Publié le 31 Mai 2020

PANDORA n°5, spécial été, un laboratoire de talents qui fait du bien

De Benjamin Adam à Melek Zertal en passant par Alfred, Blain, Blutch, Nicolas de Crécy, Daphné Colligon, ils sont une soixantaine cette fois-ci à investir le Pandora new-look, spécial été. Voilà bientôt un an que nous attendions ces historiettes, d’une page à près d’une dizaine et ce, dans tous les styles. Le lecteur va pouvoir  passer du rire aux larmes sur près de 300 pages.

Des autrices et auteurs sur la grève, prêts à rejoindre la cohorte de ceux qui surfent sur la vague bd depuis quelques années, il y en a pour tous les goûts. Leur dessin, du stylisé au plus sophistiqué, haut en couleurs ou noir & blanc, accompagne de la meilleure des manières de jolis scénarios souvent des plus originaux.

Alors, si faire un choix parmi plus d’une soixantaine de récits s’avère forcément cornélien et risque d’en laisser injustement sur le sable, on pourra retenir pêle-mêle quelques histoires telles que Les vacances sous la plume de la talentueuse Daphné Collignon, les frasques de Francis Blaireau farceur disséminées tout au long de l’album comme leitmotiv, ou encore Variation de Blutch et Anouk Ricard. On n’oubliera pas non plus Nager la nuit du regretté maître Jiro Taniguchi.

Par contre, on regrettera pour nombre d’autrices et d’auteurs que leurs récits ne soient pas plus paginés, pour le plaisir de nos yeux et de nos zygomatiques, souvent sollicités. Alors comme le suggèrent les éditions Casterman de manière légèrement grivoise, « parce qu’un petit bout ne suffit pas toujours.. », il suffira au lecteur de se (re)plonger dans le catalogue de l’éditeur pour prolonger le plaisir.

Indispensable cet été, sur la plage ou pas, et assurément un vrai moment de bonheur qui n’est pas sans rappeler ceux que nous aura procurés la revue « A suivre » des éditions CASTERMAN, qui aura déniché et mis tant de talents au grand jour.

PANDORA N°5, spécial été collectif Editions CASTERMAN 280 pages, 19,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 26 Mai 2020

VENT MAUVAIS, quand la campagne sert de planche de salut

Béranger Frich, jeune quadragénaire parisien, ne sait plus où il en est : divorcé avec ses deux jeunes filles hébergées en alternance, et surtout avec un boulot de scénariste de films pour lesquels il est en panne d’inspiration. Alors un déménagement à la campagne, ne serait-ce pas la solution à tous ses problèmes ? Finis, les soirées bobo qui finissaient par le lasser, sans parler, d’une part, de ses démêlés avec son ex et d’autre part de sa relation avec  sa nouvelle compagne avec laquelle ce n’était pas le nirvana. Et puis, ses filles viendront le voir de temps en temps et il pourra enfin se consacrer à la rédaction de la suite du film qui l’a consacré. Il finit par jeter son dévolu sur une bicoque bordée d’éoliennes située à une centaine de kilomètres de Paname. Ne finira-t-il pas par regretter la présence de ces pales géantes qui brassent de l’air ? La vie à la campagne sera-t-elle aussi salvatrice qu’il l’aurait souhaité ? L’arrivée de la singulière Marjolaine ne va-t-elle pas bousculer son plan à la campagne ?

Toutes ces questions vont bien finir par trouver des réponses mais peut-être pas forcément celles que l’on attendait. L’auteur Cati Baur réalise un scénario fort bien construit, mettant en scène des personnages assurément pas bien dans leur peau et ce, pour des raisons diverses. Le lecteur va se retrouver, tour à tour, amusé par les situations cocasses - à commencer par les attitudes du parisien qui débarque à la campagne avec ses certitudes, ou peiné par les tournures que prennent les affres de l’écriture quand l’inspiration ne vient pas. Les dialogues sont savoureux et les situations d’un réalisme évident, à se demander pour certaines scènes si ce n’est pas du vécu.

Avec un trait semi-réaliste de bon aloi rehaussé par des couleurs chatoyantes, Cati Baur aura réussi le pari d’entrainer, sur 200 pages, un lecteur qui n’aura de cesse d’en connaitre l’épilogue.

