Publié le 24 Février 2021

Les Rivières du passé tome 1 La voleuse, bien mal acquis ne profite jamais !

Telle est la devise que Linn aurait bien dû prendre à son compte ! Voleuse, de père en fille, rien ne résiste à la jeune fille rousse, pas même les dispositifs les plus sophistiqués : et ça, Benjamin Argonovitch l’a bien compris lorsqu’il s’est s’adjoint ses services pour récupérer un bijou ancien égyptien qui appartient à une belle et grande dame archéologue répondant au nom de Lamia.

Seulement, le bijou dérobé à Lamia plaît trop à Linn pour le rétrocéder, contre récompense, à Argonovitch. Elle se retrouve alors pourchassée et bientôt rattrapée par les sbires d’Argonovitch et par Lamia laquelle, dans la confusion ambiante, finit par récupérer son bien et disparaitre. Que reste-t-il à Argonovitch sinon faire confiance à nouveau à Linn pour traquer Lamia ? Cette course poursuite les mènera jusqu’à la demeure où s’est réfugiée l’archéologue. C’est grâce à une porte magistrale que Linn pousse par inadvertance qu’elle échappera à Argonovitch mais pour se voir téléportée dans... un Paris moyenâgeux.

Alors, pourquoi ce pendentif suscite-t-il tant d’intérêt ? Peut-être parce qu’il a appartenu à Akhenaton, inventeur du culte d’Aton, le premier monothéisme de l’histoire ? Que va découvrir notre jeune voleuse dans ce Paris à feu et à sang, envahi de Shayks, créatures fantasmagoriques assoiffées de vengeance ?

Dans quelle aventure rocambolesque, le scénariste Stephan Desberg nous emmène-t-il ?

Habituellement cantonné dans la pagination classique d’un album, Stephen Desberg s’en affranchit de belle manière avec les éditions Daniel Maghen, en proposant un diptyque plus étoffé. Celui-ci met en opposition monothéisme et polythéisme au travers de personnages qui possèdent tous de drôles de singularités et chez qui l’intolérance reste un point commun. Avec un récit des plus endiablés, le lecteur vivra au rythme des protagonistes, tous animés de ferveur mais avec des buts fort différents.

Avec un graphisme semi-réaliste et un découpage des plus originaux dont notamment des incrustations de cases sur fond de paysages, Yannick Corboz met remarquablement en valeur ce scénario mystique, et ses couleurs renforcent l’ambiance souvent dramatique.

Un cahier graphique, comme on ne s’en lasse pas chez les éditions Daniel Maghen, montre les esquisses préparatoires des personnages qui peuplent ce premier opus d’une série qui démarre sous de beaux auspices.

LES RIVIERES DU PASSE T1 La voleuse Stéphan DESBERG/Yannick CORBOZ Editions Daniel MAGHEN, 76 pages, 16,00 €

 

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 23 Février 2021

LA FEE ASSASSINE, c’était inéluctable...

C’est Noël ce soir et cette année, c’est au tour Fanny de recevoir Tania sa sœur jumelle et sa maman, alors que Thibault son compagnon médecin assure une garde. Noël habituellement s’avère une période privilégiée pour se retrouver en famille mais Fanny craint que cette énième confrontation avec sa mère soit encore difficile alors qu’elle n’a pas son compagnon à ses côtés pour l’épauler.

Elle ne le retrouvera qu’au commissariat de Police à l’occasion de sa garde à vue, car visiblement la réunion de famille ne s’est pas déroulée dans les meilleures conditions. Mais qu’a-t-il donc bien pu se passer cette nuit-là pour que Fanny Duroy se retrouve emprisonnée entre quatre murs, dans l’attente de Maître Garelle, son avocat ?

Voilà une histoire bien singulière concoctée par la scénariste Sylvie Roge qui signe là son premier scénario, en narrant les entretiens que son avocat mène avec Fanny pour tenter de comprendre les raisons qui ont poussé la jeune fille à commettre l’irréparable et de construire une ligne de défense. Si le lecteur est plongé rapidement dans une affaire de meurtre, ce n’est qu’au fur et à mesure que la scénariste Sylvie Roge déroule la pelote de l’intrigue, remplie de drames pour un final des plus poignants. Beaucoup d’émotions à la lecture de ce bel album qui touche avec talent à des sujets encore trop rarement abordés,  la complexité de la gémellité mais également des relations familiales compliquées parents-enfants qui laissent souvent pour héritage des traces indélébiles toute une vie.

