Publié le 27 Septembre 2016

Sambre T7, retour vers une saga culte...

Quel contraste dans le mode de vie des jumeaux Sambre après la disparition de leurs parents, entre l’éducation stricte reçue par Bernard-Marie au contact de sa tante qui lui rappelle sans cesse le poids du legs familial, et l’internement de Judith dans un orphelinat, qui finira par s’émanciper aux contacts de la pègre parisienne.

Beaucoup de questionnements pour le premier album du dernier cycle, avec les cauchemars de Bernard-Marie persuadé que seule la mort les réunira, et la fuite en avant de sa sœur qui ne cesse de se chercher… Seront-ils tous deux rattrapés par la maladie des yeux rouges, la malédiction de la famille ?

Quant à la bagnarde Julie Saintonge, mère des jumeaux mais également enceinte de son défunt mari, elle vient demander l’hospitalité dans la belle famille en banlieue de Londres, et n’a en tête que de refaire sa vie et qui sait, réunir un jour sa progéniture.

L’auteur complet Bernard Yslaire, tout en s’appuyant sur la saga des Sambre, s’ingénie à transporter le lecteur vers de nouvelles aventures des plus palpitantes. Ce dernier peut donc commencer la série par le nouveau cycle, même si la lecture des précédents albums ne pourrait que le ravir.

Faut-il encore présenter cet auteur talentueux pluridisciplinaire, aussi à l’aise dans les réalisations multimédia que dans le rôle de graphiste pour des théâtres bruxellois, et qui aura marqué le 9ème art avec notamment l’incontournable saga Sambre ? Les dialogues sont fluides, souvent pathétiques mais sans être dénués de romantisme pour servir une belle histoire au cours de l’Europe de mi- 19ème.

Pionnier dans l’utilisation des technologies numériques, que ce soit pour la réalisation de ses albums ou pour l’adaptation de son site web avec la série XXe Ciel.com, Bernard Yslaire a décidé pour son ultime cycle en trois tomes de revenir aux sources et de le réaliser entièrement de sa main. Son dessin réaliste prend sa pleine dimension dans l’exécution toute « manuelle » de l’album et ne fait qu’un peu plus mettre en valeur son talent. Au dessin léché s’ajoute une belle mise en couleurs, propre à mettre en exergue une période trouble de notre histoire.

Un must à découvrir instamment.

YSLAIRE SAMBRE T7 Fleur de pavé Collection Caractère Editions GLENAT 72 pages, 15.50 €

 

Bernard LAUNOIS


 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2016

La trilogie de la citadelle T1, ou les tribulations d'un postier Hong Kongais

Song Lu est très fier d'avoir déniché un poste de fonctionnaire à la nouvelle poste de Kowloon. Son investissement dans le travail ne va pas tarder à être récompensé quand il se voit confier la charge de trier les lettres "perdues", celles dont on n’a jamais retrouvé le destinataire. 

Song Lu va rapidement s’apercevoir que bon nombre de ces lettres sont souvent adressées à la Citadelle de Kowloon, quartier de Hong Kong le plus densément peuplé du monde et considéré comme un lieu infamant où sont réfugiés tous les reclus de la société chinoise, du criminel au marginal, qui cherchent à se soustraire aux lois chinoises et à l’armée britannique.

N'écoutant que son courage et son amour pour le travail bien fait, au risque de déplaire à ses collègues, notre jeune postier va braver les interdits pour découvrir cette économie parallèle et tenter de livrer les missives.

Dans un univers mi-enquête policière, mi quête poétique, mêlant le dramatique à la comédie, la scénariste Anne Opotowsky va livrer au lecteur un récit des plus émouvants et éprouvants ; malgré la difficulté qu’éprouve le jeune Song Lu à se départir de son adolescence, sa quête de la vérité va l’emmener au travers d’un labyrinthe qui va vite s’avérer inextricable. Avec une remarquable mise en images faite par la dessinatrice Aya Morton, le lecteur aura tout le loisir de déambuler dans un univers à la fois poignant et attendrissant, rehaussé par des aplats de couleurs souvent acidulés du plus bel effet.

