coup de coeur bernard launois

Publié le 23 Décembre 2012

EcureuilVelD'Hiv'Nous sommes en 1940, et le docteur Ancelin a deux fils, enfin selon lui surtout un, Sam,  qui réussit de fort belle manière sur les pistes du Vel d'hiv. Car Eddie, le deuxième, handicapé par une naissance difficile, traine un handicap moteur rédhibitoire aux yeux de son père, qui le délaisse complètement. Il faut l'arrivée de la guerre, les velléités d'Eddie d'embrasser la carrière de journaliste dans un canard antinazi, l'implication de leur mère dans le sauvetage des juifs opprimés par l'occupant et l'attrait pour le poker du père pour que leurs vies déraillent.


Madame Ancelin est arrêtée et déportée, Eddie fait paraître des articles de plus en plus critiques pour l'occupant sous le pseudo de l'écureuil, Sam gagne de plus en plus de courses et fait de plus en plus d'envieux, le père s'est encanaillé avec des pontes allemands qui ont décider de lui faire payer de bien drôle de manière ses dettes de jeu.


Voici un tableau bien noir dressé sur fond d'occupation du pays, avec le tristement célèbre Vélodrome d'hiver au centre de toute cette tragédie.


Qu'adviendra-t-il des personnages de cette histoire fort bien construite par le talentueux LAX ?


Le lecteur découvrira, au fur et à mesure du récit, un drame psychologique bien ficelé comme LAX en a le secret.


C'est du grand LAX comme il nous a déjà habitués depuis fort longtemps avec son sujet deEcureuilVelD-Hiv-01.jpg prédilection, la petite reine !


Un dessin hyperréaliste léché, des couleurs soignées, des dialogues percutants, des protagonistes tous aussi attachants les uns que les autres, voilà sûrement le secret de ce très bel album.


Mon seul souci peut-être avec cet auteur, est qu'après la lecture de chacun de ses albums, j’en arrive à être à court de qualificatifs pour décrire son talent !


A lire donc instamment et à faire lire autour de soi !


L'écureuil du Vel d'Hiv LAX Editions FUTUROPOLIS 80 pages 16.25€


Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 16 Décembre 2012

La-grande-epopee-de-Picsou.jpgLes éditions GLENAT font fort ! La dynastie Donald Duck ravit déjà petits et grands dans une intégrale digne de ce nom (actuellement, 9 albums sur 24 sont parus) et voilà que pour les fêtes de fin d'année, ils nous font un cadeau de roi : une pierre de plus à l'édifice DISNEY, et quelle pierre, ou plutôt une pépite, aussi précieuse  que les pépites chères à ce vieux grip sou de Picsou qui n'a de cesse de les collectionner !

 

La-grande-epopee-de-Picsou01.jpgPrévue en sept albums, cette intégrale présente l'œuvre de Don Rosa, de 1987 avec la jeunesse de Picsou, qui sera relatée dans les deux premiers albums à 2006, date de la dernière parution sous sa plume. On (re)découvrira tour à tour, du Mississipi au Bradlands en passant par la célèbre bourgade Donaldville, la vie mouvementée de ce canard décidé à devenir l'homme le plus riche du monde ;

 

On appréciera la monographie de chacune des histoires qui composent cet album ainsi qu'un petit jeu que je vous défie de faire et de réussir, en la recherche de la trentaine d'acronymes  D.U.C.K, correspondant à "Dedicated to Unca Carl from Keno Don Rosa" dissimulés dans les histoires par le dessinateur Don ROSA en l'honneur du maître Carl BARKS.

 

Enfin, si vous êtes quelque peu perdu dans la famille des DUCK, les éditions GLENAT vont vous rafraichir la mémoire avec l'arbre généalogique inséré en fin d'album et qui regroupe la bagatelle de 48 personnages !

 

Ne soyez donc pas radin et procurez-vous ou encore mieux,  faites vous offrir, la collection du plus célèbre avare de la bande dessinée ; vous ne le regretterez pas !

