coup de coeur bernard launois

Publié le 9 Avril 2019

Fables amères T2, détails futiles, pas si sûr !

Du militant raciste invectivant les immigrés, pris en stop par l’un d’eux alors qu’il rentre à pied de sa manifestation, au cul-de-jatte qui passe en fauteuil roulant devant un magasin de chaussures pratiquant les soldes, ce sont plus d’une dizaine de fables amères dont les détails ne sont certainement pas futiles.

Avec ce deuxième opus, l’auteur complet Christophe Chabouté nous livre à nouveau ses fables contemporaines avec le talent qu’on lui connait : l’art de la concision avec des historiettes d’une dizaine de pages qui font mouche, un brin cyniques, relatant les absurdités des situations ainsi que  la bêtise des protagonistes. Le dessin n’est bien sûr pas en reste, réaliste, aussi noir que les récits. Des textes, il y en a peu puisque sept histoires sont sans paroles, mais la force du récit réside certainement dans les dessins suffisamment éloquents pour prendre toute la quintessence des sujets développés.

Le lecteur, balloté tout le long des 102 pages, ne sortira assurément pas indemne de sa lecture et en reviendra peut-être à pousser la réflexion sur des faits divers criants de vérité et dont il a peut-être été un jour, le spectateur.

On regrettera néanmoins deux choses, d’une part qu’il ait fallu attendre près de dix ans après la sortie du premier tome… et d’autre qu’il n’y ait pas plus d’histoires dans ce livre tellement on en redemanderait.

FABLES AMERES T2 DETAILS FUTILES CHABOUTE Collection INTEGRA VENTS D’OUEST 104 pages, 13,90 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 19 Mars 2019

La Planète aux cauchemars ou l’endroit qu’il faudrait éviter…

Quand on ne peut pas se payer des vols directs,  la seule alternative consiste à prendre un omnibus. C’est ce à quoi doit se résoudre une jeune fille qui désire rejoindre sa famille en prenant la barge qui fait escale à Innsmouth,  avant de rejoindre Arkham. Malgré les avertissements du guichetier sur l’inhospitalité de la ville d’Innsmouth, à commencer par le Gilman’s, seul hôtel en ville et qu’il ne faut pas fréquenter, elle se dit qu’elle y passera tellement peu de temps qu’il lui suffira d’attendre dans la salle de l’aérogare avant de reprendre la barge spatiale de 20 heures. Intriguée quand même par le tableau apocalyptique dressé par le guichetier, elle décide de tenter l’aventure.

Seulement ça, c’est le scénario idéal, et il va immanquablement se dérouler d’une manière radicalement différente. Que va-t-elle découvrir dans cette ville ? Pourquoi la population est-elle affublée de visages tous plus horribles les uns que les autres, comme si une contamination avait sévi ? Et si finalement elle devait rester coucher au Gilman’s ?

Librement adaptée du Cauchemar d'Innsmouth, la nouvelle d’Howard Phillips Lovercraft prend une nouvelle dimension sous la plume de Mathieu Sapin qui transcrit le récit en science fiction.

Mathieu Sapin s’en tire fort bien car si déjà transposer un roman n’est jamais aisé, il s’ajoute ici une pression d’autant plus grande qu’il est écrit par un célèbre romancier. Les dialogues sont alertes et le découpage, à la manière des feuilletons, relance le suspense à chaque fin de page, entraînant le lecteur dans une spirale infernale, propre à faire de terribles cauchemars.

Le dessin réaliste de Patrick Pion, peuplé de décors et de personnages fantasmagoriques, sied parfaitement au scénario angoissant. Une mention toute particulière au coloriste Walter Pezzali qui, par ses touches froides, a su renforcer l’ambiance pesante du récit.

