Publié le 16 Octobre 2016

Un bruit étrange et beau…

Vingt-cinq ans de méditation, de renoncement à toute forme de plaisir et voilà qu’un moine chartreux se voit contraint par son supérieur de rompre sa retraite : sa tante récemment décédée a demandé à ce que toute la famille soit présente à la lecture du testament.

Comment va-t-il appréhender le retour à la lumière ? Comment les membres de sa famille, avec toutes les vicissitudes associées qu'il a volontairement abandonnées voilà près de trois décennies, vont-ils accueillir William, alias Don Marcus ? Sa rencontre avec Mery, jeune femme atteinte d'une maladie incurable, ne l'obligera-t-il pas à revoir ses jugements sur la vie qu'il a fuie ? Beaucoup de questions pour un être qui ne pensait pas un jour être obligé de refaire le chemin à l’envers.

Cantonner l'auteur complet Zep au seul phénomène Titeuf serait particulièrement réducteur tellement son talent est étendu et varié.

Les lecteurs qui ont déjà lu les albums Une histoire d'hommes, Découpé en tranches ne s’y sont pas trompés et cette fois encore, ils vont trouver un ouvrage des plus intimistes dans lequel Zep s’est attaché à porter un regard sur la condition humaine et à faire réfléchir sur le rapport à la spiritualité et à la mort… Dès les premières pages, le lecteur n’aura de cesse de connaître la destinée de cet homme dans la force de l’âge qui aura tout plaqué pour vivre avec Dieu. Ainsi, le scénariste distillera tour à tour avec malice, tout au long du récit, les motivations qui avaient décidé William à rejoindre les Chartreux et son rapport avec Mery, la jeune femme rencontrée dans le train le premier jour.

Le dessin réaliste est alerte, exécuté au crayon et renforcé par des aplats pastel que l'auteur affectionne particulièrement et qui donne toute sa force à l’album.  

A lire et à relire instamment, tellement le bruit est étrange et beau…

UN BRUIT ETRANGE ET BEAU ZEP Editions RUE DE SEVRES 96 pages, 19,00 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 9 Octobre 2016

Marco Polo, mythe ou réalité ?

Qui ne connaît, de près ou de loin, les fabuleuses aventures de ce jeune vénitien qui, en suivant son père et son oncle, va découvrir l'Orient du XIIIème siècle ?

Si bon nombre d'auteurs ont mis en images la vie tumultueuse de ce voyageur hors pair, s'attachant plutôt à embellir le récit fait par l’explorateur, l'auteur complet Marco Tabilio prend le contrepied. En traitant le sujet d'une manière des plus originales, il transporte le lecteur dans un dialogue entre Rustichello et Marco Polo alors qu'ils croupissaient au fin fond d'une geôle gênoise, suite à son emprisonnement à l'occasion de la perte de la sanglante bataille de Curzola.

Le tour de force scénaristique réside assurément dans les dialogues entre les deux hommes, où Marco Polo est montré tantôt en pleine possession de ses moyens, tantôt en proie à de fortes crises de fièvre qui le font délirer. Alors que croire, les récits relatés dans les instants de lucidité ou les propos délirants ?

Néanmoins, c'est un Marco Polo des plus humbles que présente là Marco Tabilio, et qu'il va remarquablement mettre en images. Les dessins sont tour à tour sobres et fortement fouillés, et alternent avec la narration, rythmés par une couleur pastel particulière pour chaque nouveau chapitre.

Une postface, des plus intéressantes, retrace le parcours incroyable de ce jeune vénitien au travers de ces traversées de l’Orient jusqu’à Catay et de l’influence qu’il aura pu exercer auprès de Kubilaï Khan, l’empereur Mongol.

À découvrir instamment.

MARCO POLO La route de la soie TABILIO Éditions URBAN CHINA 208 pages, 19,95 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 6 Octobre 2016

Monsieur désire ? ou le choc des cultures

Quand Lisbeth entre au service de Monsieur Édouard, elle n'a pas idée de l'importance du rôle qu'elle va prendre auprès de son employeur.

