coup de coeur bernard launois

Publié le 26 Mai 2020

VENT MAUVAIS, quand la campagne sert de planche de salut

Béranger Frich, jeune quadragénaire parisien, ne sait plus où il en est : divorcé avec ses deux jeunes filles hébergées en alternance, et surtout avec un boulot de scénariste de films pour lesquels il est en panne d’inspiration. Alors un déménagement à la campagne, ne serait-ce pas la solution à tous ses problèmes ? Finis, les soirées bobo qui finissaient par le lasser, sans parler, d’une part, de ses démêlés avec son ex et d’autre part de sa relation avec  sa nouvelle compagne avec laquelle ce n’était pas le nirvana. Et puis, ses filles viendront le voir de temps en temps et il pourra enfin se consacrer à la rédaction de la suite du film qui l’a consacré. Il finit par jeter son dévolu sur une bicoque bordée d’éoliennes située à une centaine de kilomètres de Paname. Ne finira-t-il pas par regretter la présence de ces pales géantes qui brassent de l’air ? La vie à la campagne sera-t-elle aussi salvatrice qu’il l’aurait souhaité ? L’arrivée de la singulière Marjolaine ne va-t-elle pas bousculer son plan à la campagne ?

Toutes ces questions vont bien finir par trouver des réponses mais peut-être pas forcément celles que l’on attendait. L’auteur Cati Baur réalise un scénario fort bien construit, mettant en scène des personnages assurément pas bien dans leur peau et ce, pour des raisons diverses. Le lecteur va se retrouver, tour à tour, amusé par les situations cocasses - à commencer par les attitudes du parisien qui débarque à la campagne avec ses certitudes, ou peiné par les tournures que prennent les affres de l’écriture quand l’inspiration ne vient pas. Les dialogues sont savoureux et les situations d’un réalisme évident, à se demander pour certaines scènes si ce n’est pas du vécu.

Avec un trait semi-réaliste de bon aloi rehaussé par des couleurs chatoyantes, Cati Baur aura réussi le pari d’entrainer, sur 200 pages, un lecteur qui n’aura de cesse d’en connaitre l’épilogue.

 VENT MAUVAIS CATI BAUR Editions Rue de Sèvres 192 pages, 20,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 10 Mai 2020

RETOUR DE FLAMMES T1, quand le cinéma devient une arme de guerre

Les autorités allemandes sont sur les dents, voilà que deux cinémas parisiens qui projettent des films de propagande nazis viennent d’être incendiés. Le commissaire Engelbert Lange, à qui sont confiées les affaires,  va rapidement se retrouver sous la pression de la Gestapo qui n’hésite pas à le pister afin de s’assurer qu’il mène correctement ses recherches. Les enquêtes s’avèrent compliquées à élucider et le jeune commissaire va devoir développer des trésors d’ingéniosité pour les faire avancer dans ce milieu particulier qu’est le 7ème art,  un monde qu’il semble avoir des réticences à côtoyer. Qui peut bien se cacher derrière les destructions de salles, sont-elles l’œuvre  d’un individu ou celles d’un groupuscule bien organisé ? Pourquoi le commissaire n’apparait-il pas très à l’aise dans le milieu du cinéma ?

Avec le premier tome de ce diptyque, le scénariste Laurent Galandon transporte le lecteur dans un polar endiablé en plein Paris occupé où les enquêteurs font face à un drôle de dilemme : mener à bien l’enquête, au risque de démonter un complot antinazi et servir ainsi la Gestapo, ou faire un simulacre d’enquête  et prendre la responsabilité que d’autres salles de cinéma disparaissent sans parler du danger d’embraser les immeubles environnants. Cette enquête policière, sur fond du 7ème art, souligne également le rôle de la culture comme vecteur de contestation ou de maintien du pouvoir, à un moment où  les préoccupations de la France sont tout autres.

Bien servi par la jeune dessinatrice Alicia Grande avec un graphisme réaliste et fouillé, Retour de Flammes (re)plongera le lecteur dans les années 40 où le cinéma restait une des rares distractions du Paris confiné.

