Publié le 22 Janvier 2017

Le Festival Internationale de la Bande Dessinée d’Angoulême 2017, la manifestation de tous les superlatifs

44 ans d’existence, ce n’est pas rien ! Une fois de plus et ce, pour le plus grand plaisir des amateurs de bandes dessinées, le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême sera une fois encore le plus grand rassemblement d’auteurs, de spécialistes de la BD et bien évidemment d’aficionados sur 22 000 m2 de surface couverte.

Alors, bien sûr et ce, chaque année un peu plus, les grincheux diront qu’il y a trop de monde et qu’on ne peut pas tout faire. Du public il y en a et heureusement mais à côté de ça, il y a tellement de choses à voir, de personnes à rencontrer, entre les expositions, les animations, les espaces marchands et autres séances de dédicaces que tout le monde peut y trouver son compte, en prendre plein les yeux.

La bande dessinée, bien que de plus en plus omniprésente et ce pour notre plus grand bonheur, a conquis ses lettres de noblesse et le 9ème art a bien pris sa part dans le milieu culturel. Néanmoins, c’est encore la seule période de l’année où la presse non spécialisée daigne s’intéresser de manière conséquente à la bande dessinée.

Alors, ne boudons pas notre plaisir et participons à cet événement incontournable où Angoulême devient le centre du monde BD pendant 4 jours !

Commençons, par le Grand Prix de la ville d’Angoulême qui traditionnellement aura réalisé la superbe affiche, en la personne de Monsieur HERMANN, l’auteur complet aux 130 albums en cinq décennies qui aura marqué la bande dessinée franco-belge par son immense talent et pour lequel le FIBD consacre une exposition de plus de 150 originaux à l’espace Franquin, salle Iribe.

Mais le choix des expositions ne s’arrête pas là et c’est une douzaine d’autres expositions que le FIBD propose, de l’américain Will Eisner à Franquin en passant par Jean-Claude Mézières et Pierre Christin avec Valérian la série mise à l’écran par Luc Besson mais également l’univers fantasmagorique d’Alex Alice avec le château des étoiles…

Le festival, c’est aussi un focus sur la jeunesse, avenir de la bande dessinée avec l’organisation de concours annuels, des rencontres si précieuses avec les professionnels, des cérémonies de remise de prix pour récompenser les réalisations de l’année.

Mais un festival bd sans l’animation de séances de dédicaces ne serait pas un vrai festival et les 200 maisons d’édition mettent le paquet en constituant un plateau hors du commun d’auteurs qui seraient cette année près de 2 000, venus des quatre coins du monde entier !

Il ne faut bien sûr pas oublier toutes les animations, qu’elle soit in ou off, qui vont rythmer cette 44ème édition et combler l’ensemble de tous les festivaliers car il y en a pour tous les goûts : des concerts de dessin aux conférences, c’est plus de 350 rencontres, ateliers, conférences, spectacles et projections qui sont proposés sur ces quatre jours.

Saluons, une fois encore, l’organisation de ce festival incontournable qui en fait à chaque début d’année, la Mecque de la bande dessinée.

Plus d’information sur le site très complet du festival http://www.bdangouleme.com

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost 0

Publié le 14 Janvier 2017

Tintin au pays des Soviets prend des couleurs

La sortie d’un nouvel album de Tintin reste toujours un évènement et celui de la mise en couleur du premier album en est un ! Cette version couleur manquait et on ne peut que se féliciter de la voir enfin.

Passés les clichés sur la vie des Soviétiques dans les années trente, le maître Hergé, alors âgé seulement de 21 ans, a réalisé là un album d’aventures extraordinaire. Même si les spécialistes de l’univers Tintin considèrent aujourd’hui encore que cet album reste une œuvre avec ses défauts de jeunesse, il n’empêche qu’elle préfigure une série d’aventures qui aura été éditée à plus de 240 millions d’exemplaires dans le monde.

