Publié le 20 Octobre 2019

Le Vagabond des étoiles, quand la souffrance pousse à l’imaginaire…

Darrel Standing, ingénieur agronome interné pour meurtre, sait que ses jours sont comptés à San Quentin, la prison d’état de Californie. Alors qu’il attend d’être pendu pour meurtre et pour d’autres faits, il ne peut s’empêcher de se livrer à des bravades face à une administration pénitentiaire bornée et belliqueuse. Cette attitude va lui valoir des sévices hors du commun, tels que la camisole de force endossée des jours entiers. Comment pouvoir affronter ses souffrances sans basculer dans la folie ? La solution réside peut-être dans sa propension à s’évader par les rêves en pratiquant l’auto-hypnose…

 De Guillaume de Saint-Maure dans le Paris de Louis XIII à l’ermite hystérique, en passant par la conquête de l’Ouest confrontée aux attitudes belliqueuses de Mormons, les pensées oniriques ne cessent d’affluer pour braver les souffrances et au-delà, résister aux gardiens et à leur direction qui n’ont de cesse de lui faire avouer des exactions qu’il n’a pas commises.

L’auteur complet Riff Reb’s a encore frappé et ce, de belle manière. Le scénario de ce premier opus, qui sera suivi d’un second tome, libre adaptation du roman éponyme de Jack London, transporte le lecteur dans un univers carcéral des plus terrifiants où l’avilissement des êtres reste la constante. Le scénario, fort bien construit, alterne les périodes de rebellion et des sévices subis en retour avec les transports chimériques de son cerveau.

La force de cette histoire réside notamment dans la faculté du scénariste à réaliser un récit dynamique adapté à la bande dessinée sans altérer le contenu du roman. Encore récemment, pas Riff Reb’s a déjà réalisé d’excellentes adaptations pour la bande dessinée, plus particulièrement dans le monde de la mer. Ici, le changement de cap s’avère des plus réussis avec un univers en vase clos contrebalancé par des saynètes délirantes et chevaleresques.

Le dessin réaliste de Riff Reb’s n’est pas en reste et sert de belle manière son scénario avec des encrages profonds, renforcés par des aplats numériques qui corroborent le côté tragique du récit.

Indispensable !

LE VAGABOND DES ETOILES RIFF REB’S Collection Noctambule Editions SOLEIL, 96 pages, 17,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 14 Octobre 2019

QUAI DES BULLES 2019, c’est le moment de prendre le large en BD à Saint-Malo les 25, 26 et 27 octobre

Voilà un des rendez-vous incontournables pour tout amoureux de l’image avec un grand I !

Cette année encore, l’association Quai des Bulles a mis les petits plats dans les grands pour satisfaire tous les publics les 25, 26 et 27 octobre 2019 en leur donnant envie de rencontrer les auteurs, d’ admirer leurs œuvres au travers d’expositions.

Encore un programme à faire tourner la tête à plus d’un amateur ! Alors, comme chaque année, je me contenterai de parler des sujets qui ont retenu mon attention, incitant ensuite les lecteurs à se rendre sur le site du festival site du festival pour de plus amples renseignements.

Alors, jugez plutôt toutes les animations prévues, des expositions aux séances de dédicaces de plus de 450 auteurs en passant par les conférences, concerts de dessins et autres contes à bulles.

Commençons par les expositions et notamment celles de l’auteur complet Riff Reb’s, comprenant des planches de ses albums mais également des illustrations sur le rock et le punk qu’il apprécie tout particulièrement. Sœur Marie-Thérèse, la célèbre bonne sœur du maître Maëster investit la salle Charcot du Pavillon du Grand large pour le plus grand plaisir des visiteurs avec une expo classée par les organisateurs comme « joyeusement dingue ». On s’attardera également sur l’expo « Jodo l’humano » consacré à Alejandro Jodorowsky, assurément le scénariste le plus prolifique qui aura marqué toute une génération par des scénarios originaux dessinés par des auteurs de renom. L’image, c’est aussi le film, qu’il soit d’animation ou pas,  tout au long de ces 3 jours avec notamment le dessin animé avec La tortue rouge, Les enfants loup, Ame et Youki à découvrir ou à revoir. Enfin, la chronique filmée « à hauteur de femmes » relatant la création de Citad’elles, premier magazine féminin réalisé par et pour des détenues, suivi d’un débat avec Pierre-François Lebrun accompagné d’Alain Faure membre de l’équipe de Citad’elles, devrait faire partie des évènements forts de cette 39ème édition.

Enfin un petit clin d’œil avec une déambulation dans la ville pour voir les vitrines qui participent deuxième concours de vitrines qui devrait permettre aux commerçants de se lâcher et de montrer de belles réalisations comme cela a pu être fait l’an dernier.

Bon festival malouin !

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 11 Octobre 2019

Mentawaï !

L’esprit de la forêt.

 

L’archipel indonésien des Mentawaï, situé au large de Sumatra, abrite un peuple autochtone profondément animiste, vivant en symbiose avec la forêt et qui tente de résister par sa culture aux tentatives d’assimilation que voudrait lui imposer le gouvernement indonésien : ce sont les Mentawaï.