 VENT MAUVAIS CATI BAUR Editions Rue de Sèvres 192 pages, 20,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 10 Mai 2020

RETOUR DE FLAMMES T1, quand le cinéma devient une arme de guerre

Les autorités allemandes sont sur les dents, voilà que deux cinémas parisiens qui projettent des films de propagande nazis viennent d’être incendiés. Le commissaire Engelbert Lange, à qui sont confiées les affaires,  va rapidement se retrouver sous la pression de la Gestapo qui n’hésite pas à le pister afin de s’assurer qu’il mène correctement ses recherches. Les enquêtes s’avèrent compliquées à élucider et le jeune commissaire va devoir développer des trésors d’ingéniosité pour les faire avancer dans ce milieu particulier qu’est le 7ème art,  un monde qu’il semble avoir des réticences à côtoyer. Qui peut bien se cacher derrière les destructions de salles, sont-elles l’œuvre  d’un individu ou celles d’un groupuscule bien organisé ? Pourquoi le commissaire n’apparait-il pas très à l’aise dans le milieu du cinéma ?

Avec le premier tome de ce diptyque, le scénariste Laurent Galandon transporte le lecteur dans un polar endiablé en plein Paris occupé où les enquêteurs font face à un drôle de dilemme : mener à bien l’enquête, au risque de démonter un complot antinazi et servir ainsi la Gestapo, ou faire un simulacre d’enquête  et prendre la responsabilité que d’autres salles de cinéma disparaissent sans parler du danger d’embraser les immeubles environnants. Cette enquête policière, sur fond du 7ème art, souligne également le rôle de la culture comme vecteur de contestation ou de maintien du pouvoir, à un moment où  les préoccupations de la France sont tout autres.

Bien servi par la jeune dessinatrice Alicia Grande avec un graphisme réaliste et fouillé, Retour de Flammes (re)plongera le lecteur dans les années 40 où le cinéma restait une des rares distractions du Paris confiné.

A découvrir instamment.

RETOUR DE FLAMMES T1 Premier rendez-vous Alicia GRANDE/Laurent GALANDON collection 24X32 Editions GLENAT 64 pages, 14,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost0

Publié le 9 Mai 2020

LES AVENTURES DU ROI SINGE T1, à l’ère de la mythologie chinoise

Que rêver de plus beau pour son peuple, sinon qu’il soit le plus heureux… et c’est le cas ! Cet état de béatitude du roi Singe  sera, hélas, de courte durée, quand un de ses jeunes sujets vient à se noyer. Voilà ce qu’il manque à son peuple, le secret de l’immortalité !  Et ça, il n’y a que les dieux qui le détiennent et il faudra user de tous les stratagèmes pour le leur chaparder. Alors que son périple ne fait que commencer, le roi Singe va par le plus grand des hasards trouver un bâton, le Jingu Bang, qui va se révéler être l’arme la plus redoutable. Ragaillardi par cette découverte, le roi Singe va mettre les bouchées doubles pour ravir l’objet de son désir le plus fou. Y arrivera-t-il malgré tous les obstacles rencontrés ? C’est dans cette aventure des plus folles que le scénariste Stéphane Melchior et le dessinateur Vincent Sorel vont emmener le lecteur.

Avec des dialogues vifs et drôles, voici le premier album d’un triptyque qui fleure bon l’aventure, inspiré des péripéties de Sun Wukong, héros mythique de la littérature chinoise. Classé par l’éditeur dans la collection jeunesse FETICHE, cet album s’adresse vraiment à tous publics qui prendront, selon leur âge, les plaisirs d’une histoire rythmée et fort bien narrée, agrémentée d’un dessin tout aussi dynamique et de couleurs chatoyantes.

Le lecteur se prendra rapidement au jeu du roi Singe qui est prêt à toutes les facéties pour arriver ses fins.

LES AVENTURES DU ROI SINGE T1 Les Immortels Vincent SOREL/Stéphane MELCHIOR Collection FETICHE Editions GALLIMARD BD 64 pages, 12,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost0