Publié le 9 Novembre 2012

PromoBluesSeine2012.jpg

Dans le cadre de notre partenariat avec le festival Blues s/Seine qui se déroule cette année, du 9 au 24 novembre 2012, l’association Bulles de Mantes a le plaisir, cette année, à l'occasion de la sortie toute récente du tome 2 "Tournée d'adieux" de Bourbon Street, de vous présenter quelques unes des belles planches de cet album consacré au jazz.

Cette exposition d'une vingtaine d'originaux se déroulera au Conservatoire à Rayonnement Départemental à l’ENM de Mantes en Yvelines et sera ouverte au public pendant toute la durée du Festival Blues s/Seine, soit du 9 au 24 novembre 2012.

Ne manquez pas cette exposition consacrée à l’album BOURBON STREET T2  aux éditions GRAND ANGLE du dessinateur Alexis CHABERT sur un scénario de Philippe CHARLOT.

BourbonStreetT2-1.jpg

Une séance de dédicaces avec l’auteur se déroulera le samedi 17 novembre 2012, de 15 heures à 17 heures 30, autour de son exposition à l’ENM de Mantes en Yvelines.

Venez donc nombreux voir cette exposition et rencontrer l'auteur avant d’assister aux nombreux spectacles de qualité que nous a encore concocté l’association Blues s/Seine !

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 7 Novembre 2012

Nous avions beaucoup aimé le premier tome de KARMA SALSA (cf. chronique), et nous attendons la suite  de cette série plutôt prometteuse. La venue du dessinateur palois Frédéric CAMPOY à Quai des bulles nous a donné l'occasion d'une rencontre décalée.

L'histoire se déroule dans les Caraïbes, pourquoi aussi loin ?

fred_Campoy.jpg« Au départ, j'étais à l'initiative de ce projet et dans mon idée, le personnage principal devait être "black" style Mike TYSON, épris de bagarre. Pour les besoins de l'ambiance, il fallait que l'action se situe dans un environnement plus exotique aux couleurs chaudes incitant au rêve, et les Caraïbes conjuguaient la proximité des Amériques et les paysages colorés que je recherchais.

Mais finalement, un tel homme aurait été trop stéréotypé et avec les scénaristes Joël CALLEDE et Philippe CHARLOT, il a été décidé de mettre plutôt en scène des personnages de type européen. C'est ainsi qu'apparaît Lars, le maître spirituel d'Ange, qui a beaucoup bourlingué de par le monde et qui s'est fait sa propre philosophie : Tibet, bouddhisme, Himalaya ... »

 

 Finalement, vous n'avez pas écrit vous-même le scénario, quelle en est la raison ?

« Menant une autre activité professionnelle (je donne des cours de bande dessinée à l'Ecole supérieure d'art des Pyrénées), je ne me sentais pas tout mener de front. Et puis, c'est tellement rassurant d'avoir des partenaires pour réaliser un tel projet. De plus, Joël CALLEDE pratique la méditation, et c'est un ami. Lui-même, travaillant sur plusieurs scénarios,  a fait appel pour les dialogues à Philippe CHARLOT, un autre régional. »

« J'aime garder une part d'improvisation »

Pouvez-vous nous préciser vos méthodes de travail avec vos deux scénaristes ?

« Les deux scénaristes se voient toutes les trois semaines et proposent un synopsis sur lequel je fais un story board de cinq pages. S'ensuivent plusieurs allers et retours entre les scénaristes et moi : validation du story board,  réalisation du crayonné en A3, re-soumission et enfin, encrage. Pour cet encrage effectué à la plume calligraphique et au stylo feutre noir, j'aime garder une part d'improvisation qui donne plus de dynamisme au dessin.

Je réfléchis aujourd'hui à la possibilité de concevoir mon travail entièrement à la palette graphique et garder le plaisir de l'original pour notamment des ex-libris. »

 

Et le travail avec votre coloriste ?

« J'ai tendance à donner des indications concernant les couleurs de jour et de nuit, et de laisser par ailleurs beaucoup de liberté ; elle connait bien son métier ! »

Vous avez parlé de vos cours à l'école d'art, quelles sont les raisons de cet engagement, est-ce seulement alimentaire ?