A découvrir instamment.

RETOUR DE FLAMMES T1 Premier rendez-vous Alicia GRANDE/Laurent GALANDON collection 24X32 Editions GLENAT 64 pages, 14,95 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 9 Mai 2020

LES AVENTURES DU ROI SINGE T1, à l’ère de la mythologie chinoise

Que rêver de plus beau pour son peuple, sinon qu’il soit le plus heureux… et c’est le cas ! Cet état de béatitude du roi Singe  sera, hélas, de courte durée, quand un de ses jeunes sujets vient à se noyer. Voilà ce qu’il manque à son peuple, le secret de l’immortalité !  Et ça, il n’y a que les dieux qui le détiennent et il faudra user de tous les stratagèmes pour le leur chaparder. Alors que son périple ne fait que commencer, le roi Singe va par le plus grand des hasards trouver un bâton, le Jingu Bang, qui va se révéler être l’arme la plus redoutable. Ragaillardi par cette découverte, le roi Singe va mettre les bouchées doubles pour ravir l’objet de son désir le plus fou. Y arrivera-t-il malgré tous les obstacles rencontrés ? C’est dans cette aventure des plus folles que le scénariste Stéphane Melchior et le dessinateur Vincent Sorel vont emmener le lecteur.

Avec des dialogues vifs et drôles, voici le premier album d’un triptyque qui fleure bon l’aventure, inspiré des péripéties de Sun Wukong, héros mythique de la littérature chinoise. Classé par l’éditeur dans la collection jeunesse FETICHE, cet album s’adresse vraiment à tous publics qui prendront, selon leur âge, les plaisirs d’une histoire rythmée et fort bien narrée, agrémentée d’un dessin tout aussi dynamique et de couleurs chatoyantes.

Le lecteur se prendra rapidement au jeu du roi Singe qui est prêt à toutes les facéties pour arriver ses fins.

LES AVENTURES DU ROI SINGE T1 Les Immortels Vincent SOREL/Stéphane MELCHIOR Collection FETICHE Editions GALLIMARD BD 64 pages, 12,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 27 Avril 2020

EDEN T1, un retour au monde perdu des plus intrigants

Kathy Malone trépigne d’impatience depuis l’âge de ses douze ans, attendant de pouvoir récupérer les carnets de son arrière grand père maternel, le professeur Challenger : sa grand-mère les lui a promis à la condition qu’elle réussisse à devenir diplômée de paléontologie de la prestigieuse école Bristol. Le grand jour est arrivé de récupérer le précieux trésor, et flanquée de ses amis elle va enfin pouvoir réaliser son rêve de marcher sur les traces de son arrière grand-père maternel qui aurait découvert un monde perdu peuplé de ptérodactyles et autres bestioles préhistoriques évoluant dans une jungle luxuriante. Partis en mode vacances une fois leurs diplômes acquis de haute lutte, les jeunes amis menés par la sémillante et déterminée Kathy vont s’engouffrer dans deux vieux Combi Volkswagen pour une traversée brésilienne des plus aventureuses.

Remarquable conteur, l’auteur André Taymans embarque le lecteur dans une expédition où l’insouciance des jeunes adultes ne va pas tarder à se transformer en véritable cauchemar. Et comme si cela ne suffisait pas, la rencontre fortuite d’un jeune homme qui va les accompagner dans leur galère ne va guère arranger les choses. Si le  thème du Monde Perdu, cher à Sir Arthur Conan Doyle, a été déjà été visité ne serait-ce que par les œuvres de King Kong ou encore Jurassic Park, André Taymans lui donne une nouvelle dynamique en ajoutant un côté polar dont il s’est fait la spécialité avec notamment les exploits de la célèbre Caroline Baldwin.

Le dessin réaliste rehaussé par des aplats de couleurs numériques de belle facture convient parfaitement au récit, et c’est assurément avec impatience que le lecteur attendra les suites des aventures extraordinaires et glaçantes de la jeune exploratrice.

