Publié le 26 Février 2017

Contes asiatiques, un retour salutaire au cœur de la culture orientale

Du petit chien chasseur de trésors au couple de vieillards toujours prêts à donner leurs chemises au prodigieux carambolier, arbre aux fruits juteux et rabougris qui aura transformé la vie de ses propriétaires, les scénaristes Oliv’ et Eddy Simon (re)plongent le lecteur dans des contes issus de la culture asiatique. Ici, le fantastique côtoie le réalisme des vies de personnages qui ont plutôt connu la misère et qui, par leurs actions souvent teintées de bonté, ont vu leurs vies transformées. Ces historiettes souvent moralisatrices, au nombre de neuf, sont accessibles à tous lecteurs, petits et grands.

Quant aux dessins, ce sont près d’une douzaine de dessinateurs qui se sont prêtés avec talent à la réalisation des planches de chaque conte comportant six à huit pages. Souvent aquarellés, d’un dessin plutôt hyperréaliste, les contes prennent tour à tour vie et font assurément réfléchir le lecteur, voire lui donnent l’envie d’en connaître un peu plus sur ces histoires traditionnelles qui pour certaines, doivent encore aujourd’hui être lus aux enfants asiatiques.

On ajoutera, après chaque conte, des doubles pages documentaires très instructives réalisées par Michels Mabel, relatant les vies et coutumes des pays tels que le Japon, la Chine, le Tibet, le Vietnam, l’Inde ou encore le Népal.

On notera parallèlement dans la même collection prometteuse, l’édition d’un album consacré aux contes arabes qui devrait tout autant ravir les lecteurs de cet opus.

CONTES ASIATIQUES EN BANDES DESSINEES SIMON/COLLECTIF D’AUTEURS Editions PETIT A PETIT 96 pages, 14.90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0

Publié le 19 Février 2017

Jockey, pas vraiment à cheval sur les principes !

Qui dit jockey dit courses de chevaux et…paris. Avec les années 30 et 40, les réunions hippiques à São Paulo sont légion, et ces manifestations qui génèrent de l’argent intéressent beaucoup de monde mais pas forcément que des gens de bonne famille. Mafia, meurtres, corruption, argent sale, mais aussi racisme, tout y passe.

 

De Mosca le jeune jockey noir qui tente de se faire un nom, au tragique destin de Matias, enfermé pour d’obscures dettes d’argent et qui finira par s’évader pour se venger et prouver son innocence, le scénariste brésilien Rafael Calça plonge rapidement le lecteur dans une histoire fantastique des plus sombres où s’entremêlent des destins incroyables.

 

Jockey, c’est aussi de belles romances entre des êtres déchirés qui essaient de survivre dans un monde implacable où les castes règnent en maître. Même si la fin semble inéluctable, le lecteur appréciera les actions à la gâchette facile et aux couteaux aiguisés qui servent à merveille ce récit à suspense.

 

Le dessinateur brésilien André Aguiar livre un dessin vif et taillé à la serpe que ne renierait pas Bézian, transportant le lecteur dans un univers des plus anxiogènes. On ajoutera des couleurs numériques plutôt froides collant parfaitement à la fiction.

 

Il faut noter le souci de détail de l’éditeur qui aura fait imprimer ce roman graphique dans le format des pulps, magazines souvent bon marché qui ont fait la joie des lecteurs américains des années 20, auxquels il fait référence dans la présentation de l’album.

 

A découvrir instamment.

 

JOCKEY CALCA/AGUIAR Editions EP 132 pages, 18,00 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0

Publié le 10 Février 2017

Les petites contemplations, un arrêt sur image bien salutaire

Toutes les mégalopoles de la planète ont tendance à vivre à un rythme effréné, et la ville de Pékin ne fait pas exception. Aussi quand l'auteur complet Yao Ren, au travers de son blog, s'attarde sur la nature qui elle, continue à vivre à son train de sénateur, le lecteur se trouve transporté dans un univers des plus attachants.

Des émotions gustatives retrouvées dans une petite gargote de quartier, telle une madeleine de Proust, à la renaissance d'un cactus délaissé derrière une fenêtre de la capitale, ou encore la vie des chats errants, Yao Ren met en image, au travers de ses déambulations, des petits moments de la vie quotidienne qui semblent faire fi des turbulences de la ville et plongent le lecteur dans une tendre atmosphère où le temps semble suspendre son vol.

Avec un dessin réaliste et des couleurs empruntées à la technique du pointillisme chère aux peintres néo-impressionnistes tels Georges Seurat ou encore Paul Signac, Yao Ren apporte toute la touche de poésie et de plénitude que l'on pourrait assurément transposer dans une autre capitale.

