Publié le 29 Juin 2017

L’été en pente douce, retour vers une descente aux enfers

L’arrivée de Lilas fleur de banlieue dans le bled natal de Fane, qui plus est le jour de l’enterrement de la mère de son nouveau compagnon, fait l’effet d’une bombe. Que vient donc faire cette bombasse, jupe ras les fesses, des lunettes de soleil pour cacher un beau coquard, dans cette famille ? Fuir sa précédente existence, faite de coups et d’humiliations et refaire sa vie auprès de Fane et de son frère, qui ne s’est jamais remis d’une trépanation alors qu’il avait une quinzaine d’années ?

Toujours est-il que sa venue ne remporte pas l’adhésion et plus particulièrement celle des voisins qui lorgnent depuis bon nombre d’années la maison de la mère maintenant décédée, pour leur permettre d’enfin réunir leurs deux garages en y adjoignant un restaurant à la place de la bicoque.

Trente ans après la sortie du film éponyme réalisé par Gérard Krawczyk, une adaptation du roman de Pierre Pelot, voilà une belle version revisitée par le romancier lui-même et mise en images par le dessinateur Jean-Christophe Chauzy pour en faire une belle bande dessinée. Les dialogues sont alertes et les réparties fusent autant que les coups, c’est dire !

Saluons ici la manière dont le dessinateur a su s’éloigner des personnages du film, pourtant bien ancrés dans les mémoires de ceux qui l’ont découvert à la fin des années 80, et plus particulièrement de la plantureuse Pauline Lafont dans le rôle de Lilas. Le tour de force de cet album est de faire (re)découvrir cette histoire sensuelle et sulfureuse avec un tandem Pelot/Chauzy qui fonctionne à merveille et donne au lecteur l’envie de (re)voir le film, voire (re)lire le roman.

L’ETE EN PENTE DOUCE PELOT/CHAUZY Editions FLUIDE GLACIAL 112 pages, 18,90 €

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0

Publié le 27 Juin 2017

Lady Whisky, à consommer sans modération !

Il aura fallu le décès de sa tante par alliance pour que le narrateur Joël Alessandra, d'origine marseillaise et plutôt porté habituellement à arpenter des contrées africaines, décide de traverser la Manche pour rejoindre la terre écossaise en quête d'un graal.

Il faut dire que sa tante, Helen Arthur, une des plus célèbres critiques de whisky du monde, vient à décéder en 2015, et qu'en découvrant ses carnets il apprend qu'elle cherchait à créer son propre whisky, un nectar qui serait la quintessence de tous les saveurs délicates trouvées lors de ses pérégrinations auprès des distilleries d'orge de la planète. Seulement voilà, chercher le divin breuvage qu'on ne connaît pas vraiment, dont on a bien goûté quelquefois le liquide... Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Néanmoins, c'est sur l'île d'Islay en compagnie de Caroline Dewar, grande amie d'Helen et journaliste experte en whisky, que Joël va entamer son voyage initiatique en même temps que le lecteur.

Sans tomber dans les travers d'un banal cours de dégustation de whisky au demeurant instructif, l'auteur complet Joël Alessandra captive rapidement son auditoire, qu’il soit béotien ou amateur inconsidéré du divin breuvage, avec la rencontre de personnages tout aussi complexes et attachants que ces malts distillés.

Le dessin de Joël Alessandra n'est pas en reste et le lecteur va vite se retrouver envoûté  par des superbes paysages mis en aquarelles avec ses talents de peintre que l'on n'a plus à présenter. Que ce soit au fin fond de l’Afrique ou de l’Asie, ou sur les chemins d’Ecosse, le dessin de Joël Alessandra transporte rapidement le lecteur dans son sillage, donnant une fois de plus l’envie de découvrir in situ et qui sait, peut-être faire les mêmes rencontres.

À déguster avec un whisky à la main, ou pas.

LADY WHISKY ALESSANDRA Editions CASTERMAN 142 pages, 22 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0

Publié le 25 Juin 2017

Retour en images sur ce très beau 7ème festival Bulles de Mantes, dans la section "pages" du blog ! Bonne visite !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0