EDEN T1 Retour au monde perdu André TAYMANS Editions du Tiroir 48 pages, 14,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 26 Avril 2020

NEW CHERBOURG STORIES T1 Le monstre de Querqueville, le Cherbourg Belle Epoque réinventé

Un dossier top secret de la plus haute importance, volé au nez et à la barbe du service de contre-espionnage de Cherbourg, puis la découverte d’un drôle de cétacé échoué sur la plage, inconnu de la faune aquatique : voilà de quoi donner du pain sur la planche aux  frères Côme et Tacôme Glacère, à qui on a confié les affaires. Nos deux agents réussiront-ils à percer seuls le mystère de la baleine poilue et de là, découvrir tout un monde énigmatique et captivant ?  Heureusement, la nouvelle complicité de Julienne, jeune fille délurée accompagnée de son jeune frère Gus tout aussi dégourdi, ne sera pas de trop pour démêler les arcanes de cette enquête.

 

Particulièrement documentés, les Cherbourgeois Pierre Gabus au scénario et Romuald Reutimann  au dessin ont su emporter les lecteurs dans une histoire endiablée mêlée d’humour et de mystères de bon aloi.

Avec des situations et des dialogues drôles, le scénariste Pierre Gabus entraine le lecteur dans les méandres de la ville de Cherbourg-en-Cotentin, de la plage de Querqueville au Roule Palace en passant par l’arsenal.

 

Agrémenté d’aplats de couleurs réussis, le dessin semi-réaliste et tout en rondeur sied parfaitement au récit, avec des personnages alertes qui évoluent dans un décor fouillé.

Voilà un premier opus bien prometteur, qui ne demande qu’à être suivi d’histoires aussi rocambolesques dans une période qui ne l’est pas moins.

NEW CHERBOURG STORIES T1 Le monstre de Querqueville Romuald REUTIMANN/Pierre GABUS Editions CASTERMAN 72 pages, 14,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 24 Avril 2020

WILD WEST T1, ou la funeste destinée de Calamity Jane

Avant de devenir la célèbre Calamity Jane, assurément l’un des personnages les plus redoutés de l’Ouest américain, Martha Jane Cannary commence bien mal sa vie dans un bouge, l’un des innombrables saloons du fin fond de l’Utah, à s’occuper de chambres fréquentées par des demoiselles dites de petite vertu. Nous sommes autour des années 1860-1870, période où la violence tant physique que psychique règne en maître absolu. Seule la loi du plus fort a cours et Martha va vite l’apprendre à ses dépens. Trahison, agression sexuelle, sévices corporels, Martha va vite se forger un caractère un brin trempé car si elle veut gagner, de haute lutte, sa liberté, elle n’a d’autre solution que de s’affirmer dans ce monde de brutes.

Le scénariste Thierry Gloris entame, de fort belle manière, sa série Wild West avec un personnage haut en couleurs, souvent narré de façon humoristique dans les bandes dessinées avec notamment les récits de Morris ou encore de Christian Perrissin.  Ici, la barbarie et la cruauté sont au programme, plongeant le lecteur dans un univers rude où le plus faible n’a guère de solution que de se laisser avilir ou de prendre les armes à feu pour s’imposer et… vivre ! Les dialogues sont enlevés et le découpage intéressant, ménageant le suspense à chaque fin de page, technique qui a fait ses preuves dans les hebdomadaires bd des années 60-70.

Remarquablement servi par le dessin et la mise en couleurs de Jacques LAMONTAGNE qui sublime ce premier opus d’une série prometteuse, Wild West renoue avec les bons westerns et ce, pour le plus grand plaisir de tous.

WILD WEST T1 CALAMITY JANE Jacques LAMONTAGNE/Thierry GLORIS Editions DUPUIS 56 pages, 14,50 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 3 Avril 2020

FLUIDE GLACIAL : 45 ans de poilade, ça se fête !

