Publié le 16 Juillet 2017

La gare d'Austerlitz fête dignement les 50 ans d'aventures de Corto Maltese.

Quelle belle idée d'embellir les panneaux qui cachent les travaux de rénovation de la Gare d'Austerlitz avec une exposition consacrée au personnage emblématique d'Hugo Pratt.

Saluons l'excellente initiative de Gare & Connexions et les Editions Casterman de faire revivre sur ces 800 m2 d'exposition, cette incontournable série. D’ailleurs, installer une exposition pareille dans une gare pour cet extraordinaire globe-trotter qu’est Corto Maltese n’est-il pas là un clin d’œil extraordinaire ?

Quel choc lors de la découverte de la fresque ornant les murs de la gare côté Seine, épousant parfaitement les lieux suivie d'un dessin panoramique tout aussi monumental dans la salle des pas perdues (re)plonge le voyageur dans l’univers cosmopolite du marin.

 

De Corto Maltese, pirate sentimental à espion malgré lui, en passant par citoyen du monde, les Editions CASTERMAN (re)plongent les voyageurs dans l'univers mythique du célèbre marin qui, en près d'une quinzaine d'aventures et cinquante ans d'existence, aura marqué toute une génération de lecteurs, avides d'aventures, de scènes et dialogues souvent cocasses.

Enfin, à l'occasion de votre visite exposition qui sera visible du 29 juin au 31 octobre 2017, n'oubliez pas de prendre la pose sur le banc en compagnie de l'incontournable marin et...revenir avec un beau souvenir de cet agréable moment passé en sa compagnie. 

Heureusement, l'aventure n'est pas finie et c'est sous la plume de Juan Diaz Canales et le dessin de Ruben Pellejero que les lecteurs découvriront le 29 septembre la sortie du deuxième album Corto Maltese intitulé Equatoria.

Pour les impatients qui ne pourraient tenir jusqu’à fin septembre, cette histoire inédite est prépubliée en exclusivité dans Le Figaro Magazine à partir du 7 juillet, et ce, pendant tout l'été.

Gare d’Austerlitz Paris, exposition du 29 juin au 31 octobre 2017.

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 8 Juillet 2017

AMBER BLAKE, la redresseuse de torts bien attachante !

Délaissée à 5 ans, Amber Blake fait connaissance avec les orphelinats qui appartiennent au

programme CLEVELAND, réputé pour faire des défavorisés l'élite de la nation. Ce réseau d'écoles, né de l'imagination d'un magnat indien philanthrope, va permettre à la jeune Amber d'acquérir des connaissances qui favoriseront assurément son insertion dans la vie active. Hélas, ce parcours linéaire et bien lisse va  bientôt être perturbé par les exactions du directeur de l'école londonienne qui passe son temps à abuser de ses élèves jusqu'au... meurtre de la meilleure amie d’Amber. Que faire, dénoncer le pervers au risque d'être désavouée, ou fuir ? Elle trouvera son refuge dans l'ARGON, une organisation secrète spécialisée dans la lutte contre les crimes comme la pédophilie et la prostitution et plus généralement dans la défense de l'être humain. Intelligente, sportive, déterminée dans ses combats, la jeune et belle Amber possède tous les atouts pour faire la justicière, et elle ne va pas s'en priver !

Rompue à tous les codes de la bande dessinée, la scénariste Jade Lagardère entraîne le lecteur dans une aventure des plus trépidantes. Le scénario est plutôt fluide, et à la manière d'un Largo Winch féminin le lecteur va vite se prendre au jeu de cette jeune femme qui paraît à la fois si fragile, et tellement forte quand il s'agit de mener à bien ses missions de « nettoyage ».

Avec un trait comics très dynamique,  le dessinateur Jackson Butch Guice colle parfaitement au récit, alternant des scènes d’action fort bien rythmées avec des moments plus sereins pour mieux apprécier la tempête.

Une mention spéciale pour les couleurs numériques réalisées par Dan Brown, qui renforcent particulièrement les encrages et donnent de la profondeur au dessin.

Beau démarrage sur les chapeaux de roue avec ce premier album prometteur qui laisse augurer d’une belle série.

AMBER BLAKE T1 LA FILLE DE MERTON CASTLE LAGARDERE/GUICE Collection Grafica Editions GLENAT 48 pages, 13.90 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 5 Juillet 2017

Street Fighting Cat, chat va chauffer !

Hige n'est pas un chat bien né, avec plutôt un pédigrée de chat de gouttière, version mal famée. Seulement, sa triste condition ne le satisfait point et il va tout faire pour s'en sortir, quitte à se battre avec tous les Raminagrobis de la planète.

