Publié le 12 Octobre 2008

 

1519, premier plan sur l’abbaye de Vauluysant en France où l’on voit arriver le roi François 1er venant confier une horrible toile qui ne devra plus être vu par qui que ce soit tellement elle est dérangeante ! François 1er relate alors au moine, tout au long de cet album, l’histoire de ce tableau et la concomitance des meurtres réalisés à Milan 25 ans plus tôt. Au fur et à mesure de la lecture, on ne peut s’empêcher de se poser la question : quel rapport peut-il y avoir entre les notables à qui l’on a découpé le visage, le célèbre Leonard de Vinci dont l’histoire n’a retenu que sa peinture et ses découvertes, et ce fameux tableau ?

 

Nous voici donc, plongé dans un thriller, dont Didier Convard a le secret, qui commence d’une bien drôle de façon et qui au fil de l’album va aiguiser particulièrement notre curiosité.

 

Un superbe dessin de Gilles Chaillet avec le talent qu’on lui connaît, remarquablement mis en valeur par la mise en couleurs de Chantal Defachelle, son épouse. Franchement, on en redemande ! Hélas, pour ce genre d’album qui nous a si bien tenu en haleine, on reste sur notre fin ! Il faudra malheureusement se résigner à attendre une bonne année pour en déguster le dénouement. On en viendrait presque à demander aux éditeurs d’attendre que le diptyque soit réalisé complètement et de les publier conjointement !

  Bernard LAUNOIS

Vinci, tome 1 : L’ange brisé, de Didier Convard et Gilles Chaillet – Glénat, 13€

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2008


En ces temps difficiles, moroses, déprimants et j’en passe ! Pourquoi ne pas s’évader 3 jours durant au bord de la mer et (re)découvrir Saint-Malo ! Voilà un endroit idéal pour se changer les idées et « buller » dans un de nos plus grands festivals de bd. Rendez-vous compte, l’association Quai des Bulles qui présente son 28ème festival avec l’affiche de Mourier (Trolls de Troy » accueillera plus de 300 auteurs de Bande Dessinée qu'ils soient scénaristes, dessinateurs ou coloristes.

8 expositions cette année dont celle de Guarnido, Ratafia, Jung… Le bistro à bulles, les rencontres pro-amateurs, les contes à bulles et j’en oublie volontairement car il faut se rendre à cette manifestation pour y découvrir toutes ces facettes. L’organisation y toujours parfaite, gageons que ce festival conserve la qualité à laquelle il nous a habitué et sache chaque année, nous donner l’envie d’y revenir !

 

Enfin, quand vous serez rassasiés de bulles, vous n’oublierez pas de rendre visite à l’incontournable glacier « le Sanchez », bien connu de quelques gourmands de mon entourage qui se reconnaîtront aisément !  

Alors les 24, 25 et 26 octobre 2008, venez prendre un bon bol d’air et de bulles à Saint-Malo et vous m’en direz des nouvelles au retour !

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Repost 0