La sensibilité graphique du dessinateur Olivier Grenson magnifie cette dure et belle histoire avec un dessin hyperréaliste léché, rehaussé par un panel de couleurs pastel en parfaite adéquation avec le récit. De Paris au Touquet, les décors enchanteurs réalisés par le dessinateur contrebalancent les moments pathétiques qui peuplent l’enfance de ces deux jumelles.

Indispensable.

LA FEE ASSASSINE Sylvie ROGE/Olivier GRENSON Editions LE LOMBARD 192 pages, 22,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 21 Février 2021

IRIS, 2  FOIS ou la vie à double facette

Que désirer de plus lorsque tout vous réussit, sinon qu’aucun grain de sable ne vienne enrayer cette belle mécanique de la vie ? Iris a tout gagné, côté personnel avec un mari aimant et attentionné, et côté professionnel avec des succès littéraires. Les journées dans son bel appartement sont bien remplies dans l’attente d’une potentielle remise du prix Renaudot qui assiérait un peu plus sa notoriété, mais entrecoupées par des nuits… cauchemardesques, peuplées d’une vie de looser avec son ex alcoolique et son fils attardé.

Alors quelle est la véritable histoire d’Iris ? Celle qui hante ses nuits, en jeune femme perdue, indécise, qui ne cesse de faire des mauvais choix ou celle qui rayonne du matin au soir, sûre de tout ce qu’elle entreprend ?

La scénariste Anne-Laure Reboul prend, dès les premières pages, un malin plaisir à brouiller les cartes et à embarquer le lecteur dans un imbroglio savamment dosé, qui ne sera démêlé que dans les dernières pages d’un opus de près de deux cents pages. Les rebondissements de situation sont nombreux et le lecteur se trouvera partagé entre ces deux vies que tout oppose.

Avec un dessin réaliste, Naomi Reboul dresse joliment les portraits de la jeune femme qui évolue physiquement et virtuellement, deux fois.

Pour une première, scénario en solo pour Anne-Laure Reboul et roman graphique pour la dessinatrice Naomi Reboul, on peut dire que l’essai du duo familial s’avère fort réussi.

IRIS, DEUX FOIS Anne-Laure REBOUL/Naomi REBOUL Editions SARBACANE 192 pages, 24,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 13 Février 2021

Adventureman T1, et si l’histoire reprenait ?

Dans tous les bons récits, les héros s’en sortent toujours bien, au détriment des méchants qui n’incarnent que le mal et ne récoltent que ce qu’ils méritent. Et bien là, c’est l’infâme baron Bizarre qui terrasse le beau et fringant héros Adventureman, et le jeune Tommy n’en croit pas ses yeux en lisant le dernier chapitre des aventures de son héros préféré. Interrogeant Claire, sa mère, sur cette incongruité, il espère secrètement que cette dernière a une solution. Hélas, pas de recette miracle jusqu’à l’irruption dans la boutique de la maman de Claire, d’une mystérieuse jeune femme qui espère vendre quelques beaux spécimens dont une version inédite des dernières aventures d’Adventureman, version qui s’avère être une édition pirate. Serait-ce là le début d’une suite pour le héros malheureux, ou bien le commencement d’une aventure hors du commun pour Claire ?

 

 

Matt Fraction, scénariste de renom avec notamment les séries Uncanny X-Men ou encore Hawkeye, se lance  avec panache dans un bel hommage aux récits d’aventures pulp, que l’on trouvait dans des revues bon marché dans les kiosques pour le plus grand plaisir des teenagers américains des années quarante. Si le récit démarre doucement avec la vie plutôt bien réglée de Claire, une mère célibataire entourée de ses six sœurs adoptées comme elle, il ne tarde guère à monter en puissance, faisant d’elle une aventurière sans frontières qui se découvre des ressources et des pouvoirs qu’elle n’aurait jamais imaginés, toujours oscillant entre la réalité et la fiction.

 

 

Le dessin de Terry Dodson s’avère tout aussi dynamique et rythmé que le scénario, embarquant le lecteur sur le scooter de Claire dans les rues newyorkaises, à la défense de la veuve et l’orphelin. Avec des décors fantasmagoriques, des combats homériques, remarquablement mis en couleurs, ce premier album, enrichi d’une quinzaine de pages de présentation de la série, laisse augurer une excellente série.