« J'aime la pédagogie, la transmission du savoir. Etant autodidacte, j'ai dû travailler pour acquérir toutes les bases et je suis fier de pouvoir aider mes élèves à se les approprier. »

La musique est assez présente dans ce premier tome, quelle place tient-elle dans votre vie ?

« En fait, c'est surtout Philippe CHARLOT qui est musicien et c'est lui qui a eu l'idée du rappeur. Ce flic devait rêver être américain. »

« Il faut savoir équilibrer dans la vie »

Au final, vous êtes vous-même plutôt Karma ou plutôt Salsa ?

« Le Karma, c'est pour moi la somme des actes positifs et négatifs, et qui amène à plus de sérénité. Ces temps-ci, je suis plutôt Karma ! Mais il faut savoir équilibrer dans la vie et je reviens doucement vers la Salsa. D'ailleurs, je me suis mis au théâtre, et cette expression aide à diminuer le stress. »

Propos recueillis le 27 octobre 2012 par Bernard LAUNOIS et Jérôme BOUTELIER à l'occasion du festival BD de St Malo

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Interviews

Repost0

Publié le 21 Octobre 2012

Le roi Joachim est intimement convaincu que le refus d'Aline de devenir sa  reine est l'unique raisoBalade-au-bout-du-monde.jpgn du marasme que traverse son royaume oublié. Alors, quand il a l'opportunité de pouvoir faire revenir Aline dans son royaume pour la reconquérir, il n'hésite pas un seul instant. Mais quel stratagème va-t-il utiliser pour arriver à ses fins ? Arthis et Aline sont parents depuis peu d'un petit Azhen qu'ils chérissent, et bien qu'ils pensent encore souvent au petit royaume du bout du  monde, ils n'envisagent pas du tout d'y retourner; et pourtant...

Son épilogue va nous replonger dans l'univers médiéval de cette série incontournable où les acteurs d'aujourd'hui ont du mal à trouver leurs marques, et pour cause... Du suspense, vous allez en avoir jusqu'à la fin de l'album et peut-être vous dire que finalement, ce n'est qu'un au revoir...

Le scénario de Pierre Makyo est très bien construit, à l'image de la série qui nous aura tenus en alerte pendant tant d'années. La riche idée d'avoir réuni  quatre des dessinateurs  de la série(LAVAL  N.G., Claude PELET, Eric HERENGUEL et Michel FAURE) dans le même opus rappelle  que ces talentueux artistes ont été à même d'apporter une belle unité à cette fabuleuse série et jusqu’à son dernier épisode . N'oublions pas non plus le beau rendu des couleurs d'Irène HÄFLIGER qui rajoute à son harmonie. Nous n'aurons qu'un regret, c'est celui de ne pas y voir Laurent Vicomte, l'un des auteurs majeurs de la bande dessinée contemporaine.

Parler de la fin d'une série est toujours un moment nostalgique , et celle-ci ne déroge pas à la règle.

Si 'Balade au bout du monde' a peut-être eu un peu de mal à repartir au début du deuxième cycle, ne serait-ce parce qu'elle n'était plus composée du couple mythique Vicomte/Makyo, elle a fini par prendre son rythme et les  deux cycles suivants auront permis de découvrir  de nouvelles religiosités.

Après seize albums en un peu plus de trente ans, la saga des années 80 voit la fin de série qui aura marqué le monde de la bande dessinée de toute une génération, avec un excellent épilogue qui va nous faire regretter qu'il n'y ait plus de suite.

Enfin, à l'occasion de la publication de l'épilogue, les éditions GLENAT ont eu la riche idée de rééditer les intégrales des quatre précédents cycles ! A ne pas manquer si vous en aviez laissé passé un !


BALADE AU BOUT DU MONDE, EPILOGUE MAKYO/HERENGUEL/FAURE/LAVAL N.G./PELET éditions GLENAT 64 pages 14.95€


Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 19 Octobre 2012

QuaiDesBulles2012-1.jpgLes vacances de la Toussaint se profilent et son incontournable festival Quai des Bulles est encore fidèle au rendez-vous de cette année 2012.

