coup de coeur bernard launois

Publié le 18 Septembre 2016

Les jours heureux T2, jusqu’à quand ?

Après la mort d’Hortense sauvagement assassinée par des rebelles dans le territoire Kabaré, au fin fond du Congo belge, Thomas semble avoir réchappé à la tuerie mais reste actuellement introuvable. Avec les colonies qui disparaissent, la guerre froide qui s’installe, l’Europe se cherche et les peuples voient définitivement s’éloigner l’époque des jours heureux avec la fin de la deuxième guerre mondiale et les espoirs d’un monde meilleur.

C’est avec un brin de nostalgie que le lecteur verra la fin de cette trilogie qui aura, au travers de la vie de villageois de l’Ardenne belge, (re) découvert tout un pan de notre histoire contemporaine de 1938 à 1962. Au-delà du rappel historique fort bien documenté, les scénaristes Guy Raives & Eric Warnauts, ces deux inséparables compères ont su, avec talent, distiller au lecteur une fiction des plus plausibles et assurément le faire réfléchir sur cette époque charnière de la bonne vieille Europe qui déjà laissait augurer ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Au scénario à quatre mains, s’ajoute un dessin réaliste tout autant à quatre mains qui, au fur et à mesure des années, a gagné en maturité, donnant la pleine mesure à une belle saga. Et les superbes couleurs de Guy Raives sont là pour donner toute la dimension à ce dessin qui sert si bien l’histoire.

Le seul regret qui pourrait être apporté à cette fresque, c’est qu’elle ne se prolonge pas jusqu’à nos jours, car suivre les protagonistes de la série tout au long de leur vie, avec toutes les vicissitudes qu’elles peuvent apporter serait assurément captivant. Qui sait, peut-être aurons-nous le plaisir de nous plonger dans un nouveau cycle, des années 70, et voir les personnages un peu plus vieillir…

LES JOURS HEUREUX T2 RAIVES/WARNAUTS Collection Signé Editions LE LOMBARD 64 pages, 14.99 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 11 Septembre 2016

Mariage, les Gouttes de Dieu T1, l’accord parfait !

Après 44 volumes des Gouttes de Dieu, la célèbre série qui aura tellement contribué à faire connaître les vins européens à la population asiatique, on pouvait penser avoir fait le tour du sujet. C’était méconnaitre le talent de Tadashi Agi, pseudonyme qui rassemble deux scénaristes frère et sœur : ils vont transporter le lecteur dans l’univers de la restauration à travers la rivalité de deux établissements situés l’un en face de l’autre, et relancer la série d’une bien belle manière.

La restauration traditionnelle tenue par la famille de Kurazo Mamiya essaie, du mieux qu’elle peut, de résister à l’un des établissements d’une grande chaine de brasseries, Romanée-Ya, qui a tous les moyens de son groupe pour casser les prix, et qui rêve de ne faire qu’une bouchée de pain de la gargote d’en face. La visite fortuite du jeune Shizuku Kanzaki va redistribuer la donne grâce à sa vision de la restauration, et plus particulièrement de l’alchimie d’un plat lorsqu’il est sublimé par un vin. Bien évidemment, la chaine ne va pas en rester là et sort l’artillerie lourde, avec tous les stratagèmes que lui offre le groupe. Comment la famille Mamiya associée au démoniaque et inventif Kanzaki va-t-elle pouvoir résister à la puissance de feu de Romanée-Ya ?

La dessinatrice Shu Okimoto est encore peu connue dans nos contrées mais ne va pas tarder à le devenir, avec son dessin réaliste plutôt fouillé et accessible à tout public, et qui devrait assurément plaire à des lecteurs peu habitués à lire des mangas.

Préfacé par le sommelier Philippe Bourguignon, meilleur sommelier de France 1978 et membre de l’Académie des vins de France, ce premier opus d’une série qui compte déjà quatre albums édités au Japon s’avère captivant et instructif, et laisse augurer de bons moments dans la quête de l’association parfaite d’un met avec son nectar.

