Publié le 28 Novembre 2021

Une inauguration de la fresque Uderzo réussie malgré une météo hors norme !

Par Toutatis, l’inauguration de la fresque Uderzo a bien eu lieu vendredi 26 novembre 2021 à 16 heures 30 !

Alors qu’une heure avant l’événement, on se demandait si le ciel n’allait pas nous tomber sur la tête, une éclaircie de courte durée a permis à Sylvie UDERZO, accompagné de son mari Bernard de Choisy, de découvrir la fresque réalisée par la ville de Mantes-la-Jolie à l’initiative de l’association Bulles de Mantes.

Une fois que les photographes ont pu immortaliser ces moments de découverte pendant que Bernard Launois, président de l’association Bulles de Mantes, donnait des explications sur les différentes phases de réalisation de la fresque, les éléments naturels se sont à nouveau déchainés.

Toutes les personnes présentes ont alors été invitées à rejoindre la salle des inaugurations au sein de l’hôtel de ville de Mantes-la-Jolie.

Les invités ont d’abord été reçus par Raphaël Cognet, Maire de Mantes-la-Jolie puis vint l’heure des discours respectivement du premier magistrat de la ville, d’Alexandre Keita directeur de la société Art-Fresque réalisatrice de la fresque, de Bernard Launois Président de Bulles de Mantes, de Sylvie Uderzo fille d’Albert Uderzo et de Catherine Graziuzo, Inspectrice de l’Éducation Nationale de la circonscription de Mantes-la-Jolie 2.

Beaucoup d’émotion pour cette inauguration notamment pour Sylvie Uderzo qui reçut des mains de Raphaël Cognet la grande médaille de la ville accompagnée d’un bouquet, fleurs qu’elle a indiqué vouloir donner à sa mère, Ada Uderzo, qui n’avait pu faire le déplacement à cette occasion.

Et, comme dans toute histoire des aventures d’Astérix, c’est autour d’un verre de l’amitié que se termina le chapitre de cette belle organisation…Sans que le barde chante, eu égard au mauvais temps qui avait entaché  les débuts de la cérémonie.

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 21 Novembre 2021

SANGOMA, les damnés de Cape Town, quand le présent n’arrive pas à faire oublier le passé

Le jeune lieutenant Shane Shepperd ne s’attendait pas à se retrouver dans un drôle d’engrenage en enquêtant sur la mort de Sam. Ce dernier, un jeune viticulteur, est retrouvé assassiné sur les terres de la ferme des Pienaar, alors que le Parlement est confronté à de vives discussions autour d’une réforme agraire consistant à redistribuer les terrains acquis par les blancs à l’époque de l’apartheid.

Partagé entre ses amours tumultueux avec une jeune femme noire et son enquête truffée de non-dits, Shane le bad boy, plutôt loser, ne sait plus où donner de la tête : des éléments troublants et concomitants viennent rebattre les cartes, avec la découverte d’un bébé émasculé non loin du lieu du meurtre de Sam, ainsi que la présence de signes caractéristiques de sorcellerie à laquelle aurait recours un des protagonistes. Qui pourrait faire appel à un sangoma, sorte de chaman guérisseur, et pourquoi ? Et puis, pourquoi autant de violences exacerbées dans un pays en reconstruction ?

Caryl Férey captive le lecteur dès les premières pages de l’album en l’intrigant avec cette drôle d’enquête, mais aussi en brouillant les pistes pour mieux qu’il s’y retrouve. Le lieutenant Shane est-il aussi sot et maladroit qu’il veut le faire croire dans son approche de l’enquête, mais également dans la manière de gérer sa vie personnelle ?

Fort de bon nombre de succès tant dans la littérature que dans la bande dessinée, l’écrivain et scénariste français Caryl Férey revient au 9ème art avec un polar se situant en Afrique du Sud, région qu’il affectionne et qui servait déjà de cadre à Zulu, son roman aux dix prix littéraires adapté quelques années plus tard au cinéma.

Si on ne présente plus Corentin Rouge avec son superbe dessin réaliste et ses belles couleurs qui ont conquis son lectorat notamment avec la série Rio, on appréciera son découpage des plus dynamiques qui dynamise le récit haletant de Caryl Férey.

Vous avez aimé Zulu, vous adorerez Sangoma !

SANGOMA, les damnés de Cape Town Caryl Férey/Corentin Rouge Editions GLENAT 152 pages, 25,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 15 Novembre 2021

GO WEST YOUNG MAN, un western aux multiples facettes avec un casting d’auteurs à faire pâlir !

