Publié le 22 Avril 2014

« Effets perdus : un beau noir malgache… »

 

Un esclave évadé, Caf’la bou, participe à une razzia dans une plantation de l’Ile de la Réunion et enlève Louise, jeune esclave au service des colons. Après avoir quitté leurs compagnons de rapine et poursuivis par leurs anciens maitres, les deux fuyards vont apprendre à se connaître et à s’apprécier au gré d’une course à la liberté. S’enfonçant toujours plus haut dans la forêt, ils ne peuvent vivre que d’expédients.

Le marronnage fait partie d’une histoire méconnue voire reniée en France, où l’on ignore la vie de ces esclaves qui se sont enfuis et ont survécu de façon précaire, à moins d’être repris et férocement punis. S’appuyant sur une solide documentation, Denis Vierge réussit à donner une véritable crédibilité à cette aventure, sachant retracer fidèlement à la fois la vie quotidienne des marrons et le contexte économique et culturel dans lequel se situe le récit.

Et pourtant, le réalisme historique sur lequel il s’appuie n’enlève rien de son intérêt à la fiction. L’intrigue romanesque, parfaitement servie par un scénario bien construit et rythmé, ne faiblit pas un instant. Un découpage efficace et des cadrages réussis font oublier quelques faiblesses du dessin, et donnent à l’album une unité qui entretient le plaisir à sa lecture.

La maison d’édition réunionnaise Des Bulles dans l’océan, spécialisée dans les bandes dessinées d’histoires ou d’auteurs de l’Océan Indien, nous sert ici un album à la fois passionnant et hautement instructif. Une vraie réussite, que les Editions Canal-BD n’ont pas manqué de remarquer, en sélectionnant ce titre pour le mettre en avant dans leurs éditions toilées.

 

Un marron, livre premier – Caf’la bou, par Denis Vierge, aux éditions Des Bulles dans l’océan et Canal-BD éditions

 

Jérôme Boutelier

 

Illustrations © Des Bulles dans l’océan 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Chronique de Jérôme BOUTELIER

Repost 0

Publié le 22 Avril 2014

"Rouge comme la neige", quand le désespoir mène à tout !

Colorado 1896, quand son enfant a été kidnappée, on est prêt à tout pour savoir ce qu'elle est devenue et la moindre information revêt un caractère des plus important. Aussi, lorsque la veuve MacKinley apprend qu'un kidnappeur est jugé à Ourey, son sang ne fait qu'un tour ! Convaincue assez rapidement qu'il sait quelque chose, elle décide de le faire échapper de la prison.

Attitude suicidaire de croire un suspect au point de le soustraire à la justice, désespoir d'une mère qui se raccroche à une chimère ? La cavale va être riche d'enseignements... Vont-ils être rattrapés par l'équipe du shérif lancée à leurs trousses ? Cette mère désespérée va-t-elle enfin connaître la vérité sur la disparition de sa fille Abby ?

Que voilà un beau western, riche en rebondissements et avec un final des plus surprenants ! L'auteur complet Christian De Metter qui nous a déjà impressionné avec des albums tels que "Shutter Island" ou encore "Scarface' a remarquablement distillé ici un scénario au suspense allant crescendo... Le dessin hyperréaliste, tout en sépia, renforce ainsi le caractère angoissant qui transpire tout au long des 104 pages.

Le western, redevenu à la mode pour notre plus grand plaisir, vient de s'enrichir d'un opus supplémentaire des plus qualitatifs et qui se doit d'être lu sans retenue.

ROUGE COMME LA NEIGE DE METTER Editions CASTERMAN 104 pages 18,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 21 Avril 2014

"La banque", une BD qui va compter !

"L'expérience s'achète par le malheur", voilà une citation d'Honoré de Balzac que Charlotte de St Hubert pourrait aisément méditer, alors qu'elle tente, en compagnie de son frère Christian, de se refaire une santé financière au moment même où la famille de Rothschild va réussir le coup financier du siècle ! On apprend ainsi que Nathan de Rothschild, grâce aux pigeons voyageurs qui annoncent la défaite de Napoléon à Waterloo, va tromper le milieu boursier en faisant courir le bruit que Napoléon avait gagné... pour racheter au plus bas les titres dont s'étaient débarrassés les boursicoteurs. Les de St Hubert, ayant astucieusement découvert le stratagème, vont-ils pouvoir également profiter de la manne ? Va s'ensuivre une rocambolesque aventure dont nos compères scénaristes BOISSERIE/GUILLAUME ont le secret ! Partant d’un fait réel, un travail conséquent de recherches historiques donne toute sa crédibilité à la fiction, qui bénéficie d’un découpage efficace pour une histoire de personnages des plus attachants. Le dessin alerte de Julien Maffre apporte le rythme voulu à un scénario palpitant avec une mention particulière pour les couleurs justes de Delf.

