espérant que nos auteurs, qui auront vécu avec le village pendant plus de dix ans, aient l'envie de prolonger l'aventure.

Alors, pour les lecteurs qui seraient passés à côté de cette exceptionnelle série devenue un classique du genre, il est encore temps de vivre au rythme de Magasin Général.

MAGASIN GENERAL T9 NOTR DAME DES LACS LOISEL/TRIPP Editions CASTERMAN 128 pages 16,50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 14 Octobre 2014

Le voyage improbable, en route pour la série phare de l'année !

Le phare d'Ouestan connaît une effervescence pour le moins inhabituelle : voilà que ses contreforts recèlent les vestiges d'un animal préhistorique bicéphale ! Alors qu'une équipe pour le moins hétéroclite de chercheurs s'affaire à déterrer les ossements avant que la marée ne recouvre les vestiges, la nappe gazeuse nichée sous le phare va soudainement exploser, transformant le paisible édifice en fusée interplanétaire ! L'effet de surprise estompé, il va falloir s'organiser alors que le phare prend de l'altitude pour une destination inconnue. Jusqu'où ira-t-il ? Est-il habité ? Comment ses occupants vont-ils se nourrir ? Que de points d'interrogation pour ce voyage improbable !

Voilà un diptyque qui commence fort ! Passée la loufoquerie d'un bâtiment transformé en satellite pour une destination inconnue, l'auteur complet Turf, qui excelle dans les récits fantasmagoriques, nous entraine dans une histoire pas banale et riche de nombreux rebondissements. Ici, l'exercice est particulièrement périlleux car réaliser un album se déroulant à huis clos n'est pas donné à tout le monde. On peut dire que le pari est réussi : l'histoire est bien rythmée, et les dialogues sont percutants avec un trait satirique du plus bel effet. Au scénario réussi de ce premier album du diptyque, s'ajoute un dessin qui l'est tout autant ; de l'explorateur débonnaire au gardien de phare acariâtre, en passant par les craquantes étudiantes qui font partie du voyage, on se régale de voir évoluer tous les personnages en vase clos !

Alors, en route pour un improbable voyage plutôt décoiffant.

LE VOYAGE IMPROBABLE TURF Collection Terre de légendes Editions DELCOURT 48 pages 13.95 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 9 Octobre 2014

Le 200ème coup de coeur, demandez le programme !

Que de chemin parcouru avec vous, chers lecteurs, depuis mon premier coup de cœur le 5 mai 2008 avec un article dénommé " Le coup de cœur BD de mai « 1968-2008…N’effacez pas nos traces ! » du couple Tardi/Grange aux éditions CASTERMAN. A cette période, rédiger plus d'une chronique par mois relevait pour moi de la gageure !

Aujourd'hui, vient de paraître la 200ème chronique portant sur l'album MODIGLIANI du scénariste Laurent SEKSIK et du dessinateur Fabrice Le HENANFF aux éditions CASTERMAN, et le rythme s'est accéléré avec pas moins d'une chronique hebdomadaire.

Alors, vous me direz, 200 chroniques en 77 mois, ça ne fait pas bézef et vous n'aurez pas tort !

Je ne vais apprendre à personne que pour sélectionner un album qui sera un coup de cœur, il ne faut pas en lire qu'un seul ! On alterne donc des semaines de disette où la production ne retient pas particulièrement l’attention et des semaines d'opulence où il est difficile de faire un choix souvent cornélien ! Mes lectures se sont aussi diversifiées depuis six ans et si la bande dessinée franco-belge reste ma préférence, je n'hésite pas à chroniquer des mangas ou encore des comics et peut-être vous faire découvrir et qui sait, aimer d'autres styles.

J'espère que vous continuerez à me lire car la passion de vous faire découvrir mes coups de cœur reste mon moteur.

Je ne terminerai pas cet article sans quelques remerciements qui me tiennent particulièrement à cœur. Tout d'abord, l'association Bulles de Mantes et plus particulièrement son président et ami, Philippe GUILLAUME, de m'avoir permis de m'exprimer sur ce blog et faire qu'aujourd'hui ces chroniques ont la faveur du site AURACAN et enfin, mon ami Jérôme BOUTELIER pour son indéfectible soutien.

Alors en route pour le 300ème qui je l'espère, ne mettra pas 3 ans à paraître !

