Les petites distances sont souvent celles qui sont les plus dures à parcourir !

Publié le 8 Avril 2018

Les petites distances sont souvent celles qui sont les plus dures à parcourir !

 

Max est l’archétype du gars qu’on ne voit pas, toujours très effacé, tellement effacé qu’il finit par disparaître pour de bon. Léo est une jeune femme atteinte d’anxiété pantophobique qui a une fâcheuse tendance à lui gâcher la vie, et celle des autres. Son imagination débordante n’a pas de limite, et lorsque Max s’installe chez elle, à son insu, une drôle de relation s’installe. Que cherche Max en investissant l’espace de Léo ? A la séduire alors qu’il est transparent, à exister au travers d’elle ? Et qu’attend Léo de cette vie, somme toute pas ordinaire ? Mais après tout, la présence de Max ne va-t-il pas la soulager d’une bonne partie de ses phobies ?

 

La scénariste Benyamina entraîne le lecteur dans une comédie romantique où le fantastique prend toute sa place. Des scènes de la vie courante dans une atmosphère des plus déconcertantes font tout le charme de cette belle histoire de deux êtres qui se cherchent sans vraiment se trouver, jusque…

Les dialogues sont souvent cocasses tout autant que les situations d’une vie au quotidien, jonchées d’imprévus et bien mises en valeur par la dessinatrice Véro Carot qui s’est appropriée l’histoire avec brio. Avec un dessin hyperréaliste, des couleurs pastel, parfaites pour traduire la mélancolie latente, la dessinatrice installe une ambiance au fur et à mesure des pages, avec des personnages tout aussi attachants les uns que les autres, faisant de cet album une petite pépite des plus agréables.

A déguster sans modération.

LES PETITES DISTANCES BENYAMINA/CAZOT Editions CASTERMAN 152 pages, 20.00 €

Bernard LAUNOIS

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article