Publié le 8 Octobre 2021

Réuni le 5 octobre, le jury du Prix de la BD aux couleurs du blues a choisi de décerner le Prix 2021 à l’album Blanc autour, paru aux éditions Dargaud le 15/01/2021 (scénario de Wilfrid Lupano et dessins de Stéphane Fert).

Le récit, tiré de faits réels, évoque une petite ville du Connecticut où en 1832 une jeune institutrice blanche crée la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l'abolition de l'esclavage. Bien que l'esclavage n'est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, la population blanche locale voit immédiatement cette école comme une menace. Le jury du Prix de la BD aux couleurs du blues a particulièrement apprécié l’intérêt et le traitement du sujet, la douceur du dessin et la délicatesse des couleurs.

Créé en 2014 conjointement par les associations Bulles de Mantes et Blues sur Seine, le Prix de la BD aux couleurs du blues récompense chaque année  le meilleur album paru entre le 1er juin de l’année précédente et le 31 mai de l’année en cours, et illustrant une thématique du blues, du jazz, ou le contexte social et historique en relation.

Le prix sera remis aux lauréats pendant le festival Blues sur Seine, lors d’une soirée de concert le 13 novembre 2021 à l’Espace Christine Faure de Limay où se produiront des blueswomen renommées.

Illustration : Lupano et Fert ©Dargaud, 2021

Voir les commentaires

Rédigé par Jérôme Boutelier

Repost0

Publié le 4 Octobre 2021

LECONTE FAIT SON CINEMA, un envers du décor bien singulier

On ne présente plus Patrice Leconte, assurément l’un des meilleurs cinéastes de sa génération. Mais pas que, ses talents sont multiples et à celui de cinéaste, il faut ajouter ceux de dessinateur, scénariste, romancier… Toutefois c’est aussi quelqu’un de très simple, de très accessible que les auteurs Nicoby et Joub rêvaient de mieux connaitre. Alors, pourquoi ne pas réitérer avec ce monument du cinéma ce que nos deux auteurs ont déjà réalisé au sujet de l’auteur de bande dessinée Jean-Claude Fournier, avec Dans l’atelier avec Fournier il y a maintenant une petite dizaine d’années et déjà avec les éditions Dupuis ?

Cette fois encore et pour le plus grand bonheur des lecteurs, nos deux compères se sont mis en scène alors qu’ils ont entrepris de suivre Patrice Leconte entre deux tournages. De son suivi sur le Festival du Film du Croisic au tournage de sa prochaine production, les confidences et les anecdotes de Patrice Leconte s’enchaînent, que ce soit sur les recherches de financement, les approches avec les acteurs pour qu’ils acceptent de suivre le cinéaste dans ses projets ou encore les séances de préparation du tournage…

Le scénario de Nicoby et Joub se déroule comme un reportage filmé, aussi rythmé que la vie trépidante du cinéaste touche-à-tout de talent qui passe allègrement du cinéma à la littérature, sans omettre le dessin… Le lecteur prendra plaisir à revenir sur cette carrière incroyable avec ses 30 films en près de 43 ans où plantages et réussites sont narrés avec humour, pudeur voire tendresse.

Le dessin « gros nez » de Nicoby colle parfaitement à ce genre de reportage, et avec un découpage alerte il réussit à entrainer le lecteur dans l’aventure, n’hésitant pas parfois à « plaquer » ses personnages sur des photos pour rajouter une touche de réalisme au récit.

LECONTE FAIT SON CINEMA JOUB/NICOBY Collection AIRE LIBRE Editions DUPUIS 144 pages, 19,00 €

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 25 Septembre 2021

LES CATASTROPHOBES, RIONS AVEC LA FIN DU MONDE, et si c’était nous ?

A l’heure où la transition écologique est dans l’air du temps, le lecteur ne sera pas surpris de la manière dont l’auteur Didier Tronchet aborde le sujet sur un ton humoristique. Mais n’est-ce pas un des meilleurs moyens de faire passer le message alarmant d’un monde qui s’autodétruit ?  Ne dit-on pas qu’un dessin vaut mieux qu’un grand discours ? Didier Tronchet l’a fort bien compris depuis longtemps et après plus d’une soixantaine d’albums à son actif, Les Catastrophobes font encore mouche !