 

LA GRANDE EPOPEE DE PICSOU T1, DON ROSA Editions GLENAT 288 pages 29.50 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 2 Décembre 2012

 

AmourAMort.jpgQuelle histoire que celle de la princesse Mianne et du Sire Anislaar, à deux doigts de s'unir par les liens du mariage alors que tout les oppose ! On raconte qu'à la demande de son père le roi Corislaar, son dauphin Anislaar a tranché la tête du père de Mianne, alors enfant sous ses propres yeux. Et celle-ci n'aura de cesse d'exterminer ceux qui auront dirigé l'expédition qui a fait disparaître tous ses êtres chers.

 

Alors qu'après de multiples péripéties elle est arrivée à ses fins, elle va passer par la case prison où sa principale occupation consisteraa à broder sur sa future robe de mariée tous ces faits d'arme.

 

Comment en est-on arrivés là, à ce que le Sire Anislaar veuille se marier avec cette jeune femme sanguinaire qui aura tué son père après l'avoir enfermé ? Au bout du compte, finiront-ils par se dire oui ? C'est ce que je vous propose de découvrir au terme de cet album à l'allure effrénée où la loi du Talion est omniprésente.

 

On ne présente plus le scénariste Jean-David MORVAN (Sillage, Le cycle de Tchaï, HK, etc...) féru de culture nippone,  passant d'ailleurs le plus clair de son au temps au pays du soleil levant, et qui nous emmène une fois de plus dans un conte captivant dont il a le secret. Une histoire romantique qui fait dans la broderie mais sûrement pas dans la dentelle !  

Le dessin est vif, et le trait acéré comme les armes qu'utilise la princesse Mianne pour assouvir sa vengeance ! Contraste des couleurs entre la période de massacre où le sombre est à l'image de la dureté des actions et la période flamboyante de l'avènement du mariage où la robe brodée détonne de l'ensemble des scènes.

Alors si vous aimez les contes romantiques sur fond de guerres royales, c'est le moment de découvrir cette histoire réalisée de fort belle manière par  David MORVAN, HUANGJIAWEI et NICOLE.

 

L'AMOUR A MORT HUANGJIAWEI/ MORVAN/NICOLE Editions GLENAT, Collection Grafica 56 pages 13.90 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 19 Novembre 2012

Encore du western allez-vous me dire, surtout que ce n'est pas la première fois que je chroniquerai un album de cette série. Mais là, je ne résiste pas à vous faire partager mon enthousiasme pour ce nouveau cycle prometteur. Attention, la routine n'est pas au rendez-vous et il va falloir vous accrocher aux pages car ça déménage !

 

BouncerT8.jpgLa nouvelle vie de Bouncer, plutôt alcoolisée et se résumant à prendre du bon temps, notamment en tapant le carton, va voler en éclats avec l'arrivée de geôliers qui viennent prendre livraison d'un malfrat auprès du shérif de Barrio City. Le seul problème, et il est de taille, c'est que Pretty John, le fils du directeur du pénitencier et à la tête des geôliers, ne va pas trouver mieux que de s'en prendre à une jeune indienne enceinte qui finira par succomber sous ses coups, ainsi que d’amocher salement le tenancier du bar qui tentait de s'interposer. Averti du carnage par un habitant, Bouncer ne fera que constater la mort de la jeune femme. Rapidement dessaoulé il décide alors de ramener le coupable à la ville afin qu'il soit jugé.

L'affaire n'est pas simple car il va falloir rejoindre le terrible pénitencier de Deep End d'où ne revient aucun prisonnier, et convaincre son féroce directeur de livrer son fils à la justice ! Autant dire, mission impossible pour un Bouncer qui, malgré ses forces décuplées lorsqu'il est épris de justice, n'est pas sorti de l'affaire.

C'est un scénario aux apparences classiques dont Alejandro JODOROWSKY a le secret qu'il nousBouncerT8-1 propose, avec des "méchants" d'un côté qui, bien que censés représenter la loi, ne sont que d'infâmes brutes sanguinaires, et des "gentils" de l'autre qui ne supportent, à juste titre, que des personnages ne soient impunis de leurs méfaits. Le superbe dessin de François BOUCQ, que l'on reconnaitrait entre mille, fait là encore des ravages avec son trait qui apporte toute la puissance, la brutalité à cette terrible histoire.