MARIAGE T1 AGI/OKIMOTO Collection Seinen Editions GLENAT 208 pages, 9.15 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 10 Septembre 2016

Le rose vous va si bien, n'est-il pas ?

La condition de gouvernante à la fin du 19ème siècle n'est guère brillante : exploitée, souvent maltraitée, à la merci de l'irascibilité de ses employeurs. La jeune Mathilda, fraîchement débarquée au manoir de Lockwood dans le comté du Lancashire, ne fait hélas pas exception, sinon que son bourreau a pris les traits de Sarah, une gamine mal élevée qui a décidé de lui en faire baver.

Le lecteur va suivre avec toutes les pérégrinations de cette jeune fille, plutôt naïve et prompte à s'amouracher du premier noble venu, notamment dans l'espoir d'améliorer sa triste vie de jeune fille esseulée et pauvre.

La singulière particularité de cet album réside en la présence épisodique de la narratrice Carlota Bartland, tout de rose vêtue, qui intervient physiquement de manière épisodique dans l'histoire dans le but de faire changer le cours de la narration. 

S’inspirant des romans de Barbara Cartland, la scénariste Véronique Grisseaux s'ingénie, avec un certain talent, à surprendre le lecteur avec une bonne caricature de la célèbre femme en rose, dont la manie consistait à dicter à ses petites mains ses innombrables récits à l'eau de rose qui ont fait sa renommée. Le récit est drôle et avec les changements de rythme dans la narration, alternant le rythme effréné subi par la gouvernante au côté de Sarah avec l'attitude, parfois despotique, de Carlota Bartland dans l'orientation qu'elle décide de donner au récit, le lecteur est rapidement entraîné dans un tourbillon, ponctué par la recherche incessante du pékinois Twi-Twi chargé de hanter le manoir.

Avec un dessin semi-réaliste et vif, Eva Rollin apporte une belle fraîcheur à cette histoire qui se lit avec un plaisir non dissimulé.

Un roman graphique à découvrir, cultivant le pastiche aussi drôle qu’attachant.

LE ROSE VOUS VA SI BIEN GRISSEAUX/E. ROLLIN Éditions CASTERMAN 120 pages 16,00 €

 

Bernard LAUNOIS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 6 Septembre 2016

Au fil de l’eau, la vie ne serait pas un fleuve tranquille ?

Niceto, entouré de ses copains, de son fils Roman et de son petit-fils Alvaro tente d'exister dans une Espagne touchée de plein fouet par la crise. Madrid n'a pas échappé au marasme et trouver les moyens de vivre au-dessus de ses moyens est tentant. Alors, taper le carton au fin fond d’un café reste l’occupation principale d’une poignée d’octogénaires mais bientôt, les enjeux, l’envie de vivre mieux, de claquer un argent qu’ils n’ont jamais eu, va les pousser à monter un petit business de trafic d’objets volés.

Les petits larcins ne cessent de grossir et les ennuis avec la Police ne tardent guère à poindre. Et comme les ennuis ne viennent jamais seuls, voilà que les joueurs invétérés disparaissent les uns après les autres de manière inquiétante. Suicide, mort naturelle, assassinat ? Il s'engage une véritable course de vitesse pour Roman et Alvaro qui ont décidé de protéger leur aîné. 

Le scénariste Juan Diaz Canales nous surprend à nouveau avec un scénario des plus originaux, où l'intrigue monte en puissance au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire.

Avec leur prise de conscience d’atteindre la fin de leur vie, leur profond sentiment de ne plus servir à rien devant l’indifférence des nouvelles générations, les octogénaires « dernière génération »  sont dépeints par l’auteur avec une grande sensibilité mêlée d’un humour des plus caustiques, et le lecteur va rapidement s’approprier ces sympathiques vieillards.