Et pourquoi ne pas intégrer un gang ? Ce n'est hélas pas une solution de facilité car pour être accepté dans un groupe, il faut faire ses preuves. Hors Hige n'est pas l'exemple type du courageux et il ne va tarder à se trouver confronté à un choix cornélien : fuir l'ennemi ou défendre son compagnon de route.

Le chat est un félin, prédateur certes domestiqué par les humains mais qui reprend vite ses instincts lorsqu'il part chasser la nuit, quand tous ses congénères sont gris. Avec des dialogues aussi rugueux que les coups de griffe assénés tout au long de la série, le scénariste SP emmène le lecteur dans un univers des plus étranges où la loi du plus fort reste toujours d'actualité. Les dessins de Nakatera sont alertes avec des bouilles de chat plutôt sympathiques... en apparence car ils sortent les griffes et les crocs, et il ne fait pas bon tomber dans leurs pattes.

On regrettera des ambiances de nuit un peu trop prononcées qui auraient tendance à nuire quelque peu à la lisibilité de l'album. Néanmoins, le lecteur devrait y trouver son compte et réaliser rapidement que le matou qu’il a l’habitude de voir se prélasser devant la cheminée se transforme en Mr. Hyde une fois la nuit apparue, et pour son plus grand plaisir.

STREET FIGHTING CAT tomes 1 & 2 SP/NAKATEMA Editions DOKI DOKI 192 pages, 7.50€ (série en 4 volumes)

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 3 Juillet 2017

Edelweiss, la fleur de l'espoir à préserver

Olympe, fille de politicien, ne rêve que de reproduire l'exploit d'Henriette d'Angeville son

aïeule, celui de conquérir le Mont Blanc. Seulement voilà, la période de la deuxième guerre mondiale alors qu'elle habite Paris n'est guère des plus favorables pour réaliser cet exploit. Il faudra la rencontre d'Edmond, jeune ouvrier chez Renault qui s'est très vite entiché de la jeune fille, pour que peut-être le rêve se réalise. Edmond souffre particulièrement de sa condition ouvrière et ne se sent pas à la hauteur de la famille bourgeoise d’Olympe. Malgré

tout il s’avère tenace, et serait prêt à tout sacrifier pour le bonheur de sa dulcinée et qu’enfin cette montagne mythique soit conquise. Seulement, pour que les rêves deviennent réalité, il y a souvent un pas difficile à franchir.

Le scénariste Cédric Mayen transporte avec talent le lecteur dans le tourbillon de la vie de ce jeune couple amoureux confronté aux aléas de la vie. Une vie semée d'embûches qui va assurément renforcer leur amour, voire le transcender. Les dialogues alertes et le découpage plutôt bien ficelé sont remarquablement mis en image par la talentueuse dessinatrice Lucy Mazel qui avait déjà montré tout son art dans l'album Communardes ! - Les éléphants rouges (Editions Glénat). On appréciera autant les couleurs chatoyantes de sa période parisienne que les pastels des paysages de montagne où évoluent de belles personnes.

C’est frais, attendrissant, parfois mélancolique mais tellement attachant. Voilà une belle histoire émouvante qui ne devrait pas laisser le lecteur indifférent.

À lire instamment !

EDELWEISS MAYEN/MAZEL Hors Collection Editions GLENAT 96 pages, 17,50 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 29 Juin 2017

L’été en pente douce, retour vers une descente aux enfers

L’arrivée de Lilas fleur de banlieue dans le bled natal de Fane, qui plus est le jour de l’enterrement de la mère de son nouveau compagnon, fait l’effet d’une bombe. Que vient donc faire cette bombasse, jupe ras les fesses, des lunettes de soleil pour cacher un beau coquard, dans cette famille ? Fuir sa précédente existence, faite de coups et d’humiliations et refaire sa vie auprès de Fane et de son frère, qui ne s’est jamais remis d’une trépanation alors qu’il avait une quinzaine d’années ?

Toujours est-il que sa venue ne remporte pas l’adhésion et plus particulièrement celle des voisins qui lorgnent depuis bon nombre d’années la maison de la mère maintenant décédée, pour leur permettre d’enfin réunir leurs deux garages en y adjoignant un restaurant à la place de la bicoque.

Trente ans après la sortie du film éponyme réalisé par Gérard Krawczyk, une adaptation du roman de Pierre Pelot, voilà une belle version revisitée par le romancier lui-même et mise en images par le dessinateur Jean-Christophe Chauzy pour en faire une belle bande dessinée. Les dialogues sont alertes et les réparties fusent autant que les coups, c’est dire !