Le lecteur restera assurément sur sa faim, bien décidé à attendre une suite qui devrait certainement promettre…

LA PLANETE AUX CAUCHEMARS SAPIN/PION Editions RUE DE SEVRES 60 pages, 15,00 €

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 12 Mars 2019

Haïkus de Sibérie, une enfance déportée

Algis est à peine adolescent en juin 1941 quand il fait partie des Lituaniens déportés dans un camp de travail au fin fond de la Sibérie. Séparés, les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre, ils sont transportés au travers de la Lituanie puis en Sibérie dans un wagon sans lumière, comme du bétail. Le périple se termine pour eux dans un camp après avoir parcouru bon nombre de milles sur l’Ob, entassés sur une barge. Les conditions de vie sont à peine imaginables : baraques insalubres infestées de punaises, rabrouement des soldats, aboiement des chiens qui n’hésitent pas à mordre lorsqu’ils estiment que les prisonniers ne sont pas à leur place, la faim qui vous tenaille jour et nuit. Quant au travail qu’il faut effectuer pour espérer toucher une maigre ration de nourriture, il consiste à creuser le sol avec une… petite cuillère !

Le scénario de Jurga Vilé s’appuie sur les évocations d’Algis, son père revenu de l’enfer, et racontées souvent à mots couverts tellement il est difficile de raconter l’inracontable. Malgré tout, si le récit est peuplé de terribles conditions de vie, les horreurs sont narrées avec une âme d’enfant, souvent pleine de fantaisie, de tendresse mais également d’insouciance. C’est souvent triste, mais cependant Algis et ses congénères arrivent régulièrement à tourner la situation en dérision.

Le dessin de Lina Itagaki, volontairement enfantin, épouse parfaitement le scénario, et les couleurs pastel permettent d’adoucir la rudesse de l’histoire.

Ce livre s’inscrit véritablement dans ce que l’on appelle aujourd’hui le roman graphique avec  une narration alternant des planches de bande dessinée avec des lettres échangées entre les déportés en Sibérie et ceux restés en Lituanie, et laissant s’intercaler des recettes de cuisine, des plans d’origami, etc.

Voilà une histoire poignante remarquablement mis en images qui ne laissera pas le lecteur indifférent.

HAÏKUS DE SIBERIE VILE/ITAGAKI Editions SARBACANE 240 pages, 22.00 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Mars 2019

Ô Pacifique, ou les tribulations d’un vieux loup de mer

Voici une vie de vieux garçon bien rangée, avec la pêche pour vivre grâce à un vieux rafiot hérité de son père marin comme lui, et de génération en génération, mais aussi les copains qu’il affectionne de retrouver au Ty Mobido pour boire un bon coup et converser sur la vie du petit port breton. Le soir, il retrouve le capharnaüm de sa petite maison,  à quelques encablures de la jetée. Ses journées sur le bateau sont longues, mais heureusement souvent distraites par une femelle goéland qu’il a affublée du nom de Guidasse, en souvenir de sa grand-mère qui était une vraie purge, c’est dire. La particularité de ce volatile réside dans sa faculté à pouvoir parler à Pacifique Le Quellec, et il ne s’en prive pas !

Cette petite vie bien rangée ne va pourtant ne durer qu’un temps lorsque Pacifique rencontre Alice, un beau brin de fille qui aimerait se rendre sur les iles au large pour faire du snorkeling, sorte de randonnée palmée avec tuba. Comment le vieux célibataire va-t-il gérer cette jeune naïade qui n’hésite pas à faire du topless sur le pont du bateau ? Guidasse va-t-elle voir d’un bon œil la donzelle qui vient détourner l’attention du vieux loup de mer ? Ne va-t-il pas encore devenir la risée de ses copains de comptoir ?

Après Mulo, deux tomes d’un excellent polar parus respectivement en 2017 et 2018, voici que Pog et Cédrick Le Bihan s’attaquent, avec tout autant de talent, à cet album tour à tour drôle, avec des dialogues plutôt enlevés, et d’une grande tendresse. Le lecteur suivra avec délice les pérégrinations d’un gentil garçon qui, avec l’arrivée d’Alice, va se révéler un tout autre homme.