Mais combien parmi nous savaient avant cet album que Juan Duaz Canales n'était pas seulement un remarquable scénariste avec des titres évocateurs, Blacksad ou encore le dernier Corto Maltese, mais aussi un bon dessinateur ? Son dessin noir réaliste, plutôt dynamique avec des encrages profonds collant parfaitement à cette ambiance pesante de fin de vie, véhicule une histoire poignante qui devrait en ravir bon nombre.

A recommander, instamment…

AU FIL DE L’EAU CANALES Editions RUE DE SEVRES 108 pages 17.00 € 

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 4 Septembre 2016

What the Future, quel avenir !

Bienvenue dans notre monde futur à la sauce déjanté ! Voilà, narrées en de courtes histoires, les tribulations de la famille Future confrontée aux vicissitudes du progrès.

Bien que Gérald Future, personnage emblématique de la série, n'ait pas inventé la poudre, il tente néanmoins de compenser sa misérable existence en profitant des nouvelles technologies qui lui sont offertes tels que les robots domestiques, parfois plus humains que lui, les fins de vie provisoires, les téléportations farfelues, les réalités augmentées surréalistes... Jusqu'aux confins du ridicule.

Parues initialement dans la revue Fluide Glacial, toutes les histoires font mouche avec leur dose de cynisme et de dérision, et rares sont les scénettes devant lesquelles le lecteur ne s'esclaffe pas. Mais parfois le rire est jaune, car c'est souvent d'objets ayant déjà envahi notre quotidien que l'auteur complet mo/cdm se complaît à pousser l'utilisation jusqu'à l'absurde, incitant alors le lecteur à réfléchir sur l’asservissement de notre monde de la consommation. Le dessin, souvent caricatural, est juste, tout simplement efficace, et l'auteur n'a pas hésité à y adjoindre des couleurs plutôt flashy, allant du vert fluo au pourpre psychédélique, pour rendre une ambiance des plus kitch.

Une belle pinte de rire à déguster sans modération.

WHAT THE FUTURE MO/CDM Éditions FLUIDE GLACIAL, 72 pages 14.00 €

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 3 Septembre 2016

Confessions d'un enragé : chat alors !

Liam 5 ans, profite une belle vie pleine d'insouciance au milieu des rues de Rabat quand sa vie bascule subitement. Voilà qu'il est mordu par un chat qui va s'avérer avoir la rage !

Va s'ensuivre une course contre la maladie et la mort dont l'enfant ne va pas sortir complètement indemne : le fantôme du chat enragé hantera bon nombre de ses nuits,  et il répondra par une capacité extraordinaire à revenir à un état proche de la sauvagerie en développant notamment une force surhumaine dans des moments de stress.

Quel scénario, que l'auteur complet Nicolas Otero signe et met en scène en mêlant intiment le réel avec une fiction teintée de fantastique ! Le réel, tout d'abord avec une histoire des plus plausibles, des rues de Rabat à ses nuits agitées en passant par son stage à l'hôpital,  mais aussi avec les judicieux apartés d'un honorable carabin expliquant les séquelles susceptibles d’être laissées par la rage. Le fantastique, avec un développement d'attitudes animales que l'on peut qualifier de hors norme.

Le trait réaliste est à l'image du scénario, propre à renforcer les penchants réalistes et fantastiques de l’album. Un satisfecit est à donner également concernant la mise en couleurs des plus réussie, alternant les couleurs chaudes pour les périodes heureuses et froides pour les moments plus difficiles à vivre.

Partagé entre le désir de s'apitoyer sur le garçonnet que l'on va suivre toute son adolescence et le rejet de ses agissements souvent d’une rare violence, le lecteur n'aura de cesse de dévorer ce bel album de 128 pages des plus haletants.

À découvrir instamment.

CONFESSIONS D'UN ENRAGÉ OTERO collection 1000 feuilles Éditions GLÉNAT, 128 pages 25,00 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 28 Août 2016

Saint-Barthélemy T1, à votre Guise, Monsieur le duc !