Après une belle préface de Pablo Servigne, chercheur en agroécologie, place à la BD de Didier Tronchet qui, sous forme de sketchs d’une page, met le lecteur face à ses contradictions. Il nous faudrait prendre conscience de la gravité de la dégradation de notre planète, ne serait-ce que par les constatations des désordres météorologiques, mais a contrario personne, ou presque, n’est prêt à renier son petit confort en trouvant tous les prétextes fallacieux. Clairement, les efforts sont à faire par les autres mais surtout pas par soi.

Alors, c’est drôle quand on se dit que beaucoup de nos concitoyens rentrent pleinement dans les considérations de l’auteur mais par contre, là où le bât blesse, c’est lorsqu’on s’aperçoit que l’on fait partie également de ces gens-là !

Avec son dessin plutôt caricatural, souvent épuré, voire dénué de tout décor pour mieux mettre en valeur ses personnages, Didier Tronchet atteint parfaitement son but, celui de faire rire… jaune et assurément de remuer le lecteur, de le mettre face à ses réalités et avec quel talent ! Les personnages apparaissent niais, non sans rappeler un de ses précédents albums Les Ducon et Ducon, et devraient interroger le lecteur sur sa propre condition à l’aube de ce XXIème siècle.

Après le Petit traité de vélosophie où le thème de l’écologie avait été abordé, les Catastrophobes en remettent une couche finalement pour notre plus grand plaisir.

LES CATASTROPHOBES Rions avec la fin du monde Didier TRONCHET Editions FLUIDE GLACIAL 56 pages, 12,90 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 23 Septembre 2021

HOW I LIVE NOW, entre dénis et désirs de vivre l’instant présent

Elisabeth, alias Daisy, jeune New-Yorkaise de 15 ans, vient de perdre sa mère et se voit envoyée par son père au fin fond de la campagne anglaise, dans la famille de sa tante qu’elle n’a jamais vue. Quelle violence pour la jeune fille, qui se sent complètement abandonnée par son père au prétexte que la guerre s’annonce, de débarquer en terre inconnue. Passés les premiers jours, Daisy s’installe dans la famille composée de Tante Penn et de ses enfants, Edmond, Piper, Isaac et Osbert, qui se plient en quatre pour l’accueillir de la meilleure des manières.

Est-ce finalement un bien de quitter le joug parental pour repartir de zéro, oublier New York et tirer un trait sur sa belle-mère qu’elle rejette ? Rapidement Daisy ne se pose plus la question tellement elle se sent bien dans une ambiance familiale qu’elle avait perdue, sans parler de son amour naissant pour Edmond. Si la vie se déroule paisiblement, le bruit des bottes n’est pas loin et ne va pas tarder à s’inviter, chamboulant alors la bulle de bonheur dans laquelle elle s’est lovée.

Quel avenir pour Daisy qui, à nouveau, va subir un traumatisme lors de la séparation d’avec Edmond, arrivera-t-elle à surmonter cette nouvelle épreuve et à rebondir ?

Lylian se sort admirablement d’une adaptation du livre éponyme de Meg Roscoff, par ailleurs transposé au cinéma, en soulignant particulièrement la tendresse et l’affection qui transpirent tout au long de l’album.

Si l’album requiert un nombre de scènes important pour développer l’histoire, le découpage efficace permet néanmoins une belle lisibilité renforcée par le beau rendu du dessin et des couleurs de Christine Circosta. On sent bien que la guerre est omniprésente dans le texte, mais elle est plutôt peu représentée dans les cases, mettant ainsi l’accent sur le déni des protagonistes à propos des conflits extérieurs pour faire la part belle à un instant de bonheur que rien ne semble troubler.