Au-delà de ce que certains pourront qualifier d’opération marketing, cette mise en couleur superbement réalisée par Michel Bareau, directeur artistique des Studios Hergé, et ancien directeur artistique de Casterman, apporte un vrai plus à la lecture de l’album, en lui donnant une profondeur, un mouvement et un confort de lecture de bon aloi, au point de servir le dessin et nous faire redécouvrir complètement l’album et ce, pour le plus grand plaisir des petits et des grands..

On appréciera le soin tout particulier qui a été apporté à cet album, notamment par l’utilisation de 80 % des planches originales qui ont été re-scannées, puis restaurées avant d’y adjoindre la couleur quand cela a été possible, et par l’emploi des films qui avaient servi à la version du « fac-similé » lorsque les planches n’ont pas été retrouvées.

Cette version couleurs fera date dans l’édition et à n’en point douter, attirera des lecteurs de 7 à 77 ans que l’impression en noir et blanc avait sans doute rebutés, et leur permettra de (re)découvrir les premières aventures d’un jeune reporter plein de talent avant de se ruer sur les vingt-trois albums suivants que compte cette série mythique.

Un album incontournable à (re)découvrir instamment !

TINTIN AU PAYS DES SOVIETS HERGE Editions MOULINSART CASTERMAN 144 pages 14.95 € Edition luxe 160 pages 31.50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 10 Janvier 2017

Il était une fois, idées noires…l’incontournable opus du maitre Franquin

Qui aurait pu penser que l’ineffable André Franquin se lancerait dans pareille aventure, celle de réaliser des histoires à faire rire jaune ? Assurément ceux de son entourage qui connaissaient son sens aigu de l’humour décapant n’ont guère été surpris !

De la mouette qui n’a de rieuse que le nom pour un synopsis que Hitchcock ne renierait pas, à l’amoureux transi qui finira par cannibaliser sa dulcinée pour assouvir sa fringale, le génialissime Franquin s’est lâché dans la série en offrant un scénario tantôt gore mais toujours drôle, tantôt hyperréaliste … au point que l’on pourrait se demander si ce n’est pas l’actualité qui est narrée. Rire de situations qui n’ont rien de drôle au départ mais que le scénariste est capable de sublimer, voilà ce dont était capable André Franquin. On ajoutera un dessin d’ombres chinoises à l’encre souvent aussi noire que l’histoire, et il ne restera plus qu’à déguster une bonne soixantaine d’histoires.

On soulignera l’excellent travail éditorial de Fluide Glacial qui ne s’est pas contenté de compiler toutes les planches d’idées noires, initialement parues dans le Trombone illustré puis dans la revue Fluide Glacial et éditées en deux albums, mais d’agrémenter l’intégrale d’une soixantaine de pages d’interviews qui vont permettre au lecteur de (re) découvrir toutes les facettes de cet auteur aux talents multiples. L’intégrale comporte également des hommages de grandes figures de la bande dessinée : de Foerster à Pixel Vengeur en passant par l’incroyable Gottlieb, près d’une dizaine de dessinateurs ont dessiné des odes à la série, des témoignages de l’attachement qu’ils ont pu y  porter. Au travers des interviews de ses proches et amis ainsi que des éditos ressort toute la sensibilité et le talent de ce grand auteur qui aura marqué le 9ème art, mais transparait également un pan de son personnage peut-être plus méconnu du grand public dans le militantisme pour l’écologie, la défense des droits humains et contre la guerre.

Voilà quarante ans que les idées noires sont nées et ça valait bien un hommage pareil.


IL ETAIT UNE FOIS IDEES NOIRES FRANQUIN Editions FLUIDE GLACIAL 120 pages, 19,90 €.

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2017

Les chiens de Pripyat T1, quand la nature reprend ses droits…

Que peut bien pousser les hommes d’un village situé à quelques encablures de Pripyat, la cité enchantée du socialisme soviétique, vidée de sa population après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, à y pénétrer ? Peut-être la soif de découvrir ce qui reste de la ville fantôme ? Il semble plutôt que ce soit plutôt pour eux l’attrait du gain, s’ils parviennent à se débarrasser des chiens qui hantent les vestiges, susceptibles de contaminer une partie du territoire.