ADVENTUREMAN T1 La fin et tout ce qui s'en suit Matt FRACTION/Terry DODSON Collection HORS COLLECTION Editions GLENAT, 167 pages 19,95 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost0

Publié le 10 Février 2021

USS CONSTITUTION T2, en route pour l’aventure

Novembre 1803, alors que le navire amiral l’USS Constitution fait escale dans le port de Syracuse pour y effectuer des réparations, le jeune marin Powler a découvert que l’aspirant Pierre-Mary Corbières est une jeune femme. Quelle aubaine pour ce fieffé fêtard que d’avoir prise sur l’aspirant : il a des vues sur la demoiselle et a bien l’intention de lui faire payer son silence, en nature. Que doit faire celle-ci, se plaindre auprès des gradés au risque de se retrouver aux fers et ne pas atteindre son objectif, celui de mettre la main sur son oncle, l’assassin de sa mère ? L’horizon s’avère bien sombre pour l’aspirant Corbières qui ne supporte plus les contraintes de ce Powell dont elle n’aspire qu’à le voir disparaitre alors que la route est encore longue pour atteindre l’ile de Malte, lieu de résidence de Louis Corbières, son tyran d’oncle.

 

Après l’excellente série Les Pirates de Barataria avec Marc Bourgne au scénario, Franck Bonnet se lance avec brio, en tant qu’auteur complet, dans une nouvelle aventure maritime dont il a le secret. Avec un scénario bien construit, fortement documenté, l’aventure avec un grand A est à portée du lecteur qui suivra avec passion la vie de la courageuse jeune femme, téméraire et déterminée dans sa soif de vengeance.

 

Aux crayons Franck Bonnet s’affirme aujourd’hui comme l’un des meilleurs dessinateurs maritimes actuels avec un dessin dynamique, des reproductions fidèles de ces bâtiments qui ont fait la fierté de l’Amérique du début du 19ème siècle. Devant son trait hyperréaliste, son souci du détail, le lecteur prendra plaisir à (re)découvrir son univers marin et n’aura de cesse de connaitre le destin de l’héroïne de cette belle histoire.

Soulignons que cet opus comporte, comme le précédent album, un glossaire salutaire afin de mieux appréhender les termes marins employés à l’époque.

USS CONSTITUTION T2 Il y a deux justices en mer, celle des gradés et celle des sans-grades Collection 24X32 Editions GLENAT 64 pages, 14,95 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost0

Publié le 7 Février 2021

John Tanner T2, quand l’histoire dépasse la fiction

Voici la suite du diptyque narrant l’enlèvement d’un jeune blanc de neuf ans par deux indiens Ojibwe et son adoption par cette tribu. Protégé depuis son arrivée par l’épouse du chef Manitugeezik qui le considère comme son propre fils, John Tanner espère revoir un jour son peuple.

Mais les mois se succèdent aux années et les souvenirs de la vie d’avant s’estompent même s’il a l’occasion de rencontrer de ses congénères à l’occasion de la vente de pelleteries. Résigné à ne plus revoir les siens, le jeune garçon blond apprend sa nouvelle vie de nomade, souvent raillé et rabaissé par Wamegonabien, son frère d’adoption auquel il ne tarde pas à  vouer une haine tenace. Enfin, le temps de chasser et de montrer à la tribu qu’il est un homme arrive, et surtout l’occasion de s’affirmer auprès de Wamegonabien vient à point nommé. L’apprentissage de la chasse est rude, compte tenu notamment des conditions climatiques, et les occasions de se décourager sont légion. Bien que John soit courageux et téméraire, cela lui suffira-t-il pour être reconnu ?          

Christian Perrissin, passionné d’histoire, excelle dans la narration des grandes sagas avec des personnages hors norme et cette série ne fait pas exception.  Des Aventures d’Hélène Cartier à John Tanner en passant par l’excellent triptyque Martha Jane Cannary alias Calamity Jane, Christian Perrissin sait transmettre au lecteur sa passion de l’aventure romanesque.

Remarquablement mis en image par le dessinateur Boro Pavlovic et agrémenté des belles couleurs d’Alexandre Boucq, ce récit incroyable prend toute sa dimension au travers de paysages rupestres aussi vrais que nature auxquels le lecteur ne peut rester insensible.

Amoureux de grandes chevauchées au travers de plaines et forêts luxuriantes, traversées par d’immenses rivières, c’est le moment de plonger dans cette aventure.

