MOI, RENE TARDI, PRISONNIER DE GUERRE AU STALAG IIB, quand TARDI raconte TARDI...

Publié le 12 Novembre 2012

Moi René TARDILa sortie d'un nouvel album de Jacques TARDI est toujours un événement dans le monde de la bande dessinée et celui-ci n'y déroge pas ! Cette fois-ci, pas de première guerre mondiale dont Jacques TARDI s'est fait un éminent spécialiste, mais la réalisation d'un projet longuement mûri dans la transposition de carnets de son propre père, narrant sa vie de prisonnier de guerre pendant la 2ème guerre mondiale.

Le ton de cette bande dessinée est vite donné puisque dès la préface de Dominique LAGRANGE complétée par celle de son compagnon et auteur Jacques TARDI, les propos cadrent tout de suite et de fort belle manière l'histoire qui va suivre, celle de prisonniers de guerre qui ont perdu leur jeunesse et leur illusion dans des camps allemands.

Cet album, assurément pas édulcoré au point de vue historique, comme peuvent l'être bon nombre de nos livres scolaires d'histoire, nous replonge dans une période que l'on aurait tendance à vouloir trop aisément évacuer de la mémoire collective.

Si le talentueux scénariste et dessinateur Jacques TARDI n'a jamais fait dans la dentelle quand il s'agit de décrire des situations parfois dérangeantes notamment pour la nation et plus particulièrement pour la grande "muette", on peut dire que dans cet album, il ne s'en prive pas !

On appréciera l'idée de représenter le fils Jacques TARDI dans les cases de l'album interrogeant son père René, comme s'il assistait en direct à ces moments si douloureux de la vie, qui donne une dynamique particulièrement intéressante à ces presque 200 pages que l'on dévore avidement, partagé entre l'humour noir de l'auteur et la description de la misère humaine ; au détour, on rit des phrases choc du narrateur qui contraste tellement avec le dessin. On retrouve souvent la gouaillerie de Jacques TARDI au point de se demander si les propos de son père ne font pas qu'un avec l'auteur.

Le trait de dessin, reconnaissable entre mille, est toujours aussi efficace et il est particulièrement bien mis en valeur par des couleurs appropriées à cette période noire qu'ont vécue des millions de prisonniers de guerre dont beaucoup ne sont, hélas, jamais revenus.

Moi René TARDI-2

On notera également que ce roman "familial" prend tout son sens quand on sait que les enfants de l'auteur y ont activement participé, Rachel pour la mise en couleurs et Oscar pour les documentations et les recherches iconographiques qui ont permis de réaliser l'album, mais également Dominique GRANGE tout particulièrement dans ses recherches photographiques sur la période.

A n'en point douter, faire revivre les heures difficiles de leur aïeul au travers du dessin de leur père a sûrement dû être un exercice passionnant et riche en émotions qui d'ailleurs, transpirent à chaque case !

Merci Monsieur TARDI d'avoir mis un coup de projecteur sur cette période sombre en mettant en texte et en images les propos de votre père ! Ces pages sont importantes car elles contribuent à perpétuer une mémoire que chacun de nous se doit surtout de conserver !

 

Il ne nous reste plus qu'à attendre impatiemment la 2ème partie...


MOI RENE TARDI PRISONNIER DE GUERRE AU STALGE IIB, TARDI Editions CASTERMAN 192 pages 25.00 €

Bernard LAUNOIS

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0
Commenter cet article

Tom 14/12/2012 08:06


Bonjour, je crois que la compagne de Jacques Tardi s'appelle Dominique Grange et non Lagrange.

Bulles de Mantes 15/12/2012 14:47



Bonjour et merci de votre lecture éclairée !


Vous avez effectivement raison et je viens de corriger.


J'espère que vous aurez apprécié la critique et au-delà l'album si vous vous l'êtes procuré !


Espérant vous compter régulièrement dans la lecture de ce blog.


Au plaisir de vous lire.


Bien à vous.


Bernard LAUNOIS