Alors, saisissez l'occasion de (re)découvrir ununivers impitoyable, cette vie de Far West dont la guimauve et le sucre d'orge ne font pas partie,   et je vous assure que vous n’en serez pas déçus !

 

BOUNCER T8 BOUCQ/JODOROWSKY Editions GLENAT 64 pages 14.95 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 12 Novembre 2012

Moi René TARDILa sortie d'un nouvel album de Jacques TARDI est toujours un événement dans le monde de la bande dessinée et celui-ci n'y déroge pas ! Cette fois-ci, pas de première guerre mondiale dont Jacques TARDI s'est fait un éminent spécialiste, mais la réalisation d'un projet longuement mûri dans la transposition de carnets de son propre père, narrant sa vie de prisonnier de guerre pendant la 2ème guerre mondiale.

Le ton de cette bande dessinée est vite donné puisque dès la préface de Dominique LAGRANGE complétée par celle de son compagnon et auteur Jacques TARDI, les propos cadrent tout de suite et de fort belle manière l'histoire qui va suivre, celle de prisonniers de guerre qui ont perdu leur jeunesse et leur illusion dans des camps allemands.

Cet album, assurément pas édulcoré au point de vue historique, comme peuvent l'être bon nombre de nos livres scolaires d'histoire, nous replonge dans une période que l'on aurait tendance à vouloir trop aisément évacuer de la mémoire collective.

Si le talentueux scénariste et dessinateur Jacques TARDI n'a jamais fait dans la dentelle quand il s'agit de décrire des situations parfois dérangeantes notamment pour la nation et plus particulièrement pour la grande "muette", on peut dire que dans cet album, il ne s'en prive pas !

On appréciera l'idée de représenter le fils Jacques TARDI dans les cases de l'album interrogeant son père René, comme s'il assistait en direct à ces moments si douloureux de la vie, qui donne une dynamique particulièrement intéressante à ces presque 200 pages que l'on dévore avidement, partagé entre l'humour noir de l'auteur et la description de la misère humaine ; au détour, on rit des phrases choc du narrateur qui contraste tellement avec le dessin. On retrouve souvent la gouaillerie de Jacques TARDI au point de se demander si les propos de son père ne font pas qu'un avec l'auteur.

Le trait de dessin, reconnaissable entre mille, est toujours aussi efficace et il est particulièrement bien mis en valeur par des couleurs appropriées à cette période noire qu'ont vécue des millions de prisonniers de guerre dont beaucoup ne sont, hélas, jamais revenus.

Moi René TARDI-2

On notera également que ce roman "familial" prend tout son sens quand on sait que les enfants de l'auteur y ont activement participé, Rachel pour la mise en couleurs et Oscar pour les documentations et les recherches iconographiques qui ont permis de réaliser l'album, mais également Dominique GRANGE tout particulièrement dans ses recherches photographiques sur la période.

A n'en point douter, faire revivre les heures difficiles de leur aïeul au travers du dessin de leur père a sûrement dû être un exercice passionnant et riche en émotions qui d'ailleurs, transpirent à chaque case !

Merci Monsieur TARDI d'avoir mis un coup de projecteur sur cette période sombre en mettant en texte et en images les propos de votre père ! Ces pages sont importantes car elles contribuent à perpétuer une mémoire que chacun de nous se doit surtout de conserver !

 

Il ne nous reste plus qu'à attendre impatiemment la 2ème partie...


MOI RENE TARDI PRISONNIER DE GUERRE AU STALGE IIB, TARDI Editions CASTERMAN 192 pages 25.00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 11 Novembre 2012

Julius-II.jpgLe duo DORISON/ALICE nous avait tour à tour, intrigués, enchantés dans la saga du troisième testament, saga qui avait révolutionné, à sa sortie, la bande dessinée historique en associant, pour la première fois, grande aventure et quête ésotérique !  

Avec le concours des dessinateurs Robin RECHT (1er tome) et Thimothée MONTAIGNE (2ème tome), les auteurs ont eu la riche idée de prolonger la série en revenant sur la genèse de l’histoire, pour nous narrer celle du nom du prophète oublié, Julius de Samarie.

