Publié le 21 Février 2015

Les Pirates de Barataria T8... L'appel de l'aventure, toujours plus fort !

Penser que la belle Artemis Delambre vivrait recluse dans un village reculé de la Corse jusqu'à la fin de sa vie était assurément une chimère. C'était sans compter sur son désir de rejoindre ce qui était sa vie il y a encore quelques mois. Alors, quand un des espions de Napoléon l'enjoint de l'accompagner en Gaspésie, son sang ne fait qu'un tour et c'est reparti pour l'aventure.

Au cours d’une traversée pourtant relativement tranquille, l'abordage d'un navire anglais va livrer des documents de la plus haute importance pour la suite de l’histoire. En effet, des feuillets rattrapés de justesse avant qu'ils ne disparaissent dans la mer vont révéler des stratégies d'attaque fomentées par la marine anglaise...

Alors qu’on croyait l'aventure terminée au fin fond de l'Egypte où nous avions laissé notamment Dominique, le valeureux corsaire, ce diptyque vient à point nommé et pour notre plus grand plaisir renouer avec une aventure où les corsaires sont au centre d'un conflit anglo-américain des plus ténus.

L'auteur complet Marc Bourgne, signe là encore, un scénario bien ficelé servi sur un plateau pour un Franck Bonnet qui, au fur et à mesure de cette saga, s'affirme comme l'un des tout meilleurs dessinateurs maritimes. Son dessin hyperréaliste, aussi à l'aise en pleine mer que dans les bayous, confirme le succès mérité de la série. Le premier opus de ce diptyque augure assurément une fin du plus effet et nous impose, hélas, de devoir être patient pour en découvrir le dénouement.

LES PIRATES DE BARATARIA T8 BOURGNE/BONNET Collection GRAFICA Éditions GLENAT 48 pages 13,90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 15 Février 2015

SPRG T1, un service de police pas si tranquille que ça !

Quand on devient papa et qu'on est un flic "tout terrain", on se dit qu'il serait de raccrocher et de trouver un travail plus pépère pour profiter de la nouvelle petite famille. Seulement Simon n’imagine pas un seul instant qu'en intégrant le Service de Protection des Renseignements Généraux, la tranquillité n'est pas vraiment au rendez-vous !

Tous ses plans sont bouleversés quand avec son équipe il se voit attribuer la mission d'assurer la sécurité d'un haut responsable d'entreprise et de sa famille. Mais est-il si mécontent que cela prenne une telle tournure ?

Peut-être que la peur d'affronter le quotidien familial autrement moins palpitant que sa fonction de policier lui pèse ?

Concilier une vie de famille et un travail prenant n'est guère facile. Alors quand il s'agit de prioriser en pleine poursuite de barbouzes et devoir penser au paquet de couche à rapporter au foyer, il y a un monde… et il n'arrive pas à franchir le pas!

Les scénaristes Pierre DRAGON et Alain GILLOT nous entraînent dans une enquête trépidante plutôt bien tournée, mais également dans une réflexion, sans vraiment y apporter de réponse, sur le problème existentiel de faire un choix cornélien entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Mais y-a-t-il réellement une solution ?

Avec un dessin dynamique et efficace rendant notamment, de belle manière, le stress quotidien du jeune policier, ses joies et ses peines, le dessinateur Fred LAMOUR a trouvé le moyen de nous faire adhérer à une histoire des plus réalistes.

SPRG T1 DRAGON/GILLOT/LAMOUR Édition CASTERMAN 56 pages 13,50€

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 13 Février 2015

Au fil de l'Art, acte 2...Une bien agréable façon de (re)découvrir les peintres et leurs chefs d'oeuvre picturaux

Déjà le premier opus du diptyque nous avait enchantés avec des récits sur les peintres qui ont rythmé les siècles de leurs œuvres tout aussi célèbres les unes que les autres, jusqu'à la fin du 18ème.

A ce panorama relativement exhaustif succède aujourd’hui une belle mise en valeur des peintres de 1800 à nos jours.

La particularité de ce diptyque, c'est qu'il peut se consommer comme on le désire : on peut bien sûr se laisser porter par Lune, une malicieuse jeune fille qui se ballade dans le temps, affublée de Vincent, le chat, fil rouge de sa série consacrée à Van Gogh. Mais on peut aussi picorer les histoires au gré de ses envies, de ses humeurs, découvrir la vie ô combien difficile de Goya, ou encore s'appesantir sur le récit d'un Monet dans ses jardins de Giverny. Une des multiples forces de ce dessinateur est de se fondre avec réalisme dans les mises en scènes des peintres, et ainsi de nous permettre encore une fois de (re) découvrir toute la palette des talents qu’il possède.

On regrettera assurément que la série ne puisse se prolonger, car il resterait encore bon nombre d’artistes et de leurs œuvres emblématiques à évoquer par une Ivana SMUDJA très en verve, aux textes fort bien documentés pour servir l'immense talent du maître Gradimir SMUDJA.

Surprenant, parfois burlesque, souvent moqueur mais toujours respectueux de ses prédécesseurs qu'il vénère, le dessinateur Gradimir Smudja nous enchante avec ses planches qui s'apparentent plutôt à des toiles.

Au fil de l'Art T2 SMUDJA Collection Hors Collection Editions DELCOURT 104 pages 19.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0

Publié le 8 Février 2015

L’ile aux femmes…pas si paradisiaque qu’on aurait pu le croire !

César Bompard a tout pour plaire: un physique de bellâtre et son métier d’aviateur de voltige, tant admiré. Il montre un amour immodéré pour la collection de conquêtes : il faut dire qu’elles sont toutes en pamoison devant ce fringant jeune homme que rien n’arrête.

Mais ce relatif bonheur n’a qu’un temps, et la première guerre mondiale venant à se déclarer son statut change brusquement ! Finies les soirées mondaines qu’il termine dans son lit entouré de naïades, place à l’aéropostale militaire et son transport de colis et de lettres d’amoureux transis qui se morfondent dans les tranchées dans l’espoir d’un retour rapide.

Les trajets ne sont pas danger et il va se retrouver rapidement sur une ile déserte après avoir été abattu en plein vol. Déserte, cette ile ne l’est qu’en apparence puisqu’il ne tarde pas à découvrir qu’elle est peuplée de jeunes femmes. Seulement, seront-elles aussi accessibles que ses conquêtes parisiennes ? Son statut social d’aviateur, ajouté à son charme ravageur seront-ils des éléments déterminants et suffisants pour recréer sa petite vie dans ce décor paradisiaque ? Ne sera-t-il pas réduit à servir de mâle reproducteur, en remplacement d’un vieux rescapé unijambiste usé par ces dames ?

Voilà que le dessinateur Zanzim ajoute une corde à son arc, celle de la réalisation du scénario. Et on peut dire que pour une première, c’est une réussite : le récit est fluide, souvent drôle mais aussi grave par moment car il pose notamment la problématique du choix et de la disposition de son corps, une question assurément plus souvent rencontrée par la gente féminine. Le dessin est toujours aussi alerte et n’est pas sans rappeler, pour notre plus grand plaisir, les albums précédents tels que Ma vie posthume ou encore La sirène des pompiers. De belles couleurs chatoyantes viennent agrémenter ce bon album de quatre-vingt pages à découvrir instamment en ce début d’année.

L’ILE AUX FEMMES ZANZIM Collection Mille Feuilles Editions GLENAT 80 pages 19,50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0