Quatre adultes et Kolia, un jeune adolescent, débarquent dans la cité sous la neige pour exécuter sans état d’âme la tâche qui leur incombe. Si la besogne s’avère plutôt aisée les premiers jours, l’équipe d’exterminateurs va vite se trouver confrontée à des obstacles inattendus : la rencontre de bandes de chasseurs adverses, des apparitions de personnages en tenue de décontamination, un chien chef de meute insaisissable…

Dans ce premier album d’un nouveau diptyque, le scénariste Aurélien Ducoudray nous plonge dans les arcanes du drame de Tchernobyl en rappelant que Pripyat, qui faisait la fierté des autorités soviétiques, n’est plus qu’un amas de béton où tout semble s’être figé depuis l’évacuation de ses habitants, hormis la végétation omniprésente. Et pourtant, le lecteur va découvrir petit à petit que la vie est encore possible… Proposant un découpage des plus précis, le scénariste reprend avec bonheur une technique utilisée lorsque les planches paraissaient dans des revues hebdomadaires, qui consiste à créer un évènement en fin de page et susceptible de tenir le lecteur en haleine jusqu’à la semaine suivante.

Avec un dessin très réaliste, n’hésitant pas à rendre bien expressifs les visages de ses personnages, le dessinateur Christophe Alliel fait évoluer les protagonistes de l’histoire dans un décor plutôt anxiogène de l’après catastrophe nucléaire.

A découvrir instamment.

LES CHIENS DE PRIPYAT T SAINT CHRISTOPHE Collection GRAND ANGLE Editions BAMBOO 56 pages 13.90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 1 Janvier 2017

De cape et de crocs T12, ce n’est qu’un au revoir !

Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? C’est la question que l’on pourrait poser à ce candide lapin dénommé Eusèbe. Décidément, trop gentil, trop naïf, trop tout… au point d’assumer beaucoup de facéties, à commencer par celle de Fulgence, son frère, petit parvenu dans le monde des malandrins de la Cour des miracles. Voilà que cet escroc de Fulgence fomente un assassinat avec la complicité de Fagotin, le singe maléfique, et ce n’est pas du tout du goût d’Eusèbe qui va, au péril de sa vie, tenter de déjouer le forfait. Arrivera-t-il à temps à démêler l’intrigue et à s’opposer à cette ignominie…

Textes drôles, situations cocasses et peuplées de rebondissements, le scénariste Alain Ayrolles s’en donne à cœur joie pour le plus grand plaisir du lecteur qui retrouvera, une fois encore, toutes les truculences de cette époque de capes et d’épées où, même si la vie ne pouvait tenir qu’à un fil…de rasoir, l’humour et la perfidie étaient monnaie courante. Le second volet du diptyque dédié à l’ineffable hase boucle avec panache une série rocambolesque qui aura tenu le lecteur en haleine pendant plus de vingt ans.

Le compère du scénariste, Jean-Luc Masbou, n’est pas en reste pour magnifier le récit avec talent, par son dessin réaliste léché et dynamique donnant ainsi vie à ses personnages. On complètera notre plaisir par la vue des superbes décors dans lesquels évolue une cohorte d’animaux et d’humains, le tout rehaussé par de splendides couleurs.

 

Alors, pourquoi s’arrêter en si bon chemin et laisser le lecteur orphelin ?  De la lassitude à faire perdurer une série sur une période aussi longue, des envies de se lancer dans des aventures aux antipodes de celle-ci ? Les auteurs ont assurément leurs raisons… Il n’empêche qu’Alain Ayrolles et Jean-Luc Masbou laisseront un morceau d’anthologie dans le monde de la bande dessinée, donnant la vocation pour une nouvelle génération d’auteurs et ravissant les lecteurs qui attendaient patiemment et annuellement chaque nouvel opus.

Indispensable !

