"Au vent mauvais", on the road again

Publié le 10 Mars 2013

AuVentMauvais.jpg

Encore un road movie allez-vous me dire ? Certes, mais celui-ci est d'un autre genre, avec l'espoir d'un jeune taulard qui aspire à tourner la page de nombre d'années de galère. D'une enfance difficile auprès d'un père rigide qui confond caresses et coups, d'une rébellion adolescente aux derniers méfaits qui le mènera à la case "prison", Abel MERIAN n'a qu'une idée, celle de retrouver le magot qu'il a caché dans une vieille usine désaffectée et refaire sa vie au soleil.

Seulement, un musée a pris la place du bâtiment industriel et adieu le pactole. Son salut, il va le trouver dans la découverte du portable d'une jeune italienne qu'il n'aura cesse de retrouver en Italie. Va s'ensuivre une traversée peuplée de rencontres, de souvenirs qui vont revenir à la surface...

AuVentMauvais.1.jpg

On va découvrir un personnage singulier, obnubilé par l'envie impérieuse de rencontrer la voix du portable qui l'a charmé. Pas ou peu de dialogues dans le scénario de RASCAL mais un monologue plutôt bon, tantôt acide, tantôt attachant dans les rapports avec les êtres, humains ou animaux, qu'Abel sera amené à côtoyer tout au long du trajet. D’un trait vif, volontairement noir et souligné par des couleurs blafardes, le dessinateur Thierry MURAT nous transporte dans un univers parfois glauque, et parfois rempli d'espoir que suggèrent les couleurs plus lumineuses, au fur et à mesure qu'il s'approche de la jeune fille tant idéalisée. Un final des plus surprenants viendra au bout de la route clôturer ce voyage qui ne vous laissera pas insensible.

 

Bernard LAUNOIS

Rédigé par Bernard LAUNOIS

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article