Depuis quelques années déjà, l'organisation du festival présente un programme dense et riche aux festivaliers et cette année 2012 ne déroge pas à la règle en promettant encore de bons  moments.

Une énumération de toutes les manifestations organisées à l'occasion de cette manifestation serait longue et fastidieuse et je vous conseille fortement de vous reporter sur le site http://www.quaidesbulles.com où vous aurez tout à loisir de faire votre choix.

Néanmoins, j'attire tout particulièrement votre attention sur des moments forts qu'il serait dommage de manquer.

Ainsi les expositions au Palais du Grand Large telles que "Les arcanes d’Andreas", le 10ème anniversaire de la création des éditions Emmanuel Proust avec une sélection de 10 titres représentatifs de cette décennie éditoriale. Il ne faut pas oublier non plus une exposition consacrée au dernier album de Nicolas MALFIN et Hervé BOIVIN, dénommé "Cézembre, août 1944"  dans les murs de La Maison du Québec.

Quai des bulles, c'est aussi des rencontres amateurs/pros souvent très enrichissantes,  des lectures de contes mais aussi un match à bulles avec pour thème le retour d'expérience des rencontres de 7 auteurs dans 7 prisons et la présentation de leurs travaux effectués pour l'occasion.
QuaiDesBulles2012-2.jpgEnfin, des auteurs présents, comme s'il en pleuvait qu'on a toujours plaisir à rencontrer dans ce cadre malouin.

 Alors, c'est décidé, vous allez rejoindre l'équipe de Quai des Bulles et son festival ?  Ne trainez pas pour réserver votre logement car ce serait dommage de ne pas pouvoir profiter de ces 3 jours qui s'annoncent festifs !

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Divers

Repost0

Publié le 15 Octobre 2012

Un printemps à Tchernobyl

Vous avez dit la mort ?

 

Un printemps à Tchernobyl nous révèle dès même son titre toute l’ambiguïté du voyage qu’Emmanuel Lepage, en s’associant à une action humanitaire pour aider des enfants contaminés, a fait sur les lieux de Tchernobyl.

A la rencontre des quelques habitants vivant en lisière de la zone interdite, Emmanuel Lepage nous dévoile la découverte progressive et maladroite de l’autre, à la faveur de portraits tout empreints de finesse et de sensibilité. L’image de la centrale maudite reste sinistre dans l’inconscient collectif, et pourtant rapidement, la beauté trompeuse de la nature le conduit sur des sentiers insoupçonnés.

Plus qu’un pamphlet militant, plus qu’un témoignage journalistique, il nous entraine en immersion dans un univers où la réalité a rejoint la fiction la plus terrible, où les repères ont disparu tant le visible et l’invisible s’imposent tour à tour pour troubler les perceptions du monde environnant. C’est un conte philosophique qu’il nous offre, balançant entre éloge funèbre et hymne à la vie, dans lequel il se confronte aux mystères insondables du beau et du laid, du bien et du mal, de la vie et de la mort, en une quête initiatique où l’auteur est inéluctablement ramené à la recherche de lui-même.

Par le rythme de la construction, par la délicatesse extrême du dessin, par la progression chromatique et l’aboutissement du trait, par le cheminement de la réflexion et l’élégance du propos, Emmanuel Lepage nous livre un chef d’œuvre à couper le souffle.

Un printemps à Tchernobyl ne se raconte pas, il nous emporte dans une recherche dont la réponse est à discerner au profond de notre être.

Un témoignage bouleversant pour un album qui soulève des questions essentielles.

Vous avez dit la mort ? Et c‘est la vie !

 

Un Printemps à Tchernobyl, par Emmanuel Lepage, 164 pages, éditions Futuropolis

Illustrations © Futuropolis 2012

Jérôme BOUTELIER

Voir les commentaires

Rédigé par Jérôme BOUTELIER

Publié dans #Chronique de Jérôme BOUTELIER

Repost0

Publié le 15 Octobre 2012

La sortie d'un album des Bidochon est toujours attendue avec impatience même si on l'aLes-Bidochons-T21.jpg déjà dégusté dans les pages de l'incontournable mensuel Fluide Glacial.

