coup de coeur bernard launois

Publié le 10 Novembre 2020

22, voilà le BDM, la « bible » de la bd qui s’offre une nouvelle jeunesse !

40 ans que ce catalogue encyclopédique de référence existe pour le plus grand bonheur des collectionneurs et amateurs de trésors de la bande dessinée ! 40 ans, pas beaucoup de rides, et voilà qu’elle étoffe son équipe éditoriale avec l’arrivée de Laurent TURPIN, historien, directeur de la rédaction du site bdzoom.com ainsi que secrétaire de l’ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) et d’Isabelle MORZADEC, responsable de la plus ancienne librairie parisienne de bande dessinée, la Librairie Lutèce.

Certes il y a eu un trou dans la raquette avant cette 22e édition qui s’est fait attendre comme le messie par l’amateur du 9ème art, avide de s’assurer que ses petits trésors ont pris ou pas de la valeur, ou de vérifier s’il lui manque un titre dans sa série préférée. Après qu’il ait été fait l’impasse sur le catalogue 2019-2020, c’est un beau bébé, passant de 800 à près de 1500 pages, qui vient de naître chez les éditeurs LES ARENES BD, encore enrichi de plus de 25 000 références en 4 ans, qui se sont ajoutées aux 130 000 albums précédemment recensés.

Avec une présentation claire et agréable à compulser, cette édition est agrémentée d’anciennes affiches d’expositions et de festivals et ce, pour un volume tout en couleurs.

On notera que l’évolution de ce nouveau catalogue ne s’arrête pas à un recensement exhaustif des albums de bande dessinée depuis 1805, mais également qu’un considérable travail a été réalisé sur les cotes, afin de mieux coller à la réalité de la valeur du marché avec pour impératif que les volumes soient en très bon état. Enfin, la partie consacrée au célèbre reporter Tintin a été entièrement revue en apportant notamment des commentaires bibliophiliques et historiques ainsi qu’une meilleure identification des différentes versions pour chaque album.

Alors, collectionneurs, amateurs de bande dessinée de tout poil, qu’attendez-vous encore pour vous procurer le BDM 2021-2022 pour de longues heures de (re)découverte de ce support du 9e art ?

Enfin, une mention particulière pour l'association Bulles de Mantes mise à l'honneur dans la "bible" de la BD avec l'affiche du festival 2019 réalisée par le talentueux dessinateur Olivier Schwartz.

BDM 2021-2022 Philippe MELLOT/Laurent TURPIN/Isabelle MORZADEC/Michel DENNI Editions LES ARENES BD, 1479 pages 49,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Novembre 2020

A mains nues ou l’avènement de la chirurgie réparatrice

Mariée depuis quelques années à médecin parisien, Suzanne passe le plus clair de son temps à écumer les galeries de peinture et s’afficher avec son mari dans les soirées mondaines. Mais elle ne tarde pas à s’ennuyer et sans guère d’instruction, elle entreprend de reprendre des études qu’elle réussit brillamment en devenant bachelière. Son ambition ne s’arrête cependant pas là, car elle veut suivre les traces d’Henry, son mari. Seulement, nous sommes au début du 20e siècle et le statut de la femme est plutôt réduit à s’occuper de son foyer et assurément pas de devenir médecin. Suzanne se jette à corps perdu dans ses études de médecine qu’elle finit par réussir à force de ténacité et de beaucoup d’abnégation. Mais à quel prix, délaissant mari et fille pour se consacrer à sa passion pour la médecine, elle finit par s’amouracher d’André, jeune étudiant avec qui elle va suivre la spécialité de dermatologie afin d’être le plus proche de lui. Brillante, comme dans tout ce qu’elle entreprend, Suzanne finit par demander à son professeur d’intercéder auprès d’un éminent spécialiste en chirurgie réparatrice pour la prendre dans son service et là, l’aventure commence…

Avec ce premier album d’un diptyque A mains nues, l’autrice de romans Leïla Slimani narre avec talent l’extraordinaire vie de Suzanne Noël, féministe engagée qui n’aura de cesse de combattre pour son indépendance et la promotion de la chirurgie réparatrice qui deviendra la chirurgie esthétique. Grâce à des dialogues alertes, le lecteur se prendra rapidement au jeu de découvrir une héroïne oubliée du 20e, pionnière en la matière et qui, lorsqu’elle opère, ne répare pas que le corps mais aussi l’esprit.

