Publié le 15 Novembre 2021

GO WEST YOUNG MAN, un western aux multiples facettes avec un casting d’auteurs à faire pâlir !

Quelle aventure ! L’auteur Tiburce Oger avait rêvé de réunir une pléiade de dessinateurs autour d’un projet fou et il l’a fait !  Quel casting, dix-sept auteurs de bande dessinée qui ont déjà réalisé des albums western, et pas des moindres, pour quatorze récits qui retracent la conquête de l’Ouest Américain, de 1763 à 1916 !

Tiburce Oger, scénariste et dessinateur a réalisé cette fois uniquement le scénario mais a également orchestré tous les projets proposés aux dessinateurs et ce, avec maestria. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’ensemble des récits constituent bien une seule et même histoire avec pour fil conducteur une montre gousset qui voyage au travers du temps, de la Pennsylvanie en 1933 au Nouveau-Mexique en 1938.

Le récit s’avère linéaire avec à chaque fois, un personnage pour faire la liaison sur le chapitre suivant rendant une belle cohésion et un vrai plaisir de lecture.

Il faut souligner la performance de Tiburce Oger à faire traverser 150 ans d’histoire américaine en un peu plus d’une centaine de pages en donnant à chaque dessinateur le moyen de s’exprimer de la plus belle des manières.

Dominique Bertail, Michel Blanc-Dumont, Benjamin Blasco-Martinez, François Boucq, Steve Cuzor, Paul Gastine, Eric Herenguel, Hugues Labiano, Enrico Marini, Ralph Meyer, Félix Meynet, Patrick Prugne, Christian Rossi, Michel Rouge, Taduc, Ronan Toulhoat, quel bonheur de retrouver tous ces dessinateurs dont on sent, au fil des pages, qu’ils ont pris un immense plaisir à participer à ce beau projet. Alors que les styles de dessin sont fort différents, on peut néanmoins noter une certaine unité rendant la lecture des plus aisées.

Clairement, cet album marque tant par son originalité que par sa performance que tout amateur de western se doit de lire.

GO WEST YOUNG MAN Tiburce OGER/COLLECTIF collection GRAND ANGLE Éditions BAMBOO 112 pages, 19,90 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 13 Novembre 2021

Frank Lee, l’après-Alcatraz, de l’enfer au… paradis

Frank Lee Morris peut se targuer d’être l’un des rares prisonniers à avoir pu s’évader de la célèbre prison d’Alcatraz où l’on vous martèle, dès votre incarcération, que toutes les tentatives ont lamentablement échoué ! Il faut dire que ce cloaque, situé sur une ile à 1,2 mile de la côte dans la baie de San Francisco, requiert une sacrée dose de ruse pour échapper à la vigilance des matons et de détermination pour s’extirper de cette forteresse. Dans l’évasion de 1962, aucun corps des trois fugitifs n’a été retrouvé par le FBI, pas plus Frank Lee que les frères Anglin. Que sont-ils devenus ? Ont-ils refait leur vie à des milliers de miles de là ?

Le scénariste David Hasteda s’est attardé sur la nouvelle vie de Frank Lee en imaginant un après-Alcatraz. Blessé lors de la traque, alors qu’il tentait d’échapper aux meutes de chiens à ses trousses, Frank Lee se retrouve dans un lit, soigné par une famille qui a rapidement compris d’où il venait mais qui tient à l’en faire sien, ne serait-ce que pour « remplacer » leur fils unique décédé quelques années plus tôt. Va s’ensuivre un long et difficile apprentissage avec un entourage aimant, contrastant avec sa vie antérieure. Seulement, ce bonheur ne va-t-il pas s’avérer éphémère ? Ne dit-on pas que l’on se fait toujours rattraper par son passé ?

Le scénario est fort bien construit en deux parties : tout d’abord, la lente résurrection de ce jeune homme qui reste sur le qui-vive alors que les mois et les années passent et que les médias et le FBI ont fini par l’oublier, puis une période plus difficile des plus haletantes que le lecteur n’aura de cesse de découvrir jusqu’à son dénouement.