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 8 Octobre 2014

Modigliani, génial artiste incompris de son époque !

Modigliani, voici le journal d'un écorché vif, d'un immense artiste qui est assurément né trop tôt pour vivre la légitime notoriété qu'on lui reconnaîtra lorsqu'il sera six pieds sous terre.

Décrié par la presse, il est vilipendé par un peuple parisien englué dans une pudibonderie primaire et qui n'a pas compris que ces nus étaient terriblement novateurs. On rajoutera une santé des plus fragiles, qu'il n'arrangera pas dans ses délires de drogues et d'alcools divers et l'on a, hélas, la vision assez catastrophique de sa condition. Son aveuglement vis-à-vis de son entourage, entre sa compagne Jeanne, muse et amante qui lui est entièrement dévouée et Léopold Zborowski, son agent qu'il a pris en grippe, alors que celui-ci le porte à bout de bras, révèle un artiste tourmenté, en quête de reconnaissance ! Qu'il est difficile d'être un artiste incompris dans un Paris plus préoccupé par la guerre que par ses peintures !

Le scénariste Laurent Seksik brosse avec justesse les ultimes années de la vie de l'artiste, alors qu'il se détruit à petit feu. Les dialogues sont bien rythmés et l'on a l'impression de voir dérouler le film de ses derniers automnes, remarquablement mis en images par le dessinateur Fabrice Le Hénanff. S'immiscer dans la peau d'un artiste peintre est particulièrement difficile et Fabrice Le Hénanff a su, avec ses peintures, rendre le récit des plus plausibles et des plus vivants. Dans un premier temps, l’album se lit d'une traite tellement les auteurs ont donné envie d'en savoir plus et dans un deuxième temps, il demande à être relu pour s'attarder sur les cases particulièrement réussies.

Un must à découvrir au plus vite !

MODIGLIANI SEKSIK/LE HENANFF Editions CASTERMAN 72 pages 16.00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 7 Octobre 2014

Un long silence...prometteur

"Le silence est d'or, la parole est d'argent", ce proverbe, le jeune Will Campbell ne va tarder à en faire son précepte. Débarqué à New York avec sa mère en février 1882, il voit sa vie prendre une drôle de tournure après le décès de celle-ci dans un attentat à la gare Grand Central Dépôt. Désemparé, traumatisé par la disparition subite de sa mère, seul dans une ville qu'il ne connaît pas, son mutisme, naturel ou pas, va l'amener à vivre une dizaine d'années dans un établissement spécialisé notamment pour les malentendants. Devenu adulte, il n'a qu'un seul but, retrouver les commanditaires de l'attentat. Son statut de sourd va être déterminant car son entourage ne se méfie pas de lui et parle beaucoup, voire beaucoup trop ! Arrivera-t-il à ses fins ? Son incursion dans le milieu de la pègre et de la luxure sera-t-elle bénéfique ? Ne va-t-il pas se jeter dans la gueule du loup, lui qui semble si jeune et si frêle?

Le talentueux auteur complet, qu'est Éric STALNER, renoue ici de jolie manière avec les histoires réalistes. Un scénario qui monte en puissance au fur et à mesure de l'album laisse entrevoir les prémices d'une belle série, comme il en a le secret. On se prend rapidement au jeu de l'intrigue et le héros attire vite la sympathie au point qu’on le suit avec voracité dans son aventure. Avec un dessin hyperréaliste particulièrement fouillé, on appréciera tout particulièrement les décors du New York des migrants, où l'avenir sourit aux gens qui se lèvent tôt. On aimera également ses personnages avec des "gueules" qui ne laissent pas indifférent. On ajoutera une mise en couleurs des plus réussies de Julien MAFFRE et nous voilà avec un premier tome bien prometteur.

À découvrir instamment !

UN LONG SILENCE T1 Le Pink Flamingo STALNER Collection Grafica Éditions GLENAT 48 pages 13.90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 27 Septembre 2014

Love in vain, en route pour la légende...

La vie du bluesman Robert Johnson aura été bien courte mais... tellement intense ! Après une jeunesse plutôt tumultueuse et chaotique, Robert Johnson n'aura guère eu le temps de connaître autre chose. Il faut se rappeler que la condition des noirs dans les années vingt aux États Unis n'est guère reluisante. Heureusement pour lui, la musique transcendera sa courte existence. Mais c'est sa vie totalement débridée qui le perdra, lui qui fut certainement empoisonné par un des nombreux maris jaloux qu'il aura fait cocu.

