The dead hand T1, entre guerre et paix

Publié le 22 Septembre 2017

The dead hand T1, entre guerre et paix

Après une enfance paisible au fin fond de l’Amérique, bercée par les super-héros de papier, Carter Carlson rêve d’embrasser une carrière militaire et plus particulièrement celle d’espion. C’est ce qu’il fera en intégrant un commando de cinq agents, et une de ses missions l’emmènera au cœur d’une base soviétique où résident encore des scientifiques qui ont été abandonnés par leur hiérarchie. Les voyant désargentés et presque affamés, Carter décide de les épargner et de les remmener dans ses bagages.

 

Revenu aux States, Carter tire un trait sur son passé de baroudeur pour se reconvertir en parfait shérif dans Mountain View, une petite ville plutôt calme où aucun étranger ne franchit la porte jusqu’au jour où… Un randonneur échoue dans l’unique bar de la ville, hébété, déshydraté, voire amnésique. Que vient-il faire là ? Pourquoi cet homme surgi de nulle part affole tant les résidents ?

 

Le scénariste Kyle Higgins entraine tout d’abord le lecteur dans les méandres de la guerre froide où les ennemis d’hier, Russie, Angleterre, France, Allemagne et USA,  après s’être ingéniés pendant près de quarante ans à s’espionner,  vont devoir maintenant se serrer les coudes pour contrer un groupe terroriste qui se serait emparé d’un programme de défense nucléaire du Kremlin. Si avec ce premier opus, le récit semble s’installer tranquillement, le lecteur va très rapidement s’apercevoir que ce qui se trame n’a rien de classique et la tension monte au fil des pages, inexorablement. Le découpage en chapitres s’avère efficace et Kyle Higgins semble beaucoup s’amuser avec le lecteur, passant du coq à l’âne pour mieux le ferrer.

Le dessin de Stephen Mooney, de style comics, sert parfaitement ce thriller avec des personnages semi-réalistes, plutôt taillés à la serpe et servis par les couleurs numériques froides de Jordie Bellaire. Si le lecteur pourra paraître un peu dérouté par le format classique qui ne correspond pas vraiment aux standards du comics, il va vite s’y habituer et profiter d’un découpage des plus dynamiques.

Avec une histoire fort bien construite, mise en valeur par un dessin efficace dans un format classique, voilà un concept des plus originals qui devrait combler les amateurs de comics et attirer ceux qui n’ont jamais franchi le pas.

THE DEAD HAND T1 LES RELIQUES DE LA GUERRE FROIDE HIGGINS/MOONEY Collection Grafica Editions GLENAT

Bernard LAUNOIS

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article