Le dessin semi-réaliste de Ludovic Chesnot, rehaussé par des couleurs soignées, plonge le lecteur, dès les premières pages dans une ambiance particulière qui sied parfaitement au scénario, mêlant l’inquiétude à la quiétude.

A découvrir instamment !

FRANK LEE L’après-Alcatraz David HASTEDA/Ludovic CHESNOT Collection Label 619 Editions ANKAMA 128 pages 19,90 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Novembre 2021

Largo Winch T23, La frontière de la nuit, en route pour une aventure stellaire des plus réussies !

Une fois encore, le jeune et sémillant Largo Winch est sur tous les fronts, à commencer par régler ses problèmes concernant le respect des droits internationaux sur son site d’Indonésie, où les enfants sont exploités dans des mines d’étain. Il lui faut également songer à l’avenir du groupe Largo Winch et rien n’est plus porteur aujourd’hui que les nouvelles technologies, même si c’est au grand dam de son conseil d’administration, peu enclin à se lancer dans l’aventure.

Seulement, il n’est pas le seul à avoir cette idée et la concurrence s’avère rude, et si Largo ne recule devant rien, il va rapidement s’apercevoir que ses projets sont bien évidemment semés d’embûches et que les résultats ne sont assurément pas ceux auxquels il aurait pu s’attendre.

A l’heure des initiatives des géants de l’informatique de se lancer dans la conquête spatiale, ce diptyque tombe à pic en délaissant quelque peu l’économie et la finance au profit de l’aventure avec un grand A, et c’est réussi.

Si le récit peut apparaitre parfois romancé, il faut souligner que les coscénaristes Éric Giacometti et Philippe Francq se sont attachés à être le plus proche de la réalité en se documentant auprès de spécialiste des vols spatiaux et autres technologies innovantes.

Alors, avec un découpage dynamique d’un récit haletant, le scénario se déroule à vitesse supersonique sous le trait efficace du dessinateur Philippe Francq. Il ne reste plus qu’à y adjoindre les couleurs de Bertrand Denoullet et de Philippe Francq pour parfaire l’ensemble.

Enfin si l’action s’avère être le maitre mot de cet opus, le plaisir de la lecture est quelque peu gâché par le suspense de la dernière page qui demandera au lecteur un peu de patience pour en connaitre le dénouement.

Déjà fort de ses vingt-deux albums avec une série vendue à onze millions d’exemplaires, le phénomène Largo Winch n’a jamais cessé de truster les rayons des libraires et cette vingt-troisième aventure ne fera pas exception !

LARGO WINCH T23 La frontière de la nuit Philippe FRANCQ/Éric GIACOMETTI Editions DUPUIS 48 pages 14,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 6 Novembre 2021

VENTE AUX ENCHERES Daniel MAGHEN du lundi 15 novembre 2021, les ventes se suivent mais ne se ressemblent pas !

Pas moins de 136 lots composeront cette nouvelle vente aux enchères qui se déroulera à la maison de l’Amérique Latine à partir de 18 heures.

Encore du beau monde avec 3 vacations, à commencer par celle de l’auteur André Juillard avec 31 œuvres où vous aurez le plaisir de retrouver une belle sélection de dessins et de planches issus de ses séries cultes tels que Le cahier bleu, Les 7 vies de l’Epervier et Plume aux vents ainsi que Blake et Mortimer, toute la quintessence de ce grand artiste.

Puis ce sera autour de Matthieu Bonhomme avec ses séries phares et one-shot, de Wanted Lucky Luke à Charlotte impératrice en passant par Le marquis d’Anaon. Il est à souligner que pour ce talentueux auteur c’est la première fois qu’un catalogue lui est consacré et ce, avec 25 œuvres !