Servi par le beau dessin réaliste de Clément Oubrerie mis en couleurs par Sandra Desmazières, le lecteur découvrira les protagonistes de cette histoire dans un Paris du début du 20e alors que le bruit des canons ne va guère tarder à se faire entendre.

A MAINS NUES Leïla SLIMANI/Clément OUBRERIE Editions LES ARENES BD 104 pages, 20,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 5 Novembre 2020

Le Mangeur d’espoir, tant qu’il y a de la vie, il faut se battre

Rachel, jeune orpheline, n’a guère le moral depuis que son père est décédé des suites d’une longue maladie et que sa mère sombre de plus en plus dans une dépression profonde. Pour survivre à cette période si difficile, elle s’accroche aux souvenirs heureux quand petite, elle courait sur la plage accompagnée de ses parents. Seulement la réalité lui revient comme un boomerang et la plonge dans un abîme de perplexité lorsqu’un certain Adrian Stern, accompagné d’un chat noir, frappe à leur porte et lui assène un drôle de secret. Et si Judith, sa mère, était prisonnière du Mangeur d’espoir, celui qui se nourrit de la joie dans les plus beaux souvenirs et ne laisse que ténèbres et désolation ?

Comment croire cet inconnu et ne pas le prendre pour un de ces charlatans qui exploitent la misère d’autrui à son profit ? Rachel est désemparée et c’est Sohan, un camarade de classe, qui lui confie que cet homme lui a sauvé la vie, redonnant ainsi espoir à la jeune ado de pouvoir peut-être sauver sa maman. Mais sait-elle où elle met les pieds, dans quel engrenage infernal elle va se trouver embringuée ?

 

S’appuyant sur la malédiction peuplée de créatures monstrueuses et d’esprits maléfiques dont le quartier Montmartre serait atteint, l’auteur Karim Friha emporte rapidement le lecteur dans une histoire fantasmagorique des plus intriguantes où courage et abnégation des protagonistes sont les maîtres mots. Car du courage, Rachel va devoir en avoir pour combattre le Mangeur d’espoir qui ruine la santé de Judith. Avec un dessin réaliste rehaussé par des aplats de couleurs dignes d’une série tirée d’Halloween, renforçant le caractère anxiogène du récit, Karim Friha réalise là un bel album attachant.

Avec un dénouement qui laisse présager une suite, Karim Friha donne une belle leçon de vie que tout un chacun pourra méditer.

LE MANGEUR D’ESPOIR Karim FRIHA Editions GALLIMARD BD 110 pages, 18,50 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 2 Novembre 2020

Atom Agency T2 ou les tribulations d’un privé en quête de réussite

Voilà cinq ans que l’armistice a sonné et Krikkor, un ancien de la 2ème DB, est à la recherche d’Annette, une ravissante ambulancière pour qui il en pince toujours. Il fait appel à son vieux pote d’armée le commissaire Vercorian. Seulement ce dernier, officiant au 36 quai des Orfèvres, a d’autres chats à fouetter que de rechercher la belle Annette et refile le bébé à son fils, le détective privé de l’Atom

Agency. Flanqué de son assistante et néanmoins petite amie, Atom le sémillant détective privé accepte la mission. Retrouvera-t-il Annette qui répondait au surnom de Petit hanneton ? Une longue enquête semée d’embûches guette notre détective dans le Paris de l’après-guerre alors que son commissaire de père ne cesse de chercher à coffrer René la canne, l’ennemi public n°1 de l’époque.

Le scénariste Yann plonge le lecteur dans le ravissement en l’embarquant dans le Paris d’après-guerre pour distiller au fil des pages, sur fond de diaspora arménienne, une gouaille digne des films Quai des Brumes ou encore un certain Pépé le moko. Les dialogues, comme les situations, sont souvent drôles et les personnages s’avèrent attendrissants.

Avec le dernier tome de ce diptyque, Yann a su ménager l’intrigue avec talent pour un final des plus inattendus où le hasard des rencontres fait souvent bien les choses.