DE CAPE ET DE CROCS T12 SI CE N’EST TOI Collection Terres de Légende AYROLLES/MASBOU Editions DELCOURT, 48 pages 14.50€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2016

Les frères Rodriguez, à la vie à la mort…

A la fin des années 50, le Mexique découvre deux jeunes prodiges, Pedro et Ricardo Rodriguez, deux frères nés pour la compétition automobile. Alors qu’ils ne sont pas encore majeurs, leur père utilise tous les stratagèmes pour les imposer sur les circuits, à commencer par trafiquer leurs papiers d’identité pour qu’ils puissent s’aligner sur la ligne de départ et… gagner ! Seulement, le vieil adage comme quoi « on ne met pas deux crocodiles dans le même marigot » prend tout son sens à suivre leurs batailles sur la piste comme dans les paddocks, pour obtenir la faveur paternelle et ses moyens financiers. A ce petit jeu c’est  plus souvent le cadet qui l’emporte au grand dam de l’aîné, et les chamailleries sur fond de victoires trustées aux quatre coins de la planète auraient pu durer éternellement jusqu’à… 

L’auteur complet Christian Papazoglakis propose une histoire poignante, pleine de rebondissements, à l’image de la vie trépidante  que vivaient les deux frères. Leur rivalité sur la piste comme à la ville et malgré tout, leur belle cohésion face à l’adversité, font partie des moments forts retranscris par l’auteur, et qui rendent le récit attractif sans être limité à une suite de courses peuplées de victoires et de défaites.

Le lecteur s’enthousiasmera sur les belles carrosseries remarquablement dessinées et animées par Christian Papazoglakis qui, après avoir passé de nombreuses années dans les studios Graton, fait partie aujourd’hui des grands spécialistes de la bande dessinée consacrée à l’automobile.

Alors, plein gaz sur cette évocation de valeureux guerriers de la route qui auront inscrit leur nom au panthéon de l’élite automobile pour des marques encore prestigieuses aujourd’hui telles que Ferrari, Alfa Roméo et autres Ford, sur des courses réputées à commencer par les 24 heures du Mans ou les championnats de formule 1.

LES FRERES RODRIGUEZ PAPAZOGLAKIS Collection Plein Gaz Editions GLENAT, 64 pages 14.95 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2016

Docteur Poche Retour sur la planète des chats, la réapparition d’une série culte !

Il faudra une incroyable succession d’événements pour que le Dr Poche renoue avec de nouvelles aventures sur la planète des chats. Entre la coupure de courant dans son village et l’électrocution de Cromwell, son félin préféré, le Dr Poche va recevoir un drôle de message de détresse du matou envouté l’intimant de porter secours à la planète des chats, envahie par les terrifiants cochons verts. Seulement, comment y retourner, sinon en recueillant la complicité du professeur Cyclotron ? La cabine téléphonique du coin de la rue va remplir son rôle de télétransportation pour ramener le jeune magicien sur la planète des chats … Mais la méthode de transfert dans le temps du professeur Cyclotron est-elle si efficace que cela ? Hélas, un atterrissage chaotique au pays des ours ne semble pas correspondre aux souhaits du Dr Poche. Arrivera-t-il alors à remettre le chaton Ury sur le trône et rétablir la paix sur la planète ?

Trente-quatre ans, c’est le temps qu’il nous aura fallu attendre pour voir une suite à cette belle aventure unissant science-fiction et poésie, recette dont Marc Wasterlain a le secret. Ici, Marc Wasterlain renoue avec l’aventure avec un grand A dans un récit bien ficelé, mêlant les humains et les animaux avec bonheur. On aurait pu penser que l’histoire et ses personnages se seraient émoussés après tant de temps : c’est méconnaitre le talent de Marc Wasterlain qui fait que la série n’a pas pris une ride…Un dessin toujours aussi alerte rehaussé par les couleurs de Dekeiser fait de ce premier album une ode à l’imaginaire des plus réussie avec des rebondissements incessants.

 

Du grand Wasterlain à (re)découvrir à qui Franquin, le génial créateur de Gaston avait rendu un bel hommage en disant que « c’est bien simple, si je pouvais je choisirais de dessiner comme Wasterlain ».