Dix ans de guitare à gratter dans les bars, voire les tripots, dix ans à écluser mais aussi dix ans de création qui auront marqué toute une génération de musiciens plus prestigieux les uns que les autres : des Stones à Led Zep' en passant par Eric Clapton ou encore Bob Dylan, tous revendiquent d'avoir été inspirés par un son, par une rythmique endiablée; par ce sacré musicien dont la légende véhicule qu'il aurait vendu son âme au diable pour sortir de sa condition et devenir un génie de la guitare.

La vie dissolue de Robert Johnson a déjà été racontée, notamment avec la bd de Jean-Sé aux éditions Nocturne. Cette fois, le scénariste Jean-Michel Dupont, ancien journaliste dans la presse rock et cinéma, réussit à tordre le cou au mythe, en démontrant que la vie de ce fameux bluesman était le lot de bon nombre de jeunes noirs qui voulaient percer et de fait, se sortir de leur condition misérable.

Le dessinateur Mezzo réussit également un tour de force en croquant Robert Johnson à partir des deux seules photos qui aient été retrouvées de ce grand virtuose. Mezzo maîtrise parfaitement les encrages et montre ici encore l'émotion au fil des pages. On appréciera particulièrement des cases volontairement allongées dans des planches au format à l'italienne, pour rendre du mieux possible la platitude des paysages du Delta du Mississipi. Avec un trait des plus réalistes, Mezzo rend concret ce personnage mythique et donne au lecteur l'envie de prolonger cette saga dans l'écoute de la trentaine d'enregistrements qu’il aura laissés, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

Un must à découvrir !

LOVE IN VAIN DUPONT/MEZZO collection Hors Collection Editions GLENAT 72 pages 19,50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 26 Septembre 2014

Quai des bulles 2014, à l'abordage de la 34ème édition les 10-11 et 12 octobre !

Cette année, comme tous les quatre ans, c'est deux semaines avant les vacances de la Toussaint qu'aura lieu cette grande messe de la bande dessinée sur les terres malouines. Course du Rhum oblige, les organisateurs d'un des grands événements phare de la bd nous donnent rendez-vous avec un programme des plus alléchants :

Rendez-vous compte que ce sera encore pas moins d'une quinzaine d'expositions qui vous sont proposées encore cette année, de la grande rétrospective dédiée au talentueux Jean-Claude Mézières (Valérian et Laureline) aux expositions d'extérieur consacrées à la série Lanfeust, en passant par l'hommage à Bruno Le Floch, grand Monsieur de la bande dessinée, décédé prématurément.

Il faut rappeler que ce riche festival est consacré également à l'image projetée ! L'association Quai des Bulles projettera, durant toute la durée du festival, pas moins de six longs métrages qui auront comme thème "Héros supers et ordinaires".

Il ne faut, évidemment, pas oublier l'espace Quai St Malo qui regorgera de plus de 500 auteurs répartis sur une centaine de stands, prêts à vous rencontrer pour partager un bon moment de convivialité.

Mais Quai des bulles, c'est aussi :

- LE BISTRO, un endroit très conviviale pour échanger, partager sur la bd mais aussi assister à des directs radio, écouter de la musique autour d'un café.

- Les incontournables "Contes à bulles" animés cette année par Fiona MacLeod et Tenzin Gonpo et illustrés par Frederick Peeters et Alfred.

- Les rencontres Pro/amateurs, lieu d'échange entre professionnels de la BD et dessinateurs/scénaristes amateurs.

- Un concours d'encadrement et de cartonnage ouvert à tous, organisé à partir de visuels issus de la collection d'images de Quai des bulles, dont la carte postale et l'affiche 2014 dessinée par Frederik Peeters.

Ne pouvant donc être exhaustif, je vous invite à vous rendre sur leur site, au demeurant fort bien fait, à l'adresse suivante http://www.quaidesbulles.com/le-festival-2014 afin d'y préparer votre venue.

Alors, moussaillons souquez ferme pour rejoindre à l'heure dite la cité malouine pour de belles aventures bédéphiles !

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires