Publié le 29 Novembre 2018

Le Domaine de la Corniche décolle avec Tanguy et Laverdure, Matthieu Durand aux commandes

L’association Bulles de Mantes, en partenariat avec Le Domaine de la Corniche, a l'honneur de recevoir pour sa deuxième rencontre de l'année 2018 et sa vingt-sixième depuis le lancement de ce concept novateur en 2010, l’auteur Matthieu Durand, notamment de la série « Tanguy et Laverdure ».

Il vient présenter le tome 2 de TANGUY ET LAVERDURE « Classic » aux éditions DARGAUD.

Aussi, l'association Bulles de Mantes est ravie de recevoir, pour notre plus grand plaisir, cet artiste de talent, dans le cadre prestigieux du Domaine de la Corniche le vendredi 30 novembre 2018.

Alors, pour ceux qui découvrent le concept, ces rencontres sont des moments privilégiés réservés aux seuls membres de l’association (c'est donc le moment ou jamais d'adhérer à l'association : adhésion annuelle 2017 de 15 €), dans le cadre prestigieux du « Domaine de La Corniche » de Rolleboise au restaurant « Le Panoramique », partenaire historique du festival Bulles de Mantes.

Tout commence par une séance de dédicaces de l’auteur invité, suivi d’un cocktail et d’un dîner/débat que nous partageons avec lui, dans ce superbe endroit.

Chaque adhérent inscrit à la rencontre peut se faire accompagner d’une personne de son choix, qui participera au dîner, mais n’aura pas droit à dédicace.

Les dédicaces commenceront à 16h00, le cocktail sera servi autour de 20 h, le dîner étant prévu après et un débat sera engagé en fin de repas. Enfin, une carte souvenir n° et signée, agrémentée d'une illustration sera offert à chaque participant à la soirée.

Matthieu Durand est né dans les années 1970... Mais il n'a pas connu bien longtemps la folie de cette décennie puisqu'il a vu le jour à son crépuscule, en novembre 1979.

Alors qu'il n'a pas encore 10 ans, il découvre les bandes dessinées aéronautiques scénarisées par Jean-Michel Charlier, en particulier "Les aventures de Tanguy et Laverdure" (Dargaud), avec un coup de coeur pour le trait d'Albert Uderzo. Ces lectures lui apportent à la fois une passion pour l'aviation et un objectif professionnel : devenir dessinateur de BD. Son rêve, qui, à l'époque, relève plus de l'utopie, est de se retrouver un jour aux commandes de la série.

Son attrait pour les choses de l'air le pousse à passer un bac scientifique, mais, le diplôme en poche, il préfère privilégier sa fibre créatrice et choisit des études d'arts plastiques pour, éventuellement, se diriger vers l'enseignement. Cependant, il garde toujours à l'esprit son objectif de faire de la BD d'aviation son métier. Pendant sa deuxième année de DEUG, il découvre l'infographie et passe une licence professionnelle dans ce domaine. Avec son diplôme de graphiste multimédia, il débute une carrière de web designer au sein d'agences de communication. En parallèle, et en autodidacte, il continue de travailler à son aspiration, pas du tout inavouée, de devenir dessinateur de romans illustrés.

En 2006, les portes du 9e art s'entrouvrent à lui quand les éditions Zéphyr BD l'enrôlent pour mettre en images une nouvelle série policière se déroulant dans l'Amérique de l'après-guerre et ayant pour héros un pilote dénommé Jack Blues. S'ensuit une évolution vers son domaine de prédilection, à savoir l'aviation de chasse française, puisqu'il se voit proposer de collaborer à "Team Rafale" (Zéphyr) et, trois ans plus tard, on lui confie la création graphique de la série "Rafale leader". Enfin, après 8 huit albums d'aventures aériennes à son actif, son rêve devient réalité : en 2014, il intègre les éditions Dargaud pour dessiner la collection "Classic" des aventures de Tanguy et Laverdure. (biographie copyright Dargaud)

Domaine de la Corniche, restaurant Le Panoramique, 5, route de la Corniche 78270 ROLLEBOISE : 2 toques dans le guide gastronomique Gault et Millau et sélection table distinguée d'Alain Ducasse en 2010.

http://www.domainedelacorniche.com

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Rencontre diner-dédicaces

Repost0

Publié le 29 Novembre 2018

Artbook, Bricoles, Gribouillis de Christophe Chabouté, quand les tiroirs recèlent des trésors…

Des Récits, album collectif sur Arthur Rimbaud au deuxième tome de Moby Dick, c’est près d’une vingtaine d’albums réalisés par l’auteur complet Christophe Chabouté qui enchantent les lecteurs toujours plus nombreux. Si le dessin noir et blanc n’a pas toujours remporté  l’adhésion du public, souvent plus attiré par des couleurs chatoyantes, souvent flatteuses, des artistes comme Christophe Chabouté ont transcendé le genre et lui ont donné toutes ses lettres de noblesse.

Cette fois, point d’histoire à raconter, mais plutôt un brillant florilège de somptueux dessins qui seraient sortis des cartons de l’artiste.

L’ArtBook  commence par une suite remarquablement bien orchestrée de  portraits de bluesmen, tous plus émouvants les uns que les autres. Suivent des illustrations de musiciens dont la réputation n’est plus à faire, tels que Jimmy Hendricks, Nick Cave ou Keith Richard, des pochettes de disques, des affiches de spectacle de blues… Seulement, l’émotion ne s’arrête pas là. S’ensuit une avalanche de dessins sur l’univers de la ville, peuplés de chats noirs, puis des instantanés de mégalopoles américaines. L’univers de l’enfance n’est pas oublié avec des clins d’œil à Calvin & Hobbes, Gaston Lagaffe, Spiderman, John Difool, Corto Maltese et… Didier Comès, l’autre grand spécialiste du dessin noir & blanc ; la fin du volume étant consacrée à bon nombre de travaux préparatoires aux albums conçus par l’auteur.

Bricoles, gribouillis, voire fonds de tiroirs, sont des mots retenus pour faire le titre de l’ArtBook qui ne sont, décidément, vraiment pas appropriés. Petites pépites auraient assurément mieux collé à ces dessins. Si Charlélie Couture, réalisateur d’une très belle préface, qualifie ce titre d’autodérision de son travail, il importe également de rajouter que la modestie de ce grand artiste est passée par là !

Voilà un ouvrage fait pour les inconditionnels des réalisations de Christophe Chabouté, mais également pour tous les amoureux d’un beau trait, souvent épuré, faisant toujours mouche. Gageons que ce bel objet de près de 300 pages réalisé par les éditions Glénat  ornera indubitablement de belle manière l’étagère de nombreuses bibliothèques, toujours prêt à être repris, relu, re-compulsé avec un bonheur et des émotions sans cesse renouvelés.

Indispensable !

BRICOLES GRIBOUILLIS FONDS DE TIROIR ARTBOOK CHABOUTE Editions GLENAT 290 pages, 39.00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 25 Novembre 2018

Festival International de la Bande Dessinée 2019, une conférence de presse dans le tempo…

Accueilli dans une salle de concert de la Cité de la Musique, le monde journalistique spécialisé dans la bande dessinée pouvait s’attendre à une présentation en fanfare. Tel fut le cas avec tout d’abord un partenariat nouveau avec la Cité de la Musique dans la réalisation de concerts de dessins sur le site avec  Monstres d’Asie, Hänsel & Gretel : l’Orchestre de Paris, la Philharmonie de Paris et le Festival font se rencontrer musique classique et bande dessinée dans des spectacles musicaux pour toute la famille avec Kim Jung Gi et Lorenzo Mattotti.

 

Avec ses 46 printemps, le Festival International de la Bande Dessinée (FIBD) en a encore sous la godasse en présentant encore cette année un programme des plus alléchants à commencer par une douzaine d’expositions, de Milo Manara à Richard Coben, auteur de l’affiche, en passant par  Taiyo Matsumoto, Bernadette Després, les 80 ans de Batman, une cinquantaine de débats, trois catalogues, des master classes, la liste est impressionnante et il faudra avoir des dons d’ubiquité très affirmés afin de pouvoir profiter au maximum de tous les manifestations proposées pendant ses 4 jours, du 24 au 27 janvier 2019.

 

Le FIBD, c’est également la remise des récompenses dans une dizaine de catégories, à commencer par la sélection officielle avec :

• Le Fauve d’Or – Prix du meilleur album

Ce prix met à l’honneur le meilleur album de l’année, sans discernement de genre, de style ou de provenance géographique.

• Le Fauve d’Angoulême – Prix Spécial du Jury Ce prix récompense une œuvre qui a particulièrement marqué le jury par sa narration, son esthétique ou l’originalité de ses choix.

• Le Fauve d’Angoulême – Prix de la Série Ce prix distingue une œuvre en trois volumes ou plus, et ce peu importe sa longueur totale.

• Le Fauve d’Angoulême – Prix Révélation Ce prix est décerné à l’album d’un(e) auteur(rice) encore au début de son parcours artistique et qui a publié professionnellement trois albums maximum.

Mais également, la Sélection FAUVE Polar SNCF, la Sélection Patrimoine, la Sélection Jeunesse, la Sélection Bande dessinée alternative, le prix de l’ACBD.

Enfin, le FIBD, c’est près de 1 500 auteurs et autrices, 400 rencontres, ateliers, conférences, spectacles et projections.

Tous ces chiffres donnent le vertige d’un évènement mondialement incontournable de la bande dessinée de tous les types, tous les styles, toutes les nationalités.

Alors, il ne vous reste plus qu’à vous précipiter sur l’adresse internet indispensable www.bdangouleme.com/ pour compléter cet article et faire vos choix avant de rejoindre l’endroit le plus opportun pour partager la bande dessinée du monde entier.

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 22 Novembre 2018

Remise du 5ème prix de la BD aux couleurs du blues

Depuis 2014, la volonté des associations Bulles de Mantes et Blues sur Seine de mettre en évidence les connexions entre le blues et la bande dessinée se réalise notamment dans la création du Prix de la bande dessinée aux couleurs du blues.

Pour ce vote, près d’une vingtaine d’albums parus entre juin 2017 et juin 2018 ont été examinés par un comité de lecture de Bulles de Mantes, pour sélectionner cinq titres dans la liste finale:

  • La ballade de Dusty  T1(Ducoudray et Goulesque) éditions Grand Angle
  • Les enfants du Bayou T1 (Bottier et Roussel) éditions Jungle
  • Karen Dalton (Rassat et Rousse) éditions Sarbacane
  • Les Maîtres de White Plain (Chevais-Deighton et Giner-Belmonte) éditions Grand Angle
  • Panama Al Brown (Goldstein et W. Inker) éditions Sarbacane

Le Prix de la BD aux couleurs du blues récompense le meilleur album illustrant une thématique du blues ou des musiques afro-américaines qui en sont dérivées, ou encore illustrant le contexte social et historique en relation.

L’excellent album Panama Al Brown, paru aux éditions Sarbacane a remporté le concours haut la main, faisant de cet album le 5ème Prix de la bande dessinée aux couleurs du blues 2018.

La cérémonie de remise du prix a eu lieu juste avant les concerts de Kolas Experiment et de Molly Johnson dans l’espace Maurice Béjart de Verneuil-sur-Seine et ce, pour la deuxième année consécutive. Le prix a été remis par Ghislain Limelette, Président de Blues sur Seine et Bernard Launois, Président de Bulles de Mantes, à Jean-Marie Clergeot, représentant des établissements Selmer, en l’absence des auteurs excusés.

Deux expositions des planches de Panama Al Brown ont été présentées, du 9 au 25 novembre 2018 à la médiathèque Georges Duhamel de Mantes-la-Jolie et du 5 au 30 novembre 2018 à la médiathèque de Verneuil-sur-Seine.

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 21 Novembre 2018

Midnight Tales T2, où l'ésotérisme féminin au pouvoir

L'aventure fantastique continue avec ce deuxième opus tout aussi passionnant que le précédent, comprenant quatre bandes dessinées aux quatre coins de la planète, du Massachusetts à la Thaïlande avec la suite de Devil's garden, en passant par l'Egypte et l'Angleterre sans oublier deux nouvelles pas ordinaires agrémentées d’illustrations de Mathieu Bablet. On commence par l’histoire de Witch Winchester où les scénaristes Morse, Maudoux et Bablet rebondissent avec talent sur la légende de la malédiction de la famille Winchester qui veut que l'épouse du créateur de la carabine éponyme fasse construire une maison avec autant de pièces que de personnes tuées par la Winchester afin de recueillir leurs âmes.

L'Égypte des pyramides et ses mystères autour de la mort reste un terrain propice à l'hermétisme que n'hésite pas à revisiter l'auteur complet Mathieu Bablet avec la terrifiante histoire de Sir Bartholomew, lequel frappé d’un sortilège et devant tenir dans une urne, sera prêt à y laisser sa fortune pour recouvrer sa taille normale. Réussira-t-il à se sortir de ce guêpier avec le talent des midnight girls ? 

Résumer cet album de 136 pages à ces deux seuls récits serait particulièrement réducteur, compte tenu de la qualité des histoires tout aussi passionnantes les unes que les autres, mais n'est-ce pas là un stratagème pour inciter le lecteur à s’y plonger et découvrir par lui-même ces histoires fantasmagoriques ? Après tout, cette chronique n'aura peut-être comme seule finalité que de donner l'eau à la bouche ?

Quant aux dessins et aux couleurs, s'ils sont diamétralement opposés les uns les autres, il s'en dégage néanmoins une belle unité donnant sens à ce deuxième collectif.

Enfin, le lecteur appréciera de retrouver, en encart dans la couverture, les sources qui ont permis de bâtir les récits pour lui donner l'envie d'en connaître un peu plus.

Voilà un pari bien réussi pour ce deuxième collectif placé sous le signe de l'ésotérisme féminin, qui réussit à captiver son lectorat de la première à la dernière page.

MIDNIGHT TALES Collectif Label 619 Éditions ANKAMA 136 pages 13,90 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 17 Novembre 2018

DAS FEUER, quand l’horreur est universelle...

« Un mètre cinquante de longueur sur soixante-dix centimètres de largeur et sur quatre-vingt centimètres de profondeur », c’est le trou que le croque-mort réalise pour enterrer le cercueil ? Que nenni, c’est l’excavation que doit faire chaque soldat allemand pour se « protéger » face aux attaques du front français. C’est sur ces propos cyniques que s’illustre le récit d’un épisode de la  « drôle de guerre ». S’ensuit une longue litanie de toutes les misères qu’ont pu supporter les différents protagonistes de cette boucherie organisée par des gradés des deux camps, Allemands et Français.

La suite, bon nombre de personnes la connaissent pour avoir eu dans leur famille, leurs amis, parmi leurs arrière-grands-pères, des personnes qui ont subi les affres de la guerre. L’originalité de cet album réside dans une très bonne adaptation du roman « Le feu » d’Henri Barbusse (prix Goncourt 1916) par le scénariste Patrick Pécherot qui a transposé l’action dans le camp allemand.

De troufion Kropp au caporal Müller en passant par Katczinsky, c’est bientôt trois générations de poilus qui croupissent dans leurs trous en attendant de se faire canarder par les Français. Le scénariste Patrick Pécherot a su très justement tirer toute la quintessence du poignant roman d’Henri Barbusse sublimé par le dessin de Joe Pinelli sans cesse renouvelé, album après album. Les crayonnés poussés sont renforcés par un gris soutenu, accentuant le caractère angoissant du récit.

Tout est là, le texte percutant, accablant, le dessin vif, haletant et si cet album vient s’ajouter aux innombrables ouvrages consacrés, à juste titre, à ces horreurs, il fait assurément partie de ceux incontournables au devoir de mémoire pour les nouvelles générations.

  DAS FEUER PECHEROT/PINELLI Collection Ecritures Editions CASTERMAN 200 pages, 22.00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 12 Novembre 2018

APOSIMZ – LA PLANETE DES MARIONNETTES T1, bienvenue dans le monde des zombies !