Une belle aventure avec ce premier opus des plus prometteurs.

LA TRILOGIE DE LA CITADELLE T1 L’escalier vers les nuages bleus OPOTOWSKY/MORTON Editions URBAN CHINA 304 pages, 15,00 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2016

L'illustratrice Christine Roque exposée au salon de la maquette et du modèle réduit les 24 et 25 septembre 2016 au parc des expositions de Mantes-la-Jolie

Un des plus gros salons français de la maquette, organisé par le dynamique Lafayette Maquette Club du Mantois, se tient régulièrement à Mantes-la-Jolie sur le site du Parc des Expositions. Avec environ 400 exposants, il s’impose comme une référence en Ile de France et attire plus de 8.000 visiteurs.

Les organisateurs ont amicalement invité Bulles de Mantes à tenir un stand, sur lequel l’association présentera une exposition de l’illustratrice Christine Roque, qui dessine avec talent des camions pour le magazine France Routes. Cette exposition sera composée d'une vingtaine d'originaux de l'artiste ainsi que des bâches réalisées par l'illustrateur Etienne Prat.

Avec une fin de semaine qui s'annonce des plus clémentes, c'est l'occasion de profiter de rencontrer tous ces passionnés de la miniaturisation, des engins télécommandés que ce soient des voitures, des avions et autres hélicoptères, mais aussi des immenses bassins où vous pourrez vous familiariser avec de superbes bateaux...

L'énumération de toutes les activités présentées ce week-end par le dynamique Lafayette Maquette Club du Mantois seraient assurément fastidieuses tellement elles sont nombreuses. Néanmoins, si vous ne hésitiez encore à vous déplacer, il ne faudra absolument pas manquer de découvrir une gigantesque exposition de pièces uniques dont le pont provisoire de Mantes construit par les Américains au lendemain de la guerre.

Venez voir, c’est splendide !

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2016

"Là où vont les fourmis", à devenir chèvre !

Le jeune Saïd n’aime guère aller à l’école et sa principale préoccupation consiste à suivre, dans les ruelles de son village, une colonie de fourmis dont il se demande bien quelle est leur destination finale. Sa curiosité, souvent mal placée, va le propulser en compagnie d’un vieil homme qui va s’avérer être son grand-père et dont il ignorait l’existence, en plein désert au milieu des chèvres qu’il aura la lourde charge de garder. Quel plan d’enfer, se retrouver en pleine dune, au milieu d’un troupeau bêlant sauf… Zakia, une vieille bique qui parle ! Passé l’effet de surprise, le jeune garçon va nouer une tendre relation avec l’animal et chercher à le protéger contre les convoitises… lorsqu’un cousin venant le ravitailler hebdomadairement découvre les talents de l’ovin.

Ce ne sont pas les Contes des mille et une nuits  mais ça s’en approche furieusement ! Pourquoi la chèvre est-elle dotée de la parole ? Saïd arrivera-t-il à ses fins et si oui, de quelle manière ?

L’auteur complet Frank Le Gall signe là un scénario des plus attachants, tout en poésie et d’un humour souvent décapant. Le lecteur va très vite s’attacher à ce frêle enfant rêveur perdu au milieu des ovidés, qui n’aura de cesse de courir après les fourmis, traversant le désert affublé d’un drôle d’attelage. Cette fois-ci et contrairement à l’incontournable Théodore Poussin, Frank Le Gall s’est adjoint les talents de Michel Plessix, grand spécialiste des histoires animalières, en réalisant une belle histoire dans des décors africains peuplés de personnages et d’animaux tous aussi attachants les uns que les autres, rehaussés par les couleurs aux tons chaud de Sébastien Orsini.

De la magie, du rêve, auxquels on rajoute une pincée de lyrisme et on obtient une belle alchimie qui ravira assurément petits et grands.