HOW I LIVE NOW LYLIAN/Christine CIRCOSTA collection HORS COLLECTION Éditions GLÉNAT, 144 pages 19,50 €

Bernard LAUNOIS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost0

Publié le 20 Septembre 2021

L’ECHELLE DE RICHTER, le polar noir qui ne peut laisser indifférent

C’est à partir d’un fait divers, un homicide comme on en dénombre environ 700 chaque année en France, que commence ce roman graphique : le lecteur ne le lâchera plus jusqu’à son épilogue, tellement le récit est prenant. Stéphanie Delattre vient à peine d’avoir 21 ans et voilà qu’elle finit sa vie dans un sordide hôtel parisien. Que s’est-il passé, qui peut bien avoir réalisé ce forfait et quel en était le mobile ? C’est ce que va s’employer à trouver Laurent, jeune flic de la PJ rôdé et rompu à cet exercice.

Au travers de sept chapitres, tout aussi déroutants les uns que les autres, le scénariste Raphaël Frydman dresse le portrait des protagonistes. Qu’ont-ils en commun, Hassan le cuisinier sans-papiers de l’hôtel, Laurent le flic désabusé, Ruben le rappeur déchu, J.O. le drôle de dealer, Karl le raté et père de la morte, Dany le médecin volage et enfin Noémie, l’actrice en herbe, sinon que d’avoir, au minimum, approché de près ou de loin le destin de Stéphanie ?

Si Raphaël Frydman distille au fur et à et mesure les clés de l’énigme, c’est l’occasion pour lui de revenir sur la personnalité et le parcours de chacun. Avec des dialogues durs et cyniques, les violences physiques et verbales sont omniprésentes, générant parfois un sentiment de malaise. Le rythme du récit s’avère soutenu et ce sont près de 500 pages qui se dévorent comme un bon film policier.

Usant d’un trait noir, à l’image du récit, le dessinateur Luc Desportes n’épargne pas le lecteur, au moyen d’une succession de dessins qui s’affranchit de la conformité des cases pour mieux le dérouter. Le trait est juste, sans fioritures, comme une lame qui s’enfonce dans la barbaque et qui fait mal.

L’ECHELLE DE RICHTER Raphaël FRYDMAN/Luc DESPORTES Editions GALLIMARD, 496 pages, 29,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 18 Septembre 2021

TANANARIVE, un attendrissant regard sur la fabulation

Mieux vaut tard que jamais ! C’est assurément ce que peut se dire Amédée, notaire octogénaire qui subitement va voir son existence se transformer. Il a toujours mené une petite vie pépère entre son étude, sa maison et… son voisin pour lequel il s’est pris d’amitié : Jo le baroudeur, qui lui fait vivre l’aventure par procuration. Les histoires sont éculées mais ce n’est pas grave, chaque soir, Amédée ne cesse de lui réclamer les aventures extraordinaires vécues aux quatre coins de la planète, ce que se complait à narrer l’ineffable Jo.

Seulement, un matin, Jo n’est plus, crise cardiaque et tout s’effondre, il va se retrouver avec sa bourgeoise qui passe son temps à lui dire que le courage ne l’étouffe pas ! Soudain, Amédée se souvient que Jo avait eu un fils et son sang ne fait qu’un tour, il faut le retrouver pour la succession. Voilà donc qu’Amédée, qui s’était juré de ne plus replonger, se lance dans l’aventure de retrouver ce fils mais… rapidement, cela se complique car Jo n’est jamais né à Tananarive, mais à Charleville-Mézières. Quelle claque, que cela cache-t-il, les surprises vont-elles s’arrêter là ou est-ce le commencement de la fin ?

Quel road-movie concocté par le scénariste Mark Eacersall où, au fur et à mesure du récit, Amédée tombe de Charybde en Scylla, apprenant beaucoup sur son meilleur ami mais également sur sa propre vie qu’il croyait tranquille ! Grâce à des dialogues souvent drôles, toujours justes, et des moments de tendresse, le lecteur se laisse rapidement envahir par cette tragi-comédie bien ficelée.

On ne présente plus Sylvain Vallée, l’auteur de bon nombre de séries à succès, d’une partie de Gil St André à Katanga en passant par Il était une fois en France, qui s’attaque pour la première fois à un roman graphique et de quelle manière ! L’album est bien rythmé, avec un dessin réaliste au style plutôt rond qui sied parfaitement aux personnages qui évoluent dans décors alternant entre le Nord de la France et l’Afrique. On ajoutera une jolie mise en couleurs de Delf pour parfaire ce beau roman graphique qui a tous les atouts pour devenir un succès de librairie.