Enfin, 105 lots termineront la dernière vacation avec une pléiade d’auteurs, d’Andreas à Bernard Yslaire en passant par Jean Giraud (6 lots), William Vance (5 lots), Milo Manara (3 lots), etc. La liste est loin d’être exhaustive et je ne peux que vous inciter à vous rendre sur ce lien du site des enchères Daniel MAGHEN pour découvrir toutes ses merveilles et qui sait, enchérir !

Comme à son habitude et pour le plus grand plaisir du collectionneur, la galerie Daniel MAGHEN a édité 3 magnifiques ouvrages regroupant toutes les œuvres à la vente avec, cerise sur le gâteau, celui consacré à André Juillard comprend une interview des plus intéressantes réalisée par le journaliste François Landon. Quant à celui de Matthieu Bonhomme, c’est à Stéphane Jarno qu’est confié l’interview pour nous fait découvrir un peu plus l’artiste.

Les 136 lots de la vente feront l’objet d’une exposition publique à la galerie Daniel MAGHEN au 36 rue du Louvre 75001 Paris, (entrée libre) les mardi 9 et mercredi 10 ainsi que vendredi 12 et samedi 13 novembre 2021 (10h30 à 19h00).

 

VENTE AUX ENCHÈRES


Lundi 15 novembre 2021 à 18h00 (Entrée libre)
Maison de l’Amérique Latine
217 Boulevard Saint-Germain 75007 Paris

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Octobre 2021

Une fresque Astérix à Mantes-la-Jolie

Récit d’une aventure…

Entre Bulles de Mantes et le génial dessinateur d’Astérix, Albert Uderzo, c’est une longue histoire d’amour en plusieurs chapitres :

- En 2005 l’association Bulles de Mantes, dès sa création, propose au maire Michel Vialay de baptiser la future école primaire des bords de Seine du nom d’École Albert Uderzo. Suggestion adoptée à l’unanimité par le conseil municipal, qui charge Bulles de Mantes de faire la liaison avec Albert Uderzo et de l’inviter à l’inauguration en décembre 2006.

- En 2011, la mairie de Mantes-la-Jolie sollicite les services de l’association Bulles de Mantes pour porter un projet de plaques signalétiques sur les portes de salles de classe avec les différents personnages créés par Uderzo, lequel viendra une nouvelle fois à leur inauguration en décembre 2011. lien

- En 2018, construction de l’École maternelle Albert Uderzo, contigüe à l’école élémentaire.

- En 2021 l’association Bulles de Mantes, souhaitant rendre hommage au célèbre dessinateur décédé l’année précédente et inhumé dans la plus grande discrétion, propose au maire Raphaël Cognet de faire réaliser une fresque à proximité immédiate de l’école. La Ville s’empare avec enthousiasme du projet et charge Bulles de Mantes d’assurer la liaison avec les ayant-droits, la famille du dessinateur et la maison d’édition, et d’effectuer le suivi artistique de la réalisation de la fresque.

Le choix de l’emplacement se porte sur deux murs de la crèche L’Ile aux enfants, situés boulevard des Cygnes au coin de l’École Albert Uderzo.

 

La fresque a été réalisée par la société Art Fresque, spécialisée dans les décors muraux, soigneusement choisie pour son expérience et sa compétence artistique, et pour sa proposition que se démarquait des autres par une mise en scène du dessin particulièrement intéressante.

Après que la mairie a procédé à toutes les nombreuses étapes administratives, financières et logistiques du projet, la réalisation de la fresque a pu commencer avec ses différentes phases techniques :

-  les dessins sont choisis et fournis avec les droits de reproduction par la famille d’Albert Uderzo, Ada et Sylvie Uderzo, dans l’idée de faire lien avec l’école. Ils sont tirés de l'album Astérix et la Rentrée Gauloise, paru aux Editions Albert René, et montrent Obélix renvoyé sur les bancs de l’école.
 

