Publié le 4 Mars 2015

APPA T1, on mord facilement à l'hameçon !

Quel drôle d'idée de se prénommer Appa quand on est l'unique gamine d'une tribu de pêcheurs ! On comprend vite lorsqu’on découvre le travail journalier d'Appa qui se retrouve au bout de l'hameçon afin de piéger le poisson assurant l'alimentation des villageois.

Il aura fallu successivement les révélations de son père mourant et le sauvetage d'un dragon qu'elle ramène à la vie, pour bouleverser son quotidien et l'entraîner dans une quête accompagnée de l'ineffable dragon qui a promis de lui porter assistance : une amitié improbable va naître entre Appa, la petite fille espiègle et Boule de poils, surnom donné au dragon impertinent et immature.

Avec un scénario des plus réussis aux répliques drôles et justes, Thomas Bonis réalise la performance de toucher un public large digne du célèbre slogan du journal Tintin, de 7 à 77 ans. Un récit très fleur bleue associé à des dialogues souvent cocasses nous fait rapidement adhérer à l'histoire.

Il faut ajouter le dessin "gros nez" de Dav, du plus bel effet et qui rend tous ces personnages attendrissants, du dragon gaffeur aux pierres intelligentes de l'île de Zou.

Enfin, on saluera l'initiative des éditions BAMBOO d'éditer ce récit sous deux formats, en album cartonné couleurs d'une part et façon manga d'autre part avec un découpage des plus aboutis.

APPA T1 Boule de poils Editions BAMBOO au carré 80 pages 14,90€ et en version manga 140 pages 7,95€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 3 Mars 2015

ROSA T1, l'incroyable pari !

Quel destin pour cette jeune femme mariée par ses parents à un veuf porté sur la bouteille ? Nous sommes au début du XXème siècle et pour subvenir à ses besoins et ceux de son alcoolique de mari devenu tuberculeux, elle tient avec autorité un bistrot dans les locaux de la ferme conjugale.

L'estaminet réunit chaque jour une bonne partie des hommes du village, toujours prêts à se mesurer à leur prochain. Une violente dispute entre le maire et un administré qui voudrait bien occuper sa place va prendre une tournure des plus originales : mettant en doute leurs capacités amoureuses ils décident de faire un pari afin de déterminer le plus efficace au lit ! Pour cela, il suffira de trouver une femme qui "essaiera" les protagonistes et rendra son verdict. Les esprits s'échauffent et voilà que les habitués du café décident de participer au concours.

Rosa, témoin de toutes les discussions, trouve le pari bien bête mais se dit que si elle relevait le défi et endossait le rôle d'arbitre, elle gagnerait un pécule permettant de payer les frais de sanatorium pour son mari. Jusqu'où ira-t-elle ? Bravera-t-elle l'opinion publique et surtout sera-t-elle prête à affronter les femmes des compétiteurs ?

Quel scénario original et haletant que nous distille ici l'auteur complet François Dermaut, adaptant un texte de l'écrivain Bernard Ollivier ! On va découvrir petit à petit ce que cachent derrière leur fatuité, tous ces hommes qui ne rêvent que de gagner un pari crétin, à la fois lucratif et flatteur pour leur orgueil masculin.

François Dermaut n'est pas seulement un formidable metteur en scène d'histoire, il est aussi un remarquable dessinateur qui nous a enchanté notamment avec sa série "Les chemins de Malefosse". Si l'auteur nous a habitué, tout au long de sa carrière, à des épopées historiques avec des grands décors, ici tout est concentré sur les personnages qui sont le moteur de l’histoire.

Voilà le premier opus d'un diptyque des plus alléchants qui ne demande qu'à révéler son dénouement.

Assurément, un des meilleurs titres de ce début d'année !

ROSA T1 DERMAUT Collection CARACTERE Editions GLENAT 56 pages 14.50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 21 Février 2015

Les Pirates de Barataria T8... L'appel de l'aventure, toujours plus fort !