TANANARIVE Mark EACERSALL/ Sylvain VALLEE Collection Millefeuilles Editions GLENAT, 120 pages, 19,50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 15 Septembre 2021

BONS BAISERS DE LIMON, des photos surannées qui amènent à délier les langues

Ramiro ne pensait pas qu’en récupérant une boite remplie de photos, retrouvée par sa mère, il se lançait dans une aventure à la découverte de ses ancêtres qui avaient vécu dans les années 40-50 à Limón, un petit village côtier du Costa-Rica. Passée la surprise de découvrir ces tirages papier jaunis mais tant chargés d’histoires familiales, Ramiro décide d’aller interroger les protagonistes qui restent la mémoire de cette époque qu’ils qualifient de période dorée, alors que Limón était un village très pauvre.

Si les premières intentions de Ramiro étaient de recueillir des propos et des anecdotes, il était de loin de s’attendre à apprendre aussi un terrible secret de famille… Sans en dévoiler l’histoire, des destins tragiques, des amours contrariés ponctuent ce bel opus.

En voulant redonner vie à Limón, l’auteur Edo Brenes, originaire du Costa-Rica, immerge le lecteur dans cette oasis, aux travers des clichés et interviews d’une vie simple, loin des tumultes de la ville, où l’on n’avait d’autre solution que de survivre dans un environnement, heureusement adouci par les conditions climatiques et la proximité de la mer. Avec une narration fort bien construite alternant les photos noir et blanc, les récits d’un autre temps et la quête présente, Edo Brenes entremêle avec brio tous ces éléments rendant la fiction fluide.

Avec un dessin réaliste de bon aloi, Edo Brenes a su rendre son récit en s’appliquant à marquer les époques de son récit par des couleurs propres à chaque période et des polices distinguant le passé du présent.

Une histoire bien attachante qui fait que ce roman graphique ne peut laisser indifférent…

BONS BAISERS DE LIMÓN Edo BRENES Édition CASTERMAN 272 pages, 23,00 €

Bernard LAUNOIS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 11 Septembre 2021

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine les 18 et 19 septembre 2021, la Ville de Mantes-la-Jolie accueillera le samedi dans le pavillon Duhamel un stand  de Bulles de Mantes, sur lequel nous recevrons le sympathique et talentueux Brice Goepfert qui viendra dédicacer ses albums l’après-midi (samedi 18/09 de 14h00 à 18h00).

Spécialiste des BD historiques, Brice Goepfert a notamment dessiné les séries à succès Le Fou du Roy, Le Lys Noir et Les Chemins de Malefosse.

Il fait maintenant partie de l’équipe de la série Vinifera pour laquelle il a dessiné quatre albums :

Les Moines de Bourgogne (2018),

Le Vin des Papes (2019),

La Première dégustation (2020)

et Les Vignes de Charlemagne (2021),  ce dernier devant titre paraître à la fin de ce mois.

Son dessin réaliste et détaillé illustre parfaitement les situations historiques qu’il relate.

photo: ©Bulles de Mantes

 

Histoire, vignes et 9e art, bien des aspects du patrimoine mantais seront ainsi réunis sur le stand de Bulles de Mantes.

PAVILLON DUHAMEL

Parc Brieussels-Bourgeois

Mantes-la-Jolie

Samedi 18/09/2021 de 10h00 à 18h00

Dédicaces de 14h00 à 18h00

J. Boutelier

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 11 Septembre 2021

LES CONTES DROLATIQUES, une remarquable mise en images des écrits d’Honoré de Balzac

Des Cent contes drolatiques écrits par Honoré de Balzac à partir de 1832 et qui se sont finalement résumés à une trentaine, les auteurs Paul et Gaëtan Brizzi ont scénarisé et mis en images avec le talent qu’on leur connait quatre contes tirés du premier dixain, aussi truculents et légers les uns que les autres.

