AFTERZ, vers des après désenchantés

Publié le 3 Octobre 2017

AFTERZ, vers des après désenchantés

Afterz, quel drôle de titre pour un album ! Peut-être le pluriel d’after ? Assurément pour les fêtards une vie après, mais après quoi ? C’est toute la question, peut-être une recherche de moment que le commun des mortels n’aura pas le privilège de vivre : les instants d’après la fête, dans les petits matins où le jour ne va pas tarder à poindre. Peut-être encore la recherche d’un idéal que les personnages du récit pensent atteindre en vivant ces moments après qui n’appartiennent qu’à eux.

L’auteur complet Charles Berberian s'ingénie à dépeindre dans une description souvent plus grinçante les unes que les autres. Ils n’ont vraiment pas le sentiment d’être nés à la bonne période, traînant leur mélancolie et leur solitude au fin fond des boîtes de nuit, d'un canapé voire d’un plumard. Même les animaux domestiques de ces historiettes sont déroutés et déroutants. Comme à l’accoutumée, les dialogues sont drôles et la dérision est au rendez-vous de chaque strip.

A la manière des comics strips, où en peu de cases, deux, trois, voire quatre, le dessin et les textes doivent être percutants, pour aller à l’essentiel et dans cet exercice périlleux, Charles Berberian excelle. Si le découpage particulier en bande verticale apparait de prime abord déroutant, cette impression s’estompe très rapidement et le lecteur se délecte en découvrant les facéties de cette bande de loosers pour qui l’avenir se résume à vivre les après forcément mieux que les avant.

A lire, relire et relire et à déguster comme un drink, mais sans modération. 

AFTERZ BERBERIAN édition FLUIDE GLACIAL 120 pages, 18.90€

Bernard LAUNOIS

Rédigé par Bulles de Mantes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article