Penser que la belle Artemis Delambre vivrait recluse dans un village reculé de la Corse jusqu'à la fin de sa vie était assurément une chimère. C'était sans compter sur son désir de rejoindre ce qui était sa vie il y a encore quelques mois. Alors, quand un des espions de Napoléon l'enjoint de l'accompagner en Gaspésie, son sang ne fait qu'un tour et c'est reparti pour l'aventure.

Au cours d’une traversée pourtant relativement tranquille, l'abordage d'un navire anglais va livrer des documents de la plus haute importance pour la suite de l’histoire. En effet, des feuillets rattrapés de justesse avant qu'ils ne disparaissent dans la mer vont révéler des stratégies d'attaque fomentées par la marine anglaise...

Alors qu’on croyait l'aventure terminée au fin fond de l'Egypte où nous avions laissé notamment Dominique, le valeureux corsaire, ce diptyque vient à point nommé et pour notre plus grand plaisir renouer avec une aventure où les corsaires sont au centre d'un conflit anglo-américain des plus ténus.

L'auteur complet Marc Bourgne, signe là encore, un scénario bien ficelé servi sur un plateau pour un Franck Bonnet qui, au fur et à mesure de cette saga, s'affirme comme l'un des tout meilleurs dessinateurs maritimes. Son dessin hyperréaliste, aussi à l'aise en pleine mer que dans les bayous, confirme le succès mérité de la série. Le premier opus de ce diptyque augure assurément une fin du plus effet et nous impose, hélas, de devoir être patient pour en découvrir le dénouement.

LES PIRATES DE BARATARIA T8 BOURGNE/BONNET Collection GRAFICA Éditions GLENAT 48 pages 13,90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 15 Février 2015

SPRG T1, un service de police pas si tranquille que ça !

Quand on devient papa et qu'on est un flic "tout terrain", on se dit qu'il serait de raccrocher et de trouver un travail plus pépère pour profiter de la nouvelle petite famille. Seulement Simon n’imagine pas un seul instant qu'en intégrant le Service de Protection des Renseignements Généraux, la tranquillité n'est pas vraiment au rendez-vous !

Tous ses plans sont bouleversés quand avec son équipe il se voit attribuer la mission d'assurer la sécurité d'un haut responsable d'entreprise et de sa famille. Mais est-il si mécontent que cela prenne une telle tournure ?

Peut-être que la peur d'affronter le quotidien familial autrement moins palpitant que sa fonction de policier lui pèse ?

Concilier une vie de famille et un travail prenant n'est guère facile. Alors quand il s'agit de prioriser en pleine poursuite de barbouzes et devoir penser au paquet de couche à rapporter au foyer, il y a un monde… et il n'arrive pas à franchir le pas!

Les scénaristes Pierre DRAGON et Alain GILLOT nous entraînent dans une enquête trépidante plutôt bien tournée, mais également dans une réflexion, sans vraiment y apporter de réponse, sur le problème existentiel de faire un choix cornélien entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Mais y-a-t-il réellement une solution ?

Avec un dessin dynamique et efficace rendant notamment, de belle manière, le stress quotidien du jeune policier, ses joies et ses peines, le dessinateur Fred LAMOUR a trouvé le moyen de nous faire adhérer à une histoire des plus réalistes.

SPRG T1 DRAGON/GILLOT/LAMOUR Édition CASTERMAN 56 pages 13,50€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 13 Février 2015

Au fil de l'Art, acte 2...Une bien agréable façon de (re)découvrir les peintres et leurs chefs d'oeuvre picturaux

Déjà le premier opus du diptyque nous avait enchantés avec des récits sur les peintres qui ont rythmé les siècles de leurs œuvres tout aussi célèbres les unes que les autres, jusqu'à la fin du 18ème.

A ce panorama relativement exhaustif succède aujourd’hui une belle mise en valeur des peintres de 1800 à nos jours.

