Publié le 24 Juin 2015

 

Maki Agari n'a pas tout compris ! Alors qu'elle se réveille au fin fond d'un centre de recherche pharmacologique, elle se demande encore si elle n'est pas encore en train de cauchemarder !

Hélas, le monde qu'elle croyait virtuel est bien réel et les propos d'un soldat gisant à côté d'elle sont édifiants au point de ne pas y croire : elle serait le fruit d'une expérience qui ferait d'elle, un des derniers humains non infectés par le virus "zombie".

Tokyo n'est plus qu'un immense chantier peuplé de créatures qui ne pensent qu'à se manger entre eux, toutes plus hideuses et sanguinolentes les unes que les autres. C'est accompagnée de Shota, jeune garçon également vacciné, qu'elle devra rejoindre le "dôme", le seul endroit où resteraient des humains non infectés, afin de leur inoculer l'unique dose de vaccin dont ils disposent !

Du suspens, le scénariste Tsuka Saimura en a revendre, et une fois passé le rejet physique que lui inspire les zombies, le lecteur va pouvoir se délecter d'un scénario bien construit, plutôt tourné à la manière d'un jeu vidéo.

Le dessin hyperréaliste de Kôzô Takahashi renforce ce road movie aux couleurs post-apocalyptiques, avec des décors fournis et des personnages humains bien attachants. Une mise en couleurs autait certainement apporté un plus à cette nouvelle série qui devraient satisfaire de nombreux lecteurs du genre.

A consommer "sang" modération !

CRUEL THAN DEAD T1 TAKAHASHI/SAIMURA Editions GLENAT Manga 208 pages 10,75 €

 

Bernatrd LAUNOIS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 21 Juin 2015

11 mars 2011, le Japon est frappé par un séisme de magnitude 9 qui entraînera le fameux tsunami et la catastrophe nucléaire qui en découla. Nobumi, jeune père de famille, illustrateur de livres pour jeunesse se sent impuissant face à l'ampleur des dégâts, et décide de plaquer femme et enfants pour venir en aide à la population. Devenir bénévole dans la zone sinistrée pour soutenir les jeunes enfants auxquels il consacre sa vie d'illustrateur lui apparait tellement évident, qu'il n'hésite pas un seul instant à se rendre à leur rencontre.

Le lecteur va ainsi suivre, tout au long de ce one shot, la démarche de Nobumi, volontaire, généreux et dont les valeurs humanistes sont un exemple à suivre...

Il aura fallu la rencontre de Nobumi et du dessinateur Georges Morikawa, touché par "marchons la tête haute" pour que le projet se réalise au sein de la rédaction de l'hebdomadaire Shûkan Shônen, faisant de ce manga, une œuvre  à plusieurs mains de grande qualité, grâce au concours de nombreux mangakas qui ont réalisé chacun une planche.

Personne n'a oublié le drame qui a touché la région de Fukushima et le manga de Georges Morikawa revient avec justesse sur ces événements tragiques, qui ne font plus l'actualité mais qui demeurent, hélas, bien présents encore aujourd'hui.

Un témoignage poignant à lire, pour tout public.

JE REVIENDRAI VOUS VOIR MORIKAWA/NOBUMI éditions AKATA 180 pages 6.95€

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 19 Juin 2015

Alors que la première guerre mondiale fait rage, la ville de Petrograd n'est pas en reste ! Le peuple est en colère et veut en découdre avec le pouvoir tsariste. Dans la foule révolutionnaire, deux êtres, Anastasia et Volodia se découvrent et tombent éperdument amoureux. Seulement Anastasia n'est pas une fille du peuple mais une  princesse, fille de tsar, qui a déjoué la surveillance du palais pour se mêler à la population. Quant à Volodia, misérable cosaque, il prend fait et cause pour le peuple, au risque d'y perdre la vie : quel attelage impossible ! Et pour corser l’histoire, surviennent les retrouvailles fortuites en plein milieu de la manifestation entre Volodia et Joseph Vissarionovitch Djougachvili, plus connu sous le nom de Staline, rencontre qui va être déterminante pour la suite du récit.


Passions dévorantes, soif d'un monde meilleur qui ne serait plus oppressé par le pouvoir, le tout dans un climat de suspicion où chacun épie son prochain : voilà un cocktail bien détonant pour un avenir plutôt incertain.