 

 

 

Astérix®-Obélix®-Idéfix® / ©2003 Les Éditions Albert René / Goscinny - Uderzo

 

 

-  les services techniques de la Ville collaborent en amont au projet et effectuent une rénovation et préparation des murs pour offrir un support de qualité.

dans son atelier, Art Fresque dessine et peint sur toile les panneaux des deux murs: un long travail artistique réalisé par deux de ses collaborateurs, Patrick Guidot, artiste-peintre passé aussi par une école de bande dessinée, et Emmanuelle Tauss-Keita, spécialiste de trompe-l’œil et de fresques d‘extérieur.

-  l’étape suivante, réalisée en deux jours par quatre artistes, est le collage des toiles, dont la plus grande est découpée en deux morceaux distincts, sur les murs : marquage des emplacements, pré-encollage des murs, positionnement des toiles, encollage des toiles, raccords, peinture des copyrights.

-  après séchage, deux des artistes reviennent encore pendant deux jours pour la réalisation du décor autour des toiles, un décor de briques blanches dans le même esprit que les briques rouges du bâtiment qui font écrin autour de la fresque : protection des dessins sur toile, peinture d’un fond gris couleur ciment pour représenter celle des joints, séchage, traçage et positionnement de bandelettes de scotch à l’emplacement des joints, peinture blanche sur l’ensemble du décor pour les briques, enlèvement des bandelettes de scotch pour faire apparaitre les joints gris, peinture des ombres sur chaque brique pour souligner le relief, enlèvement des protections des toiles, peinture de la bordure des deux toiles.

De nombreux passants admiraient le travail en cours et questionnaient les artistes. Les enfants s’en inspiraient aussi !

Toutes les étapes, suivies par Bulles de Mantes, ont été validées au fur et à mesure par Ada et Sylvie Uderzo, l’épouse et la fille de l’illustre dessinateur.

Le résultat de l’œuvre d’Art Fresque est somptueux.

Il ne reste plus qu’à attendre la conclusion du projet : la future inauguration, organisée par la Ville avec la présence de la famille d’Albert Uderzo et de Bulles de Mantes, un événement dont la date sera bientôt fixée.

Cela nous laisse quelques jours pour réviser: quelle est la date de la bataille de Gergovie ?

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Jérôme Boutelier

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 18 Octobre 2021

QUAI DES BULLES 2021, les 29, 30 octobre et … 1er novembre, un ballon d'oxygène !

1, 2, 3 et 4 jours de festival Quai des Bulles, de quoi saliver après une année de disette, et pour fêter dignement les quarante ans de ce festival qui peut se targuer d’être la plus grande manifestation bd après Angoulême.

Alors que les festivités ne vont guère tarder à commencer, c’est le moment de faire un focus sur des événements qui ont retenu toute mon attention parmi le programme toujours aussi alléchant concocté par l’association Quai des Bulles et accessible sur le site du festival. Difficile encore cette année de faire une sélection des animations les plus marquantes tellement le programme est riche malgré les conditions difficiles rencontrées par les organisateurs eu égard à la crise sanitaire.

Des expositions nombreuses et variées aux séances de dédicaces avec la présence sur site de près de 500 auteurs, aux projections et autres animations en ville, Quai des bulles met encore les petits plats dans les grands.

Pas moins de 14 expositions sont prévues cette année 2021 avec notamment celles de :

  • Arnaud Poitevin au dessin et Régis Hautière au scénario avec leur série Les spectaculaires (Pole culturel La Grande Passerelle, 4ème lieu).
  • Frédéric Pillot, un auteur-illustrateur jeunesse parmi les plus doués et les plus appréciés de sa génération, l’expo mettant notamment l’accent sur l’album Balbuzar. (Palais du Grand Large, Salle Grand Large)
  • Patrick Prugne, un remarquable aquarelliste qui met tout son talent au service d’aventures que le festivalier aura grand plaisir à (re)découvrir.
  • Rues en bulles, une belle initiative consistant à parcourir la ville à la rencontre du patrimoine de Saint Malo au travers d’un parcours artistique, ludique et interactif.