Jeune bonne à tout faire, dotée d'un physique des plus ingrats, elle va devenir, au fil des jours, la "béquille" de cet aristocrate dépravé, habitué à se complaire dans la luxure et l'alcool.

Ce rapprochement n'est pas du goût de tout le monde, et surtout pas de Mrs Olivier la gouvernante en chef ni du majordome qui voient en Lisbeth une bien originale rivale.

Quel avenir pour la servante dans ce milieu hostile ? A quels jeux s'ingénie le jeune dandy quand il met à mal la vertu de la jeune fille ? Comment deux êtres, que tout oppose, du milieu à la culture, peuvent-ils se croiser, se rapprocher ? La lecture de ces 128 pages va transporter le lecteur dans un univers des plus iconoclastes.

Le scénariste Hubert décrit avec justesse les contrastes entre une bourgeoisie victorienne, où l'hégémonie d'une Angleterre industrielle puissante règne en maître et la classe besogneuse, vouée à survivre dans un monde qui n'est, déjà, que profit. Le lecteur découvrira des dialogues plutôt alertes, voire crus quand l'aristocrate est au contact de la servante.

On ne présente plus la dessinatrice Virginie Augustin qui n'hésite pas, à chaque nouveau projet, de changer de style, livrant ici de beaux décors réalistes où évoluent des personnages "taillés à la serpe", éclairés par les tons pastel qui viennent compléter l’album

L’amateur aura plaisir à découvrir un dossier historique assez complet réalisé par le scénariste, relatant la condition humaine dans l'Angleterre du 19ème siècle, confrontée à la révolution industrielle.

Assurément une des plus belles réalisations de cette fin d'année.

MONSIEUR DÉSIRE ? HUBERT/AUGUSTIN ÉDITIONS GLENAT 128 pages, 17,50 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 2 Octobre 2016

Marie-Antoinette ou les vicissitudes pour tenir son rôle de princesse…

Quand Marie-Antoinette quitte son Autriche natale pour être jetée dans les bras du Dauphin de France afin de sceller les relations entre la France et l'Autriche, elle ne sait encore quel sort l'attend. De conventions en obligations, l'adolescente a bien du mal à évoluer dans le carcan versaillais au milieu des rivalités foisonnant dans la cour du roi Louis XV et notamment avec Madame Du Barry, la maîtresse du roi. L'apprentissage de la cohabitation avec son mari, qu'elle a découvert le jour de son mariage, s'avère également compliqué...

Si de nombreux cinéastes, écrivains voire Mangakas, avec notamment la série La rose de Versailles, se sont penchés sur la jeunesse de cette princesse en faisant évoluer un personnage en adéquation avec leurs idéaux, l'auteur complet Fuyumi Soryo s'est efforcé de donner une toute autre dimension au personnage en le rendant très humain.

Avec le soutien des professionnels du Château de Versailles pour coller du mieux possible à l’histoire, l'auteure réalise une belle fresque de la cour au XVIIIème siècle, réaliste tant dans le scénario que dans la réalisation graphique minutieuse et riche. Le lecteur va découvrir, au travers de somptueux décors, les arcanes de la faste vie des monarques mais également ses travers.

Il faut donner une mention particulière pour le soin apporté à cet album, avec notamment seize pages couleur consacrées à une galerie de toiles et de photos sur le château et sa cour.

Que vous soyez féru d'histoire ou lecteur de mangas c'est l'occasion de (re)découvrir la période brillante de la cour à cette époque avec une nouvelle série bien prometteuse.

 

MARIE-ANTOINETTE, LA JEUNESSE D'UNE REINE SORYO Collection Seinen Éditions GLENAT 180 pages, 9,15 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 27 Septembre 2016

Sambre T7, retour vers une saga culte...