On retrouve avec grand plaisir le dessin ligne claire d’Olivier Schwartz, que ne renierait pas un certain Yves Chaland, un style auquel Schwartz a su avec talent apporter sa touche personnelle, faisant de ce diptyque un petit bijou fort plaisant. On accordera une mention particulière aux coloristes Hubert et Isabelle Merlet qui renforcent les ambiances années 50 en collant parfaitement au dessin d’Olivier Schwartz.

ATOM AGENCY T2 PETIT HANNETON  YANN/Olivier SCHWARTZ Editions DUPUIS, 56 pages 15,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 26 Octobre 2020

Hitler est mort ! T1, ou les dessous d’une bataille entre les services d’espionnage soviétiques

Nous sommes début mai 1945 et alors que l’Allemagne s’apprête à capituler après une guerre mondiale qui aura tué des milliers de gens et mis l’Europe à feu et à sang, personne n’a la certitude du décès du Führer et de sa compagne Eva Braun. Or, Staline veut être sûr que le IIIe Reich n’a pas maquillé la vérité afin que son chef suprême échappe aux griffes de l’Union Soviétique pour lui éviter de finir ses jours en prison. Le seul moyen pour le dirigeant soviétique consiste donc à récupérer des preuves, et il ne va hésiter à mettre en compétition ses deux services de renseignement, le puissant NKVD, ancien nom du tristement célèbre KGB et un service du contre-espionnage, le Smersh qui dépend du comité de défense de l’état.

Il va s’ensuivre une course avec la mort à celui des services qui rapportera les preuves de la mort d’Hitler, gage de sa survie,,. car pour Staline un service qui n’assure pas ne mérite que la mort.

Tous les ruses et les stratagèmes vont être déployés pour qu’ils arrivent à leurs fins, mais à quel prix ?

Jean-Christophe Brisard, le scénariste, narre avec talent cette course effrénée pour récupérer toutes les preuves et donner la possibilité à Staline de briller auprès de ses « alliés » dans le conflit qui les a unis contre l’hégémonie allemande. Avec ce premier tome haletant d’un triptyque historique, le scénariste capte rapidement l’attention du lecteur qu’il entraîne dans un imbroglio dans lequel tous les coups sont permis.

Avec un dessin semi-réaliste plutôt intéressant et collant bien au scénario, Alberto Pagliano décrit de belle manière et sans fioriture le Berlin qui vient de voir se terminer ses heures de gloire au profit d’une armée russe prête à tout.

Voilà une excellente entrée en matière qui ne demande qu’à être concrétisée dans les deux prochains opus.

Hitler est mort ! T1 Jean-Christophe BRISARD/Alberto PAGLIARO Collection 24X32 Editions GLENAT 64 pages, 14,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 17 Octobre 2020

La Bête T1, un vibrant hommage au Marsupilami !

C’est une véritable hécatombe chez les animaux exotiques victimes d’un voyage funeste dans un vieux cargo qui aurait mérité la casse depuis longtemps ! Seules quelques bestioles ont résisté à l’absence d’eau et de nourriture pendant près de trois semaines, dont un drôle d’animal sauvage non identifiable, ressemblant plutôt à un singe doté d’une queue interminable et que les Indiens Chahutas ont eu toutes les peines du monde à capturer.

La fameuse bête ne va pas tarder à s’échapper et errer dans les faubourgs de Bruxelles où il est approché par François, lequel a transformé sa maison en refuge pour toute une ménagerie, au grand dam de sa mère.

Il fallait s’y attendre, son retour au bercail avec l’animal ne recueille pas vraiment l’assentiment de sa génitrice. Que faire de la bestiole qui a tendance à montrer les crocs ? François n’en démord pas, il veut l’adopter et s’en faire un compagnon. Son amour pour la faune n’a pas de limite: peut-être révèle-t-il un certain manque d’affection, car il n’a pas connu son papa et l’amour que lui porte sa mère n’est pas suffisant ?

Le scénariste Zidrou fait partie de ceux qui ont le don de trouver et de raconter de superbes histoires, pleines d’émotion, de tendresse mais aussi de suspense. Bref, il conjugue tous les ingrédients pour accrocher le lecteur et lui faire regretter de devoir attendre encore quelques mois pour connaitre la fin de ce diptyque de 300 pages.

