AQUARICA T1, quand le fantastique côtoie la réalité

Publié le 15 Octobre 2017

AQUARICA T1, quand le fantastique côtoie la réalité

Quand Joy Greyford, jeune chercheur de l’institut des sciences de la mer, se voit confier une histoire de crabe géant échoué sur une plage de Roodhaven, il ne pense assurément pas qu’il va se lancer dans une drôle d’aventure.

Entouré de marins traumatisés par la perte de leur dernier baleinier quelques années plus tôt qui remarquent avec excitation sur les flancs du crabe les stigmates du bateau, Joy découvre la créature fantastique. En examinant l’intérieur dudit monstre il fait la connaissance d’une étrange jeune fille, qui finit par s’évanouir dans ses bras. Que vient faire dans le port de pêche  cette jeune fille qui répond au doux nom d'Aquarica ? Pourquoi détient-elle dans sa vareuse le calepin de Mike Connoly, célèbre océanographe mystérieusement disparu en mer soixante-cinq ans plus tôt?

Quand deux vieux briscards de la bande dessinée comme François Schuiten et Benoit Sokal s’associent pour créer un scénario, le lecteur peut s’attendre à un récit de voyage captivant dès les premières pages. Fantasmagories avec le crabe-méduse, une belle princesse éponyme, une baleine géante grande comme une île qui dérive lentement vers le nord : le décor est planté et l’aventure commence, pour ne plus quitter le lecteur jusqu’à la dernière page.

Passant avec dextérité d’un crustacé fabuleux à des gueules de marins avinés sur fond de superbes décors, l’auteur complet Benoit Sokal avec son dessin réaliste, transporte rapidement le lecteur dans un univers onirique où l’irréel semble rejoindre le réel. La mise en couleurs renforce un trait précis et efficace.

 

Voilà un opus à quatre mains fort bien réussi qui laisse augurer une fin des plus fantastiques…

Bernard LAUNOIS

Rédigé par Bulles de Mantes

Publié dans #Coup de coeur Bernard LAUNOIS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article