La particularité de ce diptyque, c'est qu'il peut se consommer comme on le désire : on peut bien sûr se laisser porter par Lune, une malicieuse jeune fille qui se ballade dans le temps, affublée de Vincent, le chat, fil rouge de sa série consacrée à Van Gogh. Mais on peut aussi picorer les histoires au gré de ses envies, de ses humeurs, découvrir la vie ô combien difficile de Goya, ou encore s'appesantir sur le récit d'un Monet dans ses jardins de Giverny. Une des multiples forces de ce dessinateur est de se fondre avec réalisme dans les mises en scènes des peintres, et ainsi de nous permettre encore une fois de (re) découvrir toute la palette des talents qu’il possède.

On regrettera assurément que la série ne puisse se prolonger, car il resterait encore bon nombre d’artistes et de leurs œuvres emblématiques à évoquer par une Ivana SMUDJA très en verve, aux textes fort bien documentés pour servir l'immense talent du maître Gradimir SMUDJA.

Surprenant, parfois burlesque, souvent moqueur mais toujours respectueux de ses prédécesseurs qu'il vénère, le dessinateur Gradimir Smudja nous enchante avec ses planches qui s'apparentent plutôt à des toiles.

Au fil de l'Art T2 SMUDJA Collection Hors Collection Editions DELCOURT 104 pages 19.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 8 Février 2015

L’ile aux femmes…pas si paradisiaque qu’on aurait pu le croire !

César Bompard a tout pour plaire: un physique de bellâtre et son métier d’aviateur de voltige, tant admiré. Il montre un amour immodéré pour la collection de conquêtes : il faut dire qu’elles sont toutes en pamoison devant ce fringant jeune homme que rien n’arrête.

Mais ce relatif bonheur n’a qu’un temps, et la première guerre mondiale venant à se déclarer son statut change brusquement ! Finies les soirées mondaines qu’il termine dans son lit entouré de naïades, place à l’aéropostale militaire et son transport de colis et de lettres d’amoureux transis qui se morfondent dans les tranchées dans l’espoir d’un retour rapide.

Les trajets ne sont pas danger et il va se retrouver rapidement sur une ile déserte après avoir été abattu en plein vol. Déserte, cette ile ne l’est qu’en apparence puisqu’il ne tarde pas à découvrir qu’elle est peuplée de jeunes femmes. Seulement, seront-elles aussi accessibles que ses conquêtes parisiennes ? Son statut social d’aviateur, ajouté à son charme ravageur seront-ils des éléments déterminants et suffisants pour recréer sa petite vie dans ce décor paradisiaque ? Ne sera-t-il pas réduit à servir de mâle reproducteur, en remplacement d’un vieux rescapé unijambiste usé par ces dames ?

Voilà que le dessinateur Zanzim ajoute une corde à son arc, celle de la réalisation du scénario. Et on peut dire que pour une première, c’est une réussite : le récit est fluide, souvent drôle mais aussi grave par moment car il pose notamment la problématique du choix et de la disposition de son corps, une question assurément plus souvent rencontrée par la gente féminine. Le dessin est toujours aussi alerte et n’est pas sans rappeler, pour notre plus grand plaisir, les albums précédents tels que Ma vie posthume ou encore La sirène des pompiers. De belles couleurs chatoyantes viennent agrémenter ce bon album de quatre-vingt pages à découvrir instamment en ce début d’année.

L’ILE AUX FEMMES ZANZIM Collection Mille Feuilles Editions GLENAT 80 pages 19,50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 25 Janvier 2015

Angoulême 2015, un festival incontournable et plus international que jamais !

Petits et grands, amateurs et professionnels attendent chaque année avec impatience, la fin du mois de janvier pour cette grand-messe de la bande dessinée.

Il aura fallu les événements dramatiques de ce début année, pour rappeler, bien tristement, que le dessin est et restera notamment le vecteur incontournable de la liberté de penser. Le festival 2015 revêtira donc un caractère tout particulier, car il sera le premier rendez-vous d'importance d'après la décimation du staff du journal Charlie Hebdo.