Quel contraste dans le mode de vie des jumeaux Sambre après la disparition de leurs parents, entre l’éducation stricte reçue par Bernard-Marie au contact de sa tante qui lui rappelle sans cesse le poids du legs familial, et l’internement de Judith dans un orphelinat, qui finira par s’émanciper aux contacts de la pègre parisienne.

Beaucoup de questionnements pour le premier album du dernier cycle, avec les cauchemars de Bernard-Marie persuadé que seule la mort les réunira, et la fuite en avant de sa sœur qui ne cesse de se chercher… Seront-ils tous deux rattrapés par la maladie des yeux rouges, la malédiction de la famille ?

Quant à la bagnarde Julie Saintonge, mère des jumeaux mais également enceinte de son défunt mari, elle vient demander l’hospitalité dans la belle famille en banlieue de Londres, et n’a en tête que de refaire sa vie et qui sait, réunir un jour sa progéniture.

L’auteur complet Bernard Yslaire, tout en s’appuyant sur la saga des Sambre, s’ingénie à transporter le lecteur vers de nouvelles aventures des plus palpitantes. Ce dernier peut donc commencer la série par le nouveau cycle, même si la lecture des précédents albums ne pourrait que le ravir.

Faut-il encore présenter cet auteur talentueux pluridisciplinaire, aussi à l’aise dans les réalisations multimédia que dans le rôle de graphiste pour des théâtres bruxellois, et qui aura marqué le 9ème art avec notamment l’incontournable saga Sambre ? Les dialogues sont fluides, souvent pathétiques mais sans être dénués de romantisme pour servir une belle histoire au cours de l’Europe de mi- 19ème.

Pionnier dans l’utilisation des technologies numériques, que ce soit pour la réalisation de ses albums ou pour l’adaptation de son site web avec la série XXe Ciel.com, Bernard Yslaire a décidé pour son ultime cycle en trois tomes de revenir aux sources et de le réaliser entièrement de sa main. Son dessin réaliste prend sa pleine dimension dans l’exécution toute « manuelle » de l’album et ne fait qu’un peu plus mettre en valeur son talent. Au dessin léché s’ajoute une belle mise en couleurs, propre à mettre en exergue une période trouble de notre histoire.

Un must à découvrir instamment.

YSLAIRE SAMBRE T7 Fleur de pavé Collection Caractère Editions GLENAT 72 pages, 15.50 €

 

Bernard LAUNOIS


 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 25 Septembre 2016

La trilogie de la citadelle T1, ou les tribulations d'un postier Hong Kongais

Song Lu est très fier d'avoir déniché un poste de fonctionnaire à la nouvelle poste de Kowloon. Son investissement dans le travail ne va pas tarder à être récompensé quand il se voit confier la charge de trier les lettres "perdues", celles dont on n’a jamais retrouvé le destinataire. 

Song Lu va rapidement s’apercevoir que bon nombre de ces lettres sont souvent adressées à la Citadelle de Kowloon, quartier de Hong Kong le plus densément peuplé du monde et considéré comme un lieu infamant où sont réfugiés tous les reclus de la société chinoise, du criminel au marginal, qui cherchent à se soustraire aux lois chinoises et à l’armée britannique.

N'écoutant que son courage et son amour pour le travail bien fait, au risque de déplaire à ses collègues, notre jeune postier va braver les interdits pour découvrir cette économie parallèle et tenter de livrer les missives.

Dans un univers mi-enquête policière, mi quête poétique, mêlant le dramatique à la comédie, la scénariste Anne Opotowsky va livrer au lecteur un récit des plus émouvants et éprouvants ; malgré la difficulté qu’éprouve le jeune Song Lu à se départir de son adolescence, sa quête de la vérité va l’emmener au travers d’un labyrinthe qui va vite s’avérer inextricable. Avec une remarquable mise en images faite par la dessinatrice Aya Morton, le lecteur aura tout le loisir de déambuler dans un univers à la fois poignant et attendrissant, rehaussé par des aplats de couleurs souvent acidulés du plus bel effet.

Une belle aventure avec ce premier opus des plus prometteurs.