Quelle aventure ! L’auteur Tiburce Oger avait rêvé de réunir une pléiade de dessinateurs autour d’un projet fou et il l’a fait !  Quel casting, dix-sept auteurs de bande dessinée qui ont déjà réalisé des albums western, et pas des moindres, pour quatorze récits qui retracent la conquête de l’Ouest Américain, de 1763 à 1916 !

Tiburce Oger, scénariste et dessinateur a réalisé cette fois uniquement le scénario mais a également orchestré tous les projets proposés aux dessinateurs et ce, avec maestria. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’ensemble des récits constituent bien une seule et même histoire avec pour fil conducteur une montre gousset qui voyage au travers du temps, de la Pennsylvanie en 1933 au Nouveau-Mexique en 1938.

Le récit s’avère linéaire avec à chaque fois, un personnage pour faire la liaison sur le chapitre suivant rendant une belle cohésion et un vrai plaisir de lecture.

Il faut souligner la performance de Tiburce Oger à faire traverser 150 ans d’histoire américaine en un peu plus d’une centaine de pages en donnant à chaque dessinateur le moyen de s’exprimer de la plus belle des manières.

Dominique Bertail, Michel Blanc-Dumont, Benjamin Blasco-Martinez, François Boucq, Steve Cuzor, Paul Gastine, Eric Herenguel, Hugues Labiano, Enrico Marini, Ralph Meyer, Félix Meynet, Patrick Prugne, Christian Rossi, Michel Rouge, Taduc, Ronan Toulhoat, quel bonheur de retrouver tous ces dessinateurs dont on sent, au fil des pages, qu’ils ont pris un immense plaisir à participer à ce beau projet. Alors que les styles de dessin sont fort différents, on peut néanmoins noter une certaine unité rendant la lecture des plus aisées.

Clairement, cet album marque tant par son originalité que par sa performance que tout amateur de western se doit de lire.

GO WEST YOUNG MAN Tiburce OGER/COLLECTIF collection GRAND ANGLE Éditions BAMBOO 112 pages, 19,90 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 13 Novembre 2021

Frank Lee, l’après-Alcatraz, de l’enfer au… paradis

Frank Lee Morris peut se targuer d’être l’un des rares prisonniers à avoir pu s’évader de la célèbre prison d’Alcatraz où l’on vous martèle, dès votre incarcération, que toutes les tentatives ont lamentablement échoué ! Il faut dire que ce cloaque, situé sur une ile à 1,2 mile de la côte dans la baie de San Francisco, requiert une sacrée dose de ruse pour échapper à la vigilance des matons et de détermination pour s’extirper de cette forteresse. Dans l’évasion de 1962, aucun corps des trois fugitifs n’a été retrouvé par le FBI, pas plus Frank Lee que les frères Anglin. Que sont-ils devenus ? Ont-ils refait leur vie à des milliers de miles de là ?

Le scénariste David Hasteda s’est attardé sur la nouvelle vie de Frank Lee en imaginant un après-Alcatraz. Blessé lors de la traque, alors qu’il tentait d’échapper aux meutes de chiens à ses trousses, Frank Lee se retrouve dans un lit, soigné par une famille qui a rapidement compris d’où il venait mais qui tient à l’en faire sien, ne serait-ce que pour « remplacer » leur fils unique décédé quelques années plus tôt. Va s’ensuivre un long et difficile apprentissage avec un entourage aimant, contrastant avec sa vie antérieure. Seulement, ce bonheur ne va-t-il pas s’avérer éphémère ? Ne dit-on pas que l’on se fait toujours rattraper par son passé ?

Le scénario est fort bien construit en deux parties : tout d’abord, la lente résurrection de ce jeune homme qui reste sur le qui-vive alors que les mois et les années passent et que les médias et le FBI ont fini par l’oublier, puis une période plus difficile des plus haletantes que le lecteur n’aura de cesse de découvrir jusqu’à son dénouement.

Le dessin semi-réaliste de Ludovic Chesnot, rehaussé par des couleurs soignées, plonge le lecteur, dès les premières pages dans une ambiance particulière qui sied parfaitement au scénario, mêlant l’inquiétude à la quiétude.

A découvrir instamment !

FRANK LEE L’après-Alcatraz David HASTEDA/Ludovic CHESNOT Collection Label 619 Editions ANKAMA 128 pages 19,90 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Novembre 2021

Largo Winch T23, La frontière de la nuit, en route pour une aventure stellaire des plus réussies !