De La belle impéria à La Connétable en passant par Le péché véniel et L’héritier du diable, les nouvelles prennent vie dans les 120 pages qui constituent cet album à ne pas mettre entre toutes les mains.

Après une introduction pour chaque récit mettant en scène l’écrivain Honoré de Balzac alors qu’il écrit ses contes, c’est au tour de découvrir les historiettes. Tout d’abord, les frasques de La belle impéria qui n’hésite pas à s’encanailler avec des ecclésiastiques. Puis, Le péché véniel, où la très jolie Blanche d’Azay-Le-Ridel va très vite comprendre la subtilité de faire la différence entre péché mortel et péché véniel afin d’assouvir ses pulsions. Ne jamais sous-estimer les ressources d’un vieillard soi-disant en fin de vie, au risque de l’apprendre à ses dépens, c’est ce que relate L’héritier du diable. Enfin, La Connétable, avec l’aventure d’une belle comtesse qui n’aura de cesse de trouver tous les stratagèmes pour tromper son mari sans aiguiser sa jalousie.

Si l’œuvre originale est écrite en « vieux françois », à la manière de Rabelais qu’Honoré de Balzac admirait tant, les frères Buzzi l’ont retranscrite et adaptée pour une belle lisibilité. Les dialogues sont alertes et les histoires souvent satiriques de la bourgeoisie tourangelle s’enchaînent, pour le grand plaisir du lecteur, qui (re)découvre un pan plutôt méconnu des écrits d’Honoré de Balzac avec un style plus lâché et que n’aurait assurément pas renié Rabelais.

Avec un dessin hyperréaliste, Paul et Gaëtan Bruzzi magnifient le tout par de superbes planches en sépia mettant de belle manière les nouvelles en images.

A découvrir instamment !

LES CENT CONTES DROLATIQUES Honoré de BALZAC/ Paul et Gaëtan BRUZZI Editions FUTUROPOLIS 120 pages, 21,00 €

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Septembre 2021

RENÉ.E AU BOIS DORMANT ou le pouvoir de l’imagination

René vit avec sa maman dans un gratte-ciel de Toronto, souvent seul, car elle travaille dur et n’a guère de temps à lui consacrer. René ne sent pas bien, nulle part, que ce soit dans sa chambre où il se réfugie alors parmi les jouets qu’il affectionne, notamment ses petits soldats avec lesquels il organise des batailles mémorables, mais également lorsqu’il en sort pour se rendre à l’école, réalisant rapidement qu’il n’est pas comme tous les autres enfants de race blanche, lui, l’enfant typé.

Les sarcasmes et les réflexions sont monnaie courante et il en vient jusqu’à demander à sa mère s’il n’a pas été volé. Devant le mutisme de cette mère dure, froide, il va se réfugier dans le monde fantasmagorique de ses rêveries. La fuite de Sucre-doux, son lapin-doudou, va l’entraîner dans une quête effrénée où, tour à tour, créatures avenantes et effrayantes vont peupler son rêve qui s’apparente, cette fois, plus à un cauchemar. Où cela le mènera-t-il, sortira-t-il indemne de ce voyage onirique ? Pourquoi René devient Renée au fil du récit ?

Pour son premier roman graphique, l’auteure Elene Usdin livre là un beau scénario des plus originaux en transportant le lecteur dans un univers imaginaire où se découvrent petit à petit les raisons du mal-être de ce petit bonhomme. Elene Usdin revient sur cette période douloureuse de l’Amérique avec ce que l’on appelle plus communément la « rafle des années soixante », où bon nombre d’enfants autochtones ont été volés à leurs familles pour permettre l’adoption à des gens de la classe moyenne des États-Unis et du Canada.

Fort de ses 272 pages, ce « pavé » se lit d’une traite pour en connaitre le dénouement après tant et tant de rebondissements, et se relit tranquillement pour apprécier tant le découpage que les peintures, tout aussi belles les unes que les autres.

Assurément une des plus belles découvertes de cette rentrée. Indispensable !

RENÉ.E AU BOIS DORMANT Elene USDIN Éditions SARBACANE 272 pages, 29,50 € 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0