Malgré tout, on peut se poser la question de savoir si Les Bidochon sont encore capables de nous étonner après tant d'années de sujets traités avec humour et grincement de dents ? La réponse est assurément oui et l'on s'en réjouit.

Le scénariste/dessinateur Binet a encore réussi le pari en nous entraînant cette fois sur le terrain de l'écologie. Vous connaissez, l'écologie à la sauce pays industrialisé qui ne sait plus comment s'y prendre pour endiguer ses déchets, sa pollution de l'air et de l'eau et j'en passe !

Notre pauvre Robert est un peu dépassé par les événements et les velléités de sa chère et tendre à vouloir se lancer à fond dans les dernières élucubrations, pardon inventions, pour économiser l'électricité, l'eau, mais également  protéger le règne animal à commencer par l'Orang Outang. Imaginez, tout un programme !

Robert râle beaucoup, souvent à juste titre et sa Raymonde l'abreuve de consignes à respecter pour sauver la planète ! Les traits physiques comme psychologiques sont poussés au maximum afin d'en tirer la quintessence, en l'occurrence la bêtise.

On ne sait jamais à quoi ou à qui tient la réussite et si on en connaissait la recette, il y a bien longtemps qu'elle serait exploitée. En fait, le secret de la longévité de cette série tient assurément à la capacité de son auteur à se renouveler sur les sujets et tourner en dérision les frasques de notre société de consommation avec dextérité et humour.

Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire ? Vous précipiter chez votre libraire pour y prendre un grand bol d'oxygène (non pollué) à la lecture de ce bon album.

 

LES BIDOCHON BINET Editions FLUIDE GLACIAL, 48 pages 10,50 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 8 Octobre 2012

 

NotreMereLaGuerreT4.jpgVoici quatre  ans que cette enquête policière, sur fond de tranchée, attend son dénouement après nous avoir tenus en haleine dès le premier tome de cette saga.

Il convient de faire un résumé des trois tomes précédents afin de mieux en comprendre la fin. Nous sommes en 1915, alors que cette terrible guerre de tranchées bat son plein sur le front, et trois jeunes femmes vont être découvertes assassinées avec chacune une lettre d'adieu l' accompagnant. C'est au lieutenant Vialatte, gendarme de métier, que l'on confie l'enquête qui va le mener aux quatre coins de l'hexagone afin d'élucider cette tuerie organisée. Dès les premiers moments de l'histoire, nous allons forcément nous demander qui peut avoir intérêt à se débarrasser de ces demoiselles. Il y a-t-il un rapport entre elles ? Les accusés qui font de très bons coupables, le sont-ils vraiment ? L'enquête s'avère difficile, le pays est en guerre et le front charrie chaque jour son lot de désolation !  Il faudra attendre la fin de la guerre pour que le lieutenant Vialatte découvre la vérité, et quelle vérité, douloureuse et ô combien impitoyable ! L'horreur de la guerre ne suffit pas, il faut y rajouter la perfidie des hommes.

Ce récit va nous permettre de mieux encore appréhender cette guerre de tranchées, toutes ces injustices pour des soldats qui ne sont bons qu'à faire de la chair à canon dans des boyaux immondes qui puent la mort ,  alors que leurs officiers sont tranquillement à l'arrière à donner des ordres. Ne parlons pas du rejet de la population civile, loin des combats, qui ne comprend pas la rancœur de ces hommes que l'on envoie au charbon sans espoir d'en revenir un jour.

Au fil de l'enquête, vous découvrirez des êtres poignants qui ne survivent que pour faire la guerre, sans grand espoir que cela finisse un jour.

Plus jamais ça, c'est le raisonnement que l'on pourrait tenir en lisant cette saga, mais ce n'est, hélas, pas la leçon qui a été retenue par la vieille Europe qui se perdra dans un nouveau conflit généralisé vingt ans après ! Le scénario de KRIS est poignant, à l'image du dessin de MAËL. L'enquête est passionnante mais à se demander si quelquefois la description si poignante de la première guerre mondiale ne prend pas le pas sur elle. Les aquarelles rehaussent des êtres plus vrais que nature, avec des visages taillés à la serpe tour à tour, durs, tristes, à l'image de cette boucherie qui envahit l'Europe. Le scénariste KRIS a su faire, avec talent, un récit à plusieurs niveaux de lecture, la description d'une guerre absurde, la vie plutôt compliquée des soldats, voire même de l'enquêteur.