LA OU VONT LES FOURMIS LE GALL/PLESSIX Editions CASTERMAN 64 pages, 18,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 18 Septembre 2016

Les jours heureux T2, jusqu’à quand ?

Après la mort d’Hortense sauvagement assassinée par des rebelles dans le territoire Kabaré, au fin fond du Congo belge, Thomas semble avoir réchappé à la tuerie mais reste actuellement introuvable. Avec les colonies qui disparaissent, la guerre froide qui s’installe, l’Europe se cherche et les peuples voient définitivement s’éloigner l’époque des jours heureux avec la fin de la deuxième guerre mondiale et les espoirs d’un monde meilleur.

C’est avec un brin de nostalgie que le lecteur verra la fin de cette trilogie qui aura, au travers de la vie de villageois de l’Ardenne belge, (re) découvert tout un pan de notre histoire contemporaine de 1938 à 1962. Au-delà du rappel historique fort bien documenté, les scénaristes Guy Raives & Eric Warnauts, ces deux inséparables compères ont su, avec talent, distiller au lecteur une fiction des plus plausibles et assurément le faire réfléchir sur cette époque charnière de la bonne vieille Europe qui déjà laissait augurer ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Au scénario à quatre mains, s’ajoute un dessin réaliste tout autant à quatre mains qui, au fur et à mesure des années, a gagné en maturité, donnant la pleine mesure à une belle saga. Et les superbes couleurs de Guy Raives sont là pour donner toute la dimension à ce dessin qui sert si bien l’histoire.

Le seul regret qui pourrait être apporté à cette fresque, c’est qu’elle ne se prolonge pas jusqu’à nos jours, car suivre les protagonistes de la série tout au long de leur vie, avec toutes les vicissitudes qu’elles peuvent apporter serait assurément captivant. Qui sait, peut-être aurons-nous le plaisir de nous plonger dans un nouveau cycle, des années 70, et voir les personnages un peu plus vieillir…

LES JOURS HEUREUX T2 RAIVES/WARNAUTS Collection Signé Editions LE LOMBARD 64 pages, 14.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 11 Septembre 2016

Mariage, les Gouttes de Dieu T1, l’accord parfait !

Après 44 volumes des Gouttes de Dieu, la célèbre série qui aura tellement contribué à faire connaître les vins européens à la population asiatique, on pouvait penser avoir fait le tour du sujet. C’était méconnaitre le talent de Tadashi Agi, pseudonyme qui rassemble deux scénaristes frère et sœur : ils vont transporter le lecteur dans l’univers de la restauration à travers la rivalité de deux établissements situés l’un en face de l’autre, et relancer la série d’une bien belle manière.

La restauration traditionnelle tenue par la famille de Kurazo Mamiya essaie, du mieux qu’elle peut, de résister à l’un des établissements d’une grande chaine de brasseries, Romanée-Ya, qui a tous les moyens de son groupe pour casser les prix, et qui rêve de ne faire qu’une bouchée de pain de la gargote d’en face. La visite fortuite du jeune Shizuku Kanzaki va redistribuer la donne grâce à sa vision de la restauration, et plus particulièrement de l’alchimie d’un plat lorsqu’il est sublimé par un vin. Bien évidemment, la chaine ne va pas en rester là et sort l’artillerie lourde, avec tous les stratagèmes que lui offre le groupe. Comment la famille Mamiya associée au démoniaque et inventif Kanzaki va-t-elle pouvoir résister à la puissance de feu de Romanée-Ya ?

La dessinatrice Shu Okimoto est encore peu connue dans nos contrées mais ne va pas tarder à le devenir, avec son dessin réaliste plutôt fouillé et accessible à tout public, et qui devrait assurément plaire à des lecteurs peu habitués à lire des mangas.