Pour encadrer le récit, une belle préface de Jean Dufaux, scénariste émérite, est complétée par une postface de Philippe Guillaume sur les débuts de la banque en France, qui apporte un éclairage particulièrement salutaire à cette saga qui promet !

C'est donc le moment de sortir vos espèces, chéquiers et autres cartes bancaires pour vous payer La Banque !

LA BANQUE 1818-1848 Première génération MAFFRE/BOISSERIE/GUILLAUME Editions DARGAUD 56 pages 13.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 12 Avril 2014

"Il s'appelait Géronimo", ou le rêve d'Amérique brisé...

Quand Géronimo, jeune homme élevé dans une ferme française, tente de rejoindre clandestinement son rêve d'adolescent, il réalise un peu tard que son bateau ne l'a pas mené auprès des indiens d'Amérique mais en...Guyane. Que faire alors, sans papier, sans argent, bref, sans rien sur cette terre amazonienne qu'il trouve si peu hospitalière ? Après quelques errances en forêt et dans les villages environnants, il faudra un concours de circonstances pour que son horizon s'éclaircisse mais...pour quel avenir ?

Pensée et réalisée à quatre mains par nos deux compères Etienne Davodeau et Joub, scénaristes et dessinateurs, voici l'histoire bien singulière de Géronimo en quête de son identité qu'il n'aura de cesse de trouver, quitte à endosser celle d'un autre.

Le lecteur va découvrir, au fur et à mesure de ce one-shot, suspense, mais aussi émotion pour le parcours chaotique de cet attachant personnage.

"Sur les pas de Géronimo", un cahier graphique d'une vingtaine de pages, comportant photos qui auront servi de support à la réalisation de cases, story-board, etc...complète ce récit affectif des plus des plus réussis.

IL S'APPELAIT GERONIMO DAVODEAU/ JOUB éditions VENTS D'OUEST 128 pages 18,25 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 7 Avril 2014

Amateurs de voitures anciennes, tenez-vous prêts !

L’Amicale des Vieux Volants d’Ile-de-France organise les 12 et 13 avril sa 18ème bourse d’échange auto-moto : une occasion unique de trouver réunies plus d’un millier de voitures anciennes (produites avant 1975) sur le Parc des expositions de Mantes-la-Jolie.

Pièces, documentation, miniatures, accessoires, plusieurs centaines d’exposants sont sur place pour satisfaire toutes les envies et tous les besoins.

 

Les vieilles voitures occupent aussi, bien sûr, une place de choix dans la bande dessinée, et si les amateurs d’automobiles anciennes ont toujours plaisir à les retrouver dans des albums de BD, les bédéphiles se régalent aussi à voir en taille réelle les voitures qui ont servi de modèle aux dessinateurs de leurs héros préférés.

 

Bulles de Mantes sera au rendez-vous et tiendra un stand dans le Hall 1 du Parc des expositions, au milieu des vénérables modèles du début du siècle dernier, pour vendre des BD sur le thème de l'automobile de Papa.

Plusieurs auteurs spécialistes des voitures anciennes seront présents pour dédicacer leurs albums : Émilio Van der Zuiden (Les Enquêtes auto de Margot, les Filles de l’Oncle Bob), ainsi que Christian Papazoglakis et Robert Paquet (Alpine, Ayrton Senna, Chapman).

voir les horaires:   http://www.bulles-de-mantes.asso.fr/bdm/?page_id=151

 

Jérôme Boutelier

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost 0

Publié le 5 Avril 2014

Black Lord, au cœur de la piraterie somalienne

Quand on réalise qu'un civil occidental séquestré peut rapporter 1 million de dollars à ses ravisseurs, on pense, un peu tard, que l'on ne plus fréquenter les eaux territoriales somaliennes de la même manière ! C'est le triste constat de Maxime Stern, skipper d'un bateau de plaisance transportant un groupe de touristes, qu'il n'aura de cesse de soustraire aux demandeurs de rançon, quitte à s'acoquiner avec le plus fieffé des pirates.

De l'action, souvent violente dans un récit haletant et prenant, voilà ce que nous offrent les scénaristes, Guillaume et Xavier Dorison. Mais au-delà de cette terrifiante fiction, ils nous proposent une réflexion sur une Afrique désemparée qui, même si les méthodes sont des plus contestables, tente de survivre, alors que le monde occidental n'a d'yeux que pour ses ressources notamment maritimes, et qu’il s’empresse de piller.

Le dessin hyperréaliste de Jean-Michel Ponzio s'adapte parfaitement au récit, au point pour le lecteur de se demander parfois si ce n'est pas un roman-photo.

On regrettera simplement de devoir encore attendre la suite de cette tragédie des plus palpitantes.

Black Lord T1 Somalie : année 0. PONZIO/DORISON Grafica Editions GLENAT 48 pages 13.90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0