Voilà un beau retour du tandem Boisserie/Stalner avec un album haut en couleurs et en hémoglobine, dans cette période trouble où religion et pouvoirs sont si intimement liés.

 
Sur fond de règlement de comptes entre catholiques et huguenots les scénaristes ont imaginé la vie d'un jeune protestant, Elie de Sauveterre, engagé auprès du prince de Condé dans l'espoir de retrouver son frère et sa sœur enlevés par les papistes. Mais en rejoignant la capitale à l'heure de la réconciliation autour du mariage commandité par la reine de Médicis entre la catholique Marguerite de Valois et le protestant Henri de Navarre, Elie pouvait-il penser un seul instant que cet événement allait être le détonateur d'une telle violence envers les protestants ?


Sans un instant de répit dans ce premier bel opus où les joutes tant verbales que guerrières font rage, le lecteur va rapidement être immergé dans une période sombre remarquablement dessinée par Eric Stalner, qui signe là assurément une de ses plus belles réalisations. Dans les décors fouillés évoluent des personnages réalistes qui bénéficient d'une mise en couleurs de choix exécutée par Florence Fantini, renforçant la belle dynamique de cet album.


On appréciera le cahier historique de cinq pages rédigé par Olivier Poncet, professeur à l'Ecole nationale des chartes, et ornementé par Eric Stalner de portraits des acteurs politiques qui ont fait cette triste page de notre histoire de France.



SAINT-BARTHÉLEMY T1 BOISSERIE/STALNER Éditions LES ARENES BD 64 pages 15,00 €



Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 23 Août 2016

L'adoption T1 ou comment apprivoiser un papy grincheux

Difficile d’endosser le rôle de grand-père alors qu’on n’a pas été capable d’assumer celui de père quelques décennies plus tôt ! Aussi, quand Gabriel découvre ce petit bout de bonne femme à l’aéroport, il est loin de penser que Qinaya, petite orpheline rescapée du dernier séisme péruvien, va bouleverser sa vie de retraité. Entre ses activités de lecture ou de jardinage, et ses rendez-vous « sportifs » avec les copains qui se terminent impérativement au café, Gabriel occupe peinardement ses soixante-quatorze printemps… jusqu’au jour où il se retrouve à devoir garder Qinaya. Que faire d’elle, et en plus le vendredi, jour consacré aux Gégés, sa bande de potes ? Qu’à cela ne tienne, elle l’accompagnera dans ses pérégrinations…

Une fois encore, le scénariste Zidrou embarque le lecteur dans une histoire des plus attendrissantes avec des répliques bien senties, souvent drôles et toujours à propos qui dynamisent le récit.

On ajoutera, de la sensibilité, de l’émotion, des fous rires, de la dérision mais également de la gravité, des réflexions sur le rôle de chacun, de la petite fille au grand-père, qui font que tous les ingrédients sont réunis pour en faire une bien belle histoire. Le dessin réaliste d’Arno Monin colle parfaitement au récit, avec des personnages des plus attachants entre une petite fille tellement craquante, un grand-grand-père bourru et une bande de vieux goguenards.

Enfin, les dernières pages du premier opus de ce diptyque laissent augurer une deuxième partie des plus palpitantes qu’il faudra attendre patiemment…

L’ADOPTION ZIDROU/MONIN GRAND ANGLE Editions BAMBOO 72 pages 14,90 € 

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 17 Août 2016

Ei8ht T1, un grand « 8 » vertigineux !

Joshua est prêt à tout pour sauver sa femme, alitée et entre la vie et la mort, même à accepter une périlleuse mission confiée par des scientifiques qui lui ont promis de la sauver : la condition, c’est qu’il devienne chrononaute pour aller supprimer un homme envoyé dans le futur et qui mettrait à mal l’avenir de la planète.