DOCTEUR POCHE RETOUR SUR LA PLANETE DES CHATS WASTERLAIN Editions MOSQUITO, 60 pages 14,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2016

Quoi de neuf sous le sapin 2016 ?

Le mois de décembre reste une période privilégiée pour faire et se faire plaisir. Après une année particulièrement riche en nouveautés et rééditions diverses, les rayons bd, à la veille des fêtes de fin d'année, regorgent de titres et ce n'est guère facile déjà pour un spécialiste de s'y retrouver alors autant dire que le néophyte est quelque peu perdu.

L'idée de cette sélection qui va suivre, qui sera loin d'être exhaustive, sera de faire un focus sur quelques albums incontournables de l'année écoulée ainsi que quelques dernières compilations fraichement imprimées. Mes coups de cœur de l'année ne seront pas forcément rappelés dans la sélection mais le lecteur aura toujours le loisir de les (re)compulser pour affiner son choix :

Alors, pour commencer, voilà un coup de projecteur sur les dernières nouveautés qui pourront trôner avec fierté dans vos souliers, en espérant que ceux-ci soient assez grands pour les supporter !

Pour les fanas de Disney mais également les autres, l’incontournable Café Zombo du maître Régis Loisel aux éditions Glénat sans oublier la Mystérieuse mélodie de Cosey.

On retiendra également quelques petites pépites de ce dernier semestre à commencer par l’excellent Album de Zep avec Un bruit étrange et beau aux éditions Rue de Sèvres qui ne vous laissera pas indifférent le lecteur mais également Les voyages d’Ulysse d’Emmanuel Lepage aux éditions Maghen pour vous plonger avec délice dans l’aventure avec un grand A.

Aux nostalgiques de la série Spirou et Fantasio, il y aura eu l’incontournable album de Frank Pé aux éditions Dupuis qui renoue avec l’âme de la série et que n’aurait pas renié un certain Franquin.

Pour les amateurs de beaux livres, Fuzzbook le superbe album d’illustration de Mezzo aux éditions Glénat mais également le coffret univers Le château dans les étoiles d’Alice,en attendant de nouvelles aventures, aux éditions Rue de Sèvres.

 

Comme chaque année, nos chers éditeurs, nous ont abreuvés de nouveautés depuis déjà quelques semaines mais se sont également fendus d’intégrales plus ou moins bien réussies pour le bonheur des petits et des grands mais aussi pour les nostalgiques ! Evidemment, je ne relèverais que celles qui ont retenu toute mon attention :

  • Murena, le chef d’œuvre de Delaby et Dufaux aux éditions Dargaud
  • Il était une fois en France du duo Vallée/Nury aux éditions Glénat
  • Le cycle de Cyann de Bourgeon aux éditions Delcourt
  • IragaëI, de Druillet/Demuth aux éditions Glénat
  • L’excellent Exterminator 17, de Bilal/Dionnet/Baranko aux éditions Casterman
  • Le bon diptyque Kikikana Song de Flao aux éditions Futuropolis
  • Les dingodossiers du regretté et talentueux Gotlib aux éditions Dargaud

Bonne lecture et bonnes fêtes de fin d’année !

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 7 Décembre 2016

M'enfin ! Gaston LAGAFFE investit la bibliothèque du Centre Pompidou, du 7 décembre 2016 au 10 avril 2017

De sa première apparition en février 57 dans le journal Spirou à 1996, date du dernier gag inachevé, c'est plus de 900 planches, toutes plus hilarantes les unes que les autres, que le génial géniteur André Franquin aura réalisé.

À l'aube de l'anniversaire des soixante ans de ce grand dadais dégingandé, roi de la gaffe, la Bibliothèque Publique d'Information du Centre Pompidou pose un regard neuf sur l'importance de ce personnage intemporel. Aujourd'hui encore, petits et grands s'esclaffent devant ses inepties, sa culture de la dérision, ses inventions créés pour entretenir sa flemme légendaire. Gaston Lagaffe est universel et d’ailleurs, n'y a-t-il pas un Gaston caché au fond de chacun de nous ?