LA TRILOGIE DE LA CITADELLE T1 L’escalier vers les nuages bleus OPOTOWSKY/MORTON Editions URBAN CHINA 304 pages, 15,00 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 24 Septembre 2016

L'illustratrice Christine Roque exposée au salon de la maquette et du modèle réduit les 24 et 25 septembre 2016 au parc des expositions de Mantes-la-Jolie

Un des plus gros salons français de la maquette, organisé par le dynamique Lafayette Maquette Club du Mantois, se tient régulièrement à Mantes-la-Jolie sur le site du Parc des Expositions. Avec environ 400 exposants, il s’impose comme une référence en Ile de France et attire plus de 8.000 visiteurs.

Les organisateurs ont amicalement invité Bulles de Mantes à tenir un stand, sur lequel l’association présentera une exposition de l’illustratrice Christine Roque, qui dessine avec talent des camions pour le magazine France Routes. Cette exposition sera composée d'une vingtaine d'originaux de l'artiste ainsi que des bâches réalisées par l'illustrateur Etienne Prat.

Avec une fin de semaine qui s'annonce des plus clémentes, c'est l'occasion de profiter de rencontrer tous ces passionnés de la miniaturisation, des engins télécommandés que ce soient des voitures, des avions et autres hélicoptères, mais aussi des immenses bassins où vous pourrez vous familiariser avec de superbes bateaux...

L'énumération de toutes les activités présentées ce week-end par le dynamique Lafayette Maquette Club du Mantois seraient assurément fastidieuses tellement elles sont nombreuses. Néanmoins, si vous ne hésitiez encore à vous déplacer, il ne faudra absolument pas manquer de découvrir une gigantesque exposition de pièces uniques dont le pont provisoire de Mantes construit par les Américains au lendemain de la guerre.

Venez voir, c’est splendide !

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 21 Septembre 2016

"Là où vont les fourmis", à devenir chèvre !

Le jeune Saïd n’aime guère aller à l’école et sa principale préoccupation consiste à suivre, dans les ruelles de son village, une colonie de fourmis dont il se demande bien quelle est leur destination finale. Sa curiosité, souvent mal placée, va le propulser en compagnie d’un vieil homme qui va s’avérer être son grand-père et dont il ignorait l’existence, en plein désert au milieu des chèvres qu’il aura la lourde charge de garder. Quel plan d’enfer, se retrouver en pleine dune, au milieu d’un troupeau bêlant sauf… Zakia, une vieille bique qui parle ! Passé l’effet de surprise, le jeune garçon va nouer une tendre relation avec l’animal et chercher à le protéger contre les convoitises… lorsqu’un cousin venant le ravitailler hebdomadairement découvre les talents de l’ovin.

Ce ne sont pas les Contes des mille et une nuits  mais ça s’en approche furieusement ! Pourquoi la chèvre est-elle dotée de la parole ? Saïd arrivera-t-il à ses fins et si oui, de quelle manière ?

L’auteur complet Frank Le Gall signe là un scénario des plus attachants, tout en poésie et d’un humour souvent décapant. Le lecteur va très vite s’attacher à ce frêle enfant rêveur perdu au milieu des ovidés, qui n’aura de cesse de courir après les fourmis, traversant le désert affublé d’un drôle d’attelage. Cette fois-ci et contrairement à l’incontournable Théodore Poussin, Frank Le Gall s’est adjoint les talents de Michel Plessix, grand spécialiste des histoires animalières, en réalisant une belle histoire dans des décors africains peuplés de personnages et d’animaux tous aussi attachants les uns que les autres, rehaussés par les couleurs aux tons chaud de Sébastien Orsini.

De la magie, du rêve, auxquels on rajoute une pincée de lyrisme et on obtient une belle alchimie qui ravira assurément petits et grands.

LA OU VONT LES FOURMIS LE GALL/PLESSIX Editions CASTERMAN 64 pages, 18,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 18 Septembre 2016

Les jours heureux T2, jusqu’à quand ?