Saluons ici la manière dont le dessinateur a su s’éloigner des personnages du film, pourtant bien ancrés dans les mémoires de ceux qui l’ont découvert à la fin des années 80, et plus particulièrement de la plantureuse Pauline Lafont dans le rôle de Lilas. Le tour de force de cet album est de faire (re)découvrir cette histoire sensuelle et sulfureuse avec un tandem Pelot/Chauzy qui fonctionne à merveille et donne au lecteur l’envie de (re)voir le film, voire (re)lire le roman.

L’ETE EN PENTE DOUCE PELOT/CHAUZY Editions FLUIDE GLACIAL 112 pages, 18,90 €

 

Bernard LAUNOIS

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 27 Juin 2017

Lady Whisky, à consommer sans modération !

Il aura fallu le décès de sa tante par alliance pour que le narrateur Joël Alessandra, d'origine marseillaise et plutôt porté habituellement à arpenter des contrées africaines, décide de traverser la Manche pour rejoindre la terre écossaise en quête d'un graal.

Il faut dire que sa tante, Helen Arthur, une des plus célèbres critiques de whisky du monde, vient à décéder en 2015, et qu'en découvrant ses carnets il apprend qu'elle cherchait à créer son propre whisky, un nectar qui serait la quintessence de tous les saveurs délicates trouvées lors de ses pérégrinations auprès des distilleries d'orge de la planète. Seulement voilà, chercher le divin breuvage qu'on ne connaît pas vraiment, dont on a bien goûté quelquefois le liquide... Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Néanmoins, c'est sur l'île d'Islay en compagnie de Caroline Dewar, grande amie d'Helen et journaliste experte en whisky, que Joël va entamer son voyage initiatique en même temps que le lecteur.

Sans tomber dans les travers d'un banal cours de dégustation de whisky au demeurant instructif, l'auteur complet Joël Alessandra captive rapidement son auditoire, qu’il soit béotien ou amateur inconsidéré du divin breuvage, avec la rencontre de personnages tout aussi complexes et attachants que ces malts distillés.

Le dessin de Joël Alessandra n'est pas en reste et le lecteur va vite se retrouver envoûté  par des superbes paysages mis en aquarelles avec ses talents de peintre que l'on n'a plus à présenter. Que ce soit au fin fond de l’Afrique ou de l’Asie, ou sur les chemins d’Ecosse, le dessin de Joël Alessandra transporte rapidement le lecteur dans son sillage, donnant une fois de plus l’envie de découvrir in situ et qui sait, peut-être faire les mêmes rencontres.

À déguster avec un whisky à la main, ou pas.

LADY WHISKY ALESSANDRA Editions CASTERMAN 142 pages, 22 €

Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0

Publié le 25 Juin 2017

Retour en images sur ce très beau 7ème festival Bulles de Mantes, dans la section "pages" du blog ! Bonne visite !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Festival 2017

Repost0

Publié le 29 Mai 2017

Le célèbre Marsipulami débarque à Mantes-la-Jolie !

Le dessinateur BATEM a fait le bonheur des Mantais en mettant en scène le sympathique animal dans le monument emblématique de la ville, sa collégiale, à l’occasion du 7ème festival BULLES DE MANTES, qui se tiendra les 9, 10 et 11 juin 2017 dans le Parc des expositions.

Plus de 50 auteurs en dédicace

Le pavillon 5 du parc des expositions accueillera une ribambelle de talents venus du monde entier, auteurs connus et reconnus mais également de jeunes dessinateurs en devenir. De Batem invité d’honneur à Pierre Wachs, en passant par Janjetov, Jean-François et Maryse Charles, Eric Stalner, 51 auteurs seront présents et partageront avec les visiteurs de grands moments de convivialité. Kickliy jouera le rôle de l’invité mystère dans le sens où peu de personnes savent qui se cache derrière ce pseudonyme et se révèlera au grand public durant les trois jours du festival. On sait qu’il est américain et que sa petite souris Musnet évoluant dans les jardins de Monet à Giverny (aux éditions Dargaud) fait le délice plus particulièrement d’un jeune public. La liste complète des auteurs se trouve sur http://www.bullesdemantes.fr/bdm/le-festival/festival-2017-7eme-edition/auteurs-2017/

Le Marsu à l’honneur

Le Marsupilami avec le dessinateur Batem fête ses 30 ans cette année et le festival Bulles de Mantes tenait à lui rendre un bel hommage. Trente ans de facéties, de Houba Houba qui ravissent petits et grands, le Marsupilami aura marqué toute une génération et le génial Batem aura fait de son personnage sympathique, l’un des plus incontournables de la bande dessinée. Trois expositions lui seront consacrées durant le festival, au sein du Pavillon 5.