L'exposition, déclinée sur 4 axes, de la genèse du "héros sans emploi" aux idées noires, offre de (re)découvrir l'univers de cet éternel adolescent au travers de planches, éditions originales mais aussi de photographies et de films, fort bien mis en valeur, rendant ainsi un bel et digne hommage.

Alors, c'est le moment de se ruer vers cette belle exposition consacrée à Gaston, de profiter également des conférences organisées à cette occasion, avant de se replonger dans les albums avec en point d'orgue, d'une part, l'édition spéciale anniversaire au tirage limité de la série Gaston en 22 volumes aux Editions Dupuis mais également avec la publication d'un catalogue d'exposition fort bien documenté.

Enfin, une mention spéciale pour la parution début janvier 2017 d'une version enrichie des idées noires,  à l’occasion des 40 ans de cette série mythique, aux éditions Fluide Glacial.

Plus d’informations à l’adresse http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

Exposition GASTON, du 7 décembre 2016 au 10 avril 2017 Bibliothèque Centre Pompidou 25, rue du Renard 75004 Paris.

Bernard LAUNOIS

Lire la suite

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Divers

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2016

Les voyages d’Ulysse, Grand prix de la critique ACBD 2017

Le Grand Prix de la Critique ACBD a pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie. ».

C’est ainsi que l’excellent album Les voyages d’Ulysse a été choisi par les 88 journalistes et critiques qui parlent régulièrement de bande dessinée dans la presse régionale et nationale écrite, audiovisuelle et numérique et ce parmi les 3 962 nouveaux titres publiés dans l’espace francophone européen (France, Belgique, Suisse) entre le 1er novembre 2015 et le 31 octobre 2016.

Avec Les Voyages d’Ulysse, Emmanuel Lepage, revisite indirectement « L’Odyssée » d’Homère à travers l’existence tumultueuse d’une jeune femme de la fin du XIXe siècle. Native de Santorin dans les Cyclades, Salomé a vu son enfance rythmée par les péripéties d’Ulysse, racontées inlassablement par sa mère. Cette dernière, solaire, a particulièrement inspiré un peintre, Ammôn Kasacz. Quelque temps après la mort accidentelle de sa génitrice, l’adolescente fugue, et apprend à ses dépens la dureté du monde. Entière et déterminée, elle deviendra capitaine d’un navire et ira de ville en île sur les traces de Kasacz.

Est-il encore besoin de présenter Emmanuel Lepage ? De la série Névé éditée chez Glénat aux Voyages d’Ulysse aux éditions Maghen, en passant la Terre sans mal, mais également aux éditions Futuropolis, Voyage aux îles de la Désolation, Un printemps à Tchernobyl » ou encore La Lune est blanche, le talentueux auteur complet a plus d’une corde à son arc et aura su transporter le lecteur dans des aventures extraordinaires.

Cette fois encore, avec la collaboration, au scénario, de Sophie Michel, Emmanuel Lepage signe une épopée poétique, où s’exprime pleinement son trait à la fois léché et vif. Il réussit des scènes maritimes magnifiques, mêlant avec art vagues, voiles, mouettes et ciels. Ciselés, ses textes ont pour écrins des cases aux coloris élégants et évocateurs. Il n’hésite pas à insérer, ici ou là, des extraits de « L’Odyssée » imprimés sur du papier calque. Pour figurer les tableaux du peintre Ammôn Kasacz, il a fait appel aux talents de René Follet : ce dernier lui a permis d’utiliser ses dessins parus dans « Les Grecs » en 1971 (Dupuis), des esquisses inédites d’un de ses carnets de 1968, et a réalisé de nouvelles illustrations pour les besoins de ce livre — conçu graphiquement par Vincent Odin.

Indispensable !

LES VOYAGES D'ULYSSE LEPAGE/FOLLET/MICHEL Editions MAGHEN 272 pages 29.00 €

Communiqué officiel ACBD et Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0