Seulement, un excellent scénario ne suffit pas pour faire une bonne bande dessinée, il faut également un dessin qui soit à la hauteur : et là apparait le grand art de Frank Pé, assurément un des plus grands dessinateurs de sa génération, un passionné d’animaux qui excelle dans sa manière de les croquer. Il nous gratifie de superbes décors où évoluent des personnages, tant humain qu’animal, rehaussés par de superbes couleurs.

Assurément, La Bête fera date comme une des grandes réussites de ces dernières années !

La Bête 1/2 Zidrou/Frank Pé Editions DUPUIS 156 pages, 24,95€

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 13 Octobre 2020

Le Printemps suivant T1, un retour attendu et réussi !

Il aura fallu sept ans pour que l’auteure Margaux Motin nous gratifie d’un nouvel opus, et quel album ! En fait, voilà que son autofiction redémarre avec de nouvelles pages, tout aussi drôles, sensibles, comme si le temps n’avait prise sur cette famille bobo recomposée qui a décidé de lâcher la capitale pour le Pays Basque. Terminée la grisaille parisienne avec son lot de contraintes diverses et variées, voici la vie sous des auspices de campagne, avec d’autres contraintes mais toujours des chamailleries de couple, des crises de jalousie et autres fous rires.

Les méthodes de travail ont également changé. Finis les découpages format blog qu’utilisait Margaux Motin depuis qu’elle s’est fait un nom dans la bande dessinée. Place à une présentation plus traditionnelle avec des saynètes sur plusieurs pages, permettant de mieux développer sans perdre de la dynamique à laquelle nous avaient habitués les planches publiées sur les réseaux sociaux avant de paraître sous format de livre et ce, pour le plus grand bonheur des amateurs.

De l’installation dans la nouvelle demeure aux travaux de jardin… sous la pluie, en passant par irrésistible leçon de paddle, l’autodérision est de mise mais pas que: Pacco, son compagnon et leurs deux enfants ne sont guère épargnés. A partir de situations cocasses que l’on pourrait souvent s’approprier dans nos vies quotidiennes, Margaux Motin a le chic de capter l’instant et le retranscrire pour le tourner en dérision.

Enfin, on apportera une mention spéciale pour les doubles-pages avec les pour et les contre d’une vie à deux, ce que Margaux aime ou n’aime pas dans le couple ou encore ses pires cauchemars.

Voilà un album qui se sera fait attendre mais pour la bonne cause.

LE PRINTEMPS SUIVANT T1 Vent lointain Margaux MOTIN Editions CASTERMAN 144 pages, 20,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 11 Octobre 2020

Sa Majesté des ours, une saga animalière des plus singulières

Von Noord le roi des ours règne sur ses sujets et sur ses terres de Valencyre en pleine harmonie, loin des humains qu’il redoute et apparemment à l’abri des hostilités. Hélas, la découverte d’Ifrit, un jeune humain à moitié mort, dans la gueule d’un cétacé échoué sur une des grèves du royaume, va changer la donne. L’arrivée de ce jeune homme, qui prétend revenir du royaume des morts, n’est-il pas le signe annonciateur d’une prédiction de mauvais augure qui précèderait le déclin du monde animal ? La cause est grave et la réponse ne se fait pas attendre. Le roi diligente aussitôt une équipe de vaillants soldats, avec à leur tête son fils Kodiak, pour prendre la mer afin de parlementer avec les oiseaux en vue d’élaborer une stratégie de défense. Que diable vont-ils faire dans cette galère, arriveront-ils à bon port, comment seront-ils accueillis auprès du peuple du ciel ? Les questions se bousculent et une partie des réponses sont livrées dans ce premier opus, fort prometteur.

Sur une idée originale d’Olivier Vatine qui en aura bâti le storyboard, le scénariste Dobbs immerge le lecteur dans un univers fantasmagorique des plus aventureux où s’initie une course contre la mort.  Les dialogues sont aussi alertes que l’est le récit et lecteur va suivre avec intérêt les aventures de ces ambassadeurs du monde animal, accompagnés du jeune humain.

Après l’excellent Nymphéas noirs, le dessinateur Didier Cassegrain fait découvrir au lecteur une autre facette de son talent. Les animaux, plus vrais que nature, évoluent dans un décor fantastique qui met le scénario remarquablement en valeur.