Après la mort d’Hortense sauvagement assassinée par des rebelles dans le territoire Kabaré, au fin fond du Congo belge, Thomas semble avoir réchappé à la tuerie mais reste actuellement introuvable. Avec les colonies qui disparaissent, la guerre froide qui s’installe, l’Europe se cherche et les peuples voient définitivement s’éloigner l’époque des jours heureux avec la fin de la deuxième guerre mondiale et les espoirs d’un monde meilleur.

C’est avec un brin de nostalgie que le lecteur verra la fin de cette trilogie qui aura, au travers de la vie de villageois de l’Ardenne belge, (re) découvert tout un pan de notre histoire contemporaine de 1938 à 1962. Au-delà du rappel historique fort bien documenté, les scénaristes Guy Raives & Eric Warnauts, ces deux inséparables compères ont su, avec talent, distiller au lecteur une fiction des plus plausibles et assurément le faire réfléchir sur cette époque charnière de la bonne vieille Europe qui déjà laissait augurer ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Au scénario à quatre mains, s’ajoute un dessin réaliste tout autant à quatre mains qui, au fur et à mesure des années, a gagné en maturité, donnant la pleine mesure à une belle saga. Et les superbes couleurs de Guy Raives sont là pour donner toute la dimension à ce dessin qui sert si bien l’histoire.

Le seul regret qui pourrait être apporté à cette fresque, c’est qu’elle ne se prolonge pas jusqu’à nos jours, car suivre les protagonistes de la série tout au long de leur vie, avec toutes les vicissitudes qu’elles peuvent apporter serait assurément captivant. Qui sait, peut-être aurons-nous le plaisir de nous plonger dans un nouveau cycle, des années 70, et voir les personnages un peu plus vieillir…

LES JOURS HEUREUX T2 RAIVES/WARNAUTS Collection Signé Editions LE LOMBARD 64 pages, 14.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 11 Septembre 2016

Mariage, les Gouttes de Dieu T1, l’accord parfait !

Après 44 volumes des Gouttes de Dieu, la célèbre série qui aura tellement contribué à faire connaître les vins européens à la population asiatique, on pouvait penser avoir fait le tour du sujet. C’était méconnaitre le talent de Tadashi Agi, pseudonyme qui rassemble deux scénaristes frère et sœur : ils vont transporter le lecteur dans l’univers de la restauration à travers la rivalité de deux établissements situés l’un en face de l’autre, et relancer la série d’une bien belle manière.

La restauration traditionnelle tenue par la famille de Kurazo Mamiya essaie, du mieux qu’elle peut, de résister à l’un des établissements d’une grande chaine de brasseries, Romanée-Ya, qui a tous les moyens de son groupe pour casser les prix, et qui rêve de ne faire qu’une bouchée de pain de la gargote d’en face. La visite fortuite du jeune Shizuku Kanzaki va redistribuer la donne grâce à sa vision de la restauration, et plus particulièrement de l’alchimie d’un plat lorsqu’il est sublimé par un vin. Bien évidemment, la chaine ne va pas en rester là et sort l’artillerie lourde, avec tous les stratagèmes que lui offre le groupe. Comment la famille Mamiya associée au démoniaque et inventif Kanzaki va-t-elle pouvoir résister à la puissance de feu de Romanée-Ya ?

La dessinatrice Shu Okimoto est encore peu connue dans nos contrées mais ne va pas tarder à le devenir, avec son dessin réaliste plutôt fouillé et accessible à tout public, et qui devrait assurément plaire à des lecteurs peu habitués à lire des mangas.

Préfacé par le sommelier Philippe Bourguignon, meilleur sommelier de France 1978 et membre de l’Académie des vins de France, ce premier opus d’une série qui compte déjà quatre albums édités au Japon s’avère captivant et instructif, et laisse augurer de bons moments dans la quête de l’association parfaite d’un met avec son nectar.

MARIAGE T1 AGI/OKIMOTO Collection Seinen Editions GLENAT 208 pages, 9.15 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0