Le premier tome s'achevait par la déchéance du général Julius, persécuteur de juifs et de chrétiens, envoyé dans les mines de Judée à cause de sa fille Julia ; elle l'avait trahi, ne supportant pas que son père fomente l’extermination des chrétiens romains et qu’il accuse celui qu’il avait ramené de sa dernière conquête d'Alexandrie.

La période vécue au fin fonds de la Judée transformera la haine de Julius pour ce "messie" en un besoin impératif de le sauver. Evidemment, on va vite se demander les raisons de son revirement : Julius fait-il cela pour se racheter auprès de sa fille Livia, avec laquelle il s'est réconcilié ? La dure vie dans la mine a-t-elle transformé le prétentieux Julius au point qu’il vouerait une adoration à ce "messie", le prince des princes ? N'est-ce pas plutôt pour le soutenir afin qu'il devienne un chef de guerre capable de libérer le pays ?

Julius-II-2.jpgDans la pure lignée de l'esprit qu'a voulu donner Alex ALICE à la saga du Troisième Testament, le dessin de Thimothée MONTAIGNE, est alerte, épuré juste ce qu'il faut pour donner toute la force à cette belle histoire. Si vous aimez les péplums, c'est le moment de (re)découvrir la série et vous (re)plonger dans les cités babyloniennes, découvertes au détour d'un désert mystérieux, envoutant.

A l'occasion de la sortie de ce tome 2, les éditions GLENAT nous offrent la possibilité de découvrir les coulisses de la série en sortant un coffret collector en édition limitée, qui regroupe l'album et un making off réunissant les storyboards et les crayonnés d'Alex ALICE et de Thimothée MONTAIGNE. Cette excellente initiative n'est pas sans rappeler la sortie en 1998 du coffret comprenant le tome 2 accompagné d'un cahier "esquisses", aujourd'hui recherché par bon nombre de collectionneurs.

 

Le Troisième Testament Julius II, La révélation chapitre 1 ALICE/DORISON/MONTAIGNE

Editions GLENAT Collection Grafica 56 pages 13.90€ et Coffret Collector 35.00€

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 21 Octobre 2012

Le roi Joachim est intimement convaincu que le refus d'Aline de devenir sa  reine est l'unique raisoBalade-au-bout-du-monde.jpgn du marasme que traverse son royaume oublié. Alors, quand il a l'opportunité de pouvoir faire revenir Aline dans son royaume pour la reconquérir, il n'hésite pas un seul instant. Mais quel stratagème va-t-il utiliser pour arriver à ses fins ? Arthis et Aline sont parents depuis peu d'un petit Azhen qu'ils chérissent, et bien qu'ils pensent encore souvent au petit royaume du bout du  monde, ils n'envisagent pas du tout d'y retourner; et pourtant...

Son épilogue va nous replonger dans l'univers médiéval de cette série incontournable où les acteurs d'aujourd'hui ont du mal à trouver leurs marques, et pour cause... Du suspense, vous allez en avoir jusqu'à la fin de l'album et peut-être vous dire que finalement, ce n'est qu'un au revoir...

Le scénario de Pierre Makyo est très bien construit, à l'image de la série qui nous aura tenus en alerte pendant tant d'années. La riche idée d'avoir réuni  quatre des dessinateurs  de la série(LAVAL  N.G., Claude PELET, Eric HERENGUEL et Michel FAURE) dans le même opus rappelle  que ces talentueux artistes ont été à même d'apporter une belle unité à cette fabuleuse série et jusqu’à son dernier épisode . N'oublions pas non plus le beau rendu des couleurs d'Irène HÄFLIGER qui rajoute à son harmonie. Nous n'aurons qu'un regret, c'est celui de ne pas y voir Laurent Vicomte, l'un des auteurs majeurs de la bande dessinée contemporaine.

Parler de la fin d'une série est toujours un moment nostalgique , et celle-ci ne déroge pas à la règle.

Si 'Balade au bout du monde' a peut-être eu un peu de mal à repartir au début du deuxième cycle, ne serait-ce parce qu'elle n'était plus composée du couple mythique Vicomte/Makyo, elle a fini par prendre son rythme et les  deux cycles suivants auront permis de découvrir  de nouvelles religiosités.