Préfacé par le sommelier Philippe Bourguignon, meilleur sommelier de France 1978 et membre de l’Académie des vins de France, ce premier opus d’une série qui compte déjà quatre albums édités au Japon s’avère captivant et instructif, et laisse augurer de bons moments dans la quête de l’association parfaite d’un met avec son nectar.

MARIAGE T1 AGI/OKIMOTO Collection Seinen Editions GLENAT 208 pages, 9.15 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2016

Le rose vous va si bien, n'est-il pas ?

La condition de gouvernante à la fin du 19ème siècle n'est guère brillante : exploitée, souvent maltraitée, à la merci de l'irascibilité de ses employeurs. La jeune Mathilda, fraîchement débarquée au manoir de Lockwood dans le comté du Lancashire, ne fait hélas pas exception, sinon que son bourreau a pris les traits de Sarah, une gamine mal élevée qui a décidé de lui en faire baver.

Le lecteur va suivre avec toutes les pérégrinations de cette jeune fille, plutôt naïve et prompte à s'amouracher du premier noble venu, notamment dans l'espoir d'améliorer sa triste vie de jeune fille esseulée et pauvre.

La singulière particularité de cet album réside en la présence épisodique de la narratrice Carlota Bartland, tout de rose vêtue, qui intervient physiquement de manière épisodique dans l'histoire dans le but de faire changer le cours de la narration. 

S’inspirant des romans de Barbara Cartland, la scénariste Véronique Grisseaux s'ingénie, avec un certain talent, à surprendre le lecteur avec une bonne caricature de la célèbre femme en rose, dont la manie consistait à dicter à ses petites mains ses innombrables récits à l'eau de rose qui ont fait sa renommée. Le récit est drôle et avec les changements de rythme dans la narration, alternant le rythme effréné subi par la gouvernante au côté de Sarah avec l'attitude, parfois despotique, de Carlota Bartland dans l'orientation qu'elle décide de donner au récit, le lecteur est rapidement entraîné dans un tourbillon, ponctué par la recherche incessante du pékinois Twi-Twi chargé de hanter le manoir.

Avec un dessin semi-réaliste et vif, Eva Rollin apporte une belle fraîcheur à cette histoire qui se lit avec un plaisir non dissimulé.

Un roman graphique à découvrir, cultivant le pastiche aussi drôle qu’attachant.

LE ROSE VOUS VA SI BIEN GRISSEAUX/E. ROLLIN Éditions CASTERMAN 120 pages 16,00 €

 

Bernard LAUNOIS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 6 Septembre 2016

Au fil de l’eau, la vie ne serait pas un fleuve tranquille ?

Niceto, entouré de ses copains, de son fils Roman et de son petit-fils Alvaro tente d'exister dans une Espagne touchée de plein fouet par la crise. Madrid n'a pas échappé au marasme et trouver les moyens de vivre au-dessus de ses moyens est tentant. Alors, taper le carton au fin fond d’un café reste l’occupation principale d’une poignée d’octogénaires mais bientôt, les enjeux, l’envie de vivre mieux, de claquer un argent qu’ils n’ont jamais eu, va les pousser à monter un petit business de trafic d’objets volés.

Les petits larcins ne cessent de grossir et les ennuis avec la Police ne tardent guère à poindre. Et comme les ennuis ne viennent jamais seuls, voilà que les joueurs invétérés disparaissent les uns après les autres de manière inquiétante. Suicide, mort naturelle, assassinat ? Il s'engage une véritable course de vitesse pour Roman et Alvaro qui ont décidé de protéger leur aîné. 

Le scénariste Juan Diaz Canales nous surprend à nouveau avec un scénario des plus originaux, où l'intrigue monte en puissance au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire.

Avec leur prise de conscience d’atteindre la fin de leur vie, leur profond sentiment de ne plus servir à rien devant l’indifférence des nouvelles générations, les octogénaires « dernière génération »  sont dépeints par l’auteur avec une grande sensibilité mêlée d’un humour des plus caustiques, et le lecteur va rapidement s’approprier ces sympathiques vieillards.