À cette occasion, FLUIDE GLACIAL le célèbre magazine d'Umour et bandessinées lance une grande campagne d’abonnement avec des contributions exceptionnelles pour lutter contre la morosité ! Rejoignez la bande des copains de Fluide Glacial en soutenant le dernier bastion de la presse d’humour, qui depuis 1975 reste indépendant et sans publicité !

Magazine de bande dessinée à l’humour décomplexé, qui se moque des clichés et des tabous, Fluide Glacial a marqué des générations de lecteurs, s’est transmis de pères en filles ou de cousins en copains, a trôné dans les petits coins de millions de foyers, contribuant ainsi à une solide culture française de la déconnade héritée d’une époque où tout était possible si c’était drôle.

Créé le 1er avril 1975 par l’immense Gotlib et une bande de joyeux lurons, Fluide Glacial a marqué l'histoire de la BD d’humour et accueilli dans ses pages des auteurs et dessinateurs devenus incontournables (Binet, Franquin, Édika, Margerin, Solé, Coyote, Riad Sattouf, Goossens, Gaudelette, Maëster, Larcenet... pour ne citer qu’eux, les autres étant trop timides) et vu naître des personnages aujourd'hui cultes (Les Bidochon, Gai-Luron, Lucien, Superdupont, Litteul Kévin, Sœur Marie-Thérèse des Batignolles, Pascal Brutal, Cosmik Roger et tant d'autres!! ).

Fluide Glacial est aujourd'hui le dernier survivant de la presse d’humour crée dans les années 70. Il est également l’un des seuls magazines en France qui vit sans publicité ! Plus de 600 numéros, 45 ans d’existence et pas une seule pub, c’est pas formidable, ça ?

Toute l'année, de la bonne humeur et de l'impertinence !

Alors n’hésitez pas à aller sur www.kisskissbankbank.com/fr/projects/fluide pour vous garantir encore et encore de bonnes heures de franche rigolade.

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 19 Mars 2020

LA CHUTE, un récit cauchemardesque prémonitoire ?

Dans un futur plus ou moins proche, un virus s’apparentant à une grippe estivale sévit aux les Etats-Unis et n’en finit pas de faire des ravages dans la population. C’en est au point que le gouvernement finit par instaurer une loi martiale, afin de juguler des conflits qui finissent par ressembler à un état de guerre civile. Liam, un jeune papa, finit par s’angoisser car Marie son épouse ne répond pas aux appels, alors qu’elle aurait dû terminer son service aux soins intensifs depuis longtemps. Que se passe-t-il, Marie serait-elle en danger ?

Et comme si cela ne suffisait pas, Liam vient de perdre son travail et c’est un combat de tous les jours que de trouver de la nourriture et des produits de nécessité : les magasins ont été dévalisés par une population repliée sur elle-même et terrorisée par la progression fulgurante du mystérieux virus, et qui malgré les vaccinations n’arrive pas à être endiguée.

A l’heure de la pandémie alarmante du COVID-19, ce premier album d’une série annoncée de six tomes, réalisé par le scénariste et dessinateur Jared Muralt, sort à point nommé en fournissant un récit des plus anxiogènes. Entre les cadavres qui jonchent les rues de son quartier et la charge de la l’armée pour empêcher les pillards de dévaliser le peu de magasins qui recèlent encore quelques menues victuailles, le pauvre papa ne sait plus à quel saint se vouer sinon envisager de fuir ce cloaque, peut-être vers un monde meilleur.

Le trait fin et expressif de Jared Muralt, complété par des couleurs numériques qui confortent le côté angoissant du récit, met remarquablement en valeur une fiction qui devrait intéresser bon nombre de lecteurs.