Après seize albums en un peu plus de trente ans, la saga des années 80 voit la fin de série qui aura marqué le monde de la bande dessinée de toute une génération, avec un excellent épilogue qui va nous faire regretter qu'il n'y ait plus de suite.

Enfin, à l'occasion de la publication de l'épilogue, les éditions GLENAT ont eu la riche idée de rééditer les intégrales des quatre précédents cycles ! A ne pas manquer si vous en aviez laissé passé un !


BALADE AU BOUT DU MONDE, EPILOGUE MAKYO/HERENGUEL/FAURE/LAVAL N.G./PELET éditions GLENAT 64 pages 14.95€


Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 15 Octobre 2012

La sortie d'un album des Bidochon est toujours attendue avec impatience même si on l'aLes-Bidochons-T21.jpg déjà dégusté dans les pages de l'incontournable mensuel Fluide Glacial.

Malgré tout, on peut se poser la question de savoir si Les Bidochon sont encore capables de nous étonner après tant d'années de sujets traités avec humour et grincement de dents ? La réponse est assurément oui et l'on s'en réjouit.

Le scénariste/dessinateur Binet a encore réussi le pari en nous entraînant cette fois sur le terrain de l'écologie. Vous connaissez, l'écologie à la sauce pays industrialisé qui ne sait plus comment s'y prendre pour endiguer ses déchets, sa pollution de l'air et de l'eau et j'en passe !

Notre pauvre Robert est un peu dépassé par les événements et les velléités de sa chère et tendre à vouloir se lancer à fond dans les dernières élucubrations, pardon inventions, pour économiser l'électricité, l'eau, mais également  protéger le règne animal à commencer par l'Orang Outang. Imaginez, tout un programme !

Robert râle beaucoup, souvent à juste titre et sa Raymonde l'abreuve de consignes à respecter pour sauver la planète ! Les traits physiques comme psychologiques sont poussés au maximum afin d'en tirer la quintessence, en l'occurrence la bêtise.

On ne sait jamais à quoi ou à qui tient la réussite et si on en connaissait la recette, il y a bien longtemps qu'elle serait exploitée. En fait, le secret de la longévité de cette série tient assurément à la capacité de son auteur à se renouveler sur les sujets et tourner en dérision les frasques de notre société de consommation avec dextérité et humour.

Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire ? Vous précipiter chez votre libraire pour y prendre un grand bol d'oxygène (non pollué) à la lecture de ce bon album.

 

LES BIDOCHON BINET Editions FLUIDE GLACIAL, 48 pages 10,50 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Octobre 2012

 

NotreMereLaGuerreT4.jpgVoici quatre  ans que cette enquête policière, sur fond de tranchée, attend son dénouement après nous avoir tenus en haleine dès le premier tome de cette saga.

Il convient de faire un résumé des trois tomes précédents afin de mieux en comprendre la fin. Nous sommes en 1915, alors que cette terrible guerre de tranchées bat son plein sur le front, et trois jeunes femmes vont être découvertes assassinées avec chacune une lettre d'adieu l' accompagnant. C'est au lieutenant Vialatte, gendarme de métier, que l'on confie l'enquête qui va le mener aux quatre coins de l'hexagone afin d'élucider cette tuerie organisée. Dès les premiers moments de l'histoire, nous allons forcément nous demander qui peut avoir intérêt à se débarrasser de ces demoiselles. Il y a-t-il un rapport entre elles ? Les accusés qui font de très bons coupables, le sont-ils vraiment ? L'enquête s'avère difficile, le pays est en guerre et le front charrie chaque jour son lot de désolation !  Il faudra attendre la fin de la guerre pour que le lieutenant Vialatte découvre la vérité, et quelle vérité, douloureuse et ô combien impitoyable ! L'horreur de la guerre ne suffit pas, il faut y rajouter la perfidie des hommes.

Ce récit va nous permettre de mieux encore appréhender cette guerre de tranchées, toutes ces injustices pour des soldats qui ne sont bons qu'à faire de la chair à canon dans des boyaux immondes qui puent la mort ,  alors que leurs officiers sont tranquillement à l'arrière à donner des ordres. Ne parlons pas du rejet de la population civile, loin des combats, qui ne comprend pas la rancœur de ces hommes que l'on envoie au charbon sans espoir d'en revenir un jour.