Une jeune Française, Tahnee Juguin, les a étroitement côtoyés effectuant chez eux plusieurs longs séjours pour apprendre leur langue et découvrir leur mode de vie ancestral, jusqu’à nouer une intense amitié. Partageant avec eux leur désir de sauvegarder leur culture, elle les convainc de réaliser ensemble un film sur leur vie et sur leurs coutumes. Pour raconter les péripéties de cette entreprise, elle décide d’écrire aussi une bande dessinée relatant l’aventure, s’adjoignant alors la complicité de Jean-Denis Pendanx.

 

Avec un regard tout à la fois affectueux et objectif, le scénario de Tahnee Juguin entraine le lecteur dans une plongée extrêmement documentée du point de vue ethnographique au cœur des umas, vastes habitations collectives traditionnelles. Le récit du tournage du film, qui sert de fil conducteur, permet d’explorer sans lassitude aucune les multiples facettes de l’univers des Mentawaï : le partage des biens et des ressources, la répartition des tâches, l’harmonie des familles, les rires incessants et les jeux des enfants, les modes d’alimentation et d’habillement, ou la relation au tourisme…

Un intérêt particulier est porté aux sikerei, les chamanes, et à leur initiation, à leurs gestes, aux objets porteurs d’esprit, aux tabous, aux liens profondément harmonieux et respectueux avec la nature qui les entoure et les nourrit.

 

Jean–Denis Pendanx nous a depuis longtemps habitués à ses splendides couleurs qu’il pare de tons chauds et lumineux dans les ambiances tropicales qu’il excelle à composer. Pour ce nouvel album il a su doser avec beaucoup de justesse et de subtilité la flamboyance des décors qui immergent le lecteur dans une exotique forêt indonésienne, sans jamais reléguer au second plan une précision quasi-documentaire dans la description du quotidien des Mentawaï et de leurs traditions.

 

Tout autant récit de voyage prenant et attachant que documentaire riche et précis, Mentawaï !  s’avère une superbe bande dessinée dans la droite ligne des albums d’un Emmanuel Lepage… sur les conseils duquel s’est régulièrement appuyée Tahnee Juguin.

Amoureux des voyages, de la nature ou des civilisations, précipitez-vous !

 

Mentawaï !

par Tahnee Juguin et Jean-Denis Pendanx

Futuropolis septembre 2019

160 pages, 25 €

 

Illustrations : Juguin et Pendanx© Futuropolis 2019

 

 Jérôme Boutelier

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Chronique de Jérôme BOUTELIER

Repost0

Publié le 7 Octobre 2019

Atelier de création de bd avec le dessinateur Pierre-Emmanuel Dequest au musée de l'Hôtel-Dieu à Mantes-la-Jolie le 23 octobre 2019

Dans le cadre de l'exposition « François Boucq des cases à la toile » présentée jusqu'au 30 décembre au musée de l'Hôtel-Dieu, Il est proposé, le mercredi 23 octobre  à 14 heures 30, de participer à  un atelier de création de bande dessinée avec le dessinateur Pierre-Emmanuel Dequest, adhérent et partenaire de l’association Bulles de Mantes.
 

Pendant 2 heures, vous pourrez découvrir les techniques du crayonné et de l'encrage et vous essayer au 9ème art.

Venez nombreux rencontrer le créateur des bandes dessinées des adaptions de livres de Frison-Roche et de Akki, le clan disparu pour un moment magique.

Sur réservation 0134788660 contact.musee@manteslajolie.fr, mercredi 23 octobre à 14h30 au musée de l'Hôtel-Dieu
Plein tarif 10.40€ et tarif réduit 5.20€

 Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 7 Octobre 2019

No Direction, no future

 

Quand Jebediah, dit Jeb, rencontre la jeune Bessie, sa vie de paumé est déjà bien entamée, entre une prime jeunesse à faire des petits boulots merdiques et à commettre des larcins qui vont rapidement finir en tuerie. Jeb est une petite frappe qui s’est aperçu que toute sa puissance résidait dans le couteau qu’il avait façonné de ses mains et avec lequel il signe maintenant tous ses méfaits. La vie de Bessie n’est guère plus attractive, retranchée derrière un comptoir de bar au fin fond de l’Amérique profonde à servir des pochtrons. Las de cette vie vraiment pas folichonne, elle va sauter sur l’occasion de s’enfuir avec ce jeune tueur qui l’attire, alors qu’il vient de régler son compte à une jeune femme qui cherchait à lui soutirer du fric. Les présentations sont vite faites et ce qui importe, c’est tout d’abord de voler une voiture pour partir loin de cette région où ils ne sont plus les bienvenus. Et comme rien ne se passe comme ils l’auraient souhaité, ils commencent tous les deux à semer la mort sur leur passage, coursés par la Police en les personnes de  Brett Edmund, le shérif-adjoint de Sugar Love et la pulpeuse Thomson, agent spécial.

Les agents fédéraux arriveront-ils à stopper leur cavale sanglante et si oui, à quel prix ?