Les scénaristes Benoît Atey et Jean-Baptiste Dusséaux manient avec dextérité tant le style dramatique que l'amour-passion. Sans pour autant verser dans le pathologique, ils nous rappellent avec justesse les difficiles conditions de vie d'une société opprimée par le pouvoir et affamée par la première guerre mondiale.


Les dessins et couleurs de Mayalen Goust se révèlent remarquablement appropriés au scénario, et son trait faussement dépouillé est rehaussé de nuances de couleurs qui marient avec bonheur les tons chauds et froids.


Un début de triptyque prometteur qui ne demande qu'à être confirmé.


 
KAMARADES T1 ABTEY/DUSSÉAUX/GOUST Éditions RUE DE SEVRES 60 pages 13,50 €
 
 
Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 16 Juin 2015

 

Monika est aux abois, elle cherche sa sœur Erika disparue depuis quelques semaines et dont les derniers indices de vie correspondraient à une rencontre avec le politicien Christian Epson. Seulement, derrière la vie de jeune et ténébreux politicien le jour, Christian cache une vie nocturne moins glorieuse, où bals masqués et instants de débauches sont légion. Malgré les consignes de prudence de son vieux pote Théo, qu'elle cache chez elle alors qu'il est poursuivi pour des histoires de construction d'androïde convoité, elle décide de séduire Christian Epson afin d'en savoir plus sur la disparition d'Erika.

Arrivera-t-elle à ses fins sans tomber dans un piège ? Les masques vont-ils finir par tomber ? Finira-t-elle par retrouver sa sœur ? Des attentats autour du politicien vont finir de semer le trouble...

Voilà un diptyque qui démarre sur les chapeaux de roue où tout le monde se méfie de tout le monde sur fond d'enquête. La scénariste Thilde Barboni ménage le suspens, distillant petit à petit la toile d'un imbroglio tout aussi érotique que démoniaque. Le dessinateur Guillem March n'est pas en reste et nous gratifie d'un fort joli album, avec un style réaliste des plus convaincants et des couleurs pastel plutôt réussies.

Un cahier graphique de cinq pages montrant les différentes étapes de création de l'album, complète agréablement l'ouvrage.

Alors attention, le lecteur ne sortira pas indemne de cette lecture des plus palpitantes...

MONIKA T1, BARBONI/MARCH Collection "Grand public" Editions DUPUIS Editions 64 pages 14.50 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 14 Juin 2015

Quand un grand peintre rencontre un autre grand peintre, cela donne "Le Caravage", un remarquable album biographique de l'un des plus grands génies de la peinture que l'Italie ait porté.

Le récit commence en automne 1592, alors que Michelangelo da Caravaggio dit « Le Caravage » décide de partir à l'assaut de la capitale italienne pour y percer. Hélas, son arrivée à Rome ne correspond pas à la vie dont il rêvait. Mais très vite, il va s'adapter à la situation, en fréquentant les mauvais garçons et les filles de joie qui peuplent les bas fonds de la ville. Un temps au service de Cesari, le chevalier d'Arpin qui le considère comme moins que rien, tout juste bon à peindre des guirlandes,  il réalise néanmoins, à ses heures perdues, des chefs d'œuvre qui ne vont pas tarder à être vus et appréciés. Seulement, comment concilier une vie de peintre reconnu par l'église et continuer à fréquenter les putains qui lui servent de modèle ?

Avec une telle vie pleine de débauches et de combats de rue, mais aussi vouée à la création de chef d'œuvres principalement à caractère religieux, Le Caravage ne pouvait laisser insensible l'auteur complet Milo Manara.  Le lecteur va se trouver rapidement emporté dans la vie tourbillonnante du jeune peintre par un récit fort bien rythmé et servi par le remarquable talent du dessinateur Milo Manara, qui n'a pas son pareil pour magnifier la gente féminine et ce, dans un décor flamboyant de la Rome du 16ème siècle.

Voilà une manière bien agréable de (re)découvir la vie de Le Caravage, ce génie de la peinture, au travers d’un diptyque qui ne devrait laisser aucun lecteur indifférent.

 

LE CARAVAGE MANARA Collection Caractère Editions GLENAT 64 pages 13.95 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0