Compte tenu d'un programme particulièrement dense, il vous est conseillé de compulser avec une attention toute particulière le site officiel http://www.bdangouleme.com/ afin d'optimiser au mieux votre venue en cité Angoumoise.

Près d'une quinzaine d'expositions et plus particulièrement les incontournables telles :

  • Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve, une grande exposition monographique sur l'incontournable mangaka qui aura fait découvrir et aimer à beaucoup d'européens, la bande dessinée japonaise. Cette exposition présentée par les éditions Casterman est assurément la plus conséquente qui été consacré à son immense talent.
  • Calvin & Hobbes, de l'américain Bill Watterson, qui rappelons-le fut élu grand prix en janvier 2014, se voit consacrer une exposition qui reviendra en détails sur sa série qui a fait les beaux jours d'une jeunesse américaine et qui a su traverser les frontières et conquérir un nombreux public européen.
  • Fabien Nury, le scénariste qui touche à tout avec talent, reçoit une belle consécration à Angoulême avec une exposition qui rappellera l'étendue et la diversité de ses talents de narrateur.
  • Mezzo en noir et blues, consacré à l'un des meilleurs albums de la fin d'année 2014 et à la superbe réalisation de Mezzo, avec le concours d'un beau scénario de Jean-Michel Dupont sur la vie débridée et exaltante de Robert Johnson. Rappelons que l'association Bulles de Mantes avait exposé des planches de cet album dès novembre, à l'occasion du festival Blues s/Seine.

Mais c'est aussi :

  • Jack Kirby, une belle exposition consacrée à celui qui est considéré aujourd'hui comme le maître du comics.
  • Les Carnets de Cerise, une exposition consacrée à une belle série enfantine réalisée par Joris Chamblain et Aurélie Neyret.

Cantonner le festival international de la bande dessinée à un catalogue d'expos serait très réducteur. Cette année encore, c'est près d'un millier d'auteurs, venus de toute la planète, rien que pour vous, qui rencontrerons le public, chaque année un peu plus nombreux. De l'Espace Editeurs à l'espace Pavillon des jeunes talents en passant par le Pavillon Chine, pays à l'honneur pour cette édition, les rencontres seront nombreuses et enrichissantes.

N'oublions pas également les nombreuses animations et spectacles disséminés dans la ville.

Une fois encore, et ce pour la quarante-deuxième fois, saluons le travail des organisateurs du festival international de la bande dessinée qui auront mis les bouchées doubles pour que cette édition célèbre, comme il se doit, le 9ème art.

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Divers

Publié le 19 Janvier 2015

Roma T1, en avant pour l'aventure de la ville éternelle.

La ville aux sept collines fascine l'humanité depuis plus de 3 000 ans. Façonnée par des hommes parfois devenus illustres, elle reste le symbole de la ville intemporelle.

Le talentueux et regretté Gilles Chaillet rêvait de mener à bien le projet de réaliser une fresque de cette ville emblématique qui puise ses racines dans la mythologie. Hélas, il en a été décidé autrement, mais bien heureusement la relève est là et bien là !

Avec une trilogie de scénaristes qui compte déjà à son actif bon nombre de célèbres scénarios, le défi est en passe d'être relevé. Sur un concept d'une histoire par album avec le fil conducteur de la prestigieuse capitale italienne, Didier Convard, Eric Adam et Pierre Boisserie nous transportent avec bonheur dans ce premier opus, où l'on va découvrir la genèse de la cité, du cheval de Troie aux jumeaux Romulus et Romus.

Sur fond de la malédiction qui va hanter deux familles ayant eu le malheur d'approcher de trop près la déesse Ker, enfermée dans une statuette, le lecteur va être rapidement immergé dans une histoire des plus démoniaques.