L’auteur complet Emmanuel Moynot emmène le lecteur dans un road-movie au rythme endiablé, et ce dernier se demandera, tout le long des vingt chapitres qui composent l’opus, jusqu’où les deux jeunes tourtereaux  seront capables d’aller à mener une telle vie à 200 à l’heure, peut-être contre la mort. Au long de cette féroce fuite, le scénariste distille au fur et à mesure des 160 pages d’autres vies guère plus reluisantes, de paumés qui ne pourront que croiser, au détour d’un chemin, nos deux jeunes amants déterminés à en découdre.

Conçu comme un comics avec des feuillets de 8 pages ponctués d’un visuel couleurs, le dessin réaliste d’Emmanuel Moynot, rehaussé par des couleurs monochromes, colle parfaitement à ce récit haletant qui devrait ravir les amoureux de policiers américains.

NO DIRECTION MOYNOT Editions SARBACANE 160 pages, 24,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 4 Octobre 2019

Snow blind, la pièce manquante du puzzle

Voilà bientôt près d’une vingtaine d’années que le jeune Teddy a atterri  en Alaska, en compagnie de ses parents. Teddy ne sait jusqu’à maintenant pourquoi ils sont venus s’enterrer dans une région froide et désertique alors qu’il est né sous le soleil de la Louisiane. Son post sur les réseaux sociaux d’une photo de son père en train de cuver dans la neige, après un barbecue bien arrosé,  ne va pas tarder à enclencher une machinerie dont il était loin de s’imaginer. Voilà qu’il apprend que son père fait partie d’un programme de protection des témoins ! Qu’a-t-il fait pour en arriver là, que s’était-il passé pour que ses parents lui aient caché peut-être quelque chose d’inavouable ? Les agents du FBI ne tardent pas à débarquer sur leur propriété après avoir appris qu’un homme décidé à en découdre était également sur la trace de son père.

Impossible de rester avec trop de questions, Teddy n’a qu’une idée en tête, découvrir la vérité, mais surtout pas en questionnant ses parents qui n’ont pas eu le courage de la dévoiler à leur fils unique.

Le scénariste Ollie Masters embarque le lecteur dans un comics pas ordinaire où Teddy va découvrir que la vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Le suspense, accompagné de ses sueurs froides, monte au fil des pages à mesure que tourne l’engrenage, et l’enquête va se révéler des plus périlleuses avec une fin des plus détonantes.

Quant au dessin de Tyler Jenkins, taillé à la serpe à l’image du scénario, il met bien en valeur ce thriller au pays du froid polaire qui ne pourra assurément pas laisser le lecteur tiède.

Une mention particulière est à décerner à cette nouvelle collection dénommée Grindhouse Stories forte déjà de six albums et qui devrait ravir les amateurs de comics et de série B.

SNOW BLIND MASTERS/JENKINS SNOW BLIND Collection Grindhouse Editions GLENAT 112 pages, 19,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 1 Octobre 2019

Purple Heart T1 Le Sauveur, quand le poids des souvenirs empêche de vivre…

Tous les gars qui ont vécu la guerre de trop près et qui ont eu la chance d’en revenir ne sont plus jamais les mêmes après une telle expérience ! Joshua ne fait pas exception à la règle, et alors qu’il foule depuis déjà quelques mois ses terres américaines ancestrales, il ne cesse de ressasser cette sale période dans les Ardennes belges en 44 quand il fallait tuer pour sauver sa peau. Que faire après, sinon trouver un job de privé pour lequel ses compétences de débrouillard ne sont plus à prouver ? Et le voici embringué dans une affaire bien singulière de racket à cause de photos compromettantes pour une épouse volage qui pourraient, si elles venaient à sortir, mettre à mal les visées politiques du mari bafoué. Parallèlement, à cette histoire, à priori banale mais qui va vite se compliquer, Joshua met à  mal deux anciens nazis qui recherchent trois tableaux chez Aron, un de ses amis. Dans quels guêpiers s’est fourré ce diable de Joshua, se trouvant maintenant en charge de deux affaires qu’il va lui falloir mener de front ? 

Quel plaisir avec ce premier opus de Purple Heart de retrouver, par certains côtés, la série Lou Cale réalisée à la fin des années 80 par déjà nos deux compères et qui a fait le bonheur de nombreux lecteurs amateurs de policiers, sous le ciel américain !

Après plus de trente ans de collaboration, le tandem Warnauts/Raives fait toujours merveille et  le lecteur va découvrir un polar bien construit avec des personnages, souvent torturés, dans les décors newyorkais des années 50 au charme suranné d’une Amérique fort contrastée, tantôt flamboyante où l’argent coule à flots et peuplée de belles limousines et de petites pépées qui cherchent à se faire un nom, tantôt misérable, où la pègre règne en maître. Le découpage est précis, les dialogues vifs avec un dessin réaliste rehaussé par des couleurs chatoyantes.

Un cahier graphique avec notamment des propositions de couverture vient compléter ce bel album à découvrir instamment.

PURPLE HEART T1 LE SAUVEUR RAIVES/WARNAUTS Editions LE LOMBARD 64 pages, 14,45 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0