Avec un dessin semi-réaliste, Cédrick Le Bihan a délaissé son personnage principal à tête d’âne pour un  personnage attachant, tout en rondeur qui devrait conquérir assurément bon nombre de lecteurs.

Voilà une bonne bouffée d’air iodé à consommer sans modération.

Ô PACIFIQUE L’eau qui dort POG/LE BIHAN Editions FLUIDE GLACIAL 56 pages 14,90 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 4 Mars 2019

Lily a des nénés, quelle histoire !

Voilà que Lily vient de fêter ses dix printemps et que sa morphologie se transforme petit à petit. Quelle révolution cette paire de seins qui commencent à poindre ! Le problème, c'est qu'elle ne sait pas trop comment se positionner par rapport à cette transformation subite qu'elle n'attendait pas si tôt. Sa vie bretonne dans le petit village de Portsall se résume à partager les jeux de Titouan son frère jumeau, et surtout à côtoyer le chef de bande Joshua dont elle est secrètement tombée amoureuse. 

Seulement, comment faire pour approcher un garçon qui ne veut pas de filles dans sa bande, trop pleurnichardes, pas assez fortes ? La solution, elle va finir par la trouver en remplaçant, à son insu, son frère dans les épreuves qu'impose la bande pour en faire partie.

Comment cela finira-t-il ? La bande va-t-elle découvrir la supercherie alors que les deux jumeaux se ressemblent comme deux gouttes d'eau, excepté les nénés en plus ? Et son frère, comment le prendra-t-il lorsqu’il apprendra que sa sœur l’a trahi ?

L'auteur complet Geoff entraîne le lecteur dans une belle histoire, pleine de poésie et de tendresse, avec pour thème la difficulté de passer de l’enfance à l'âge adulte alors que l'on y est pas vraiment préparé. Néanmoins, Lily va montrer rapidement qu'elle n'a rien à envier aux garçons, question force et détermination.

Le dessin réaliste remarquablement rehaussé de pastel à l'huile donne une vraie force à  cet album, qui mérite amplement qu’on se pencher sur lui.

Pour un premier album de cet auteur, c’est une vraie réussite !

LILY A DES NENES GEOFF CASTERMAN 64 pages 14.00 €

 

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 2 Mars 2019

Les Sanson et l’amateur de souffrances, Livre 1 ou la terrifiante histoire

Charles-Louis Sanson n’aurait jamais imaginé que sa vie ait basculé après une banale chute de cheval. Recueilli par un fermier sévère et intransigeant, il finit par tomber amoureux de sa superbe fille. Quelle erreur, voilà que ce père n’est autre que le bourreau du coin et que s’il vient à épouser la fille, il lui faudra embrasser également le métier d’exécuteur. Cruel dilemme, le pauvre infortuné finit par se résoudre à embrasser les deux, la fille et la carrière. L’apprentissage est difficile et il faut se faire violence pour accompagner Pierre Jouenne dans l’exercice de son abominable office. Va-t-il arriver à le remplacer lorsque le moment viendra ?  Seulement, s’il n’y avait que ça ! Pierre Jouenne lui a caché un terrible secret : l'amateur de souffrances, un drôle de personnage qui se délecte à voir les suppliciés souffrir lors des multiples bastonnades et mises à mort, et qui passe un contrat avec tous les bourreaux de France et de Navarre en leur demandant de l'informer des prochaines exécutions. Quelle perversion que de se réjouir de la souffrance d'autrui sinon qu'elle a pour lui un réel intérêt, en le rajeunissant chaque fois qu'il voit un condamné souffrir ? 

Comment se sortir de ce pétrin ? La malédiction devra-t-elle se perpétuer de génération en génération de bourreaux ? C'est la curieuse et intrigante histoire que narre avec beaucoup de talent le scénariste Boris Beuzelin, entraînant le lecteur dans un monde impitoyable que peu de gens connaissent. Ici, l'historique côtoie le fantastique avec habilité et justesse, rendant le récit des plus plausibles.

Patrick Mallet sert le scénario diabolique de belle manière avec son dessin réaliste et dynamique, que Sylvain Lauprêtre rehausse de couleurs plutôt froides en parfaite adéquation avec le récit.