 

Mais le festival Quai des Bulles, c’est aussi de l’image projetée avec entre autres la présentation de Hors norme, un film sur les adolescents autistes (Palais du Grand Large, Auditorium Chateaubriand) ou encore le dessin animé Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary (Pole Culturel La Grande Passerelle, Salle Vauban).

Quai des bulles c’est aussi des prix, et ceux organisés en partenariat avec Ouest France sont toujours de très belle tenue. Ainsi, la sélection 2021 n’est pas en reste avec 5 albums nominés qui sont respectivement : Kent State, de Derf Backderf (éditions Cà-et-là) Jours de sable d’Aimée De Jongh (éditions Dargaud), Les amants d’Hérouville de Yann Le Quellec et Romain Ronzeau, (éditions Delcourt), Ballade pour Sophie de Felipe Melo et Juan Cavia, (éditions Paquet) et Le spectateur de Théo Grosjean (éditions Soleil).

 

Enfin revenons sur la superbe idée de l’association Quai des Bulles consistant à organiser son troisième concours de vitrines sur le thème de la bande dessinée, ouvert à tous les commerçants de Saint-Malo, renforçant les liens entre le festival et l’intra-muros.

Comme évoqué précédemment, les conditions sanitaires restant préoccupantes, des mesures seront exigées à partir de 12 ans, telles que la présentation d’un passe sanitaire valide qui vous sera demandé à l’entrée du festival, ainsi que le port du masque qui sera obligatoire dans tous les lieux du festival.

 

Alors, prêt à aborder cette 40ème édition qui s’annonce des plus rugissantes ? Avec un tel programme, ce serait vraiment dommage de ne pas se rendre dans la cité malouine.

Bon festival !

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Octobre 2021

QUAI DES BULLES 2021, les 29, 30 octobre et … 1er novembre, un ballon d'oxygène !

1, 2, 3 et 4 jours de festival Quai des Bulles, de quoi saliver après une année de disette, et pour fêter dignement les quarante ans de ce festival qui peut se targuer d’être la plus grande manifestation bd après Angoulême.

Alors que les festivités ne vont guère tarder à commencer, c’est le moment de faire un focus sur des événements qui ont retenu toute mon attention parmi le programme toujours aussi alléchant concocté par l’association Quai des Bulles et accessible sur le site du festival. Difficile encore cette année de faire une sélection des animations les plus marquantes tellement le programme est riche malgré les conditions difficiles rencontrées par les organisateurs eu égard à la crise sanitaire.

Des expositions nombreuses et variées aux séances de dédicaces avec la présence sur site de près de 500 auteurs, aux projections et autres animations en ville, Quai des bulles met encore les petits plats dans les grands.

 

Pas moins de 14 expositions sont prévues cette année 2021 avec notamment celles de :

  • Arnaud Poitevin au dessin et Régis Hautière au scénario avec leur série Les spectaculaires (Pole culturel La Grande Passerelle, 4ème lieu).
  • Frédéric Pillot, un auteur-illustrateur jeunesse parmi les plus doués et les plus appréciés de sa génération, l’expo mettant notamment l’accent sur l’album Balbuzar. (Palais du Grand Large, Salle Grand Large)
  • Patrick Prugne, un remarquable aquarelliste qui met tout son talent au service d’aventures que le festivalier aura grand plaisir à (re)découvrir.
  • Rues en bulles, une belle initiative consistant à parcourir la ville à la rencontre du patrimoine de Saint Malo au travers d’un parcours artistique, ludique et interactif.

 

Mais le festival Quai des Bulles, c’est aussi de l’image projetée avec entre autres la présentation de Hors norme, un film sur les adolescents autistes (Palais du Grand Large, Auditorium Chateaubriand) ou encore le dessin animé Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary (Pole Culturel La Grande Passerelle, Salle Vauban).