Le rythme est soutenu et les péripéties et catastrophes s'accumulent pour aller jusqu'où.... Le lecteur aura tout le loisir de le découvrir sous les traits du dessinateur Régis Penet qui aura accompli un remarquable travail, à l'image du scénario. Dans un album qui s'apparente particulièrement aux meilleurs péplums que le cinéma ait pu créer, on notera de surcroit un dynamisme de bon aloi, tant au scénario qu'au dessin.

Un cahier orchestré par l'éminent historien Bertrand Lançon apporte la rigueur historique nécessaire à un tel récit et on se délectera à découvrir les superbes gravures sur bois réalisées par un Régis Penet bien en verve.

ROMA T1 La malédiction ADAM/BOISSERIE/CHAILLET/CONVARD/PENET collection Grafica Editions GLENAT 64 pages 14.95€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié le 15 Janvier 2015

Holly Ann T1, où les enquêtes en jupons à La Nouvelle Orléans

Nous sommes à la fin du 19ème siècle où l'on découvre Holly Ann, une jeune fille délurée toujours prête à rendre service, dont la principale activité est d'arpenter à la recherche d'énigmes sa ville, La Nouvelle Orléans, mystérieuse cité métissée.

Voilà qu'un garçonnet a été retrouvé dans le bayou, sauvagement assassiné. La police ne tarde pas à trouver un coupable trop facilement désigné. C'était sans compter sur la perspicacité et la ténacité de l'impertinente Holly Ann qui va enquêter avec maestria.

Avec un scénario enlevé, Kid Toussaint nous embarque dans les tréfonds d'une ville lourde de son passé, entre les rites vaudous, la guerre de sécession à peine terminée, l'esclavage omniprésent et une condition féminine loin d'être au beau fixe.

Le dessin hyperréaliste de Stéphane Servain s'accorde parfaitement au scénario et sait reproduire avec justesse l'ambiance parfois pesante de l'histoire. Une mention particulière est à faire pour les couleurs chatoyantes si caractéristiques de la Louisiane et qui ont ajouté une touche d'exotisme des plus intéressantes.

Cette nouvelle série commence par une belle enquête digne des meilleurs polars et laisse augurer une longue vie.

Holly Ann T1 SERVAIN/TOUSSAINT Editions CASTERMAN 48 pages 13.50€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Publié le 13 Janvier 2015

La Banque T3, les générations se suivent et se ressemblent...

Les générations se suivent et se ressemblent ! La rancœur développée par Christian de St-Hubert redouble avec le retour d’Algérie de sa sœur Charlotte, affublée d'Odile et Jacques, ses deux enfants devenus adultes. Lui, Christian le boursicoteur, qui pensait régner sur Paris et faire seul des spéculations dans le sillage du "baron" Haussmann, va devoir compter avec sa "fratrie" haineuse mais également avec les déboires que vont lui causer sa propre descendance.

Sur fond de réhabilitation des quartiers de Paris, les deux scénaristes Pierre BOISSERIE et Philippe GUILLAUME nous entraînent dans une histoire "à tiroirs" pleine de rebondissements où tous les sales coups sont permis. Du Victor agressif à la calculatrice Odile en passant par le craintif Théodore et le lâche Jacques, tout ce petit monde veut arriver à ses fins et ce, à n'importe quel prix !

Si le changement de dessinateur peut sembler déroutant dans les premières cases, cette sensation s'estompe très rapidement et on se familiarise très vite avec le trait vif de Malo Kerfriden, reprenant le récit et ses drôles de personnages comme si on ne les avait jamais quittés.

Ce troisième opus, premier album de la deuxième génération, démarre très fort et on découvre des personnages des plus cyniques, chez qui l'argent est le vecteur de tous les vices. Du rythme, des ambiances parfois glauques, voire dérangeantes, tous les ingrédients d'un récit à la Zola sont là pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Alors, si vous ne vous êtes pas encore plongés dans La Banque, c'est le moment de découvrir cette série incontournable.

La Banque T3 : 1857-1871 GUILLAUME/BOISSERIE/KERFRIDEN Editions DARGAUD 54 pages 13.99 €

Voir les commentaires