SA MAJESTE DES OURS T1 Les colonnes de Garuda Olivier VATINE/DOBBS/Didier CASSEGRAIN 56 pages, 14,50 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 9 Octobre 2020

Que de la gueule ou la chronique d’un jeune banlieusard en quête d’identité

Rahim est un ado qui vit dans une banlieue chaude avec Bibi sa mère alors qu’il est en quête d’un père qu’il n’a pas connu et dont personne ne veut lui dire ce qu’il est devenu.

Rahim traîne beaucoup et n’a qu’une idée en tête, celle de pouvoir intégrer la bande de petites frappes qui squatte au bas des immeubles et qui le fait tant rêver. Mais personne ne l’attend et s’il veut pouvoir intégrer le petit groupe il doit, soit les impressionner, soit leur servir à quelque chose, n’importe quoi du moment qu’on l’estime et qu’enfin on le reconnaisse. Seulement il y a Era, un petit voyou qui a le don de se faire bien voir auprès de Wood, le boss, et qui lui vole continuellement la vedette. Rahim n’a alors plus qu’une idée en tête, rabaisser ce fiérot d’Era, quitte à l’humilier. Une indiscrétion de sa mère sur la jeunesse d’Era va peut-être lui permettre enfin de briller aux dépens de celui-ci…

Jeux de dupes, tentatives d’intimidation, flambage auprès des filles, Rahim ne tarde pas à rentrer dans un cercle infernal duquel Dieu seul sait comment il va se sortir. Le scénariste Sztybor tisse petit à petit une toile dans laquelle le personnage principal ne va pas tarder à s’emberlificoter, et ménage le suspense jusqu’à la fin de l’album. Grâce à des dialogues fleuris et un beau sens de la narration, le lecteur va rapidement rentrer dans l’action et ne plus lâcher jusqu’à la dernière page. Le dessin semi-réaliste d’Akeussel, qui fait penser par certains côtés à celui de Brüno, est rehaussé par des couleurs flashy qui égaient une histoire plutôt noire.

A découvrir instamment.

QUE DE LA GUEULE SZTYBOR/AKEUSSEL Editions SARBACANE 124 pages, 18,50€

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 6 Octobre 2020

L’Oxalis et l’or… En avant vers l’aventure de l’Ouest !

La rumeur de la ruée vers l’or en Californie s’est répandue comme une trainée de poudre jusqu’en Irlande où la Grande Famine fait rage. Nous sommes en 1849, Amelia la maitresse et son serviteur Conor ont perdu le peu qu’il leur restait et commencé à errer dans une Irlande où il ne fait plus bon vivre. Alors, décider de franchir l’Atlantique pour toucher leur part du gâteau ne tarde pas à les tarauder, et c’est seulement après avoir réussi, grâce à l’aide d’un inconnu, à réunir la somme exorbitante qu’ils embarquent sur un rafiot, entassés comme du bétail et remplis d’espoirs. Ballotés au gré des vagues pendant six longues semaines, leur temps partagé entre une cale nauséabonde remplie de lits crasseux et le pont battu par tous les vents, ils voient enfin l’Amérique bientôt s’offrir à eux !

Seulement, on ne les attend pas ou plutôt si, pour les plumer du peu d’argent qu’ils ont pu mettre de côté après l’achat de la traversée. Comment nos deux jeunes personnages vont-ils se sortir des bas-fonds de New-York où ils ont atterri ? Arriveront-ils à rejoindre cette côte Ouest qui les fait tant rêver ?

Narrer cette formidable et difficile transhumance des migrants irlandais au milieu du XIXe par le prisme d’un jeune auteur japonais en la personne d’Eiichi Kitano s’avère très intéressant. Avec le souci de coller du mieux possible à l’histoire avec un grand H, l’auteur entraîne le lecteur dans une aventure romanesque dans laquelle deux jeunes êtres, pleins de fougue et d’espoir d’une vie meilleure, se lancent dans l’aventure sans songer un seul instant que la route est longue et semée d’embûches. On appréciera les dialogues souvent drôles malgré un univers des plus pesants, avec un dessin réaliste et des décors plutôt fouillés.

Voici un premier album d’une série plutôt prometteuse dont on a hâte de connaitre le dénouement.

L’OXALIS ET L’OR Eiichi Kitano collection Seinen Editions Glénat 192 pages, 7,60 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0