Quai des bulles c’est aussi des prix, et ceux organisés en partenariat avec Ouest France sont toujours de très belle tenue. Ainsi, la sélection 2021 n’est pas en reste avec 5 albums nominés qui sont respectivement : Kent State, de Derf Backderf (éditions Cà-et-là) Jours de sable d’Aimée De Jongh (éditions Dargaud), Les amants d’Hérouville de Yann Le Quellec et Romain Ronzeau, (éditions Delcourt), Ballade pour Sophie de Felipe Melo et Juan Cavia, (éditions Paquet) et Le spectateur de Théo Grosjean (éditions Soleil).

 

Enfin revenons sur la superbe idée de l’association Quai des Bulles consistant à organiser son troisième concours de vitrines sur le thème de la bande dessinée, ouvert à tous les commerçants de Saint-Malo, renforçant les liens entre le festival et l’intra-muros.

Comme évoqué précédemment, les conditions sanitaires restant préoccupantes, des mesures seront exigées à partir de 12 ans, telles que la présentation d’un passe sanitaire valide qui vous sera demandé à l’entrée du festival, ainsi que le port du masque qui sera obligatoire dans tous les lieux du festival.

 

Alors, prêt à aborder cette 40ème édition qui s’annonce des plus rugissantes ? Avec un tel programme, ce serait vraiment dommage de ne pas se rendre dans la cité malouine.

Bon festival !

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 16 Octobre 2021

L’homme n’a cessé depuis son arrivée sur terre de se sentir supérieur à l’animal, ne serait-ce que parce qu’il est doté de la parole et d’une âme, et qu’à ce titre il se donne des droits et peu de devoirs envers les autres espèces. Mais après tout, pourquoi si peu d’humilité et de reconnaissance vis-à-vis du monde animal qu’il côtoie, mais aussi exploite depuis la nuit des temps ? Peut-être alors faudrait-il se poser la question de savoir si l’on ne doit pas à l’espèce animale notre construction et in fine, notre évolution ?

C’est notamment à partir de ces réflexions que la scénariste et journaliste Karine-Lou Matignon propose au lecteur de tordre le cou à bon nombre de préjugés et d’idées reçues vis-à-vis des animaux et nous montre, au travers de ce récit, que ces derniers ont pesé dans le succès de l’évolution humaine.

Parmi les sept chapitres allant des « origines communes » entre l’animal et l’homme aux « animaux du XXIème siècle », le lecteur trouvera vite son rythme et pourra à son gré lire de manière chronologique ou picorer au gré de ses envies, attiré par tel ou tel thème ou dessin.

Fort de ses 176 pages, l’histoire incroyable des animaux recèle une succession de récits et d’anecdotes où tour à tour, l’animal sera vénéré, vilipendé, chassé, asservi et bien sûr mangé, le montrant ainsi sous une multitude de facettes, souvent méconnues.

Si les récits sont captivants, on le doit au remarquable travail du dessinateur Olivier Martin et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on peut admirer sa parfaite maitrise dans la réalisation de toutes ces espèces.

Mieux connaître les animaux, voire aider tout un chacun à réfléchir sur la manière dont on pourrait leur (re)donner toute leur place sur notre planète, c’est assurément le pari réussi de l’album.

L’INCROYABLE HISTOIRE DES ANIMAUX Karine-Lou MATIGNON/Olivier MARTIN Éditions LES ARENES BD,  176 pages 21,90 €

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 13 Octobre 2021

LE CLUB DES INADAPTE.E.S, quand la différence marginalise

Martin, Edwige, Fred et Erwan, jeunes adolescents aussi unis que les trois mousquetaires et ce, assurément grâce ou à cause de leur manière d’être, se font remarquer au collège par les autres élèves. Alors, que ce soit par leur façon de s’habiller plutôt de manière excentrique, de leur couleur de cheveux mais aussi dans leur faculté à truster les premières places de la  classe, ils se distinguent du commun des mortels et de fait, ils dérangent. Et comme il fallait s’y attendre, on ne va pas tarder à s’en prendre à eux et c’est finalement le plus gentil, Erwan le bricoleur fou, qui va en faire les frais.