Une mention toute particulière est à faire pour le cahier graphique qui clôture la série, retraçant les dates marquantes de la vie de John Tanner de 1828 à 1846.

JOHN TANNER T2 Christian PERRISSIN/Boro PAVLOVIC/Alexandre BOUCQ Collection 24X32 Editions GLENAT, 88 pages, 18,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 5 Février 2021

LOVE LOVE LOVE T1, amour quand tu nous tiens

Dans un monde futur où les robots sont soumis à une obsolescence programmée par leurs concepteurs, Karel, jeune Cherish bot, porte les traits d’un joli garçon toujours en quête d’amour. Il faut dire que son espérance de vie tient dans sa capacité à avoir une vie sentimentale remplie et ce n’est guère aisé de rencontrer une humaine : comme tous ses congénères, il est rejeté par bon nombre d’habitants, encore moins considéré que les animaux, il est entassé dans un ghetto et finit par être obligé de partager son appartement. Alors quand il rencontre Elle, une jeune fille de caractère, sur son chemin de retour, c’est  le coup de foudre et c’est là que les ennuis commencent.

Si les deux tourtereaux apprennent à se connaître et à s’apprécier, ce n’est guère le cas pour leurs entourages respectifs, que ce soit chez les humains comme chez les robots, qui considèrent que leur amour est impossible et bien évidemment voué à l’échec. De nombreuses embûches jonchent leur quotidien, depuis les tracasseries administratives pour que Karel puisse obtenir des pièces de rechange, nécessaires à sa vie, jusqu’à la jalousie de prétendants de Elle qui ne comprennent pas qu’elle se soit entichée d’un robot.

Aussi, cet amour résistera-t-il aux pressions exercées de part et d’autre ? Leur jeune couple arrivera-t-il à être compris et apprécié de tous ? Par le biais d’un récit de science-fiction, le scénariste Kid Toussaint aborde, avec talent, les thèmes de la différence, de la tolérance, du respect des uns pour les autres. Les personnages d’Elle et de Karel apparaissent rapidement attachants et le lecteur n’aura de cesse de suivre leurs péripéties, car la vie d’un androïde comme d’un humain est loin d’être un long fleuve tranquille.

Ce premier opus d’un triptyque ne manque pas de sel et appelle assurément une suite des plus palpitantes.

LOVE LOVE LOVE T1 Kid TOUSSAINT/Andrés GARRIDO Editions DUPUIS, 56 pages, 12,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 2 Février 2021

11407 vues, quand les réseaux  sociaux deviennent la référence pour  se singulariser

Comme tous les jeunes ados, ceux du lycée Lilian Thuram ne font pas exception dans leur quête d’une vie où ils seront reconnus par leurs petits camarades et au-delà par tous.  Et quoi de mieux que de s’emparer des réseaux sociaux pour arriver à ses fins.

Aussi, quand Aïssa comme Fodé et Maël aspirent à devenir des YouTubeurs célèbres en enregistrant leurs scènes de rap ou encore des chroniques, la démarche s’avère plutôt saine et de bon aloi. En revanche, quand un petit malin ne trouve pas mieux que de mettre une caméra dans les toilettes des filles au lycée et de mettre en ligne les visuels sur un site, son action s’apparente à un acte délictueux des plus répréhensibles.

 

Si les deux manières de se singulariser ont atteint leur objectif, celui de recueillir autant de vues l’une que l’autre, l’impact n’aura pas été le même ! Avec ces deux récits, le scénariste Vincent Brunner plonge le lecteur dans le quotidien d’une nouvelle génération branchée sur les réseaux sociaux H24, qui d’une part, rêve d’atteindre une popularité et une aura qui peut-être les rendra riches et pourquoi pas célèbres. Et qui, concomitamment, doit rester sur ses gardes, tenter de protéger sa vie privée et éviter de faire l’objet d’harcèlements divers et variés. Avec des dialogues plutôt alertes, le scénariste Vincent Brunner fait passer le lecteur par toutes les phases, de l’amusement à l’indignation devant l’utilisation de ce nouveau média et ne manque pas de l’interroger sur le phénomène interplanétaire qui a notamment gagné toute une génération.

Claire de Gastold s’empare de belle manière des deux histoires, avec un dessin réaliste et efficace, rendant la lecture très plaisante.

11407 VUES Vincent BRUNNER/Claire de Gastold Editions CASTERMAN 136 pages, 13,90 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0