Le poids des mots et le choc des dessins, résument assez bien l'ambiance de cette série incontournable qui peut remplacer allègrement certains livres scolaires d'histoire.

Du grand KRIS et du grand MAËL que vous ne pouvez pas louper, au risque de passer à côté d'une belle page d'histoire.

 

NOTRE MERE LA GUERRE, 4 volumes MAËL/KRIS  Editions FUTUROPOLIS 64 pages 16.50 €

 

Bernard LAUNOIS

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 30 Septembre 2012

LeTueurAuxMangasT1.jpgUn cadavre mutilé, sur lequel on a gravé une écriture japonaise, voilà sur quoi tombe Zoé, une ado bruxelloise, au détour d'une allée du Muséum, un parc de la capitale belge. La stupeur de la découverte estompée, l'ado s'empresse de prendre avec son portable, une photo du tronc, et au lieu de se précipiter aux autorités policières, décide en compagnie de ses amis de se transformer en détective amateur.  Quel aubaine pour le blog de ces jeunes ados de parler d'un fait divers particulièrement sordide plutôt qu'enquêter sur la pollution des étangs d'Ixelles !

L'inscription sur le corps s'apparente à une série manga japonaise de renom et "je suis Kroko", traduction littéral correspond à la phrase culte récursive prononcée par le "méchant" de la série.

Seulement, le forum d'enquête mis en place sur le blog intéresse beaucoup de monde, à commencer par "Lethal Pencil", la mangaka de cette série, mais aussi de mystérieux personnages pour qui cette publicité n'est pas vraiment de leurs goûts ! La Police n'est pas en reste non plus et s'intéresse à tous les indices trouvés sur place, et notamment l'Ipad de Zoé que dans la précipitation elle a laissé tombé sur le lieu du crime.

L'affaire se corse et l'on se demande très rapidement dans quel guêpier Zoé et ses amis se sont fourrés ! Ces jeunes adolescents ne s'attaquent-ils pas à des tueurs implacables ? Ne vont-ils pas être très rapidement dépassés par les événements ?

Comme à son habitude, le scénariste YANN a le don de sublimer un fait divers réel pour en faire un scénario béton. Alors que l'histoire s'avère plutôt tragique, le ton jovial que donne YANN à ses jeunes héros permet de dédramatiser l'atmosphère souvent pesante d'une enquête policière. Le dessin hyperréaliste de Christian LAMQUET s'adapte fort bien au scénario, passant sans souci du dessin en noir et blanc pour remettre dans le contexte du manga, à un dessin plus franco-belge pour accompagner la narration de YANN. Des couleurs souvent flashy, pour mieux coller au style ado sont du plus bel effet.

Bref, on prend un grand plaisir à se plonger dans ce beau polar qui nous tiendra en haleine encore une année puisque le diptyque se clôturera en septembre 2013.

LE TUEUR AUX MANGAS T1 LAMQUET/YANN Editions CASTERMAN 48 pages 12.95 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 27 Septembre 2012

Versailles01Le majestueux château de Versailles et ses occupants vivent  à l'heure des ors de l'ancien régime  à un détail près, nous sommes à des années lumière de cette période reculée. Mais ce territoire, classé parmi les sept merveilles du monde, a été sélectionné pour recueillir l'élite du pays car Il y a bien longtemps que notre bonne veille terre  a été anéantie par la folie des hommes. Ce havre de paix perpétue la vie sur la terre avec de bien singuliers rituels où l'on érige en spectacle simultanément  la mort d'un vieillard de 263 ans au profit de l'arrivée d'un nouveau-né !