Reste à savoir si  la suite sera aussi funeste que le premier tome ?

LES SANSON ET L'AMATEUR DE SOUFFRANCES Livre 1 MALLET/BEUZELIN Hors Collection Éditions GLÉNAT, 96 pages 17,50 €

Bernard Launois 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 24 Février 2019

Balle Tragique pour une série Z, retour vers le Hollywood des années 50

Z comme Zorro, voici dans quel téléfilm de Disney Jimmy White, acteur désormais dévolu aux séries B, s'est laissé convaincre d'accepter le job proposé par son agente. Faut dire que ce nouveau rôle pas très folichon va lui permette de s’acquitter de ses dettes de jeu et de surtout faire les yeux doux à Sally David, jeune nymphette qui fait partie du même casting. Seulement les événements qui vont suivre ne vont pas vraiment jouer en sa faveur : un coup d'épée malencontreux pendant le tournage du film va le clouer sur un lit d'hôpital et l'éloigner du tournage. Rien ne va plus, la belle Sally semble plus intéressée à répondre aux avances d'un producteur en vogue alors que son agente, qui ne l’intéresse pas, se montre beaucoup trop empressée auprès de lui. 

Comment le pauvre Jimmy va-t-il s'en sortir, d'autant plus que les ennuis, ça arrive toujours en escadrille ?

Le scénariste Roger Seiter distille avec talent l'intrigue d'un scénario qui monte en puissance au fur et à mesure des pages pour finir en apothéose. Avec des dialogues alertes, l'intrigue promène le lecteur dans les arcanes, pas toujours reluisants, du cinéma hollywoodien des années 50.

Avec un dessin plutôt réaliste, le dessinateur Pascal Regnaud entraîne le lecteur alternativement dans des décors de cinéma plutôt réussis et dans les quartiers cossus de Los Angeles. Une mention particulière est  à donner pour les couleurs, principalement ocrées et renforcées par des fonds noirs de bon aloi, qui collent particulièrement bien à l'ambiance de l’histoire.

BALLE TRAGIQUE POUR UNE SÉRIE Z SEITER/REGNAUD Collection TREIZE ÉTRANGE Éditions GLÉNAT 64 pages 17,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 21 Février 2019

TER T3, l’imposteur, une fin de cycle haletante…

JupiTER, vaisseau à la dérive, est petit à petit envahi de moines-soldats du Haut-Mesnil, êtres totalitaires à la solde d’un chef qui n’a de cesse de mettre tout le monde à sa botte et surtout la bande d’insurrectionnels dont Mandor fait partie. Ici, les alternatives ne sont pas légion et sont sans avenir, ou l’on se soumet à l’ordre et on est asservi ou on est exécuté.  Que vont pouvoir faire Mandor et ses compagnons d’infortune ?

 

Avec ce tome 3, le scénariste Rodolphe finit en beauté le premier cycle d’une série de science-fiction dont il a le secret, avec du suspense, des courses-poursuites mais également pas mal de questions existentielles qui pourraient fort bien être d’actualité. Mandor ne cesse de se poser des questions : est-il un cyborg alors qu’il se comporte comme un humain, avec des sentiments pour ceux qui l’entourent ? Peut-être le sentiment furtif qu’il aurait pu apporter quelque chose alors que le moral est au plus bas. Les découpages sont particulièrement efficaces et le sentiment de fuite en avant pour un avenir des plus incertaines transpire à chaque page.

Le dessin de Christophe Dubois est toujours aussi léché et sert remarquablement le scénario de Rodolphe. Avec des paysages futuristes du plus bel effet, le dessinateur transporte le lecteur dans un univers fantasmagorique avec des couleurs chatoyantes de campagne en contraste avec les scènes plus sombres au sein du vaisseau.

Une mention spéciale est à mettre pour l’astucieux et superbe cahier graphique d’une quinzaine de pages sur les premières illustrations et crayonnés du prochain cycle, histoire de faire patienter le lecteur pour de nouvelles aventures.