LA CHUTE MURALT Editions FUTUROPOLIS 72 pages, 15,00 €

Bernard Launois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 15 Mars 2020

LA BOMBE, une bonne leçon d’histoire à méditer

Le 6 août 1945 restera gravé dans les mémoires des anciennes générations comme le jour où la face du monde a changé. Hiroshima et Nagasaki, rien que prononcer le nom de ces villes japonaises rappelle l’effroi avec lequel le monde entier a découvert le pouvoir destructeur de la première arme de destruction massive. 75 ans après, à l’heure où les conflits ne cessent de s’intensifier, force est de constater que cette arme nucléaire, possédée par une poignée d’états, aura jusqu’à maintenant permis de ne pas embraser la planète.

Tout ce que vous aurez voulu apprendre sur l’arme atomique est dans ce récit de 450 pages remarquablement scénarisé par Laurent-Frédéric Bollée et Alcante. On saluera le travail phénoménal de recherche historique et de compilation qui permet de retracer la genèse de la bombe, depuis les mines d’uranium du Katanga jusqu’aux déflagrations nippones en passant par tous les pays qui ont été plus ou moins impliqués dans la création de cet engin de la désolation. Des scientifiques aux politiques en passant par les anonymes qui ont servi de cobayes pour étudier les effets sur la santé d’injections de plutonium, les scénaristes ont brossé, de belle manière, l’histoire de la bombe atomique, sans concessions.

Si au premier abord, le lecteur pourra être rebuté à l’idée de lire les 450 pages qui composent l’album, il se passionnera rapidement pour le devenir funeste de l’uranium, traité comme si c’était un personnage du récit, à part entière. Il suivra ainsi toutes les recherches de savants passionnés, mais également, pour certains d’entre eux, épouvantés par l’ampleur que cela prend et les angoisses que leur création va susciter en eux.

La course entre les états à celui qui la possédera le premier apparait fort bien rendue tant par le scénario que par le dessin réaliste et fouillé de Denis Rodier, mis en valeur par ses noirs profonds.

A l’heure des tristes commémorations de l’événement des explosions qui auront tué des centaines de milliers de Japonais, voilà assurément un ouvrage de référence qui devrait faire date, venant de plus apporter sa pierre à un devoir de mémoire indispensable pour tous, jeunes et vieilles générations.

 

LA BOMBE Collection 1000 Feuilles Editions GLENAT 450 pages, 39,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 14 Mars 2020

BLUESMAN, quand le passé vous colle à la peau

Que rêver de mieux pour Barry, ce chauffeur de bus Chicagoan ? Une jolie petite femme aimante et deux beaux enfants qu’il chérit par-dessous tout,  jusqu’au jour où… Son passé le rattrape. De sa carrière professionnelle de guitariste de blues dans le groupe Blues Larry Jackson, il y a bien longtemps qu’il a remisé son instrument dans le grenier. Mais pourquoi alors avoir quitté l’univers de la musique alors qu’il était adulé ?  Un dégoût de la musique, de ses ambiances de bar où il se produisait chaque soir, après s’être noyé dans des vapeurs éthyliques ? Peut-être, tout bonnement, une envie de refaire sa vie et de tirer un trait sur cette aventure de music-hall ?

 L’auteur Raul Ariño nous plonge rapidement dans une histoire passionnelle et particulièrement glauque où il n’est pas toujours bon que l’on revienne sur votre passé. Si l’on semble comprendre, dès les premières pages, les tenants et aboutissants, le ressort habile du récit réside dans la manière dont ce pauvre Barry va tenter de se dépêtrer de la nasse dans laquelle il surnage alors qu’elle se referme petit à petit sur lui.

Avec un découpage imposant un minimum de cases, l’auteur met singulièrement bien en images cette histoire palpitante qui devrait ravir bon nombre de lecteurs, qu’ils soient mélomanes ou amateurs de thrillers. Si le dessin apparait, à première vue, plutôt minimaliste, il n’en est rien car les cases regorgent de détails embellis de couleurs, tantôt chatoyantes tantôt ternes, au gré du récit.

Assurément une belle réalisation en ce début d’année 2020 !

BLUESMAN ARINO Editions SARBACANE, 72 pages, 18,00 €

Bernard Launois

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0