Seulement, ce petit microcosme semble bien étriqué pour un couple illégitime qui décide, au péril de leurs vies,  de franchir les barrières électroniques pour échapper à cette prison dorée. Que vont-ils découvrir derrière ces grilles, ne va-t-on pas  tenter de les rattraper puisqu'à ce jour, personne n'a osé défier le roy qui a interdit à sa cour de sortir du parc ceignant le château de Versailles ?

Décidément le tandem scénariste CONVARD/ADAM fonctionne à merveille depuis quelques années déjà avec notamment  la série "SHERLOCK", "NEIGE FONDATION" et tout dernièrement "LE PENDULE DE FOUCAULT"  et il n'en finit pas de nous concocter des scénarios  captivants, remarquablement construits  avec des histoires, comme ils les aiment,  à plusieurs niveaux de lecture. En l'occurrence ici, celui de deux jeunes amoureux  qui cherchent à s’échapper de leur quotidien mais aussi au-delà,  le devenir d'une terre malade des frasques de l'homme dit "moderne" , vaste sujet qui n'a jamais tant été d'actualité.

Le dessinateur Eric LIBERGE laisse éclater tout son talent dans cet album, mêlant  habilement les ornements somptueux de ce trésor du patrimoine mondial avec tous les fastes de décors fantasmagoriques directement issus de la science-fiction.

Le tandem coloriste CHAGNAUD/LIBERGE a permis également de trouver des couleurs justes, tantôt éclatantes, à la hauteur des années du roi "soleil", tantôt sombres et inquiétantes à la mesure des paysages de l'au-delà, ce territoire inconnu.

On avait pour habitude de souhaiter "longue vie au roi", cette fois, on souhaitera "longue vie à cette série" qui se déclinera en 3 albums.

Versailles02VERSAILLES T1, Crépuscule du Roy

LIBERGE/ADAM/CONVARD/CHAGNAUD

Editions GLENAT 48 pages 13.90 €

 

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 24 Septembre 2012

BurtonT1

Monter une expédition à la découverte des sources du Nil, voilà l'opération que la Société Royale de Géographie à Londres a décidé de  confier au célèbre Captain Sir Richard BURTON, auréolé de la gloire d'expéditions précédentes. Seulement, cette fois-ci, il va devoir partager la vedette avec John Hanning SPEKE, un Anglais pure souche alors que Sir Richard BURTON s'avère être d'origine irlandaise et du coup suspect auprès de la prestigieuse société savante. Entre un homme érudit qui maîtrise près d'une trentaine de langues, ne reculant devant rien même dans les provocations et les excentricités, en la personne de Sir Richard BURTON et le chasseur invétéré, avide de découvertes mais aussi de trophées de peaux de bêtes qu'il aura pu accrocher à son tableau de chasse, ces deux êtres que tout oppose vont-ils arriver à s'entendre ?

Au milieu de la brousse à la rencontre de peuples indigènes, aux détours de lacs infestés de  crocodilesBurtonT1-2 et autres hippopotames, nos deux co-commandants de l'expédition "découvertes des origines du Nil" ne manquent pas de s’invectiver, rejetant la faute sur l'autre chaque fois qu'une décision est prise par l'un deux. Vous découvrirez les raisons de cette discorde et vous n'aurez sûrement, comme moi, qu'une hâte de suivre les aventures de ces deux découvreurs dans le second tome.

Comme le précise l'éditeur, la vision des voyages de Richard BURTON et John Hanning SPEKE ne serait qu'une vision d'auteur, elle n'en reste pas moins basée sur des faits réels et nous ne pouvons que nous féliciter du travail qui est apporté à cet album, tant dans le scénario d'Alex NIKOLAVITCH, plutôt bien construit que dans le dessin efficace de DIM D.  

Je profite de cette chronique pour inciter, au delà de cette bonne BD, à (re)découvrir la collection EXPLORA que les éditions GLENAT ont lancée en ce début d'année et qui comporte aujourd'hui quatre titres. Vous aurez ainsi le plaisir d’apprécier et ce, pour chaque album, un supplément de sept pages présentant les explorateurs et remettant dans le contexte l'expédition qui a servi de base à l'histoire.

Captain Sir Richard Francis BURTON T1 DIM-D/NIKOLAVITCH Editions GLENAT, 56 pages 14.95€

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0