Seulement les missions hasardeuses ne sont jamais promises à la réussite, et voilà qu’en traversant le temps il se retrouve dans un univers des plus hostiles et qui porte bien son nom, la mélasse. Devenu amnésique,  le seul lien qui le lie encore avec sa vie antérieure réside en un boitier émetteur-récepteur lançant un message qui va se révéler prémonitoire… « suis le dinosaure ».  Va s’ensuivre la rencontre de personnages inquiétants, vivant sur le qui vive à la merci d’une tribu dirigée par La Lance. Est-il bien arrivé dans la période où la personne à éliminer a atterri ? Peut-il faire confiance aux personnes qui l’ont pourchassé puis recueilli ?

Les scénaristes Rafael Albuquerque et Mike Johnson entrainent Joshua, leur personnage principal, dans une fuite en avant à la recherche de l’homme à abattre, peuplée de nombreuses scènes d’action tout aussi surprenantes les unes que les autres. Si le lecteur va sembler un peu perdu par les passages de période en période, le choix ingénieux d’avoir colorisé chaque page en fonction de la période rencontrée avec du vert pour le passé, le présent en violet, le futur en bleu et enfin l’orangé pour la Mélasse, va vite le familiariser à ces repères et lui permettre de profiter pleinement de ce beau scénario de science-fiction. Le dessin réaliste de Rafael Albuquerque, composé de « gueules » évoluant dans des décors des plus hostiles, renforce le côté anxiogène d’une série qui débute sous de beaux hospices.

On notera l’effort particulier des éditions Urban Comics qui propose un prix de lancement attractif pour cet album.

EI8HT T1 Exilé ALBUQUERQUE/JOHNSON Editions URBAN COMICS  128 pages 10,00 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 27 Juillet 2016

NAILBITER T1, horreur et damnation

Se ronger les ongles, ce n’est pas beau et on appelle ça de l’onychophagie mais quand il s’agit de croquer les ongles des autres jusqu’au sang, ça s’apparente plus à de la barbarie, tintée de folie et assurément digne d’une personne qui n’aurait plus vraiment sa tête. C’est notamment ce que va découvrir Caroll, profiler au FBI, en arpentant Buckaroo, une bourgade de l’Oregon qui s’enorgueillit d’avoir donné naissance à seize des plus grands tueurs en série de l’Amérique.

Que diable allait-il faire dans cette galère ? Peut-être trouver le lien qui relie tous ces charognards ? C’est du moins ce qu’il prétend lorsqu’il demande à son ami Finch, agent de la NSA, de le rejoindre pour clore l’enquête. Malheureusement quand Finch arrive sur place, Caroll a disparu et un contre la montre s’engage… Va-t-il le retrouver et dans quel état ? Warren le croqueur d’ongles blanchi par la justice n’a-t-il pas encore frappé ?

Devant ce scénario haletant, âmes sensibles s’abstenir !  Pas d’hémoglobine à outrance, juste ce qu’il faut et quand il faut, distillé au détour d’une page : le scénariste Joshua Williamson prend un malin plaisir à alterner les moments calmes avec des scènes bien senties. Quant au dessinateur Mike Henderson, habitué à ce genre d’histoires comme Escape from New York, il croque des personnages tout aussi patibulaires les uns que les autres. Les couleurs sombres dispensées par Adam Guzowski, quand le rouge ne domine pas, renforcent l’encrage du dessinateur et participent à l’ambiance pesante de l’histoire.

Quand on pense qu’on est au premier album d’une série qui en comptera cinq, le suspense n’a pas fini de monter. Le magazine USA TODAY ne s’y est pas trompé et a élu cette série comme meilleur comics d’horreur en 2014: à la lecture de ce premier tome, le public va vitre réaliser que le prix n’est assurément pas usurpé.

NAILBITER T1 WILLIAMSON/HENDERSON Editions Comics GLENAT, 144 pages 15.95 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0