Les animations durant tout le week-end

Le festival Bulles de Mantes, c’est également cette année le pavillon manga, un grand cosplay organisé par la société Even to Give, les stands marchands, les animations du Lafayette Maquette Club avec un bassin où les petits pourront fait évoluer des bateaux télécommandés, la participation des Vieux Volants d’Ile-de-France avec la présence de véhicules qui ont évolué dans de nombreux albums, des structures gonflables ainsi que des concerts, les visiteurs retrouveront tous les ingrédients qui ont fait le succès du festival depuis sa création en 2006.

Un pavillon consacré aux disques et cinéma

Et puis cette année, une nouveauté : sous l’impulsion de Big Band Vexinée, le hall 3 est consacré aux marchands de disques et cinéma qui viendront présenter leurs plus belles pièces, et notamment toutes celles qui ont rapport à la BD ! Collectionneurs, à vos marques !

Toutes les infos sont sur http://www.bullesdemantes.fr/bdm/le-festival/festival-2017-7eme-edition/

Un beau week-end festif en perspective.


Bernard LAUNOIS

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Festival 2017

Repost0

Publié le 28 Mai 2017

LE TRAVAILLEUR DE LA NUIT s'expose à l'agence BNP PARIBAS de Mantes-la-Jolie, du 30 mai au 11 juin 2017

Le très bel album «Le Travailleur de la Nuit» dessiné par Léonard Chemineau sur un scénario de Matz, et paru il y a quelques jours chez Rue de Sèvres, est certainement une des plus belles surprises de ce mois de mai. Il raconte l’histoire vraie d’Alexandre Jacob, qui inspira à Maurice Leblanc son personnage d’Arsène Lupin.

Bulles de Mantes expose à partir du 29 mai dans l’agence BNP-Paribas de Mantes-la-Jolie, un des principaux partenaires du festival, une vingtaine de planches où l’on peut admirer le magnifique travail en couleurs directes de Léonard Chemineau.

Léonard Chemineau viendra se livrer à une séance de dédicaces dans l’agence le 31 mai de 15h30 à 17h00, puis de 17h30 à 18h30 dans la librairie Tonnenx.

Après Jean-François Charles en 2009, Renaud De Heyn en 2011, Joël Alessandra en 2013 et Fabrice Le Henanff en 2015, c’est la cinquième exposition que Bulles de Mantes présente dans les murs de l’agence, partenaire historique du festival.

Exposition du 29 mai au 12 juin.

Agence BNP-Paribas, 35 rue Nationale, 78200 Mantes-la-Jolie

Ouvert les mardi et mercredi jusqu’à 17h00, les jeudi et vendredi jusqu’à 19h00, le samedi jusqu’à 13h00.

Entrée libre.

Librairie Tonnenx, 4 rue de Colmar, 78200 Mantes-la-Jolie

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0

Publié le 11 Mai 2017

Contes et Utopie: les frères Plisson à Rosny

Après onze années consécutives à montrer une grande exposition de bande dessinée à l’Hospice Saint-Charles, Bulles de Mantes partage l’affiche en 2017 avec d’autres artistes : en effet, l’Hospice Saint-Charles a choisi de programmer cette année une exposition consacrée aux contes, « Contes et Utopie », à laquelle participent quatre artistes dont les deux auteurs de bande dessinée invités par Bulles de Mantes, François et Luc Plisson.

Les frères Plisson investissent deux des salles du musée avec leurs planches, illustrations, peintures et sculptures issues de leurs albums Tristan le Ménestrel, La Tartare, Arkarad, Les Korrigans d’Elidwenn et Malo, exposant aux regards du public toute la diversité de leurs talents.

L’exposition sera présentée du 13 mai au 30 juillet, et le vernissage samedi 13 mai à 18h00 sera précédé d’une séance de dédicaces des deux frères, à partir de 16h00.

Rappelons que cette exposition fait partie des manifestations mises en place dans le cadre du Festival Bulles de Mantes qui se déroulera les 9-10 et 11 juin 2016 sur le parc des expositions de Mantes-la-Jolie.

Hospice Saint-Charles
30 rue Nationale  à Rosny-sur-Seine (78)

Ouvert tous les jours de 14h00 à 18h00 Entrée libre

Voir les commentaires

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Bulles en villes

Repost0