Au fil de l'enquête, vous découvrirez des êtres poignants qui ne survivent que pour faire la guerre, sans grand espoir que cela finisse un jour.

Plus jamais ça, c'est le raisonnement que l'on pourrait tenir en lisant cette saga, mais ce n'est, hélas, pas la leçon qui a été retenue par la vieille Europe qui se perdra dans un nouveau conflit généralisé vingt ans après ! Le scénario de KRIS est poignant, à l'image du dessin de MAËL. L'enquête est passionnante mais à se demander si quelquefois la description si poignante de la première guerre mondiale ne prend pas le pas sur elle. Les aquarelles rehaussent des êtres plus vrais que nature, avec des visages taillés à la serpe tour à tour, durs, tristes, à l'image de cette boucherie qui envahit l'Europe. Le scénariste KRIS a su faire, avec talent, un récit à plusieurs niveaux de lecture, la description d'une guerre absurde, la vie plutôt compliquée des soldats, voire même de l'enquêteur.

Le poids des mots et le choc des dessins, résument assez bien l'ambiance de cette série incontournable qui peut remplacer allègrement certains livres scolaires d'histoire.

Du grand KRIS et du grand MAËL que vous ne pouvez pas louper, au risque de passer à côté d'une belle page d'histoire.

 

NOTRE MERE LA GUERRE, 4 volumes MAËL/KRIS  Editions FUTUROPOLIS 64 pages 16.50 €

 

Bernard LAUNOIS

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 30 Septembre 2012

LeTueurAuxMangasT1.jpgUn cadavre mutilé, sur lequel on a gravé une écriture japonaise, voilà sur quoi tombe Zoé, une ado bruxelloise, au détour d'une allée du Muséum, un parc de la capitale belge. La stupeur de la découverte estompée, l'ado s'empresse de prendre avec son portable, une photo du tronc, et au lieu de se précipiter aux autorités policières, décide en compagnie de ses amis de se transformer en détective amateur.  Quel aubaine pour le blog de ces jeunes ados de parler d'un fait divers particulièrement sordide plutôt qu'enquêter sur la pollution des étangs d'Ixelles !

L'inscription sur le corps s'apparente à une série manga japonaise de renom et "je suis Kroko", traduction littéral correspond à la phrase culte récursive prononcée par le "méchant" de la série.

Seulement, le forum d'enquête mis en place sur le blog intéresse beaucoup de monde, à commencer par "Lethal Pencil", la mangaka de cette série, mais aussi de mystérieux personnages pour qui cette publicité n'est pas vraiment de leurs goûts ! La Police n'est pas en reste non plus et s'intéresse à tous les indices trouvés sur place, et notamment l'Ipad de Zoé que dans la précipitation elle a laissé tombé sur le lieu du crime.

L'affaire se corse et l'on se demande très rapidement dans quel guêpier Zoé et ses amis se sont fourrés ! Ces jeunes adolescents ne s'attaquent-ils pas à des tueurs implacables ? Ne vont-ils pas être très rapidement dépassés par les événements ?

Comme à son habitude, le scénariste YANN a le don de sublimer un fait divers réel pour en faire un scénario béton. Alors que l'histoire s'avère plutôt tragique, le ton jovial que donne YANN à ses jeunes héros permet de dédramatiser l'atmosphère souvent pesante d'une enquête policière. Le dessin hyperréaliste de Christian LAMQUET s'adapte fort bien au scénario, passant sans souci du dessin en noir et blanc pour remettre dans le contexte du manga, à un dessin plus franco-belge pour accompagner la narration de YANN. Des couleurs souvent flashy, pour mieux coller au style ado sont du plus bel effet.

Bref, on prend un grand plaisir à se plonger dans ce beau polar qui nous tiendra en haleine encore une année puisque le diptyque se clôturera en septembre 2013.

LE TUEUR AUX MANGAS T1 LAMQUET/YANN Editions CASTERMAN 48 pages 12.95 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0