Tabassé après avoir été pris par derrière et ce, sans aucune explication, il se retrouve à l’hôpital. Autant dire que ce n’était assurément pas la meilleure solution pour faire changer d’attitude les membres du club des inadapté.e.s, solidaires d’Erwan et qui ressortent encore plus déterminés que jamais, toujours prêts à s’insurger contre les injustices.

Et si Erwan le savant fou, s’ingéniait à quelque invention qui lui permettrait de combattre toutes ces personnes qui en veulent à son groupe ?

 

 

C’est à partir du roman éponyme de Martin Page que l’auteur Cati Baur scénarise et met en images de belle manière un récit contemporain relatant les difficultés que peuvent rencontrer les jeunes dans leurs relations avec leurs congénères, du fait de leur condition sociale, de leur appartenance à tel ou tel groupe… Et à l’heure où la « génération 2010 » fait l’objet d’harcèlements par les plus grands, Le Club des inadapté.e.s apparait comme un ballon d’oxygène sur la manière dont peut être abordé ce phénomène difficile qui touche beaucoup plus de jeunes que l’on croit. Si les dialogues de jeunes traduisent bien le mal-être que ces situations peuvent générer, le ton humoristique est toujours là pour mieux dédramatiser la gravité du propos.

 

 

Avec un dessin semi-réaliste associé à des couleurs acidulées de bon aloi, Cati Baur croque ses adolescents avec tendresse rendant le récit des plus attachants et qui devrait retenir, au minimum, l’attention des ados et de leurs parents.

LE CLUB DES INADAPTE.E.S Cati BAUR Éditions RUE DE SEVRES 96 pages, 14,00 €

Bernard Launois

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 10 Octobre 2021

LES ZAZOUS, T1 ou La culture de la danse pour résistance

Paris, juin 40, un jeune pickpocket, se fait serrer par les condés. Frankie ne mesure pas alors que, pour ne pas finir entre quatre murs à la Santé, il se verrait imposer une contrepartie par le commissaire de police : faire l’indic et pister sa fille qui aurait des mauvaises fréquentations.

Frankie va devoir fréquenter une jeunesse dorée dont il ignorait tout quelques heures auparavant : les zazous ! Mais qui sont-ils, ces jeunes gens de bonne manière, originalement fringués et dont la finalité première semble de pratiquer le swing envers et contre tout, alors que l’occupation fait rage ?

Frankie n’est guère à l’aise parmi ces jeunes, lui le jeune réfugié espagnol qui n’a en tête que de préserver sa petite sœur de toutes les turpitudes d’une vie parisienne sous l’occupation. Malgré tout, il lui faut prendre son courage à deux mains pour s’infiltrer parmi eux, afin de mieux les appréhender et remplir la mission dont il se serait bien passé. Arrivera-t-il à se faire accepter sans qu’il soit découvert ?

Les scénarios de Salva Rubio sont toujours bien ficelés, et ce premier tome d’une série qui en comportera trois ne fait pas exception. Remarquablement documenté, le récit emportera rapidement le lecteur qui prendra plaisir à rentrer dans une intrigue qui a pour trame l’histoire avec un grand H.

On ajoutera au constat un rythme aussi soutenu que le swing que revendiquent les zazous : Salva Rubio déroule son script passant d’un semblant de légèreté à une réelle gravité eu égard à la période difficile et l’omniprésence nazie.

Avec son dessin et ses couleurs, Daniel Deano, plus connu sous le nom de Danide, dynamise le scénario, qui n’en avait déjà pas besoin, et offre au lecteur un album que l’on dévore… en attendant la suite de ces zazous, toujours prêts à danser sur la croix gammée.

Une mention particulière est à ajouter pour le cahier historique qui complète l’opus en revenant sur cette période de l’occupation vécue par les Parisiens.

LES ZAZOUS T1 ALL TOO SOON Salva RUBIO/DANIDE Collection 24X32 Editions GLENAT 64 pages, 15,50 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0