Mais combien parmi nous savaient avant cet album que Juan Duaz Canales n'était pas seulement un remarquable scénariste avec des titres évocateurs, Blacksad ou encore le dernier Corto Maltese, mais aussi un bon dessinateur ? Son dessin noir réaliste, plutôt dynamique avec des encrages profonds collant parfaitement à cette ambiance pesante de fin de vie, véhicule une histoire poignante qui devrait en ravir bon nombre.

A recommander, instamment…

AU FIL DE L’EAU CANALES Editions RUE DE SEVRES 108 pages 17.00 € 

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 4 Septembre 2016

What the Future, quel avenir !

Bienvenue dans notre monde futur à la sauce déjanté ! Voilà, narrées en de courtes histoires, les tribulations de la famille Future confrontée aux vicissitudes du progrès.

Bien que Gérald Future, personnage emblématique de la série, n'ait pas inventé la poudre, il tente néanmoins de compenser sa misérable existence en profitant des nouvelles technologies qui lui sont offertes tels que les robots domestiques, parfois plus humains que lui, les fins de vie provisoires, les téléportations farfelues, les réalités augmentées surréalistes... Jusqu'aux confins du ridicule.

Parues initialement dans la revue Fluide Glacial, toutes les histoires font mouche avec leur dose de cynisme et de dérision, et rares sont les scénettes devant lesquelles le lecteur ne s'esclaffe pas. Mais parfois le rire est jaune, car c'est souvent d'objets ayant déjà envahi notre quotidien que l'auteur complet mo/cdm se complaît à pousser l'utilisation jusqu'à l'absurde, incitant alors le lecteur à réfléchir sur l’asservissement de notre monde de la consommation. Le dessin, souvent caricatural, est juste, tout simplement efficace, et l'auteur n'a pas hésité à y adjoindre des couleurs plutôt flashy, allant du vert fluo au pourpre psychédélique, pour rendre une ambiance des plus kitch.

Une belle pinte de rire à déguster sans modération.

WHAT THE FUTURE MO/CDM Éditions FLUIDE GLACIAL, 72 pages 14.00 €

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 3 Septembre 2016

Confessions d'un enragé : chat alors !

Liam 5 ans, profite une belle vie pleine d'insouciance au milieu des rues de Rabat quand sa vie bascule subitement. Voilà qu'il est mordu par un chat qui va s'avérer avoir la rage !

Va s'ensuivre une course contre la maladie et la mort dont l'enfant ne va pas sortir complètement indemne : le fantôme du chat enragé hantera bon nombre de ses nuits,  et il répondra par une capacité extraordinaire à revenir à un état proche de la sauvagerie en développant notamment une force surhumaine dans des moments de stress.

Quel scénario, que l'auteur complet Nicolas Otero signe et met en scène en mêlant intiment le réel avec une fiction teintée de fantastique ! Le réel, tout d'abord avec une histoire des plus plausibles, des rues de Rabat à ses nuits agitées en passant par son stage à l'hôpital,  mais aussi avec les judicieux apartés d'un honorable carabin expliquant les séquelles susceptibles d’être laissées par la rage. Le fantastique, avec un développement d'attitudes animales que l'on peut qualifier de hors norme.

Le trait réaliste est à l'image du scénario, propre à renforcer les penchants réalistes et fantastiques de l’album. Un satisfecit est à donner également concernant la mise en couleurs des plus réussie, alternant les couleurs chaudes pour les périodes heureuses et froides pour les moments plus difficiles à vivre.

Partagé entre le désir de s'apitoyer sur le garçonnet que l'on va suivre toute son adolescence et le rejet de ses agissements souvent d’une rare violence, le lecteur n'aura de cesse de dévorer ce bel album de 128 pages des plus haletants.

À découvrir instamment.

CONFESSIONS D'UN ENRAGÉ OTERO collection 1000 feuilles Éditions GLÉNAT, 128 pages 25,00 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0