Avec Les petites contemplations, les éditions URBAN CHINA inaugurent une nouvelle collection autour de blogs qui laissent augurer une belle série, démontrant une fois encore, la richesse de la blogosphère qui permet à bon nombre d’artistes de se faire connaître.

À déguster sans modération au fond d'un bon canapé.

LES PETITES CONTEMPLATIONS REN Collection URBAN CHINA BLOG Éditions URBAN CHINA 160 pages 15,00€

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0

Publié le 5 Février 2017

Sortie de route, quand le jeunisme ne rend pas le résultat escompté…

Jeune cadre dynamique, Régis a horreur de l'improvisation, et dans sa vie déjà bien rangée tout est calculé au millimètre près ! Optimiser son emploi du temps est sa devise et quand les vacances d'été se profilent, il décide de finaliser quelques chantiers sur le chemin. Valérie, son épouse, ne partage guère ses travers mais néanmoins se plie aux manies de Régis en l'accompagnant, sauf qu’un événement incroyable va bouleverser la vie de Régis. Alors qu’ils approchent du premier rendez-vous de chantier, Valérie est atteinte d'une pépie qu’elle finit par assouvir dans une grenadine… qui va la transformer en gamine ! Catastrophe, abomination, hallucination, cauchemar, Régis n’a pas de qualificatif plus fort pour expliquer l’inexplicable !

Que faire quand on se retrouve à côté d'une midinette qui ne pense qu'à faire des gamineries de son âge ? Comment expliquer que sa femme a pris dix ans de moins sans éveiller des soupçons et passer pour un kidnappeur, voire un pédophile ?

Enfin, comment ne pas trouver d'analogie avec sa propre enfance au travers de cette adolescente délurée ?

Ce diable de Didier Tronchet a plus d'un tour dans son sac en nous livrant un road-movie des plus réussis qui, au-delà des situations loufoques qui sont souvent drôles, renvoie des flots de tendresse et de sensibilité que le lecteur assurément appréciera. Le dessin semi-réaliste caractérisé de Didier Tronchet et les couleurs acidulées accompagnent parfaitement l'histoire.

SORTIE DE ROUTE TRONCHET Collection MILLE FEUILLES Éditions GLENAT 88 pages 19,50 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 2 Février 2017

Kushy T1, le lac sacré... pas pour tout le monde !

Kushy, pré-ado orpheline découverte à l'entrée de la yourte de Tengger, est élevée par une vieille chamade qui veille sur elle comme si c'était sa petite fille.

Seulement, si elle est très intelligente Kushy n'est assurément pas l'archétype de la petite fille bien sage : elle a plutôt des airs de garçon manqué au point de faire peur à ceux de son âge. Il faut dire qu’en la sachant élevée par la chamane on lui prête des pouvoirs qu'elle n'a pourtant pas, entretenant la suspicion et la peur de la voir jeter un sort.

Toujours à arpenter la steppe plutôt que de s'ennuyer sur les bancs de l'école, voilà qu'elle découvre en compagnie de son fidèle compagnon, la chienne Khulan, que l'infâme Bold commande à ses sbires de pêcher dans le lac sacré à coup de dynamite, pour s'enrichir aux dépens du village quitte à détruire l'écosystème de la région.

Découverts, ils n'auront de cesse de poursuivre Kushy. Devra-t-elle les affronter au risque d'y laisser la vie ? Faudra-t-il fuir au travers de la steppe, devant une adversité beaucoup trop grande pour une gamine, certes téméraire, mais encore si fragile sous ses airs de conquérante.

Le lecteur adoptera rapidement la petite Kushy et son fidèle compagnon Khulan.

Après la balade de Yaya qui aura séduit un nombre incalculable de lecteurs, le scénariste Patrick Marty livre à nouveau une belle histoire, comme il en a le secret, ou candeur et naturel de l'enfance n'empêchent pas de s'appesantir sur les drames écologiques qui enlaidissent la planète et la mettent en péril, et au-delà sur le sort des humains qui subissent pour le profit d'une poignée d'exploiteurs avides.

Le dessin hyperréaliste de Golo Zhao colle parfaitement à la narration, et le traitement des couleurs informatique, proche du dessin animé asiatique où le pastel règne en maître, adoucit un récit parfois dur.

On notera la performance réussie de rendre cette bande dessinée accessible à tout public, et le lecteur devra être encore un peu patient avant de découvrir la suite des aventures de Kushy, prévues en quatre tomes.

KUSHI T1 LE LAC SACRE MARTY/ZHAO EDITIONS FEÏ 96 pages 9.50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0