Une fois encore, le jeune et sémillant Largo Winch est sur tous les fronts, à commencer par régler ses problèmes concernant le respect des droits internationaux sur son site d’Indonésie, où les enfants sont exploités dans des mines d’étain. Il lui faut également songer à l’avenir du groupe Largo Winch et rien n’est plus porteur aujourd’hui que les nouvelles technologies, même si c’est au grand dam de son conseil d’administration, peu enclin à se lancer dans l’aventure.

Seulement, il n’est pas le seul à avoir cette idée et la concurrence s’avère rude, et si Largo ne recule devant rien, il va rapidement s’apercevoir que ses projets sont bien évidemment semés d’embûches et que les résultats ne sont assurément pas ceux auxquels il aurait pu s’attendre.

A l’heure des initiatives des géants de l’informatique de se lancer dans la conquête spatiale, ce diptyque tombe à pic en délaissant quelque peu l’économie et la finance au profit de l’aventure avec un grand A, et c’est réussi.

Si le récit peut apparaitre parfois romancé, il faut souligner que les coscénaristes Éric Giacometti et Philippe Francq se sont attachés à être le plus proche de la réalité en se documentant auprès de spécialiste des vols spatiaux et autres technologies innovantes.

Alors, avec un découpage dynamique d’un récit haletant, le scénario se déroule à vitesse supersonique sous le trait efficace du dessinateur Philippe Francq. Il ne reste plus qu’à y adjoindre les couleurs de Bertrand Denoullet et de Philippe Francq pour parfaire l’ensemble.

Enfin si l’action s’avère être le maitre mot de cet opus, le plaisir de la lecture est quelque peu gâché par le suspense de la dernière page qui demandera au lecteur un peu de patience pour en connaitre le dénouement.

Déjà fort de ses vingt-deux albums avec une série vendue à onze millions d’exemplaires, le phénomène Largo Winch n’a jamais cessé de truster les rayons des libraires et cette vingt-troisième aventure ne fera pas exception !

LARGO WINCH T23 La frontière de la nuit Philippe FRANCQ/Éric GIACOMETTI Editions DUPUIS 48 pages 14,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 6 Novembre 2021

VENTE AUX ENCHERES Daniel MAGHEN du lundi 15 novembre 2021, les ventes se suivent mais ne se ressemblent pas !

Pas moins de 136 lots composeront cette nouvelle vente aux enchères qui se déroulera à la maison de l’Amérique Latine à partir de 18 heures.

Encore du beau monde avec 3 vacations, à commencer par celle de l’auteur André Juillard avec 31 œuvres où vous aurez le plaisir de retrouver une belle sélection de dessins et de planches issus de ses séries cultes tels que Le cahier bleu, Les 7 vies de l’Epervier et Plume aux vents ainsi que Blake et Mortimer, toute la quintessence de ce grand artiste.

Puis ce sera autour de Matthieu Bonhomme avec ses séries phares et one-shot, de Wanted Lucky Luke à Charlotte impératrice en passant par Le marquis d’Anaon. Il est à souligner que pour ce talentueux auteur c’est la première fois qu’un catalogue lui est consacré et ce, avec 25 œuvres !

Enfin, 105 lots termineront la dernière vacation avec une pléiade d’auteurs, d’Andreas à Bernard Yslaire en passant par Jean Giraud (6 lots), William Vance (5 lots), Milo Manara (3 lots), etc. La liste est loin d’être exhaustive et je ne peux que vous inciter à vous rendre sur ce lien du site des enchères Daniel MAGHEN pour découvrir toutes ses merveilles et qui sait, enchérir !

Comme à son habitude et pour le plus grand plaisir du collectionneur, la galerie Daniel MAGHEN a édité 3 magnifiques ouvrages regroupant toutes les œuvres à la vente avec, cerise sur le gâteau, celui consacré à André Juillard comprend une interview des plus intéressantes réalisée par le journaliste François Landon. Quant à celui de Matthieu Bonhomme, c’est à Stéphane Jarno qu’est confié l’interview pour nous fait découvrir un peu plus l’artiste.

Les 136 lots de la vente feront l’objet d’une exposition publique à la galerie Daniel MAGHEN au 36 rue du Louvre 75001 Paris, (entrée libre) les mardi 9 et mercredi 10 ainsi que vendredi 12 et samedi 13 novembre 2021 (10h30 à 19h00).

 

VENTE AUX ENCHÈRES


Lundi 15 novembre 2021 à 18h00 (Entrée libre)
Maison de l’Amérique Latine
217 Boulevard Saint-Germain 75007 Paris

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #divers

Repost0