Aposimz, astre artificiel venu de nulle part, à l’air raréfié et traversé par un froid sibérien, abrite une poignée d’hommes essayant de survivre dans ce cloaque. A l’occasion d’une sortie en vue de trouver de l’eau et de la nourriture, Ao, Biko et Esserow rencontrent une jeune fille agonisante poursuivie par une horde de soldats qui ont décidé de lui faire la peau. Alors qu’ils s’approchent d’elle pour venir à son secours, la jeune fille remet à Ao un code et sept espèces de balles qui auraient le pouvoir de détruire le monde… Info, intox, toujours est-il qu’après avoir caché les corps des soldats de l’empire, que vont-ils pouvoir faire ? Taire leur découverte avec un sentiment de culpabilité pour ne pas s’être assurés de la véracité des  dires de la jeune fille morte dans leurs bras, ou bien tout raconter au risque d’encourir de graves soucis ? Et puis, lorsque l’on s’apercevra que les soldats de l’empire ont failli à leur mission, ne tentera-t-on pas par tous les moyens de retrouver le précieux présent ?

L’auteur complet Tsutomi Nihei embarque le lecteur, dès les premières pages, dans un univers de science fiction plutôt original où les héros du récit disparaissent les uns après les autres pour faire place à des êtres immortels, plus proches du zombie que de la marionnette. S’engage une course contre la mort entre les êtres qui ont la capacité de pouvoir se régénérer en marionnettes et les autres. Aux dialogues alertes s’ajoute un dessin réaliste tout autant alerte et du plus bel effet. Les personnages  de l’équipe aventurière sont attachants, évoluant dans un univers  glauque des plus hostiles. On regrettera assurément que cet opus  n’ait pas été mis en couleurs, ne serait-ce que pour renforcer le côté anxiogène du récit.

Tsutomi Nihei fait partie des incontournables dans le monde du manga dark fantasy et le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême ne s’y trompe pas, en lui consacrant une grande exposition en janvier 2019 qui devrait ravir tous les amateurs de manga et au-delà, tellement son univers est riche et varié.

APOSIMZ La Planète des marionnettes NIHEI Editions GLENAT, 180 pages 7,60 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 4 Novembre 2018

Mozart à Paris, où la musique n’adoucit pas forcément les mœurs de tout le monde !

Après bien des années à faire le tour de l’Europe pour se produire, bien que très jeune, accompagné de son père et de sa sœur Maria-Anna, Wolfgang Amadeus Mozart se retrouve au point de départ, à Salzbourg, la ville qu’il n’a jamais aimée. Enfin, l’opportunité d’en partir se dessine quand le prince-archevêque qui l’emploie lui rend sa liberté.

C’est accompagné de sa mère, son père n’en ayant pas été autorisé par le prince-archevêque, que Wolfgang Amadeus Mozart entreprend de conquérir Paris avec les appuis du diplomate et homme d’affaires Melchior Grimm. Arrivera-t-il à se faire un nom dans la Ville Lumière alors que personne ne l’attend ?

 

L’auteur complet Frantz Duchazeau, féru et fin connaisseur de musique classique et plus particulièrement de celle du génie Wolfgang Amadeus Mozart, raconte en images une période peu glorieuse pour le jeune musicien compositeur. Du fait de sa petite taille et de son aspect juvénile, il était considéré encore comme un gamin tout juste bon à agrémenter les soirées et à donner des cours à des nobles pour qui il ne servait que de faire valoir. Le scénario romance de fort belle manière la vie chaotique d’un Mozart tiraillé entre son père resté à Salzbourg et sa mère qui s’étiole chaque jour dans un appartement parisien, et ne rêvant que de retour. Les dialogues sont vifs et percutants, à la manière de la fougue d’un jeune prodige en quête de reconnaissance.

Avec un dessin semi-réaliste, chaque fois renouvelé dans ses différentes œuvres, Frantz Duchazeau transporte le lecteur dans le Tout-Paris de cette fin du XVIIIème siècle, utilisant l’artifice de grandir ou réduire ses personnages en fonction de l’ascendant psychologique qu’il veut leur donner dans la case. On ajoutera une mise en couleurs des plus agréables réalisée par Walter pour cet opus, une belle réussite qui donne assurément l’envie de se replonger dans les chefs d’œuvre du maître.

MOZART A PARIS DUCHAZEAU Editions CASTERMAN 94 pages, 18.95 €

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0