TER T3 L’IMPOSTEUR RODOLPHE/DUBOIS Editions DANIEL MAGHEN 72 pages, 16,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 17 Février 2019

Macadam Byzance, chroniques de la loose

Que faire quand on a une trentaine d'années, que l'on traîne toute la misère du monde dans une banlieue marseillaise car on n’a pas eu la chance de naître avec une cuillère d'argent dans la bouche ? Est-on plus malheureux pour cela ? Certes, pour une population en perpétuelle détresse financière, l'avenir se voit plutôt au jour le jour, en fonction des opportunités qui peuvent s'offrir à vous mais ce n'est pas pour ça que l'on ne partage pas de bonnes parties de franche camaraderie.

Voilà donc le quotidien d'Ilitch, le narrateur de cet album bien singulier qui respire la joie de vivre malgré un parcours semé d’embûches entourés de potes de galères, entre tournées de bière et de mobylette. Les petits larcins sont légions, ponctués de courses-poursuites pour échapper aux bandes rivales, aux services de police et le retour se fait toujours autour d’un troquet.

Le scénariste Pierrick Starksy livre là une belle histoire, remplie d'humanité, de sensibilité avec un leitmotiv récurant sur la notion du bonheur et de l’amitié indéfectible quoiqu’il arrive. Les dialogues sont enlevés, souvent argotiques mais jamais vulgaire et le lecteur aura maintes fois l'occasion de rire...parfois jaune.

Le dessinateur Pierre Place met en image ces historiettes de belle manière, forçant parfois le trait de ces personnages gouailleurs les rendant particulièrement attachants, le tout dans un décor urbain des plus réalistes.

A l’heure d’une France quelque peu chahuté notamment par les « Gilets Jaunes », Macadam Byzance apparait comme une bouffée d’oxygène que bon nombre de lecteurs devraient apprécier et pour certains, assurément découvrir un monde qu’il leur est étranger.

A méditer

MACADAM BYZANCE STARSKY/PLACE Éditions FLUIDE GLACIAL 64 pages, 12.90  €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 6 Février 2019

HOPE ONE T1 ou le drôle de retour à la réalité !

Quand vous vous réveillez avec un sentiment de gueule de bois et de mal de tête, avec des nausées, et que l’on vous annonce que cela fait 49 ans que vous dormez, le choc est grand ! C’est incroyable, mais c’est pourtant ce qui arrive à Megan Rasch qui, passée l’impression de ressembler à la belle au bois dormant, s’entend dire par le partenaire avec lequel elle partage le « logement » que la terre a été en partie détruite et que la radioactivité est telle qu’elle n’est plus vivable. A se retrouver enfermée dans un vaisseau spatial avec un homme qu’elle ne connait pas et sans aucune perspective d’avenir, il faut avouer qu’il y a vraiment de quoi déprimer ! La jeune Megan va-t-elle finir par s’acclimater à sa nouvelle vie ? Quel rôle joue Adam, son compagnon d’infortune ?

L’auteur complet ‘Fane n’en finit pas de nous surprendre ! Après Streamliner un étonnant roadmovie, voilà qu’il propose un scénario de science-fiction des plus déroutants, angoissants. Les qualificatifs ne manquent pas pour cette histoire de deux personnages qui ne se connaissent pas, dans un univers qu’ils subissent, à la merci d’une panne machine qui pourrait les mener à la catastrophe, et dont la perspective d’avenir n’est guère réjouissante.

Avec un dessin semi-réaliste, ’Fane remplit parfaitement la performance consistant à confiner des personnages dans un même décor, soit le réceptacle d’un vaisseau spatial tournant sans cesse en orbite pendant une cinquantaine d’années. Les couleurs froides d’Isabelle Rabarot collent parfaitement au dessin et renforcent à propos le caractère anxiogène du récit.

 

HOPE ONE T1 ‘FANE Collection Hors Collection  Editions Comix Buro/GLENAT 72 pages, 15,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0